Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’œil qui a connu le malheur et qui n’a pas crevé, connaitra certainement le bonheur.» Proverbe Africain

Burkina Faso : L’otage d’origine polonaise libéré et remis aux autorités de son pays d’origine

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • Lefaso.net • mercredi 29 juin 2022 à 23h10min
Burkina Faso : L’otage d’origine polonaise libéré et remis aux autorités de son pays d’origine

Le conseil des ministres s’est tenu ce mercredi 29 juin 2022, à Kosyam, sous la présidence du chef de l’État, le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba. A l’issue de ce rendez-vous hebdomadaire, la ministre de la communication, de la culture, des arts, et du tourisme, Valérie Kaboré, a annoncé la libération d’un otage d’origine polonaise, Dernaski Rafal Kamil, enlevé sur l’axe Matiakoali-Kantchari le 27 avril 2022 alors qu’il était en partance pour le Niger.

Désormais, l’otage d’origine polonaise enlevé au Burkina sur l’axe Matiakoali-Kantchari le 27 avril 2022 est libre de ses mouvements. La primeur de l’information a été donnée à la presse par la ministre de la communication, de la culture, des arts, et du tourisme, Valérie Kaboré, au sortir du conseil des ministres de ce 29 juin 2022. « Il a été libéré le 24 juin 2022. Les autorités l’ont récupéré par la gendarmerie et transféré à Ouagadougou le 27 juin dernier. Il a été pris en charge par les équipes médicales pour un bilan de santé. Le mardi 28 juin, une cérémonie de remise de l’otage a été organisée par les autorités chargées de la question. Il a été remis officiellement aux autorités polonaises qui ont envoyé une délégation au Burkina Faso », a indiqué la ministre. Revenant sur les actes forts de ce rendez-vous hebdomadaire, elle a expliqué qu’au titre au ministère de la Justice, le conseil a adopté deux décrets.

Le premier décret portant organisation et fonctionnement de la Commission de l’informatique et des libertés permettra à la CIL d’accomplir efficacement ses missions conformément aux dispositions de la loi n°001-2021/AN du 30 mars 2021 portant protection des personnes à l’égard du traitement des données à caractère personnel et au décret du 25 mai 2021 portant organisation de la justice, des droits humains et de la protection civique. Le second décret est relatif à l’application de la loi portant règlementation de la protection d’huissier de justice. A en croire la ministre Kaboré, l’adoption de ce décret permettra d’actualiser et de compléter le dispositif juridique applicable à la profession d’huissier de justice au Burkina Faso.

En ce qui concerne le ministère de la Santé, elle a déclaré que le conseil a adopté un décret portant sur l’organigramme. Ce décret permettra au ministère de la Santé d’assurer efficacement ses missions conformément aux dispositions du décret portant attribution des membres du gouvernement et du décret portant organisation type des départements ministériels.

Le conseil a également adopté un décret au titre du ministère de la Solidarité nationale et de l’action humanitaire. Il s’agit du décret portant organisation dudit ministère. S’agissant du ministère de l’Enseignement supérieur, cinq rapports ont été adoptés par le conseil dont deux projets de décrets portant respectivement création d’emplois et nomination d’enseignants chercheurs dans l’emploi de maître de conférences à l’université de Fada N’Gourma.

« L’adoption de ces décrets permettra la création de quatre emplois de maître de conférences et de treize emplois de maîtres assistants et la nomination de quatre enseignant-chercheurs dans l’emploi de maître de conférence à l’université de Fada. La liste de ces nominations sera publiée dans le journal officiel ainsi que le compte rendu officiel », a laissé entendre la ministre. Le conseil a aussi adopté un rapport relatif à l’approbation des résultats de l’appel d’offres international du 29 juin 2021 pour l’acquisition d’équipements spécifiques de laboratoire physique chimie, SVT au profit des institutions publiques d’enseignement supérieur et de recherche du Burkina Faso.

Un autre aspect important abordé par la ministre Valérie Kaboré a été l’organisation de la 28e édition FESPACO pour laquelle le conseil a marqué son accord. Les festivaliers sont attendus du 25 février au 4 mars 2023, à Ouagadougou. L’événement se tiendra autour du thème « Cinéma d’Afrique et culture de la paix ». « Le FESPACO fait partie du calendrier culturel et touristique africain et génère des retombées économiques importantes pour notre pays. Le monde du 7e art se donne rendez-vous au Burkina Faso et le chef de l’État nous a instruit pour que l’organisation de cette édition soit une réussite et serve de cadre pour renforcer notre vivre-ensemble et consolider notre diversité culturelle », a-t-elle confié à la presse.

Et pour ce faire, un paquet d’activités est au programme. Il s’agit, entre autres, de projection de films, des colloques, une rue marchande. Soucieuse de la réussite de l’événement, la ministre a sollicité l’accompagnement de la presse nationale et internationale pour la couverture de l’ensemble des activités. Leur présence, selon elle, permettra de mettre en relief l’image du Burkina Faso qui demeure un pays résilient, fréquentable et ouvert au reste du monde. Sur l’état des préparatifs, elle a assuré qu’ils sont à pied d’œuvre. Pour l’instant, le pays invité d’honneur n’est pas connu. « Nous attendons d’avoir le retour d’information pour communiquer là-dessus ».

Des communications orales étaient également à l’ordre du jour de ce conseil. Il y en avait plus d’une dizaine. A titre illustratif, la ministre a expliqué que son collègue de la solidarité et de l’action humanitaire a fait le point d’une mission gouvernementale à Dori qui s’est déroulée le 19 juin dernier. Cette mission avait pour objectif de procéder à l’évaluation de la situation humanitaire dans la ville de Dori causée par la fuite de dizaine de milliers de personnes en provenance de Seytenga suite à l’attaque terroriste perpétrée dans la nuit du 11 au 12 juin 2022 dans ladite commune. Et adapter une réponse humanitaire aux besoins réels de ces populations déplacées.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina Faso : Bientôt la construction de cités communales dans les localités d’accueil de déplacés internes
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 10 août 2022
Burkina : L’audit de l’Assemblée nationale entre les mains d’Albert Ouédraogo
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 3 août 2022
SIAO 2022 : La résilience des populations au menu de la 16e édition
Compte rendu du Conseil des ministres du mercredi 27 juillet 2022
Suspicion de l’existence d’une piste d’atterrissage clandestine : Des investigations en cours
Compte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 20 juillet 2022
Lutte contre le terrorisme : « Tout est fin prêt pour accueillir les personnes désirant quitter les zones d’intérêt militaire »
Compte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 13 juillet 2022
Retour de Blaise Compaoré au Burkina : « Cette venue est très probable, même attendue », annonce Lionel Bilgo
Compte rendu du Conseil des Ministres du mercredi 6 juillet 2022
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés