Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est seulement avec astuce qu’on parvient à chasser une mouche, non en agissant rapidement.» Proverbe Africain

Burkina/Cinéma : "La belle et Noufou", un long métrage de Derek Zampaligré qui veut redonner le sourire aux Burkinabè

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • mercredi 22 juin 2022 à 12h20min
Burkina/Cinéma :

KSD production films et DC factory ont présenté le lundi 20 juin 2022 un long métrage intitulé « La belle et Noufou ». Une comédie qui traite des faits de société pour le plus grand bonheur des spectateurs. Cette avant-première s’est tenue dans la salle du ciné Neerwaya.

Un contexte sécuritaire qui laisse à désirer, poussant la population à vivre dans la crainte. Doutes et peurs s’installent dans les cœurs des Burkinabè qui se posent une et mille questions. C’est face à cette situation critique que le 7e art joue un rôle important, celui de faire oublier les peines. « La belle et Noufou » parle de notre quotidien, de l’amour, de la jalousie, des faits de société dans lesquels tout le monde peut se retrouver.

C’est l’occasion pour le réalisateur, Derek Salif Zampaligré, de redonner le sourire à la population burkinabè dans ces moments difficiles que traverse le pays. « C’est un long métrage, une comédie qui traite un peu des maux qui minent notre société. Vu le climat que le pays traverse actuellement, nous avons voulu apporter en quelque sorte notre pierre à l’édifice en distrayant les gens avec des choses drôles, des choses qui contribuent à véhiculer des messages de manière positive », a-t-il souligné.

Derek Zampaligré : « Le concept derrière ce film c’est un ticket acheté égal à un repas offert aux déplacés internes »

C’était aussi un défi à relever pour les acteurs qui ont figuré dans ce film. Selon Djamila Diallo, cela a été un honneur pour elle d’avoir été l’actrice principale du film. « J’ai été approchée par le réalisateur, j’ai lu le scénario, j’ai aimé et je me suis lancée. C’est ensemble que le cinéma burkinabè va aller loin et si je peux contribuer à cela je le ferai. J’ai été beaucoup honorée d’avoir été l’actrice principale de ce film, c’était vraiment une belle expérience pour moi ». Elle espère aussi que ce film « puisse apporter le sourire aux gens et qu’on puisse penser aussi aux déplacés internes car c’est le concept derrière le film : un ticket acheté égal à un repas offert aux déplacés internes », a-t-elle fait comprendre.

Le nouveau film de Derek Zampaligré n’a pas laissé les spectateurs indifférents. Pour Olga Bambara, le film a une belle histoire mais une histoire qui ne sort toujours pas de l’ordinaire. « Dans l’ensemble je trouve que c’est un beau film, un beau texte, les images ça allait, il y’avait un défaut de son mais je me dis que ça doit être dû à la salle. C’est une histoire qui est connue de tous, il y’a pas de nouveauté c’est toujours les mêmes répliques, mais c’est bien de voir des gens qui font des efforts pour rehausser le niveau du cinéma burkinabè. J’aimerais plus voir des histoires qui sortent de l’ordinaire, pas les histoires dont on connaît déjà la fin avant que le film même ne débute », a-t-elle affirmé.

Djamila Diallo : « J’ai été honorée d’avoir été l’actrice principale »

Pour ce qui concerne la promotion du film, le réalisateur a affirmé qu’il passera du 20 juin au 3 juillet 2022 à Ouagadougou, ensuite à Bobo et dans d’autres localités du pays. Il invite la population à sortir massivement parce-que c’est un film qui traite de faits de société sur un ton humoristique car à travers l’humour, selon lui, on arrive facilement à faire passer des messages positifs.

Bela Nefertari Ouedraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
6e édition de la nuit de reconnaissance Burkimbila : Pour promouvoir la culture et des actions de personnalités
Culture au Burkina : Une centaine d’adolescents et d’enfants initiés aux arts
Musée national du Burkina : Une exposition pour montrer le rôle des « poupées biiga » dans l’éducation de la jeune fille
Musée national : Des communicateurs outillés pour mieux promouvoir le patrimoine culturel du Burkina
Musique au Burkina : « Je souhaite collaborer avec Salif Keïta », lance Damo Fama
Théâtre au Burkina : « La leçon », une réalisation 100% féminine
Musique : Dr Abdallah sensibilise les femmes enceintes à travers le slam
Développement de l’industrie culturelle au Burkina et en Afrique de l’Ouest : L’Espace culturel Gambidi lance le projet CITAO
Culture : La 23e édition de Fitini Show bientôt lancée
Culture : La première édition de la Nuit du rire à Koudougou prévue ce 16 juillet
Romaric L. Dala, étudiant et slameur : « On peut poursuivre deux lièvres à la fois, il suffit de savoir s’organiser »
Culture : Le metteur en scène Peter Brook a tiré sa révérence
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés