Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dès l’instant que vous apprenez à reconnaître la beauté dans ce monde, vous cessez d’être un esclave.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Office national du tourisme burkinabè : La journaliste Marguerite Yelli Sou nommée directrice générale

Accueil > Actualités > Multimédia • Lefaso.net • jeudi 11 août 2022 à 16h58min
Office national du tourisme burkinabè : La journaliste Marguerite Yelli Sou nommée directrice générale

Vous ne la reverrez peut-être pas de sitôt sur votre petit écran au 13h ou au 20h de la télévision nationale. La journaliste Marguerite Yelli Sou épouse Douannio a été nommée directrice générale de l’Office national du tourisme burkinabè (ONTB), au conseil des ministres du 10 août 2022. Celle qui occupe actuellement le poste de rédactrice en chef de la télévision nationale ne sera certainement pas dépaysée.

« Le tourisme pour elle, c’est plus qu’une passion, c’est une vie de télévision, qui conduit de Nazinga à Toma Ile, des Caïmans sacrés de Sabou aux ruines de Loropéni dont elle fut témoin de l’inscription sur la liste du patrimoine mondial en 2009, à Séville », a écrit Adjima David Thiombiano, ancien collègue de la nouvelle promue et actuel directeur de la communication et des relations presse du ministère en charge de l’éducation nationale.

Native de Bobo-Dioulasso, capitale économique du Burkina Faso, Marguerite Yelli Sou est une passionnée qui a le contact facile. Même si rien ne la prédestinait à embrasser un tel métier, elle avait une qualité : la curiosité. Après son cycle secondaire passé au collège de Tounouma, puis au lycée Ouézzin Coulibaly où elle décroche le baccalauréat série A4, la jeune Marguerite s’inscrit au département de philosophie de l’université Joseph Ki-Zerbo (ex-université de Ouagadougou). « J’aime savoir et comprendre les choses », ce qui explique son choix de la philosophie. Touche-à-tout, elle intègre une troupe de théâtre avec laquelle elle effectue de nombreuses tournées en Afrique, en Europe et en Asie.

De voyages en voyages, Marguerite Yelli Sou n’est pas insensible à la beauté de tout ce qui l’entoure. Lors de ses pérégrinations, elle en profite, dans le cadre de sa formation en journalisme à Lille, en France, pour faire des reportages sur tous les sujets qui lui parlent.

En 2006, Marguerite Yelli Sou intègre la rédaction de la RTB Télé. Journaliste reporter, présentatrice du journal télévisé, elle anime également des émissions à succès comme « Une école en or », « Itinéraire » et « Villégiature » lancé en 2009 pour la promotion de la destination Burkina Faso. Avec cette émission, elle fera voyager les téléspectateurs à travers les coins et recoins du Burkina. Avec pour seul but de faire découvrir aux Burkinabè les potentialités touristiques et culturelles de leur pays et de promouvoir le tourisme intérieur.

Parallèlement à son travail, Marguerite Yelli Sou se lance dans la promotion du coton et du textile burkinabè et africain à travers l’organisation de l’évènement « Dan’ Fani Fashion Week ». Mais après la deuxième édition tenue en 2017, Ouagadougou n’a plus abrité l’événement. En 2019, elle est promue rédactrice en chef adjointe de la télévision nationale et depuis 2021, elle assure la fonction de rédactrice en chef, en remplacement de Jean Emmanuel Ouédraogo qui, lui, occupe le poste de directeur de la télévision nationale.

Marguerite Yelli Sou est une femme que le travail n’épouvante pas. « La femme est obligée de travailler deux fois pour pouvoir s’affirmer, pour pouvoir convaincre. Alors, seul le travail paye. Tu as beau être miss monde, hyper intelligente, tant que tu ne travailles pas, on ne reconnaîtra pas cela en toi », avait-elle déclaré en 2010 au blog tribune de femme.

Aujourd’hui, elle aura la lourde tâche avec son équipe de travailler à « diffuser l’image de marque du Burkina Faso aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays » dans un contexte de défis économique, sécuritaire, humanitaire et sanitaire. Et comme dirait Adjima David Thiombiano, « il faut toujours plus d’ingéniosité pour ré-enchanter la destination Burkina Faso ».

HFB
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Réseaux sociaux : La responsabilité pénale du fait des émojis
Journalisme sensible aux conflits : Les journalistes burkinabè s’illustrent à la 6e édition du prix Pax Sahel
Journée de la recherche en informatique au Burkina : C’est parti pour la 5e édition
Prix PADEV 2022 : SAFLAN, meilleure innovation africaine du secteur des télécommunications
Technologie : Huawei dévoile ses solutions de connectivité et de stockage aux utilisateurs burkinabé
Et voici "Courrier confidentiel" N° 289-290 (Numéro double)
Arrestations tous azimuts, menaces et harcèlements : La presse ouest africaine en danger !
Offre d’emploi : Une rédaction recrute des web-journalistes
Technologie : DMS, le logiciel qui booste les performances des pharmacies
Burkina-ARCEP : Les réseaux de téléphonie mobile ont jusqu’au 31 décembre pour se conformer aux prescriptions de leurs cahiers de charge
"Courrier confidentiel" N° 288 Disponible !
Protection de données personnelles au Burkina : Les capacités des délégués renforcées sur la loi 001-2021 du 30 mars 2021
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés