Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dès l’instant que vous apprenez à reconnaître la beauté dans ce monde, vous cessez d’être un esclave.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Accès à l’eau potable pour les personnes déplacées internes : L’Agence française de développement offre 9 milliards de francs CFA au Burkina Faso

Accueil > Actualités > Environnement • Lefaso.net • mercredi 20 juillet 2022 à 18h34min
Accès à l’eau potable pour les personnes déplacées internes : L’Agence française de développement offre 9 milliards de francs CFA au Burkina Faso

Le ministre de l’économie, des finances et de la prospective, Abel Somé et le directeur de l’Agence française de développement (AFD), Gilles Chausse, ont paraphé, dans la soirée du mardi 19 juillet 2022, à Ouagadougou deux conventions de financement. D’un montant global de 9 milliards de francs, ces financements vont appuyer la mise en œuvre de deux projets dans les régions de l’Est et du Centre-nord. La signature s’est déroulée sous le regard vigilant de l’ambassadeur de France au Burkina Faso, Luc Hallade.

Les appuis de l’AFD à l’Etat burkinabè reprennent. La matérialisation de la reprise de ces aides a eu lieu dans la salle de conférence du ministère de l’Economie, des finances et de la prospective où le patron des lieux, Abel Somé et le directeur de l’AFD ont signé deux conventions de financements au profit de deux projets mis en œuvre dans les régions de l’Est et du Centre-nord.

Le Ministre de l’Economie,des finances et de la prospective, Abel Somé (à droite) paraphant les documents de convention

Le premier projet, extension des filets sociaux « Burkin-Naong-sa ya », est mis en œuvre dans la région de l’Est. L’appui financier, d’environ quatre milliards de francs CFA, va permettre d’étendre le projet à quatre communes de la province du Gourma. Il s’agira notamment de Fada N’gourma, de Diabo, de Diapangou et de Tibga. Il vise à lutter contre la pauvreté et la crise sécuritaire en accroissant la résilience des populations.

« Cette subvention permettra d’assurer des transferts monétaires trimestriels à 10 000 ménages pendant trois ans. A ces transferts monétaires s’ajoute un paquet de mesures d’accompagnement en matière de santé, d’hygiène et de nutrition, de lutte contre les discriminations et les violences basées sur le genre ainsi qu’un programme d’éducation financière. Ce financement prévoit également des actions de renforcement institutionnel du système de protection sociale », a relevé Lazare Zoungrana, ministre de la solidarité nationale et de l’action humanitaire, représentant le gouvernement burkinabè.

Presentation de documents paraphés

Le deuxième projet porte sur la modernisation et le renforcement d’urgence des services publics ruraux d’eau potable en zone de crise. Il est mis en œuvre dans dix communes rurales de la région du Centre-nord qui, selon le ministre de l’action humanitaire, Lazare Zoungrana, compte près de 35% des personnes déplacées internes.

Le projet veut améliorer l’accès aux services élémentaires d’eau et d’hygiène des communes concernées, pérenniser la gestion et l’efficacité des services d’eau et renforcer les capacités des acteurs et des institutions à planifier, contractualiser et réguler les services d’approvisionnement en eau en zone de crise. Cela va consister, entre autres, au diagnostic de 200 forages existants, la réalisation de 40 nouveaux forages à gros débits, la transformation de 100 forages équipés de pompes à motricité humaine en postes d’eau équipés de bornes fontaines autonomes.

La signature des conventions s’est déroulée en présence des agents des deux structures

Le Projet de modernisation et de renforcement d’urgence des services publics ruraux d’eau potable en zone de crise va contribuer à améliorer la vie de 150 000 personnes dans les zones ciblées, à réduire et à prévenir les conflits liés à l’accès et aux usages de l’eau entre les populations déplacées et les hôtes. Pour Lazare Zoungrana, ces deux projets vont fortement contribuer à améliorer les conditions de vie des populations déplacées et des populations hôtes dans deux régions à fort défi sécuritaire. « Ils participeront aussi à améliorer l’inclusion financière et l’accès des populations à l’eau potable et à l’assainissement et cadrent parfaitement avec les priorités du Plan d’action de la transition », a ajouté le ministre de la solidarité nationale et de l’action humanitaire.

L’ambassadeur de France au Burkina, Luc Hallade, s’est réjoui de la reprise des aides de l’AFD au pays des hommes intègres et a salué l’engagement de l’AFD dans ces projets de développement au profit des populations déplacées. Il a émis le vœu ardent que l’aide puisse contribuer à soulager les populations qui ont abandonné leurs villages à cause de l’insécurité.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Environnement : Des acteurs réfléchissent à l’amélioration des actions de restauration des paysages forestiers
Atténuation des effets des changements climatiques : Les membres de la plateforme nationale de la REDD+ installés
Environnement : 15 ans plus tard, qu’en est-il de la grande muraille verte ?
Lutte contre la sécheresse au Burkina : L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) outille les acteurs sur l’approche SFN
Réduction d’émission du CO2 au Burkina : Les ferrailleurs outillés sur les bonnes pratiques pour préserver l’environnement
Environnement : Les Aires ou territoires du patrimoine autochtone communautaire (APAC) tiennent leur troisième assemblée nationale
Environnement : Pourquoi la COP ne peut pas marcher
Changement climatique et biodiversité : « Le, sorgho, une alternative aux cultures céréalières », selon Pr Yvonne Bonzi
Protection de l’environnement : La conférence nationale des jeunes sur le climat se tient les 28 et 29 octobre 2022
Université Nazi Boni : Les étudiants en environnement outillés la neutralité en matière de dégradation des terres séminaire
Lutte contre le changement climatique : La PACJA mobilisée pour des accords fructueux à la Cop27
Burkina Faso : Le comité régional de programmation et de suivi du CILSS tient sa 29e réunion
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés