Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

23e anniversaire de la fête du trône : Le roi du Maroc tend une main fraternelle à l’Algérie

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • • mardi 2 août 2022 à 11h37min
23e anniversaire de la fête du trône : Le roi du Maroc tend une main fraternelle à l’Algérie

Le royaume du Maroc vient de commémorer, le 30 juillet 2022, le 23e anniversaire de la fête du trône, qui symbolise « l’accession du souverain au trône de ses glorieux ancêtres ». A l’occasion, Sa Majesté le roi Mohammed VI s’est adressé à la nation marocaine, à travers un discours dont l’essentiel porte sur « la situation de la femme, le registre social unifié, la solidarité économique des entreprises, l’encouragement des investissements étrangers, les relations avec l’Algérie, etc. ».

L’esprit de la fête du trône célébrée au Maroc le 30 juillet de chaque année, s’inscrit dans la dynamique du « renouvellement du pacte d’allégeance mutuel qui unit le trône et le peuple ». Cette année, les Marocains ont fêté cet anniversaire « dans un contexte agité où la crise due à la pandémie covid 19 et les transformations de l’environnement international continuent à se répercuter sur l’économie nationale et mondiale ». Pour faire face à ces préoccupations du moment, le roi Mohammed VI a invité le peuple marocain à « un esprit d’initiative et de résilience », gage d’une stabilité sociale consolidée, de conditions de la femme et de la famille améliorées et de capacités de l’économie nationale renforcées.

Relever ces défis pour « l’édification d’un Maroc avancé et fort de sa dignité », passe par cette exigence que « tous les Marocains, hommes et femmes, prennent une part active à la dynamique de développement ». Et le roi Mohammed VI d’insister plus particulièrement sur « la nécessité que la femme marocaine apporte son plein concours dans tous les domaines », elle en faveur de qui, beaucoup de réformes majeures ont été engagées dont « la promulgation du code de la Famille et l’adoption de la constitution de 2011 qui consacre l’égalité homme-femme en droits et en obligations et, par conséquent, érige le principe de parité en objectif que l’Etat doit chercher à atteindre ». Pour mémoire, et selon le roi Mohammed VI, le code n’est spécifique ni aux hommes, ni aux femmes : « il est dédié à la famille entière. Fondé sur la notion d’équilibre, il donne aux hommes et aux femmes les droits qui leur échoient respectivement et il tient compte de l’intérêt des enfants ».

Des efforts pour contenir les effets de la covid 19

Comme dans bien de pays à travers le monde, le Maroc n’a pas échappé aux effets de la crise de la covid qui se sont fait sentir dans tous les secteurs économiques et sociaux. Ces effets ont surtout affecté les populations pauvres ou en situation de précarité. Au Maroc, « à la faveur d’efforts conjoints des citoyens et des autorités, cette conjoncture difficile a été surmontée, par une gestion singulière, au prix d’un effort considérable de l’Etat, en termes d’apport en aides matérielles directes aux familles nécessiteuses et de soutien aux secteurs touchés ». Sans oublier que le Maroc a été « l’un des premiers pays à prendre la judicieuse initiative de se procurer le vaccin et de le mettre gratuitement à la disposition des citoyens et des étrangers résidant au Maroc ». Plus généralement dans le secteur de la santé, l’accent a été mis dans la réalisation « d’un grand projet de généralisation de la protection sociale et le renforcement du système de santé ».

Au plan de la promotion de l’économie nationale marocaine, des efforts ont également été déployés par aussi bien l’Etat que des secteurs publics et privés, ce qui a permis à cette économie « de résister aux crises et aux soubresauts et de réaliser ainsi des résultats concluants dans les différentes filières de production ». Mais comme le reconnaît le roi Mohammed VI, « cette embellie a été éphémère en raison de la conjoncture internationale » qui a entraîné dans le royaume, une envolée des prix de certains produits de première nécessité. Ce qui a emmené le gouvernement marocain « à allouer des crédits importants à la subvention de certains produits de base et à assurer l’approvisionnement des marchés en ces produits ». Parallèlement, des leviers du mécanisme de solidarité nationale, ont été actionnés « pour lutter au mieux contre les spéculations et la manipulation des prix ».

Rester optimiste malgré tout !

En dépit de « la conjoncture internationale fluctuante », le Maroc se veut néanmoins optimiste et entend se focaliser sur ses atouts, aux fins d’espérer « tirer le meilleur parti des opportunités et des perspectives ouvertes par ces mutations pour drainer plus d’investissements, stimuler les exportations, promouvoir le produit national ». A cet égard, le roi engage le gouvernement ainsi que les sphères politique et économique « à offrir plus de facilités aux investissements étrangers au Maroc », en prenant le soin « d’éliminer tout obstacle qu’ils pourraient rencontrer ».

L’intime appel du roi au bon voisinage

Afin de réussir dans l’amélioration de la situation socio-économique de son pays, le souci constant du roi Mohammed VI est de « gérer les priorités qui sont les siennes aux niveaux régional et international ». A ce propos, le souverain est formel : « les frontières qui séparent le peuple marocain et le peuple algérien frères ne seront jamais des barrières empêchant leur interaction et leur entente ». Et de souhaiter « que ces frontières se muent en passerelles permettant au Maroc et à l’Algérie d’accéder à un avenir meilleur et d’offrir un bel exemple de concorde aux autres peuples maghrébins ». D’où l’intime appel du roi Mohammed VI aux Marocains « à préserver l’esprit de fraternité, de solidarité et de bon voisinage qui les anime à l’égard des frères algériens ». Et d’assurer d’ailleurs ces frères algériens, « qu’en toute circonstance, le Maroc et les Marocains se tiendront toujours à leurs côtés ».

C’est donc dire qu’aussi bien le Maroc que l’Algérie, « ne doivent en aucun cas céder aux sirènes d’individus irresponsables qui s’évertuent à semer la zizanie entre les deux peuples frères… Ces médisances sur les relations maroco-algériennes sont totalement insensées et sincèrement consternantes ». C’est là une ferme volonté de « trouver une issue à la situation actuelle et de favoriser le rapprochement, la communication et la compréhension entre ces deux peuples ». Puissent alors le Maroc et l’Algérie « travailler, main dans la main, à l’établissement de relations normales entre deux peuples frères, unis par l’Histoire, les attaches humaines et la communauté de destin ». Il y va d’abord de l’intérêt des deux pays, ensuite du Maghreb, enfin de l’Afrique, en termes de coopération sud-sud solidaire et réussie, unifiée et forte, dynamique et prospère.

Une synthèse de Sita TARBAGDO
(Collaborateur)

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Coopération France-Burkina : Bientôt 15 millions d’euros pour venir en aide à l’Etat Burkinabè
Burkina/Coopération : Une organisation de la société civile envisage de travailler à l’éveil des consciences contre la présence française au Burkina
Agenda 2063 de l’UA, volet Burkina Faso : Une consultation nationale pour évaluer le 1er plan décennal 2014-2023
Coopération Burkina Faso – Russie : Le Chef de l’Etat échange avec le ministre des Affaires étrangères Sergei LAVROV
Sommet extraordinaire de la CEDEAO à New-York : Des sanctions progressives seront prises contre la junte guinéenne
Sécurité et développement : Les Etats-Unis réitèrent leur engagement à soutenir le Burkina
New York : Le Président du Faso reçu par le Président en exercice de la CEDEAO
77e session de l’AG des Nations unies : Le Premier ministre à la rencontre de concertation entre l’Allemagne et les dirigeants africains
Assemblée générale de l’ONU : Le Premier ministre à l’ouverture du débat général de la 77e session
77e AG des Nations unies : Le Président du Faso attendu à New York (Communiqué)
RDC-Burkina Faso : Les deux instituts nationaux de santé publique partagent leurs expériences à Ouagadougou
Sommet mondial sur la transformation de l’éducation : Le Premier ministre à New York
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés