Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La foule croit qu’elle sait et comprend tout ; et plus elle est sotte, plus ses horizons lui semblent vastes.» Anton Tchekhow écrivain russe

Droits des femmes au Burkina : L’Initiative Pananetugri pour le bien-être de la femme appelle à la convergence pour plus de résultats

Accueil > ONG, Coopération décentralisée • LEFASO.NET • dimanche 15 mai 2022 à 21h00min
Droits des femmes au Burkina : L’Initiative Pananetugri pour le bien-être de la femme  appelle à la convergence pour plus de résultats

L’Initiative Pananetugri pour le bien-être de la femme (IPBF) a organisé un atelier de concertation des actrices et acteurs de la défense des droits des femmes, le mercredi 11 mai 2022, à Ouagadougou. L’objectif est de mutualiser les efforts pour engranger de meilleurs résultats dans la défense des droits des femmes et des filles au Burkina Faso.

Une vingtaine de participants ont mené la réflexion pour conjuguer leurs efforts en matière de promotion et de défense des droits des femmes et des filles. Ces actrices et acteurs sont issus de diverses couches de la société : chercheuses, journalistes, bloggeuses, représentants de structures étatiques, représentants d’associations, leaders de défense des droits des filles et des femmes, etc.

La directrice exécutive d’IPBF, Micheline Kaboré, a insisté sur l’aspect inclusif des échanges

Concrètement, il s’est agi d’un espace d’échanges et de partage d’expériences pour la mise en place d’un cadre d’action collectif, inclusif et intergénérationnel. Ce besoin est né d’un constat : l’insuffisance de synergie d’actions entre les différents actrices et acteurs militant pour la justice sociale. Ce mode de fonctionnement ralentit considérablement leur objectif commun, qui est de lutter contre toutes les formes de violences faites aux femmes au Burkina Faso.

Brigitte Ouoba/Syan espère que ce cadre va permettre de faire la promotion des droits des femmes au Burkina Faso

L’IPBF a donc jugé utile de co-créer, avec tous actrices/acteurs, un espace pour mener une lutte coordonnée et efficiente. Avec une approche participative et itérative, les échanges et les travaux de groupes ont permis de penser le type-cadre. « Nous avons pensé à créer ce cadre de concertation pour mieux travailler et collaborer ensemble. Nous devons unir nos forces et développer des stratégies communes. Nous voulons parler le même langage et se comprendre mutuellement, parce que souvent, nous allons à contre-courant dans nos actions. Nous avons constaté que cela ouvrait la porte à nos détracteurs, aux personnes qui n’agissent pas en faveur des droits des filles et des femmes au Burkina », a expliqué la directrice exécutive de l’IPBF, Micheline Kaboré. Elle a souligné que l’IPBF souhaite apporter sa contribution au renforcement des connaissances des organisations et des leaders sur la thématique du droit des femmes.

Vers la mise en place d’un collectif

Brigitte Ouoba/Syan de l’ONG Pathfinder International a été la facilitatrice des travaux de réflexion. Elle a souligné que les échanges vont contribuer à mobiliser davantage les actrices et acteurs dans le processus d’éradication des violences faites aux filles et aux femmes. « J’ai eu la chance de me retrouver avec des personnes merveilleuses, engagées et dynamiques. Ensemble, nous avons construit ce cadre en donnant des éléments pour la mission, les objectifs, le mode de fonctionnement et le format du cadre souhaité. Des idées très intéressantes en sont ressorties, nous allons travailler à les consolider », a-t-elle affirmé. Il se profile donc à l’horizon la mise en place d’un collectif dont la mission transcendera les objectifs personnels des actrices et acteurs.

Les idées des différents groupes ont été prises en compte

Durant les interventions, il a été rappelé aux participants que le féminisme est une idéologie qui prône un monde de justice sociale. Ce mouvement n’incite aucunement à marginaliser les hommes. Il ne s’agit pas d’une idéologie qui veut promouvoir la guerre des sexes, comme le pense plus d’un.

Samirah Bationo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Coopération militaire Burkina–France : Le Sabre remis dans son fourreau
Koudougou : L’ONG AES/Burkina lance un projet de prise en charge des enfants vulnérables du fait de la migration
Entreprenariat : l’OIM facilite le rapprochement entre porteurs de micros projets et fonds de financement dans le Centre-Est
Transition au Burkina Faso : Le SPONG entend apporter sa contribution
Développement du Burkina Faso : Le Premier ministre partage sa vision avec le SPONG
Région du Centre-Nord : L’ONG Mwangaza Action fait de la prévention de la malnutrition son cheval de bataille
Nuit des ONG : Tree Aid reçoit son trophée
Fondation Konrad Adenauer Siftung : Une clinique juridique pour assister les victimes de violences basées sur le genre
Autonomisation économique des jeunes au Burkina : L’ONG « Sauve ma patrie » forme 120 PDI dans divers métiers
Violences basées sur le genre : Oxfam tient un panel de haut niveau et des activités communautaires pour marquer les 16 jours d’activisme
Crise humanitaire au Burkina : Ocha lève le voile sur les actions humanitaires menées sur le terrain
« Burkina Faso : la voie de la réussite démocratique » : Le nouveau programme du NDI pour renforcer la démocratie
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés