Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Droits des femmes : Le Collectif des féministes du Burkina Faso est né

Accueil > ONG, Coopération décentralisée • Lefaso.net • vendredi 24 juin 2022 à 17h23min
Droits des femmes : Le Collectif des féministes du Burkina Faso est né

L’Initiative pananetugri pour le bien-être de la femme (IPBF) a organisé une assemblée générale constitutive le mercredi 8 juin 2022, à Ouagadougou. Cette rencontre a eu pour objectif général de mettre en place un Collectif des féministes du Burkina Faso.

Dans le cadre de la célébration de la journée internationale de la femme en 2022, l’IPBF avait organisé son premier « Thé féministe ». A la suite de cette rencontre, d’autres ateliers intergénérationnels ont été organisés, dont la derrière remonte au 11 mai 2022. Des actions collectives avaient été proposées dont la mise en place d’un regroupement mutualisant les actions des différents défenseurs.es des droits de la fille et de la femme au Burkina Faso. Le mercredi 8 juin 2022, le collectif des féministes du Burkina Faso a vu le jour et il a été installé de manière formelle au cours d’une assemblée générale constitutive. A cette assemblée générale, il s’est agi de : valider la feuille de route et les statuts constitutifs, d’élire les instances et organes du collectif.

Le comité de coordination est composé d’actrices œuvrant dans des domaines divers pour l’épanouissement des filles et des femmes.

Un comité de coordination a été établi. Il est composé de sept membres qui sont : une coordonnatrice, une secrétaire générale et son adjointe, une chargée du partenariat et de la mobilisation des ressources et son adjointe, une chargée de communication et une chargée de plaidoyer. Elles ont toutes été votées démocratiquement, à l’issu d’une série de vote.

C’est Mariam Lamizana, présidente de l’ONG voix de femmes, qui a été choisie pour en être la coordonnatrice. Elle est une pionnière et une militante de longue date dans la lutte pour les droits des femmes et des filles au Burkina Faso. Elle est connue pour son combat dans la lutte contre la pratique des MGF (Mutilations Génitales Féminines) /Excision. « Je voudrais reformuler mes remerciements pour la confiance placée aux membres du comité de coordination. La tâche est ardue.

Mariam Lamizana a dit mesurer la tâche qui l’attend

Ce que nous devons faire dans l’immédiat : c’est de finaliser les textes, élaborer le règlement intérieur et finaliser la feuille de route qui vient d’être d’adoptée. Nous n’allons pas réinventer la roue, nous allons travailler à amener la compréhension collective à déconstruire les préjugés qui entourent les questions de promotion et de conditions des femmes dans notre pays » s’est-elle exprimée. Elle a précisé que les membres du collectif sont engagés pour faire du féministe une réalité au Burkina Faso.

Des communications et des plaidoyers

Le Collectif des féministes du Burkina Faso est constitué d’acteurs et actrices de la société civile, étatiques, des médias, des activistes, de féministes, d’académiciennes et académiciens, des techniciennes et techniciens, et de toutes les personnes qui militent, travaillent pour une société juste et équitable.

Durant la rencontre, toutes les parties prenantes se sont exprimées

Cynthia Compaoré est l’une des membres du collectif. Au sortir de cette AG, elle a dit prendre l’engagement de porter à voix haute le combat féministe au Burkina Faso. Elle a promis que ses actions iront toujours dans le sens de cette idéologie. « Nous avons foi que ce collectif va se démarquer et atteindre ses objectifs. L’exclusivité de ce collectif est qu’il est féministe. Le féminisme est le bras politique du mouvement des droits des filles et des femmes.

C’est une action qui va au-delà des langages pour agir » a expliqué Wendyam Micheline Kaboré, directrice exécutive de l’IPBF. Elle a confié que le collectif va œuvrer à renforcer les capacités et les aptitudes des membres sur le concept du féminisme. Les populations seront aussi sensibilisées, car, elles sont nombreuses ces personnes qui ont des préjugés sur cette idéologie.

Wendyam Micheline Kaboré a rappelé que ce collectif se veut intergénérationnel avec des ainées et des jeunes activistes

Le collectif veut déconstruire le cliché selon lequel, cette idéologie promeut la guerre des sexes. Il s’agit en réalité, d’une lutte pour l’épanouissement des femmes et des filles. Des actions de plaidoyers seront menées auprès des structures et institutions étatiques pour qu’ils participent davantage à travers l’élaboration des lois, à la promotion des droits des femmes et des filles. Toutes les personnes physiques ou morales qui approuvent et respectent les valeurs et les principes du collectif, peuvent y adhérer. Ce collectif se veut un instrument pour une justice sociale inclusive.

SB
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Coopération militaire Burkina–France : Le Sabre remis dans son fourreau
Koudougou : L’ONG AES/Burkina lance un projet de prise en charge des enfants vulnérables du fait de la migration
Entreprenariat : l’OIM facilite le rapprochement entre porteurs de micros projets et fonds de financement dans le Centre-Est
Transition au Burkina Faso : Le SPONG entend apporter sa contribution
Développement du Burkina Faso : Le Premier ministre partage sa vision avec le SPONG
Région du Centre-Nord : L’ONG Mwangaza Action fait de la prévention de la malnutrition son cheval de bataille
Nuit des ONG : Tree Aid reçoit son trophée
Fondation Konrad Adenauer Siftung : Une clinique juridique pour assister les victimes de violences basées sur le genre
Autonomisation économique des jeunes au Burkina : L’ONG « Sauve ma patrie » forme 120 PDI dans divers métiers
Violences basées sur le genre : Oxfam tient un panel de haut niveau et des activités communautaires pour marquer les 16 jours d’activisme
Crise humanitaire au Burkina : Ocha lève le voile sur les actions humanitaires menées sur le terrain
« Burkina Faso : la voie de la réussite démocratique » : Le nouveau programme du NDI pour renforcer la démocratie
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés