Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le soleil qui brille n’ignore pas un village parce qu’il est petit. » Proverbe Africain

Agropastoralisme dans le Centre-sud du Burkina : Les besoins réels des producteurs passés à la loupe

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 18 mai 2022 à 12h30min
Agropastoralisme dans le Centre-sud du Burkina : Les besoins réels des producteurs passés à la loupe

L’Organisation néerlandaise de développement Burkina (SNV) a initié, avec l’appui de la coopération suisse au Burkina Faso (DDC), un atelier de validation des résultats du diagnostic participatif réalisé dans les zones pastorales de Sondré-est (commune de Bindé) et de Niassa (commune de Gogo) situées dans la région du Centre-sud. C’était ce mardi 17 mai 2022, à Manga, sous la présidence de Josiane Kabré/Zoungrana, gouverneur de ladite région.

Recueillir les véritables besoins des pasteurs et agropasteurs de la région du Centre-sud, telle est la raison qui a motivé la réalisation d’un diagnostic dans les zones pastorales de Sondré-est et de Niassa, aux fins d’y apporter des réponses efficaces. Dans cette perspective, SNV a créé à l’issue dudit diagnostic, un cadre d’échanges avec les principaux acteurs concernés, de sorte qu’eux-mêmes décident des problèmes les plus urgents à parer, parmi ceux qui ont été recensés.

Ainsi, le présent atelier s’inscrit dans le cadre du “Projet d’amélioration de la mobilité du bétail et des revenus des agropasteurs par l’utilisation de la téléphonie mobile et de l’imagerie satellitaire / Composante infrastructures pastorales”, en abrégé MODHEM+/DDC. Il a pour but de présenter et de valider les résultats du diagnostic sur la sécurisation, l’aménagement et la valorisation des deux zones citées.

Les parties prenantes aux travaux pour une meilleure sécurisation et gestion des zones pastorales de Sondré-est et de Niassa

Un diagnostic mené par l’Institut de l’environnement et de recherches agricoles (INERA) avec qui SNV a signé une convention à cet effet.

Vers une orientation des investissements

Pour le coordonnateur du projet MODHEM+/DDC à SNV, Kassoum Ouédraogo, cette initiative est d’une importance capitale, en ce sens qu’elle permet d’évaluer les besoins réels des bénéficiaires du présent projet avant de procéder à sa phase d’investissement. « Nous travaillons tout au long du projet à renforcer les capacités des agropasteurs, à les accompagner dans la production fourragère en vue d’améliorer leurs revenus », a-t-il laissé entendre.

Les travaux engagés avec l’ensemble des parties prenantes, sont selon lui, une opportunité d’obtenir la contribution de tous pour une meilleure orientation des investissements en faveur des pasteurs et agropasteurs. Par conséquent, M. Ouédraogo a invité les différents acteurs à une participation active pour l’atteinte des résultats escomptés en vue d’une meilleure sécurisation et gestion des zones pastorales.

« Ces travaux sont une opportunité d’obtenir la contribution de tous pour une meilleure orientation des investissements en faveur des acteurs », souligne Kassoum Ouédraogo, coordonnateur de MODHEM+/DDC à SNV

Aussi, M. Ouédraogo a indiqué qu’une analyse de l’évolution des terres agricoles autour des espaces pastoraux a été effectuée. Cela, avec pour objectif d’apprécier le contexte actuel de ces zones pastorales qui datent de 1970 dont les cahiers de charges sont de 2006, en vue de leur actualisation.

Les difficultés rencontrées par les pasteurs et agropasteurs

Mahamoudou Diallo, secrétaire du comité de gestion de la zone pastorale de Sondré-est a relevé les difficultés auxquelles font face les producteurs. « Nos difficultés concernent principalement la sécurisation de la zone, l’alimentation du bétail, l’accès à l’eau mais aussi les laiteries », a-t-il confié.

Il nourrit l’espoir que ces problèmes puissent être résolus par l’aide que leur apportera SNV à travers la mise œuvre de son projet. À cela, M. Diallo ajoute aux doléances formulées, le besoin de renforcement de capacités des éleveurs.

« Nos attentes sont que le projet nous aide à résoudre les difficultés évoquées », souhaite Mahamoudou Diallo, secrétaire du comité de gestion de la zone pastorale de Sondré-est

C’est à ce titre que le projet MODHEM+/DDC qui est d’une durée de quatre ans (du 1er janvier 2021 au 31 décembre 2024) vise à contribuer à améliorer la productivité, les revenus, la résilience et la sécurité alimentaire des populations pastorales et agropastorales dans un contexte de changement climatique et de crises sécuritaires à travers quatre axes.

Ces axes sont d’abord l’amélioration de l’accès aux ressources et infrastructures pastorales. Ensuite, l’amélioration des revenus, de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des pasteurs et agropasteurs. Puis, l’amélioration de la prévention et la résolution pacifique des conflits auxquels s’ajoute le renforcement du cadre institutionnel, réglementaire et politique. Enfin, le renforcement des capacités des acteurs contribuant à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle sans oublier la résilience des ménages pastoraux et agropastoraux.

« C’est une expression de joie totale qui se lie sur le visage des acteurs qui vont bénéficier de ce projet-là », mentionne le gouverneur du Centre-sud, Josiane Y. Kabré/Zoungrana

Le gouverneur de la région du Centre-sud a quant à elle félicité l’ensemble des participants de l’atelier pour le travail abattu qui a conduit à l’obtention des résultats autour desquels se tiendront leurs travaux. Elle a invité les acteurs des zones de Sondré-est et de Niassa à rester mobilisés pour la suite du processus enclenché.
« Je suis aujourd’hui un gouverneur comblé par l’apport significatif que ce projet va apporter. Quand on sait que la gestion des zones pastorales n’est pas une chose aisée. Avoir un projet qui puisse aider à gérer les zones de Sondré-est et de Niassa constitue une joie immense pour nous », a affirmé madame Josiane Y. Kabré/Zoungrana.

Les défis liés au secteur de l’élevage ne se trouvent plus forcément dans les zones traditionnelles à savoir la partie Sahel du Burkina Faso comme dans les années 70, à en croire le chargé de programme de la Direction du développement de la coopération suisse au Burkina, Salifou Saré. Aujourd’hui, les changements climatiques et l’insécurité entraîne une forte mobilité du bétail vers la partie sud du pays, c’est ce qui conduit à la mise en œuvre du projet MODHEM+/DDC piloté par SNV en partenariat avec le Bureau de la coopération suisse, a-t-il justifié.

« Mobilité du bétail rime souvent avec les conflits d’accès aux ressources terrestres ou hydrauliques », rappelle le représentant de la coopération suisse au Burkina, Salifou Saré

Les acquis obtenus de l’expérience des zones pastorales de Sondré-est et de Niassa répondant également aux besoins des autres régions seront dupliqués à l’échelle nationale pour qu’ils profitent à l’ensemble des populations pastorales du Burkina Faso. Ce qui a valu la nécessité de joindre aux travaux des pasteurs et agropasteurs venus des régions du Centre-ouest, des Cascades et du Sud-ouest.

À terme, MODHEM+/DDC entend toucher environ 290 000 acteurs directs et plus de 800 000 acteurs indirects repartis dans vingt communes des régions dans lesquels il intervient. Ce sont les régions des Cascades (communes de Banfora, Niangoloko, Mangodara, Ouo), du Centre-ouest (communes de Léo, Biéha, Tô, Bakata, Dalo), du Centre-sud (communes de Manga, Gogo, Bindé et Béré) et du Sud-ouest (communes de Gaoua, Kampti, Djigouè, Loropéni, Batié, Kpuéré, Ouéssa).

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Assurance au Burkina : La GA ouvre une agence à Borgo (Ouagadougou)
Association Action pour un monde meilleur : Pour le leadership des femmes et des jeunes filles handicapées
Modernisation de l’administration : Le ministre de la fonction publique, Bassolma Bazié, sollicite l’engagement de tous
Agriculture : Des semences améliorées pour des ménages vulnérables et des équipements pour les acteurs du mécanisme d’assistance de proximité de Nanoro
Baccalauréat 2022 au Burkina : 182 candidats admis sur 541 dans deux jurys du centre du lycée municipal Bambata de Ouagadougou
Burkina : Un nouveau projet pour promouvoir la gouvernance inclusive et résiliente
Programme population au Burkina : L’ISSP tient un atelier de dissémination après quatre ans d’études
Ministère de la Santé : Deux documents stratégiques en cours de validation
Sécurité : Le projet « Renforcer la sécurité des frontières au Burkina Faso » lancé
Religion : La fête de la Tabaski sera célébrée le 9 juillet 2022
Éducation de la jeune fille au Burkina : Le comité de pilotage du projet PROMESSE-FP en session
Burkina/Lutte contre le paludisme : Les journalistes invités à s’impliquer fortement
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés