Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Un problème sans solution est un problème mal posé » Albert Einstein

La tentation du 3e mandat : Macky Sall, le président sénégalais, danse le Mbalax sur un volcan

Accueil > Actualités > International • Lefaso.net • dimanche 5 juin 2022 à 22h25min
La tentation du 3e mandat : Macky Sall, le président sénégalais, danse le Mbalax sur un volcan

Qui est ce qui se passe dans la tête d’un président africain avant de franchir le pas du coup d’État constitutionnel ? Le phénomène du recours au troisième mandat a des occurrences nombreuses sur le continent pour qu’on se pose la question. Du colonel Mamadou Tandja du Niger qui avait le souci d’achever ses chantiers, en passant par le capitaine Blaise Compaoré qui trouvait que la limitation des mandats était carrément antidémocratique, à Alassane Dramane Ouattara de Côte d’Ivoire qui a invoqué le sort qui s’acharnait contre ses dauphins désignés, sans parler du professeur Alpha Condé qui trouvait indispensable au bon fonctionnement de la Guinée sa révision constitutionnelle, nous en arrivons à Macky Sall qui semble manifester tous les symptômes de cette maladie des chefs d’État africains.

Quels sont les signes avant-coureurs communs à toutes ces révisions constitutionnelles ? Les voit-on à l’œuvre au Sénégal avec Macky Sall ? Franchira-t-il le pas en gaiendé (lion) politique pour faire ce qu’il a combattu hier ? Ou bien sera-t-il retenu par l’échec aux élections législatives si celui-ci advenait ? Le débat sur l’élection des députés avec des listes rejetées est-il déjà le premier tour des présidentielles au Sénégal prévues dans deux ans ?

Macky Sall, le président de la république du Sénégal, est aussi sur le toit de l’Afrique, car il est également président de l’Union africaine dont la présidence est tournante. Son pays le Sénégal est voisin de deux pays dont les chefs d’État ont pris le pouvoir par les armes au Mali, et en Guinée Conakry. Mais Macky Sall, a l’onction populaire, il peut se vanter d’avoir eu deux fois la sanction du suffrage universel, par une victoire aux élections présidentielles en 2012 et en 2019. Le Sénégal est parmi les États africains ayant le français comme langue officielle, un pays à part, avec une certaine stabilité des institutions depuis 1960.

Il est l’un des rares à être vierge de tout coup d’État militaire. La démocratie sénégalaise n’est pas pour autant solide mais elle a un long parcours historique, une certaine durée. Elle a failli connaître un coup d’arrêt avec Abdoulaye Wade qui a brigué un troisième mandat. Mais l’homme qui a empêché la réelection d’Abdoulaye Wade semble vouloir suivre son ex mentor avec lequel il s’était fâché.

Rien n’est dit, rien n’est encore fait, mais Macky Sall qui a baptisé le nouveau stade de Dakar du nom de son prédécesseur à qui il trouve, maintenant qu’il l’a remplacé, des qualités, à la tentation du 3e mandat. A deux ans des élections présidentielles, le Sénégal semble se repasser les mêmes plats avec comme entrée les élections législatives du 31 juillet 2022 qui décideront du sort du pays.

Macky a commencé sa bataille pour empêcher l’opposition d’être présente à l’Assemblée, par l’invalidation par le ministère de l’Intérieur sénégalais de deux listes de l’opposition : la liste des candidats titulaires au scrutin proportionnel de Yewwi Askan Wi (YAW) et celle des candidats suppléants au scrutin proportionnel de Benno Bokk Yaakaar (BBY).

Les élections législatives du 31 juillet 2022 au Sénégal fourniront 53 députés élus dans les départements au scrutin majoritaire et 112 autres élus sur les listes nationales à la proportionnelle pour une assemblée de 165 députés. Les conditions de candidatures ont été rendues difficiles par les parrainages et l’exigence du quota genre des listes.

Les partis politiques après avoir déposé des recours devant le Conseil constitutionnel appellent déjà à des manifestations le 8 juin 2022 contre les tentatives d’écarter la liste de YAW. Les risques d’une tension sociale élevée avec des émeutes violentes pèsent sur le pays si le président Macky Sall agit comme quelqu’un qui est encore dans la course pour le pouvoir. Son comportement et les non-dits de ses discours illustrent à souhait la volonté de rester au pouvoir et de changer les règles du jeu.

Une des caractéristiques générales de ceux qui veulent changer les règles du jeu c’est de maintenir l’opacité sur leurs intentions, tant qu’ils ne sont pas sûrs que le coup soit jouable et qu’il sera un coup gagnant. Quand la presse leur demande s’ils vont respecter la constitution, ils évitent la question et même peuvent se fâcher comme Alpha Condé qui reprochait aux journalistes de ne pas poser la même question aux dirigeants européens.

Le président sénégalais ne nous dit pas qu’il respectera la constitution de son pays qui ne l’autorise pas à faire deux mandats consécutifs. Mais ses affidés annoncent son droit de se présenter pour un 3e mandat parce qu’en révisant la constitution pour passer d’une présidence de 7 ans à 5 ans, son premier mandat ne compterait pas.

On le voit c’est du déjà entendu chez ceux qui se sont risqués à la révision constitutionnelle pour rester au pouvoir. Tous ont invoqué des arguties juridiques sans tenir compte du ressenti populaire. Macky Sall et sa coalition ont perdu lourdement les élections municipales de janvier 2022, le pays a connu des émeutes en mars 2021 suite à l’arrestation de l’opposant du parti Pastef, Ousmane Sonko voir https://lefaso.net/spip.php?article103214

Jouer au médiateur fait partie de la panoplie du candidat au 3e mandat

Le Sénégal subit les conséquences de la guerre Russie Ukraine comme l’ensemble du continent. Mais si Macky est parti à Sotchi, ce n’est pas en émissaire de la paix comme il aimerait qu’on le voit mais en mendiant pour le blé ukrainien et russe. Un combattant de la paix doit être désintéressé pour avoir des chances d’être écouté par les deux parties.

Ce voyage à Sotchi a surtout des visées sénégalaises pour le président de l’Union africaine qui veut se présenter comme un président exceptionnel et à ce titre mérite de rester au pouvoir encore pour gérer l’exploitation prochaine du gaz et du pétrole sénégalais. C’est la gestion patrimoniale du pouvoir qui crée les désirs de troisième mandat. Or Macky Sall a gagné le cœur des Sénégalais en s’inscrivant en faux contre la gestion patrimoniale du clan Wade.

Le président de l’Assemblée nationale sénégalaise, Macky Sall, en 2008 voulait entendre le ministre du ciel et de la terre, Karim Wade, le fils du président de la République, sur l’organisation de la conférence islamique au Sénégal. C’est cette audace qui lui a valu la suppression de sa fonction de no2 dans le Parti démocratique sénégalais (PDS) face à son refus de démissionner et au vote d’une loi qui a réduit le mandat du président de l’Assemblée nationale de cinq ans à un an, pour le chasser du perchoir. Cette répression qu’il a subie face à son désir de transparence et de reddition des comptes n’a pas été pour rien dans son élection de 2012.

Mais Macky traite-t-il mieux l’opposition, dialogue-t-il avec elle ? La plupart de ses opposants ont des procès pendants s’ils ne sortent pas de prison. Le pays ne va pas mieux et sa jeunesse cherche en vain du travail et préfère braver la mort en Méditerranée pour un avenir meilleur en Europe, l’administration fonctionne mal et les hôpitaux sont des mouroirs pour les bébés et leurs mamans.

C’est le président de ce pays, président de l’Union africaine, le continent de toutes les crises comme celle du terrorisme au Sahel avec les sanctions qui frappent son voisin du Mali et par ricochet son pays qui va jouer au médiateur en Russie au lieu de s’occuper des multiples problèmes de son continent.

Comment on peut vous prendre au sérieux comme donneur de leçons avec votre présent si calamiteux ? C’est cette légèreté de faire qui pèse dans la balance pour penser que ce président-là est capable de faire le saut qui va embraser le pays, à moins que le peuple sénégalais ne trouve la parade sans violence comme en 2012.

Sana Guy
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 4 juin à 11:43, par TANGA En réponse à : La tentation du 3e mandat : Macky Sall, le président sénégalais, danse le Mbalax sur un volcan

    On a tous vu la vidéos sur différents médiats.
    Poutine t’a signifier que le blé et les engrais sont en vente.
    Il te faut reprendre alors l’avion pour aller dire aux occidentaux que nous Africains ne sommes pas concernés par leur guerre et que nous voulons le blé et les engrais Russes ; donc nous allons y aller pour acheter. Par conséquence, ils doivent lever l’embargo et ou créer un couloir pour les Africains.
    Si tu ne le fais , c’est que tu es de cœur avec tes occidentaux pour affamer ton continent, pas seulement ton pays. Rappels leur que eux même achètent toujours en Russie donc nous pouvons y acheter.

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin à 12:40, par Mogo En réponse à : La tentation du 3e mandat : Macky Sall, le président sénégalais, danse le Mbalax sur un volcan

    Exactement. Ce que semblent ignorer ces présidents africains avides du pouvoir, c’est qu’ils ne sont pas immortels. Et mieux, le peuple et l’armée sont là pour les rappeler à l’ordre. Si Macky Sall s’amuse à vouloir briguer un troisième mandat, il n’aura pas la chance de fuir son pays pour un asile doré

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin à 12:45, par FAZI En réponse à : La tentation du 3e mandat : Macky Sall, le président sénégalais, danse le Mbalax sur un volcan

    ça c’est pour amuser la galerie seulement. Depuis que le Senegal est independant y a jamais eu coup d’etat militaire labas ; et puis depuis Singhor tous les presidents se sont succedés sans grand heurs ce n’est pas Macky Sall qui va interrompre cela. Tous les pays que vous cités sont des pays ou la soldatesque a l’habitude de prendre le pouvoir ; en somme ce sont des pays ou regne le desordre

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin à 14:02, par Leduc En réponse à : La tentation du 3e mandat : Macky Sall, le président sénégalais, danse le Mbalax sur un volcan

    Si c’est vrai que cet article ressemble à un procès d intention, il l est aussi qu il a un avantage certain, celui de supplier le président Sall de ne pas envisager un troisième mandat. Dans tous les cas, il ne doit pas avoir déjà oublié le cas de la Gambie, le voisin du Sénégal où le président Yahya D. a été chassé avec sa bénédiction. Les mêmes causes produisent les mêmes effets et ça n arrive pas qu aux autres.

    Au delà de tout, chaque africain, y compris le personnel des forces armées nationales doit se tenir prêt à barrer la route à tout imposteur, tout renégat qui croirait que le pouvoir d État n est fait que pour lui seul. C est vous qui n avez aucune vision ni imagination pour vos peuples, et c est aussi vous qui refusez l alternance, mettant ainsi les pays africains en retard. L exemple de Poutine n est pas bon en Afrique car les réalités ne sont pas les mêmes. Qu on se garde d avoir des idées se rapprochant de celles de Poutine.

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin à 18:46, par warzat En réponse à : La tentation du 3e mandat : Macky Sall, le président sénégalais, danse le Mbalax sur un volcan

    La folie de l’ingénieur des mines : vouloir prendre les mêmes ingrédients et espérer obtenir un résultat différent. Aucune logique. Il n’a pas oublié la théorie pour la retrouver dans la pratique. L’oligarchie française, la cupidité.... le perdra lui aussi.Et pourtant, en disant hier à Poutine que la guerre en Ukraine avait des conséquences très difficiles pour les pays africains, ce dernier lui a répondu qu’il aidera l’Afrique à lutter contre le néocolonialisme. Les faits sont têtus. Que celui qui veut comprendre comprenne. That’s all.

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 10:51, par lewang En réponse à : La tentation du 3e mandat : Macky Sall, le président sénégalais, danse le Mbalax sur un volcan

    Avec les grandes découvertes de gisement gigantesque de gaz au large du Sénégal c’est sur que Macky Sall est hésitant alors qu’il oublie qu’il n’est pas immortel ni indispensable.Seul Dieu peut terminer ses chantiers !

    Répondre à ce message

  • Le 6 juin à 12:57, par Hugo En réponse à : La tentation du 3e mandat : Macky Sall, le président sénégalais, danse le Mbalax sur un volcan

    Dis-moi ton pays, je te dirai quel dirigeant tu as ! Autrement dit, à chaque pays, le dirigeant qu’il mérite. On ne peut pas décider à la place du Peuple Souverain ! Il ne sert à rien donc de faire dans la conjecture. En plus, que chacun balaie devant sa porte et le monde, particulièrement la zone UEMOA, ne s’en portera que mieux !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Pr Aristide Yoda : « C’est le Commonwealth qui a permis à la reine Elizabeth II de tisser des liens forts avec l’Afrique »
Tchad : Le ministre des affaires étrangères quitte le gouvernement
Tchad : Des sapeurs de la force Barkhane volent au secours des autorités locales et des populations
Gabon : Un ancien président de l’assemblée nationale arrêté avec plus d’un milliard de francs CFA
Soldats ivoiriens détenus au Mali : « Ce ne sont pas des mercenaires », déclare Antonio Guterres, SG de l’ONU
Belgique : Cinquante-cinq magistrats volontaires testent une prison pendant deux jours
Lutte contre la vie chère au Togo : Augmentation de 10% de la valeur indiciaire des salaires et pensions
Affaire Pogba : Mathias Pogba mis en examen et incarcéré
Sénégal : Amadou Ba nommé Premier ministre
Lutte contre l’insécurité : Des centaines de jihadistes fuient le Nigeria pour le Niger
Affaire 46 soldats détenus au Mali : Le conseil de sécurité ivoirien juge la proposition de Goïta inacceptable
Soldats ivoiriens : La junte malienne demande l’extradition d’exilés maliens comme condition de leur libération
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés