Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Les graines de gombo ne se cachent jamais dans la sauce.» Proverbe Africain

Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • Lefaso.net • mercredi 3 août 2022 à 21h00min
Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

L’hebdomadaire conseil des ministres s’est tenu ce mercredi 3 août 2022, sous la présidence du chef de l’Etat, le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba.

Au cours de ce traditionnel conseil des ministres, la Primature a réceptionné un rapport relatif à l’audit de l’Assemblée nationale. « L’autorité a reçu les consignes d’examiner avec précaution ce rapport et en cas de besoin, le public en sera informé », a indiqué la ministre en charge de la communication, Valérie Kaboré, qui a animé le point de presse au sortir de la rencontre gouvernementale.

Le ministre en charge de la justice et des droits humains, Me Barthélemy Kéré, a donné une communication orale relative à la commémoration conjointe des Journées internationales de la paix et de la tolérance édition 2022. Selon Valérie Kaboré, au Burkina Faso, ces journées seront commémorées conjointement du 21 septembre au 16 novembre 2022, sous le thème : « Réconciliation nationale et cohésion sociale au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives ».

Impact du conflit russo-ukrainien sur le Burkina Faso

La ministre Valérie Kaboré a fait mention de l’impact économique de la crise russo-ukrainienne sur le Burkina Faso. Ce conflit a une influence sur les cours mondiaux de certains produits de base qui subissaient déjà les conséquences négatives du covid-19, a-t-elle fait savoir. « Au Burkina Faso, déjà confronté à une crise sécuritaire, l’impact de la crise russo-ukrainienne vient peser sur l’économie en raison de la hausse des prix du pétrole et des denrées alimentaires comme le blé, ainsi que les difficultés de mobilisation des financements extérieurs », a précisé la ministre.

L’impact sera davantage négatif, si rien ne change. « La prévision de la croissance économique estimée à 6,7 en 2022 pourrait de ce fait baisser, si ce conflit se poursuit jusqu’à la fin de l’année 2022. Comme conséquence pour notre pays, les exportations et les importations de certains produits seront impactés du fait de sanctions et de l’interruption des échanges avec ces deux pays », a ajouté Valérie Kaboré.

Face à cette situation, le pays des hommes intègres prend des précautions. « Pour le reste de l’année 2022, les entreprises burkinabè devront se réorienter vers d’autres sources d’approvisionnement des métaux et des hydrocarbures pour maintenir tout au moins leur niveau d’activité. Le gouvernement a pris un certain nombre de mesures pour contenir les prix de certains produits de grande consommation afin d’atténuer l’impact de la hausse des prix sur les ménages », a annoncé la ministre.
Au cours de ce point de presse, il faut signaler que les journalistes n’ont pas pu poser des questions sur l’actualité du pays.

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 août à 22:27, par Nabiiga En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    LA SEULE AUDIT QUI VAILLE EST BIEN LE RAPPORT DU DRAME D’INATA :

    Pour nous les contribuables Burkinabè, l’audit qui surplombe inlassablement sur la tête de Damiba et sa gang de malfrat est bien celui d’Inata. Qu’est-ce qu’il y a dans ce rapport qu’on peut se permettre de tout rapport sauf celui-ci ?

    Monsieur le PM, peux-tu voir à ce que le public sache ou encore ait accès total à ce rapport afin d’être bien édifié sur son contenu. Comme cela, on pourra savoir qui est patriote, saboteur tout fait ou encore une marionnette. Sans que le rapport soit publié, Damiba est une marionnette et saboteur.

    LE RAPPORT D’INATA, ICI ET MAINTENANT !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 06:02, par Wibga En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    Nabiiga, puisse que tu sembles connaître le contenu du rapport ainsi que les responsabilités !! publie directement ce qui est à ta disposition pour nous éclairer.
    Nabiiga il faut éviter d’être parmi les "idiots utiles" des réseaux sociaux dont l’autre faisait cas !! Prend tes responsabilités et organise un point de presse pour nous raconter tes élucubrations de cabaret ou vas y tes faire soigner en psychiatrie parce qu’apparemment tu digères mal le sevrage forcé de la gabegie du Mpp. Vive la jeunesse consciente et non manipulable du Faso

    Répondre à ce message

    • Le 4 août à 12:22, par Teeltaaba En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

      Merci pour la promptitude.
      Nous attendons la publication du rapport d’Inata également.

      Répondre à ce message

    • Le 4 août à 14:01, par Nabiiga En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

      @Wibga
      .. merci Wibga, je refuse tout de même d’être ton Prof de français. Si le français facile t’échappe, tu sais très bien ce qu’il faut faire : un retour au CP1 pour commencer à apprendre le français rudimentaire. Autrement, tu demandes à quelqu’un de te lire, te faire comprendre, et tu réponds en langue locale que tu maîtrises car je peine à comprendre ce dont tu m’accuses

      1-Nul part dans ce que j’ai écrit présuppose, suppose ou encore vante que je connaisse le contenu du rapport d’Inata. Comme si cela ne suffisait pas, tu continues à exposer ton insuffisance linguistique en me sommant d’organiser une conférence de presse pour dévoiler ce que je sais du rapport d’Inata tout en disant que ’tu sembles connaître’. Tu ne vois pas la contradiction en dehors du fait que je n’ai pas vanter d’être le titulaire du rapport d’Inata.

      Le rapport d’Inata est un rapport d’intérêt public donc, national. Nul ne doit nous cacher son contenu surtout qu’au dela de 70 de nos compatrioites ont perdu la vie. ¨Ça ne t’intéresse pas de savoir ce qui s’est passé, surtout et avant tout, que la cause de cette drame se trouve dans ce rapport fétiche. Moi, Nabiiga, je veux bien le savoir sinon qu’on me dise pourquoi c’est un tabou.
      Idiot, comme tu l’aurais remarqué, je ne le suis point du tout. C’est toi plutôt qui l’est car tu exposes tes insuffisances publiquement, l’oeuvre de tout idiot.

      Répondre à ce message

  • Le 4 août à 06:11, par SOMDA Gervais En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    Je comprends qu il faut des audits, mais le plus urgent c’est l’audit de l’armée. 700 milliards par an soit plus de 30% du budget sont passés ou. Il faut de la transparence et de la redevabilité auprès du contribuable

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 06:42, par Sacksida En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    Si le contenu de ce Rapport D’Audits de l’Assemblee nationale est explosif et avec des Elements mettant en cause la mauvaise gestion publique des deniers publics, il faudrait saisir la Haute Cour de Justice pour traiter rapidement ce dossier. De meme, il faut absolument des Audits de Gestion publique du Ministere de la Defense nationale et de l’Armee Burkinabe et les responsabilites soient situees et cela pour une suite concrete et Judiciaire a donner ; car aucune Administration publique ne doit echapper aux Audits generaux publics, conditions pour impulser une bonne trajectoire de la gestion publique Vertueuse. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 06:53, par Swartskoff En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    Zut ! @Nabiga. En phase et synchrones nous sommes. Le PM et son patrons doivent savoir que le rapport Inata ne sera pas connu alors le blabla d’aucun rapport ne nous intéressera. Foutaises des foutaises !

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 06:55, par Droitobut En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    L’ audit INATAN qui concerne directement la gestion cahotique et calamiteuse de responsables militaires doit être prioritaire. On peut penser de réconciliation sans le travail de justice.

    Malheur à ceux ballonnement leur peuple. Que Dieu les fassent récolter ceux qu’ils ont semé et continuent de semer.

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 07:36, par Bigbale En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    Mme la Ministre, on est plus à la gestion des années 1960 ! Vous n’aurez d’autres choix que de publier ce rapport d’audit sur l’Assemblé Nationale tout en indiquant la période de gestion concernée (gestion CDP et MPP) ou gestion MPP seulement pour que le peuple sache. Vous devez avoir l’honnêteté intellectuelle de publier le rapport de Installer en intégralité et gare à vous si vous modifier une virgule dans ce document car ce n’est pas avec vous que le.monde à connu le 1er levé et couché de soleil. Et puis, pourquoi vous ciblez seulement l’Assemblée Nationale et pas le Ministère de la Défense ou autres institutions ? De toute façon, les résultats des audits pompeusement engagés au début de l’année devront être publiés sinon, le peuple finira par se convaincre que le MPSR n’est qu’une marionnette du pouvoir déchu du CDP. Alors, faites en sorte que le minimum de confiance entre vous et le peuple soit préservé !

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 08:11, par Nani En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    En cas de besoin, le public en sera informé... Ce besoin sera déterminé par quoi ? Qu’on arrête de se foutre du peuple !!!

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 08:18, par porto En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    Merci nabiiga.ils auront beau tourner comme des girouettes ce rapport du drame d’inata serra connu tôt ou tard. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils se sont empresses de faire leur truc appelé coup d’état.ils pensent que les parents de ces gendarmes canardes comme des pigeons ont oublies.

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 08:27, par porto En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    Merci nabiiga.ils auront beau tourner comme des girouettes ce rapport du drame d’inata serra connu tôt ou tard. C’est d’ailleurs pour ça qu’ils se sont empresses de faire leur truc appelé coup d’état.ils pensent que les parents de ces gendarmes canardes comme des pigeons ont oublies.

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 08:35, par VOX POPULI En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    NABIIGA il faut parler comme un prince.. Droiture du message et pondération et modération, vous vous adressez aussi à une autorité à qui vous voulez demander un service. Je pense que le rapport de INATA a été reçu par RMCK et le rapport à fait plus de deux semaines dans ses mains avant qu’intervienne le coup de force alors que c’est lui qui a exigé une reprise du premier rapport qui ne lui convenait pas.
    Posez-vous la question à savoir pourquoi quand RMCK a pris le second rapport il ne l’a pas rendu publique aussitôt.?

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 09:52, par TERMINATOR En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    « L’autorité a reçu les consignes d’examiner avec précaution ce rapport et en cas de besoin, le public en sera informé ». Donc ce rapport contient des mines anti-personnelles ? Examiner avec rigueur ou bien avec précaution ? Qu’est-ce qu’on ne voudrait pas que le peuple sache et on le lui dit haut et fort comme pour dire qu’on s’en fout ? Là qu’est-ce qui prouve que tous ceux qui sont incriminés seront traité sur le même pied d’égalité ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 10:39, par sawadogo En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    Merci à vous vox populi vraiment ce monsieur n’a rien d’un Nabiiga, mais ce n’est pas grave car nous sommes habitué à ces genres de propos.
    vous n’y parviendrez pas à faire comprendre monsieur Nabiiga militant du parti politique qui a géré le pouvoir mouta mouta.
    C’est juste la peur et la honte qui habitent monsieur Nabiiga et tous ces voleurs de la république qui ont mis à plat le pays dès l’annonce de la remise du rapport d’audit.
    malgré tout ce qu’on reproche aux militaires, ils ne se sont pas pressés de jeter des personnes en prison comme vous l’aviez fait sans procès. Ces personnes du CDP avec lesquelles vous aviez cheminé durant 27 ans ont tout simplement pêché en refusant d’adher au MPP.
    Même si on procèdait aujourd’hui à un audit des 27 du président Compaoré, votre refus honteux d’être comptable de cette période ne vous épargnera pas de la prison.
    Quant on pense avoir bien géré les ressources mis à sa disposition, on doit être aux abois.
    Vous êtes mal placé monsieur Nabiiga pour exiger des dirigeants actuels, la publication d’un rapport d’audit que le président RMCK a encore mis dans son tiroir durant deux semaines.
    Désolé le terrorisme est la conséquence de votre inconséquence durant les 7ans de gestion. Vous êtes la cause et INATA n’est qu’une conséquence.
    De quoi avez peur Nabiiga que le peuple sache la vérité sur votre gestion ? Permettez à Damiba de publier les rapports d’audit avant de crier Damiba dégage ou d’exiger une transition civile dans le seul but de dissimuler vos pratiques mafieuses.

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 11:27, par HUG En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    Publier le rapport pour nous sachons de cette gestion. Quant au rapport d inata il y a des gens qui en possedent que ces gens prennent leur responsabilité pour le publier pour que nous sachons qui sont les coupables. C est le president dechu qui a recu le rapport et ne l a pas publié.A qui la faute ?La gestion mouta mouta a des avantages et des inconvénients.A supposé que la rapport d inata remis au president avait été publié et que les fautes etaient commises par les hommes forts du moment je vous parie que le coup d etat allait echouer car moi qui n appartient à aucun parti politique et les hommes allaient sortir faire echouer le coup d etat.Tout l monde allait dire que c est la force on veut faire au mpp .Il faut aussi publier les resultats des audits des autres ministeres pour que nous sachons.

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 13:40, par luther En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    Le peuple du Burkina Faso qui clame fièrement d’être du pays des hommes intègres de Thomas SANKARA est-il formaté ou quoi ? On loue le seigneur et on est contre son idéal ! Quelle folie ? Face à la gabegie, le népotisme, le clientélisme à ciel ouvert du régime MPP et alliés, des jeunes militaires prennent leur responsabilité républicaine et mettent fin à la saignée ; et vous trouver que commanditer des audits est contre-nature !
    Les militaires doivent savoir qu’ils en face tout sauf un peuple intègre où des gens osent sortir pour défendre un voleur, un bandit pour seulement assurer le gosier.
    Que les gens d’en face sachent, qu’il y a encore des Burkinabè qui sont prêts sans aucun intérêt partisan à défendre ce pays vaille que vaille contre les manœuvres machiavéliques des indélicats du MPP et Cie. Nulle n’a le monopole de la rue, encore moins de la violence.
    Luther

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 14:28, par Wendinmi En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    Toutes les institutions de l’Etat doivent être auditées et tous les fautifs mangés à la même sauce. N’en déplaise au MPP et affidés.

    Répondre à ce message

  • Le 4 août à 18:43, par David En réponse à : Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo

    J’interpelle la Rédaction du Faso.net pour leur dire de mettre de l’ordre dans les échanges au risque de ternir son image.Nous ne voulons pas de discours partisan !Que celui qui veut opiner le fasse mais dans le respect de l’opinion générale ! Il faudrait éviter de citer les autres comme des mis en cause dans ce qui nous arrive.Non,il est temps de voir les choses autrement,de regarder dans la même direction.C’est en cela que nous ferons des critiques objectives.En même temps qu’on accepte l’audit de l’Assemblée,on doit exiger également l’audit du ministère de La Défense qui est mis en cause dans cette affaire d’insécurité. Le peuple a besoin de comprendre et l’Etat a le devoir d’expliquer les choses ! Si nous sommes en crise aujourd’hui c’est parce que pendant longtemps l’Etat a ignoré le peuple et le peuple a fait comme si l’Etat n’existait pas.Depuis les années 70 le PNUD a attiré l’attention des États africains sur cette question mais en vain.Aujourd’hui nous devons prendre conscience si nous voulons avancer !Que Dieu apporte la paix dans notre pays !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Bientôt la construction de cités communales dans les localités d’accueil de déplacés internes
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 août 2022
Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 3 août 2022
SIAO 2022 : La résilience des populations au menu de la 16e édition
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 27 juillet 2022
Suspicion de l’existence d’une piste d’atterrissage clandestine : Des investigations en cours
Compte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 20 juillet 2022
Lutte contre le terrorisme : « Tout est fin prêt pour accueillir les personnes désirant quitter les zones d’intérêt militaire »
Compte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 13 juillet 2022
Retour de Blaise Compaoré au Burkina : « Cette venue est très probable, même attendue », annonce Lionel Bilgo
Compte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 6 juillet 2022
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés