Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

Accueil > Actualités > Opinions • • vendredi 12 août 2022 à 14h13min
Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

Dans cette tribune parvenue ce vendredi 12 août 2022 à Lefaso.net, un citoyen estime que le manque de sens de responsabilité et d’anticipation des dirigeants africains est à l’origine du sous développement du continent. Mais aussi du terrorisme qui perdure dans le Sahel sans de véritables solutions au fléau.

L’Afrique, notamment le sahel, est à la croisée des chemins en matière de lutte contre les violences terroristes. Le Burkina, le Mali, le Niger sont particulièrement frappés ces dernières années par ce mal dont les conséquences au plan humanitaire ne laissent partenaires internationaux et communauté internationale indifférents.

Tous les moyens sont désormais bons pour ces pays pour arriver à bout du phénomène terroriste, qui persiste et gangrène des pays sahéliens et gagne des Etats du littoral. Si certains citoyens africains s’accrochent sur l’idée que les puissances, notamment la France, qui entretient une coopération militaire avec ces pays du sahel, jouent un jeu malsain dans cette lutte, une partie se ravise aujourd’hui en portant un autre regard sur la situation : la difficulté tient plus des Etats africains eux-mêmes, dont les dirigeants brillent par un manque du sens de responsabilité et d’anticipation.

Admettons que ce soit effectivement la France qui fasse un double-jeu dans cette préoccupation terroriste, est-ce pour autant que nous devons nous avouer vaincus et ne pas chercher à défendre notre territoire ? Il en est de même pour les questions de développement pour lesquelles, c’est encore l’Occident qui nous exploite et nous empêche de nous développer. Mais qu’est-ce qui est concrètement fait pour empêcher cette exploitation ? Puisque nous en sommes conscients !

Certes, l’outil militaire occupe une place spécifique dans la recomposition des liens entre la France et ses anciennes colonies africaines après les indépendances, mais il a rarement été aussi mis en exergue qu’en ces temps d’attaques et de menaces terroristes. Pourtant, pas moins d’un demi-siècle s’est écoulé entre les indépendances et l’éclatement de la crise sécuritaire dans les pays qui ploient aujourd’hui sous le diktat des groupes armés terroristes.

Et depuis lors, la constitution « d’armées républicaines » demeure au cœur de la construction des États et du développement durable de l’Afrique, sans pour autant répondre, dans nombre de pays, à l’idéal recherché. La plupart des pays africains n’ont pu mettre en place un plan d’anticipation des crises de ce genre. Les armées africaines sont plutôt restées cloîtrées dans leurs missions classiques.

« On a assisté, pour ne citer que le cas burkinabè, à des propos du genre : c’est une guerre asymétrique, ce n’est pas une guerre conventionnelle, ce qui rend la lutte difficile. Ces propos qui viennent des dirigeants eux-mêmes mettent bien à nu l’attentisme en matière militaire et de défense nationale (comme dans bien d’autres domaines d’ailleurs). La plupart des pays ont en réalité manqué de courage dans l’analyse de l’insécurité qu’ils vivent », pose un spécialiste de la sécurité.

Une lecture de la situation qui vient corroborer les propos de l’expert en sécurité, le colonel-major Auguste Denise Barry, qui, lors d’un panel de l’association Camillian Diasaster Service Burkina Faso (CADIS-BF), en mai 2022 à Ouagadougou sur la sécurité, a d’abord déploré : « On a laissé le fantôme entrer dans la maison, on ne l’a pas contré, maintenant, on veut le combattre ».

Puis a-t-il poursuivi en dénonçant cette posture passive … : « dans le discours, on est tombé dans la stratégie des terroristes. Il vous souviendra que dans plusieurs discours politiques, on a dit que la lutte contre le terrorisme est une lutte de longue haleine. Voici une expression qu’on devrait ôter de la bouche des responsables politiques. On a donc mis dans la tête que la lutte contre le terrorisme est une lutte de longue haleine. Ce qui a un impact sur notre stratégie. Pourquoi ? Parce que si vous vous dites que c’est une lutte de longue haleine, vous allez essayer de trouver les voies et moyens sur la durée. Or, c’est cela la stratégie de l’ennemi, qui a le temps avec lui. Si vous vous mettez dans une posture de l’immédiat, vous trouverez des solutions pour cela ».

Au cours de la même communication relayée par le média en ligne Lefaso.net, le colonel-major a affirmé avoir l’impression que l’ennemi semble plus déterminé à prendre le territoire que les Burkinabè à défendre leur territoire. « Je ne sens pas que le peuple est engagé, déterminé à défendre son territoire », a cité la publication.
Ce diagnostic, courageux de la part de leurs auteurs, en ce sens que dans la volonté de désinformation des peuples, il n’est pas aisé de tenir un contre-argument qui consiste à plutôt se remettre en cause que de blâmer l’autre, interpelle les dirigeants et les élites africains en ce tournant décisif de lutte contre le phénomène terroriste qui menace la souveraineté même des Etats. Il faut se poser les bonnes questions et avoir le courage de trouver les réponses objectives.

Les autres ne sont pas responsables de la situation que nous, Africains. Dès lors, aucune puissance ne saurait mieux faire le travail de défense nationale à la place des armées nationales et des nationaux. Ce n’est donc pas en chargeant une puissance armée occidentale en faveur d’une autre, que la solution sera trouvée. C’est un leurre. C’est même un remède qui peut se révéler pire que le mal. Et les Africains et observateurs qui le tiennent pour dit n’ont pas tort, car le continent africain, riche en ressources naturelles, est aujourd’hui l’objet de convoitise de nouvelles puissances. Ces dernières usent de tous les stratagèmes pour pouvoir asseoir leurs bases. La situation du Mali, qui s’enfonce davantage dans la violence terroriste, après le départ de la force Barkhane (pour la première fois depuis la crise, le redoutable camp de Kati est attaqué, en début juillet 2022) au profit des éléments du groupe Wagner en est bien l’illustration.

« La Russie veut jouer un rôle en Afrique, comme la Chine, mais beaucoup plus discrètement. La Russie souhaite jouer un rôle dans son domaine à elle qui est de mettre de la sécurité et des militaires. La force de la Chine se trouve surtout dans les matières premières, la construction de routes et d’infrastructures. Les Russes se concentrent plus sur l’armement et les transports. L’année dernière la Russie a par exemple vendu quatre hélicoptères militaires au Mali », prévenait, en janvier 2022, sur TV5 Monde, le journaliste spécialiste des études africaines, Antoine Glaser.

Il n’y a donc pas de philanthropes. Il faut simplement prendre conscience de l’urgence à travailler pour sa souveraineté. Et cette souveraineté passe avant-tout par celle sécuritaire. Déshabiller Pierre pour habiller Paul ne sera donc pas une solution à la situation d’insécurité béante dans ces pays africains. Cela ne veut cependant pas dire qu’il faut tourner dos aux coopérations militaires. Seulement, elles doivent être bâties sur le renforcement des capacités des armées africaines et non sur une dynamique qui consisterait à venir combattre à leur place.

La tournée africaine (Afrique du Sud, République démocratique du Congo et Rwanda), du secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, sonne d’ailleurs comme un appel à la responsabilité de l’élite africaine, notamment les dirigeants, face aux défis de l’heure, lorsqu’il déclare qu’il veut montrer « aux pays africains qu’ils ont un rôle géo-stratégique essentiel et sont des alliés cruciaux sur les questions les plus brûlantes de notre époque, de la promotion d’un système international ouvert et stable à la lutte contre les effets du changement climatique, l’insécurité alimentaire et les pandémies mondiales ».

Paulo Hassane COULIBALY
Un citoyen africain, panafricaniste

Vos commentaires

  • Le 12 août à 11:13, par Vp En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    Monsieur COULIBALY, merci beaucoup pour votre bonne lecture de la situation. Nous sommes à 95% responsables de la chienlit, arrêtons enfin d’accuser les autres, c’est lâche. Elisons des présidents de valeurs et non des présidents pour leurs argent et matériel.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 11:40, par Yéoh En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    Je suis entièrement d’avis avec vous sur toute la ligne. Le problème réside en nous-mêmes, il faut cesser de se jouer aux victimes pour rien. Il y a trop d’inconscients parmi la prétendue élite qui gouverne.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 12:10, par porto En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    Comme des lâches ont a fait vite d’accuser la France. Ont attend depuis ces preuves du double jeux Français dans cette histoire de terrorisme au sahel mais depuis rien.Une fuite en avant pour cacher notre incapacité a venir a bout de ce phenomene.Que ceux qui s’érige en "panafricaniste du dimanche "dénonce également la mauvaise gouvernance. Wagner na pas ramener la paix au mali au contraire les terroristes ont gagner du terrain depuis leur arrivéés.et c’est pas les vieux avions russes appelés "cercueil volant "par les pilotes russes tellement ils ont des défauts de fabrication achetés par le mali qui résoudront le problème.tout ça pour un contrat de prestation facturé a 6millard par mois et des conccessions minieres en bonus.consernant mon pays je ne dirai plus rien.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 12:24, par fils du boulkiemdé En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    Un article très véridique. Je me retrouve dans cette lecture. comme si je l’avait rédigé moi même. Nous sommes responsables de ce que nous vivons. et ce n’est pas en chassant nos paretnaires traditionnels que nous viendront à bout du phénomène du terrorisme. chacun vient pour ces intérêts. Il l’histoire nous enseigne que l’on apprécie le bonheur que lorsqu’on l’a perdu.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 13:30, par lamoussa En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    On a beau être anti russe anti panafricaniste , et pros français,on doit reconnaitre que les cercueils volants font du bon travail au MALI qui a une superficie 6 fois plus grande que notre pays ;

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 13:31, par Ed51 En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    Cet article est admirable de réalisme car reconnaître qu’on est responsable de ce qui nous arrive permet de chercher des solutions.
    Il n’existe aucun modèle de développement idéal. La planète est menacée par le développement inconsidéré des superpuissances, que ce soit en Europe, en Amérique, en Asie, en Russie… Tant que les objectifs seront l’argent et le pouvoir, le devenir de l’humanité et de la planète sera menacé.
    Trop de personnes ne cherchent que leurs avantages personnels : c’est la porte ouverte à l’acceptation de situations qui ne font pas avancer la coopération mondiale pour un monde plus éthique et équilibré, celle qui permettra de prendre en compte que chacun a des richesses à partager, qui ne se résument pas à l’avoir mais donnent de l’importance à l’être.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 14:26, par Le petit tranquilos En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    Voilà des vérités, mais hélas. Quand on observe la gouvernance des hommes politiques depuis l’indépendance, on ne peut pas ne pas dire que le colonisateur est bel et bien notre démon et notre cauchemar. Je prends juste au temps de Blaise. Écoutez le discours de feu Henri Zongo sur les objectifs de la construction du rails sur kaya-Tambao. Blaise a pris le pouvoir et depuis son règne il n’a pas monté un mètre de rail, vous expliquez ça comment ? Or on dit toujours que l’administration est une continuité. Kafando et Rock même chose. Ce Damiba risque de suivre les mêmes pas. Malgré tout ils ne veulent pas fournir des explications à la population. Quelle drôle d’intellectuels ?
    Si c’est parler nos politiciens sont forts comme des scorpions.
    Quelqu’un peut nous expliquer cela ? À force de penser j’ai des maux de tête
    C’est dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 15:06, par Ollo En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    Nous sommes d’accord pour ce qui est de notre responsabilité concernant nos problèmes. Parlant de guerre asymétrique, c’est comme si nos militaires n’ont aucun pouvoir d’adaptation. Demandez aux experts des guerres s’il n’y a pas de côtés asymétriques dans les guerres conventionnelles. Les appuis militaires que le Burkina a eu à apporter à d’autres pays, est-ce lors des guerres conventionnelles ? Quand un français dit que si la France quitte le Sahel, les pays vont s’écrouler cela a tout son sens pour ce qui est du niveau de responsabilité de nos Etats. Nous sommes plus préoccupés à contenter des gens qu’à utiliser rationnellement nos ressources. Il y a beaucoup de postes de dépenses dont on peut se priver pour équiper correctement nos soldats et faire vivre assez dignement nos sinistrés. Nous pensons raisonnablement que le plus dur est devant parce que la politique d’une certaine époque a épuisé les ressources destinées à renouveler nos équipements et nos infrastructures d’une façon générale. Par exemple, il n’est pas raisonnable qu’on continue de nous endetter pour des infrastructures qui produisent pourtant des recettes dans certains secteurs d’activités telles que les routes, l’électricité, l’eau, les télécommunications etc…SVP Webmaster

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 15:52, par Booba assimi En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    Il manque surtout de vertus , d’humanisme et d’honneteté principalement ils pensent qu’a bien manger et partir en vacance en europe boire du champagne

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 16:09, par Africain En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    Belle analyse. Ça me fait sourire quand les africains disent « c’est à cause d’un tel pays ou d’un tel autre pays que nous n’arrivons pas à nous développer » lol ! Peut-être qu’il faut parler en Français facile pour que le message passe. En fait, le monde est une jungle (l’homme est un animal comme les autres) où vous avez d’un côté les prédateurs, et de l’autre, les tendres proies (rappelez-vous du film Zootopia). Sois vous êtes un prédateur (lion, tigre, hyène, renard etc.), soit vous êtes une tendre proie (gazelle, écureuil et j’en passe). Quand on accuse la France de tous nos maux, je dis certes elle destabilise nos pays et fragilise nos économies avec un monnaie qui nous maintien dans la servitude, mais n’a-t-elle pas tenté ailleurs ? Rappelez-vous de la guerre d’Indochine (Vietnam) où elle s’est cassée les dents, suivi plus tard par son grand ami les Etats-Unis qui ont dû se replier avec la queue entre les jambes ?

    CE NE SONT PAS TOUS LES PEUPLES QU’ON MANIPULE ET ESCLAVAGISE !

    Depuis le temps de l’esclavage jusqu’à nos jours, l’Afrique est la seule partie du monde où n’importe qui vient faire n’importe quoi au nez et à la barbe des locaux – pourvu que tu ne sois pas un africain (noir) toi-même. Tu exploites leurs richesses, abuses de leurs femmes et filles, commets tous les crimes possibles ; malgré tout ça, si tu as un peu de chance, ils te couronneront Chef de village. Et on passe le temps à pointer le doigts vers les autres en refusant catégoriquement de nous regarder dans le miroir pour enfin commencer à assumer notre part de responsabilité ! Sans qu’il n’y ait une justification génétique (je cloue le bec aux eugénistes, suprématistes blancs et autres pseudo-scientifiques qui élaborent des théories aussi absurdes les unes que les autres), je pense que pour le moment, notre intelligence collective laisse à désirer. Il est grand temps qu’on se réveille, qu’on pousse aussi des crocs et des griffes sinon, nous allons purement et simplement disparaitre de la surface de la terre. Quiconque pouvant lire les signes du temps sait bien que ce scenario, quoiqu’apocalyptique, est bien du domaine du possible.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 16:22, par Le cdp-bis En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    Il faudrait bien relativiser certains propos car j’estime que certaines affirmations relèvent d’une vue de l’esprit ! Quand des praticiens des la sécurité et des armes affirment certains faits vécus, ce n’est pas un alignement de mots voire des tomes et des tomes qui peuvent convaincre ces gens du contraire ! Le discours de la France et son comportement laissent souvent voir sa complicité dans l’installation du désordre économique et social, terreau de la violence dans ses anciennes colonies. Que la France explique clairement aujourd’hui en quoi ses anciennes colonies sont toujours incapables de battre monnaie et de gérer cette monnaie ? Tout le monde a suivi le reportage sur les "dits" terroristes repentis de Mr le Ministre Yéro Boly : ils affirment que quand ils ont besoin d’argent (100.000, 150.000 voir 200.000 Frcs) ils sont automatiquement servis. Servis avec quel argent ?, argent émis par quelle banque ?, argent convoyé par quels services de sécurité jusqu’aux chefs djihadistes ? Ce désordre économique et social actuel arrange bien les anciens colonisateurs (la France en tête puisque qu’elle tire le diable par la queue dans l’espace européen) qui profitent pour piller les ressources naturelles (le cas du Congo depuis des décennies et actuellement du Mali, du Burkina illustre bien cela !). Par ailleurs un passage de l’article dit ceci : "On a donc mis dans la tête (de nos dirigeants) que la lutte contre le terrorisme est une lutte de longue haleine". N’est-ce pas aussi ce que dit le fameux livre écrit par notre Président Sandaogo Damiba à propos du terrorisme ? Si nos dirigeants pensent qu’on mettra des décennies pour vaincre le terrorisme djihadiste et l’enseignent aux troupes et à la population dans leurs discours de tous les jours, alors, qu’on se trompe pas car on en aura pour longtemps encore dans nos pays ! Alors, si la France ne peut être tenue pour seule responsable du terrorisme au Sahel, elle est pleinement et entièrement co-responsable de cette situation chaotique avec nos gouvernants qui ne savent même pas ce quelles veulent en terme de développement pour leurs pays. Ce n’est pas pour rien que Mr l’Ambassadeur de France nous rappelé le 14 juillet derniers que nous sommes des "idiots utiles" !

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 17:36, par Sacksida En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    Mon cher Hassane Coulibaly, si vous revitez l’Histoire des Luttes Politiques Panafricanistes ; vous constaterez que tous nos Leader Africains Patriotes integres ont ete assassines par l’Imperialisme et le Neocolonialisme Occidental avec des complicites de leurs agents locaux africains depuis longtemps ; et que des Luttes politiques pour la Liberation economiques, politiques et sociales fondamentales du Continent doivent continuer, mais dans un Front Uni Anti-Imperialistes parce que les Multinationales Occidentales qui font fonctionner et vivre des populations du Nord sont capables de faire tout les subterfuges pour maintenir leurs dominations economique et politiques sur l’Afrique. Que faut il faire pour s’en sortir ? Il faudrait s’organiser pour refonder nos appareils d’Etat pour les rendre Patriotiques et Revolutionnaire aux services des citoyens ou des Peuples Africains. Decoloniser notre Politique, Notre Philosophie et Notre Ideologie Democratique, Notre appareil Judiciaire et Notre Administration publique et Notre Gouvernance publique laxiste.Tout cela, pour laisser la Place a une Administration Progressiste et revolutionnaire consequente, afin de Changer Radicalement des habitudes Bourgeoise Bureaucratique qui maintient un ordre desuet et neocolonial. Ainsi le Patriotisme, la discipline, l’Amour du Travail serieux, la Conscience Professionnelle, les Services et les Pratiques Vertueuse appliques aux aspirations profondes des Peuples Africains sont indispensables pour relever la tete et faire emerger l’Afrique Combattante pour en faire une Puissance qui compte dans le Monde. Deja, sur le Terrorisme desastreux, il faudrait au moins une Coalition des Etats de l’Afrique Occidentale et Mettre des Moyens Financiers Internes Consequents et rechercher des Materiels Militaires et Securitaire adequats et avec la colaboration des populations pour lutter efficacement contre le terrorisme et le grand Banditisme desastreux. Ainsi nos appareils d’Etats Progressistes, pourrait impulser le Developpement economique, social, Culturel et Monetaires aux services des aspirations profondes des masses fondamentales Africaines. C’est possible, avec des Dirigeants politiques Africains Patriotes integres a l’image tels que : Patrice Lumbumba, Nkwame Nkrumah, Amircal Cabral, Thomas Sankara, Mohamed Khadafi et Nelson Mandela etc. C’est d’une Revolution Democratique Africaine pourrait transformer l’Afrique Combattante en une Puissance economique, Politique, Monetaire et Militaires performants. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 18:16, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    Excellente analyse. Seulement, vous avez négligé un aspect important, celui de la "volonté antagoniste".

    Dans toute action, si vous négligez le fait que des gens ont intérêt dans le maintien de la situation, vous ne prendrez pas toutes les mesures en tenant compte de cette dure réalité.

    Certes, la France n’a peut être pas forcément (laissons leur le bénéfice du doute) aidé les terroristes. Mais elle avait indubitablement et visiblement intérêt à faire durer la situation. Il lui aurait été facile de prendre Kidal en 2013, comme de lutter autant contre le GSIM/JNIM que l’EIGS, au lieu de se concentrer presqu’ exclusivement sur la dernière organisation.

    Les raisons peuvent être nombreuses pour justifier cela : Rendre le Mali dépendant de la présence des forces françaises, accaparer les marchés de biens, services et d’armes du pays, maintenir une guerre de basse intensité pour entrainer, aguerrir, améliorer les hommes et le matériel, contrer l’installation d’autres puissances dans le pays et la région (USA, Russie, Chine).
    C’est une logique de puissance tout à fait compréhensible même si c’est cynique.

    Mais surtout, les faits ont montré que nous avions au sein de nos forces armées des éléments politisés qui avaient eux aussi intérêt à laisser pourrir la situation afin de décrédibiliser les régimes au pouvoir et justifier un coup d’état "salvateur" qui bénéficierait d’un soutien populaire.

    Si le coup d’état a échoué au Niger, il a bien réussi au Mali et au Burkina. Il ne serait pas étonnant que ce soit ces mêmes éléments qui ont promu la notion de guerre asymétrique qui se penserait sur le "temps long" auprès des civils au pouvoir. Ils les ont aussi probablement convaincus, au nom de la "sécurité nationale", de la nécessité de décisions qui se sont révélé des erreurs fatales, comme couper l’internet au Burkina.

    Après la justification du coup, ces groupes militaro-civils putschistes au pouvoir continuent d’instrumentaliser la situation sécuritaire pour fédérer le soutien populaire, réclamer des transitions longues pour s’éterniser au pouvoir, prendre des libertés avec l’état de droit et l’orthodoxie budgétaire. Avec le temps, certains sinon tous poussent à la possibilité de se présenter aux élections après la transition, sinon à repousser éternellement la fin de cette transition, toujours au nom de la "situation sécuritaire"..

    Bref, la terrorisme qui nous endeuille est du pain béni pour certains, une occasion en or et une opportunité incroyable. Le caractère cynique de s’appuyer sur la mort de nombreux civils et militaires pour arriver à leurs fins ne semble pas beaucoup entrer en ligne de compte.

    Or, ni les gouvernants élus, ni les forces vives politiques comme de la société civile ne semblent avoir intégré dans leurs analyses l’existence possible de cette "volonté antagoniste", croyant naïvement que tout le monde "bien sûr", voulait la fin du terrorisme et le retour rapide à la paix. Encore aujourd’hui, il y a des gens pour dire que c’est "impossible".

    Aujourd’hui, nous sommes otages de gens qui ont un conflit d’intérêt évident : Ils sont sensés nous débarrasser des HANI, mais tant que ceux ci sont là, il n’y a pas d’élections et ils restent au pouvoir.

    Pour les juntes au pouvoir, la question est simple : Faire le "job" et quitter le pouvoir, ou prendre son temps et y rester ? A voir les comportements au Mali comme au Burkina, le choix semble clair. Il vous le disent tous les jours, "il est trop tôt pour juger" ! Mêmes maliens qui sont à 23 mois de transition le disent et voulaient 5 ans supplémentaires !

    Même si pour le reste il s’agit d’analyses et d’hypothèses, le conflit d’intérêt ne fait aucun doute. En attendant de savoir la genèse exacte de ces coups d’état et s’il y a eu complot ou pas, il y a une seule solution pour être sûr que les résultats de la lutte contre le terrorisme ne sont pas sabotés.

    Il faut "découpler" les deux choses, la lutte contre le terrorisme et l’exercice du pouvoir d’état, et donc passer à des fin de transition civiles. Mais comment les déloger, et de préférence sans effusion de sang ? Question...

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 18:18, par MyMy(TrollDePoutineKremlin) En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    -La situation du Mali, qui s’enfonce davantage dans la violence terroriste, après le départ de la force Barkhane au profit des éléments du groupe Wagner en est bien l’illustration. VOUS RACONTEZ DES CONNERIES. LE MALI EST MOINS ATTAQUE QU’AVANT. (VOUS CONFONDEZ "INTENSITÉ", "FREQUENCE et PORTÉE", ET "SYMBOLISME"..., EN COMBATS ASYMÉTRIQUES.

    NOTEZ-LE POUR L’AMOUR DE DIEU TOUT-PUISSANT : CE SONT D’EX-SOLDATS DE BARKHANE QUI DÉNONCENT L’INUTILITÉ ET LA DUPLICITÉ DE BARKHANE. ET ILS NE SONT PAS DES MÉLANODERMIES.

    - « La Russie souhaite jouer un rôle dans son domaine à elle qui est de mettre de la sécurité et des militaires. La force de la Chine se trouve surtout dans les matières premières, la construction de routes et d’infrastructures. Les Russes se concentrent plus sur l’armement et les transports. L’année dernière la Russie a par exemple vendu quatre hélicoptères militaires au Mali » : VOUS NE CONNAISSEZ RIEN A LA GÉOPOLITIQUE, M. PAULO HASSANE COULIBALY.
    LE MALI VIENT DE RECEVOIR SES AVIONS D’ATTAQUE AU SOL Su-25 et L-39 ; AINSI QUE SES NOUVEAUX CHASSEURS NOCTURNES Mi-8 et Mi-24. AUCUN AVION NE PEUT VIOLER LE TERRITOIRE MALIEN, OU ÊTRE A SES PROXIMITÉS NIGÉRIENNE B.BÊ, MAURITANIENNE, ALGÉRIENNE, IVOIRIENNE..., SANS QUE L’ARMÉE MALIENNE NE SOIT INFORMÉE. VOUS COMPRENEZ UNE SEULE SECONDE, CE QUE CELA SIGNIFIE POUR LE PAYS ?
    UNE CARGAISON DE CÉRÉALES ET DE CARBURANTS RUSSES VA BIENTÔT INONDER LE MALI, A PRIX AMI. DES PROJETS AGRICOLES, GELÉS PAR LE COLONISATEUR DèS LE LENDEMAIN DES PSEUDO-INDÉPENDANCES, SONT EN REACTIVATION AU MALI SOUS L’IMPULSION DE LA RUSSIE (Ministère de l’Agriculture.) TOUT CELA EST LIÉ, ET VISE UN MÊME OBJECTIF : EN FINIR AVEC LE TERRORISME VIA LE DÉVELOPPEMENT DU MALI.
    (NB : DANS LES CONDITIONS ACTUELLES ET A LA DATE D’AUJOURD’HUI, MONTREZ-MOI UN SEUL PAYS DÉVELOPPÉ EN OCCIDENT-COLLECTIF ? IL N’Y A EN PLUS. RAISON POUR LAQUELLE, ILS VEULENT ABSOLUMENT DÉCLENCHER UNE III-ème GUERRE MONDIALE.)

    - Le journaliste spécialiste des études africaines, Antoine Glaser : CE M. ANTOINE GLASER N’EST SPÉCIALISTE EN RIEN DES ETUDES AFRICAINES. C’EST UN AGENT D’INFLUENCES AU TITRE DE LA POURSUITE DE LA POLITIQUE DES 3M CONTRE LES PAYS ISSUS DES PSEUDO-INDÉPENDANCES DES ANNÉES 1960.

    - La tournée africaine (Afrique du Sud, République démocratique du Congo et Rwanda), du secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, sonne d’ailleurs comme un appel à la responsabilité de l’élite africaine, notamment les dirigeants, face aux défis de l’heure, lorsqu’il déclare qu’il veut montrer « aux pays africains qu’ils ont un rôle géo-stratégique essentiel et sont des alliés cruciaux sur les questions les plus brûlantes de notre époque, de la promotion d’un système international ouvert et stable à la lutte contre les effets du changement climatique, l’insécurité alimentaire et les pandémies mondiales ». : C’EST INCROYABLE QU’UN PANAFRICANISTE NE COMPRENNE PAS QU’ANTONY BLINKEN EST UN CRETIN, UN IDIOT, UN TERRORISTE EN CRAVATE, UN DES PIRES ENNEMIS DE L’AFRIQUE-NOIRE. SAVEZ-VOUS QU’IL FAIT PARTIE DES NEO-COLONISATEURS QUI RODENT AUTOUR DU MALI, POUR METTRE CE PAYS A FEU ET A SANG ? SAVEZ-VOUS POURQUOI L’ETAT MALIEN AVAIT ARRÊTE DES SOLDATS IVOIRIENS ET OCCIDENTAUX, IL Y A JUSTE 1 à 1,5 MOIS MAINTENANT ?

    - MERCI ET COURAGE POUR VOS EFFORTS DE CONSTRUCTION ET PARTAGE.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 19:04, par Julien En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    « Je ne sens pas que le peuple est engagé, déterminé à défendre son territoire »
    Devra t-il défendre son territoire les mains nues ?
    Les gendarmes et policiers ne se plaignent-ils pas de n’avoir pas les armes adéquates et en quantité suffisantes ?
    Combien de milliards a t-on mobilisé depuis lors pour l’achat d’armes et combien de scandales s’en est suivi ?
    Le terrorismes est un business international qui implique plusieurs intéressés locaux et internationaux.
    A défaut de pouvoir défendre les populations et le territoire, pourquoi ne fait -on pas comme aux USA en modifiant la constitution pour permettre aux populations de s’armer et se défendre.
    Si après cela, il y a des personnes déplacées, on pourra les traiter de se qu’on veut mais pas maintenant où ceux qui devraient être conséquemment armés (polices, gendarmes et certains militaires) ne le sont pas. Cette lutte contre le terrorisme n’est pas sincère et Ladji YORO bien dit avant sa mort. Des combattants étaient au front, affamés, l’avez vous dejà oublié ?
    Le reste n’est que spéculation.

    Répondre à ce message

  • Le 12 août à 20:50, par HUG En réponse à : Lutte antiterroriste en Afrique : Les dirigeants manquent de sens de responsabilité et d’anticipation, selon un citoyen

    Les derniers mots de Ladji Yoro : il n y a pas de sincerite dsns la lutte contre le terrorisme .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/MPSR 2 : « Cet Acte dit fondamental est nul et de nul effet », dénonce Abdoul Karim Sango
Situation nationale : « Au stade actuel, l’âge ne peut être un critère de choix du président de la Transition »
Burkina : La lenteur administrative est souvent perçue comme du chantage, selon Jacob Tarpaga, chef d’entreprise
Justice au Burkina : Un citoyen lance un cri de cœur en faveur de la Cour administrative d’appel « née moribonde et qui agonise »
Crise sécuritaire au Sahel : « Le drame avait été prédit. Il dormait depuis plusieurs années dans un livre : Souvenir d’enfant de la colonisation »
Burkina : « Le capitaine Ibrahim Traoré devrait assumer pleinement la fonction de chef d’Etat de la transition »
Tensions au sein de l’armée burkinabè : « Les autorités coutumières et religieuses devraient faire des tournées de pacification dans les casernes »
Burkina Faso : Impressionnons le monde !
Transition/MPSR2 : Capitaine Ibrahim Traoré, à vos marques !
Burkina Faso : L’écrivain Adama Siguiré invite les jeunes officiers à assumer leur pouvoir
Communiqué de presse du nouveau président de l’université Jean Moulin de Lyon III : Un non-événement qui n’honore pas son auteur
Afrique/Insécurité : « Quand on se noie, on s’accroche à tout... », estime l’analyste-politique Timbila Jean Sanogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés