Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui veut faire quelque chose trouve un moyen ; Qui ne veut rien faire trouve une excuse.» Proverbe Arabe

Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • jeudi 12 mai 2022 à 23h09min
Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

Le ministre des transports a dénoncé jeudi 11 mai 2022 l’augmentation du prix de transports entrepris par des compagnies de transport à cause de la hausse du prix du carburant. Cette pratique est inadmissible et inacceptable dans un contexte de crise sécuritaire et humanitaire selon le ministre des transports, Mahamoudou Zampaligré.

Cette augmentation des prix de transports avait commencé à susciter des grincements de dents au sein de l’opinion nationale. Et comme il fallait s’y attendre, le gouvernement est sorti pour donner sa part de vérité et interpeller les sociétés de transports à la raison tout en rassurant la population.

A l’issue d’une rencontre avec le Premier ministre Albert Ouédraogo et des membres du gouvernement, le ministre en charge des transports, Mahamoudou Zampaligré, a indiqué que le gouvernement n’est pas associé à cette décision des sociétés de transport. « Il s’agit d’une augmentation sauvage et le gouvernement tient pour responsables tous les acteurs qui s’adonneraient à cette pratique », a laissé entendre le ministre des transports, ajoutant que la faîtière des transporteurs routiers ne se reconnaît pas non plus dans cette décision. De ce fait, il a appelé ces sociétés à « revenir à la raison ».

Selon le ministre, ces augmentations sont disproportionnées par rapport à l’augmentation observée par le gouvernement. A en croire, Mahamoudou Zampaligré, des compagnies de transport ont procédé à une augmentation de 22% alors que la faîtière des transporteurs est dans une proportion raisonnable de 12%. A cet effet, il a appelé les entreprises à plus de responsabilité car, à défaut, la rigueur de la loi sera appliquée aux éventuels contrevenants.

« Nous ne pouvons pas nous compromettre dans cette situation, admettre qu’on sacrifie les intérêts des Burkinabè sur l’autel du profit », a-t-il fustigé. D’ailleurs, une concertation est prévue ce vendredi 13 mai avec les différents acteurs afin d’arrondir les angles.

Toutefois, M. Zampaligré a rappelé que le Burkina pratique des prix appréciables par rapport à certains pays de la sous-région. « Le Benin est passé de 525 francs CFA à 668 francs CFA, le Ghana de 680 francs à 840 francs et le Togo de de 605 F à 660 F », a-t-il expliqué pour souligner l’envergure internationale du prix des hydrocarbures.

En rappel, le gouvernement burkinabè a autorisé l’augmentation du prix du carburant à hauteur de 100 francs CFA sur le litre à l’issue du conseil des ministres du 11 mai 2022.

Serge Ika Ki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 12 mai à 23:15, par Barou En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    MERCI
    APPRENEZ A CES GENS A ETRE RAISONNABLE.
    LES GENS SONT TROP LAISSÉS A EUX MEME AU BURKINA

    Répondre à ce message

    • Le 13 mai à 07:18, par Indjaba En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

      Ce gouvernement doit se ressaisir. La société STAF n’est ni une direction de l’action sociale, ni une ONG encore moins une fondation caritative. C’est une société qui fait du business. Quand elle paie 1 millions de litres , l’augmentation de 100 f lui coûte 100 millions. Les pièces des bus déjà ont connu une hausse de prix. Les employés vont d’ici demander une augmentation de salaire etc etc. Si l’état Burkinabè justifie les 100 parce qu’au niveau international le prix a changé et qu’il ne veut pas crouler la sonabhy, c’est la même logique qui régit les prix de staf.

      Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 00:23, par Lepop En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Des augmentations sauvages comme votre augmentation sauvage de 100 F sur les hydrocarbures. Une réaction qui trahit une frilosité pitoyable.

    Répondre à ce message

    • Le 13 mai à 14:14, par Wena Saam Yandé ! En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

      Vraiment, je ne comprend pas, et ne comprend plus les Burkinabè. C’est incroyable. Certains Burkinabè ce sont laissé envahir et aveuglé par la haine à tel point que, sans raison gardé, ils ont tout fait pour faire tomber ROCK. Politiciens, syndicaliste, OSC etc, sciemment ou inconsciemment, tous mains dans la mains ont tout fait pour obtenir ce qu’il voulaient. Chaque fait, acte et décision du régime était toujours peint et dépeint négativement sans retenu et sans recule. Tout le monde se souvient des augmentations des prix de l’essence opérées sous ROCK, souvent de 10F, 20F, 25-30F seulement, et bien sûr sous la contrainte des fluctuations des prix sur le marché international (ce qui n’est pas le cas aujourd’hui), et cela créait un tollé général au seins de la population, des syndicats, des OSC et autres. Mais où sont toutes ses personnes aujourd’hui ? Où sont ces syndicalistes, ces "vie cheristes" de Zougmoré, ces OSC et autres qui organisaient spécialement de conférences de presse pour accabler ROCK ? Pourquoi ce deux poids deux mesures aujourd’hui ? Où sont ces "caca", "HUG", "some" et autres sur le forum ? Je suis étonné de votre silence !? Comme on le dit en dioula que "si tu tue ton chien méchant, c’est la chèvre d’autrui que va te mordre". ROCK aujourd’hui dans son cachot de domicile doit être vraiment soulagé. Et dire que c’est un syndicaliste qui ne donnait pas de répit aux gouvernants, qui aujourd’hui a changé de camps, qui va entériner de telle décision contre ceux qu’il prétendait défendre !? Bassolma, qui a travers des démonstrations sur les plateaux, montrait comment, et où les gouvernants devraient aller chercher de l’argent pour augmenter les salaires, n’a pas pu donner de bons conseilles à ces putschistes, mais au contraire les a accompagné dans cette prise de décision lourde de sens. Comme quoi, c’est bien de critiquer, mais ne dit-on pas que c’est au pied du mur que l’on connaît le vrai maçon ? Bassolma, à travers cette expérience comprendra beaucoup de choses je l’espère. Et que cela serve de leçon à beaucoup d’autres. Wena Saam Yandé !

      Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 01:02, par Lucien Lapan ZERBO En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Dans tous ça c’est l’expression « augmentation sauvage » qui a retenue mon attention. Pour moi le Gouvernement a pécher sur deux points :
    1. Sachant que le tissu économique est dominé majoritairement de personnes issues du secteur informel, il était prévisible qu’on assiste à une telle augmentation. Rares sont les entreprises qui disposent d’un vrai et bon contrôle interne. Alors les gens sans faire de simulation de l’impact réel de l’augmentation de 100 XOF sur le litre de carburant, ont augmenté comme ils veulent. C’est vrai qu’il y a un peu de mauvaise foi mais la part de l’ignorance n’est pas négligeable ;
    2. Le Gouvernement avance comme arguments la réexportation frauduleuse du carburant et le poids insupportable à long terme de la subvention. Pour l’argument du poids insupportable à long terme de la subvention, je suis d’accord ! Mais l’argument de la réexportation frauduleuse du carburant là ! Hum, je ne sais si le Gouvernement mesure la gravité de cet argument ; on nous dit en termes simples que Burkina Faso ne maitrise pas ses frontières ! C’est très dangereux.
    Chaque pays africain a un potentiel de développement tellement énorme mais est ce que nos "intellectuels" en sont conscients ?
    La matière grise est normalement grise pour tous les humains mais il y a des jours où je doute sincèrement de couleur de la matière grise de nous les africains !

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 04:14, par Vérité En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    il fallait les associer ou discuter avant les augmentation de carburant. Améliorons la concertation avec toute la chaîne des acteurs

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 04:43, par Passakziri En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Le gouvernement doit simplement sévir.On ne peut pas livrer les populations aux humeurs de une horde de hors la loi qui plus enfreint permanemment aux lois /( surcharge, pots de vin , survitesse , état technique piteux des engins etc ...) ; Des facteurs qui constituent une mise en danger des passagers. Pourquoi contrôler les prix dans les boutiques et laisser ceux du transport ? Une augmentation du prix du transport entraînera inéluctable une nouvelle hausse des prix des denrées .Une dangereuse spirale. Il est évident que l’ état ne pouvait pas continuer à subventionner le carburant. Comment un paix comme le nôtre qui subventionné le litre à hauteur de 400 F et le coton à hauteur de 70 milliards pendant que la production céréalière est subventionnée à 0 F peut-il vraiment s en sortir ? Il va falloir progressivement aller vers un prix non subventionné du carburant et favoriser les comportements économiquement et écologiquement positifs. Ça ne plaira pas forcément au début mais en continuant avec les subventions mal orientées nous risquons de ne jamais décoller.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 07:04, par Génération En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Quand les commerçants de céréales fixent les prix comme ils le veulent, toi gouvernement tu es où ? quand les intrants agricoles et autres produits sont contrefaits, quand les étiquettes sont falsifiées, toi gouvernement tu es où ? Quand le banques et les assurances fixent leurs prestations comme ils le veulent toi gouvernement tu es où ? Alors, gouvernement quitte ces trucs de cour de récré là et montre digne de ta REFONDATION.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 07:32, par Kenichi En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    C’est l’effet domino malheureusement... Vous vous attendez a quoi ? Que les prix des autres produits restent inchangés ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 07:51, par Burkinabè En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Je pense que le Gouvernement doit être raisonable d’abord avant de prétendre inviter ou commander autrui à la raison. Némo tturpitudiness propriam....

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 08:14, par PIONG YANG En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Vous êtes des irresponsables chers gouvernants. Avec vos staff pléthoriques, personne n’a eu l’idée de vous dire qu’après l’annonce de argumentation du prix du carburant, vous deviez faire une rencontres dans les heures qui suivent avec les organisations des transporteurs ? Le Burkianabè lambda est vraiment le monton à tondre, à cuire et à viande de son administration et de ses opérateurs économiques. Quelle galère.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 08:18, par OUEDRAOGO En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Bonjour, bonjour,
    Je m’excuse déjà pour ce que je vais dire. Mais il y quelque chose que je n’arrive pas à comprendre. Il y a eu augmentation de carburant, il y va de soit que cela se répercute sur le transport, l’alimentation, etc. etc. !
    La seule chose que me révolte, même avec toutes ses augmentations, personne ne parle d’augmenter le pouvoir d’achat des travailleur. Mais personne.
    Tout va de travers. Les gens souffrent dans leur chair, leur âme. Mais vraiment une souffrance absolue. Oh ! Mon Dieu, qu’avons-nous fait pour mériter cela ? Qu’avons-nous fait pour que le Burkina Faso soit dans une situation pareille ? Je pleurs tous les jours. Je pleurs pour mon pays. Je pleurs pour ses habitants.
    Je demande aux têtes pensantes d’avoir pitié, mais vraiment pitié pour le peuple.
    UNION DE PRIERE

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 08:24, par OUEDRAOGO En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Bonjour, bonjour,
    Je m’excuse déjà pour ce que je vais dire. Mais il y quelque chose que je n’arrive pas à comprendre. Il y a eu augmentation de carburant, il y va de soit que cela se répercute sur le transport, l’alimentation, etc. etc. !
    La seule chose que me révolte, même avec toutes ses augmentations, personne ne parle d’augmenter le pouvoir d’achat des travailleur. Mais personne.
    Tout va de travers. Les gens souffrent dans leur chair, leur âme. Mais vraiment une souffrance absolue. Oh ! Mon Dieu, qu’avons-nous fait pour mériter cela ? Qu’avons-nous fait pour que le Burkina Faso soit dans une situation pareille ? Je pleurs tous les jours. Je pleurs pour mon pays. Je pleurs pour ses habitants.
    Je demande aux têtes pensantes d’avoir pitié, mais vraiment pitié pour le peuple.
    UNION DE PRIERE

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 09:07, par Stalinsky En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Apparement ces petits bourgeois qui nous gouvernent ne savent pas ou donner de la tête ? Quand on est au pouvoir il faut savoir prévoir. Devant cette situation, n’en déplaise aux anti-communistes et anti Russes, la Russie et l’Ukraine sont des grands pays producteurs de blé , d’engrais spécifiques et complexes, du tournesol etc... suite à la richesse des sols (Tchernoziems riches en matière organique), à la spécification des différentes républiques, à la création des Sovkhozes et des kolkhozes.
    Il faut faire des études des conséquences d’une augmentation du pétrole sur les autres secteurs économiques et entreprendre des mesures de contrôle de l’inflation soit par une augmentation des salaires, soit par des subventions soit par des réductions des taxes ou de la TVA etc...
    Pour le cas du pétrole au lieu que chaque pays essaie de s’en sortir tout seul il faudrait une commande groupée auprès de Gazprom par exemple.
    Pour le blé, l’INERA a démontré depuis les années 80 de la possibilité de produire du blé au Sourou (actuellement occupé en partie par des Djhadistes) et dans d’autres zones pédo-climatiques du pays. L’actuel ministre de l’agriculture provenant de l’INERA il se doit de contacter les sélectionneurs et entrevoir la possibilité d’organiser les producteurs pour la production du blé la campagne qui va démarrer et sa transformation en farine. Que devient Faso Mugu à Banfora que les bourgeois avaient privatisé ?
    Lorsqu’un pays se développe c’est que son gouvernement est intelligent..

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 09:09, par Pauvre Burkinabè En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    PARDON, AYEZ PITIE DES PAUVRES POPULATIONS EN CE MOMENT DE GRANDE CRISE.

    Comment comprendre qu’un Gouvernement qui réunit tans de sommités incluant Dr Somé et Basolma peut encore faire une erreur aussi monumentale.
    Dans ce pays, on a plusieurs expériences d’augmentation du prix du litre de carburant à la pompe ayant entrainé une flambée du prix du transport avec comme conséquences la hausse des prix des denrées alimentaires pour ne parler que de celles là.
    Le Gouvernement aurait pu discuter avec les transporteurs, les grands importateurs et fixer les montants des augmentations avec ces partenaires incontournables. A partir de ces accords, le Gouvernement annonce son augmentation du prix du litre et les faitières aussi annoncent, le meme jour, dans le meme micro les augmentations consensuelles.
    Au lieu de ca, le Gouvernement se la joue en solo sur le dos des consommateurs et vient après pour jouer aux Pompiers. De quels moyens dispose le Gouvernement ? Aucun dans ce pays ou chacun fait ce qu’il veut.
    Ne soyez pas surpris que la population se révolte un jour car trop c’est trop.

    N’OUBLIEZ PAS QUE TOUT LE MAL FAIT AUX POPULATIONS VA SE REPERCUTER SUR VOTRE PROGENITURE.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 09:50, par tapsoaba_yassiki En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Vraiment on a affaire pour la première de notre histoire à des petits plaisantins qui confondent la gestion de la cité FASO à celle d’un camp militaire ou d’un régiment. Le chef est intouchable et s’entoure de lieutenants acquis à sa cause. Je rêve !!!!!!!! Vous pensez que quoi ?? si vous n’êtes pas raisonnable , les acteurs économiques le sont. avez-vous concerté les transporteurs avant d’augmenter le prix du carburant ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 09:54, par Sacksida En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    De toute facon est ce que le Gouvernement lui meme a consulte les Syndicats ou la Ligue des consommateurs avant l’augmentaton de 100 FCFA sur les Carburants ? C’est vous les gouvernants qui devriez Donner l’exemple de la concertation aux autres structures ou Agents Economiques. La pagaille se generalise provoquant toutes sortes d’INCIVISMES. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 09:55, par Sacksida En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    De toute facon est ce que le Gouvernement lui meme a consulte les Syndicats ou la Ligue des consommateurs avant l’augmentaton de 100 FCFA sur les Carburants ? C’est vous les gouvernants qui devriez Donner l’exemple de la concertation aux autres structures ou Agents Economiques. La pagaille se generalise provoquant toutes sortes d’INCIVISMES. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 10:07, par Vérité Indiscutable En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Hypocrisie oui !!!!
    En augmentant le prix du carburant vous n’avez pas pensé aux corrolaires quoi ???
    Maintenant vous venez faire les bons devant qui ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 10:19, par Dedegueba Sanon En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Parce que mettre 100 francs de plus sur le litre de carburant n’est pas sauvage ? De toute façon, on vous voyait venir avec votre augmentation, mais nous aussi nous n’imaginions pas que vous iriez aussi haut. Parce que lorsqu’on vient annoncer que notre carburant traverse nos frontières pour le Ghana, nous nous attendions à ce "réajustement".
    Lorsque ça vous arrange, le Burkina n’est pas le Mali non ? Pourquoi maintenant vouloir faire comme ailleurs ?

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 10:59, par Lucius En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Petite leçon d’économie à ces dirigeants dont une partie a étudié en sciences économiques. Les anticipations rationnelles des agents économiques quand le gouvernement prend certaines mesures qui touchent leurs activités. Supposons que le gouvernement augmente le prix du carburant de 100 fcfa qui coûtait 615 fcfa le litre. C’est une augmentation de prix de 16,26 pour cent. Le commerçant augmentera le prix de son produit de 16,26 pour cent au moins pour maintenir sa marge bénéficiaire constante et non de 12 pour cent comme l’annonce le gouvernement. Et comme le monde connaît un impact négatif de la guerre en Ukraine, le commerçant sait que le gouvernement révisera le prix du carburant à la hausse dans quelques temps à cause du cours du pétrole qui ne fait qu"augmenter de jour en jour. Conscient de cela, il anticipera la hausse future du prix du carburant à la pompe et augmentera donc le prix de son produit de plus de 20 pour cent afin d’être à l’abri de toute nouvelle surprise de la part du gouvernement. C’est ce qui a été constaté par le gouvernement. Leçon à retenir par ce gouvernement : toute hausse d’impôt ou de prix d’un bien intermédiaire est répercutée sur le prix du bien final. Le vendeur préserve son bénéfice et le consommateur supporte la charge ou le prix supplémentaire. L"économie, c’est réel ; ce n’est pas de la théorie farfelue.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 11:28, par Sidbala En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Augmentation continue des prix des produits de grande consommation, augmentation de plus de 16% du prix du carburant avec comme corollaire certain augmentation du prix de tous les biens et services. Restriction de la liberté de la presse, difficultés à juguler le terrorisme après 100 jours de pouvoir, népotisme. En tout cas tous les ingrédients sont là pour mécontenter le peuple...

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 11:33, par Le Marechal du Burkina En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    L’augmentation aurait du être graduelle. Environ de 50 fcfa et les 50 autres franc à rechercher a travers les taxes sur les boissons et les cigarettes.
    Un calcul simple pour le ration d’augmentation dans le transport ;
    Le carburant représente 1/3 des intrants des sociétés de transport terrestre.
    Si il y’ a une augmentation de 19% du gasoil de 545 à 645 alors cela impacte le 1/3 concerné, donc l’augmentation liée à la hausse du carburant doit être de :

    (1,19+1+1)/3 = 1,063 soit une augmentation de 7% maxi.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 11:54, par Sage En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Quand et comment le Gouvernement compte restituer la part de l’augmentation due aux exportations de carburant ? Dans les 100F, quelle est la répartition entre les causes international et Exportation

    Comme eux même suggèrent que les Douaniers sont incapables d’empêcher les sorties de carburant (prix subventionné), si la mesure arrête effectivement les exportations, il faut restituer les sous à la population. Ce qui ne serait que justice.
    Comment ? A défaut de baisser les prix qui ferait "reprendre les exportations", vous, Gouvernement, pourriez par exemple subventionner le prix du transport, de l’eau, de l’électicité, forages, etc ...

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 12:23, par ce que je crois En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    J’ai 57 ans et je suis né à Ouagadougou et j’y vie depuis.
    J’ai connu le prix du litre d’essence à 150 FCFA et il ya eu au moins 30 augmentations de prix depuis 40ans .
    Je fais le constat suivant :
    1- Je n’ai jamais vu une baisse de prix de l’essence
    2- Même si le prix de l’essence monte , le nombre de motos en circulation à Ouaga ne diminue pas.
    3- J’ai souvent vu les mesures que l’Etat prends pour limiter la hausse du prix des carburants en subventionnant le prix d’achat ou le transport ( direct ou indirect) du carburant
    Je me pose des questions :
    - Le Burkina ne produisant pas du pétrole , est ce que nous pourrons continuer dans ce schéma jusqu’en 2050 ?
    - quelles sont les mesures alternatives pour réduire notre dépendance à l’importation du carburant : promotion des énergies non fossiles , promotion des vélos électrique , du transport en commun , du nombre de motos par famille , les journées sans mobylette ou voiture initié par le Ministère de l’environnement il ya quelques années etc)

    Ce que je crois c’est que :
    1- Nous devons réduire notre consommation de carburant et par conséquent notre exposition à ses chocs
    2- Nous devons être inventif ( en attendant que nous trouvions du pétrole chez nous) : Ne pouvons nous pas mutualiser nos commandes avec le Niger et le Mali (autres pays enclavés ) afin de réduire nos coûts d’approvisionnement ? La Côte d’Ivoire vient de découvrir un important gisement , ne pouvons nous pas déjà à réfléchir sur la construction d’un pipeline Cote d’Ivoire Burkina ?
    Hugo Chavez (RIP) proposait un échange marchandises à certains pays du sud , son pétrole contre par exemple du blé. Le Burkina ne peut i l pas offrir des permis d’exploitations minières contre du pétrole ?

    Dans tous les cas , nous devons trouver une alternative à cette dépendance au carburant que nous importons

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 12:54, par Sacksida En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    En outre le President du Faso Damiba peut etre bleu en Economie et Gestion, mais le Premier Ministre Albert Ouedraogo est quand meme un Specialiste en Economie et Gestion. Pourquoi n’avoir pas anticipe afin d’eviter ce desordre desastreuses dans la situation economique et sociale ; double de l’insecurite permanente ? Alors pour redresser la mauvaise gouvernance, ils faudrait prendre la grande decision de convoquer des Assises Nationales Economiques sur les Revenus Nationales et les Depenses de l’Etat Burkinabe. Ainsi l’on pourrait corriger les desequilibres financiers, serier les gabegies et les Injustices Criardes entre ceux qui serrent la Ceinture et Ceux qui engloutissent des depenses courantes, Suprimer toutes les CAISSES dites Noires et pouvoir alleger les poids insuportables des Citoyens Burkinabe. Egalement resoudre certaines revendications legitimes et Justifiees. Car il faut la Justice sociale pour tous. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 13:20, par Pour Une Fois En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    "Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation"

    Donc pour vous la c’est une augmentation civilisée ????,

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 13:29, par Pour Une Fois En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    "Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation"

    Donc pour vous la c’est une augmentation civilisée ????,

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 15:11, par Passakziri En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    En lisant les commentaires , je me rends compte que nous sommes partis pour une bonne période de non avancée.
    On peut critiquer les putschistes et leurs copains d incompétents ( je le pense aussi), mais en ce qui concerne les hydrocarbures il faudra que nous acceptons voir les choses en face et avancer parce que cette subvention est une bombe à retardement. Ca veut dire que chaque citoyen qui s’en va pomper un litre recoit un cadeau de 300 F de l’etat , ou plûtot de la SONABHY puisqu’ond dit que l’etat ne paie pas vraiment ses dettes . Voyons voir. Celui qui pompe au maximum recoit au maximum. Celui qui ne pompe rien recoit 0. Est-ce juste ? Ca veut dire que plus tu est pauvre , plus tu est ignoré par ce partage. Si tu est paumé, tu n’auras pas d’engin qui nécéssite d’hydrocarbures, tu évitera les déplacements ou on te demande le transport. Si tu as l’argent, tu peux te payer des V8 et ces grosses cylindrées qui boivent l’essence comme un trou, et Papa Etat va brûler avec toi par litre que tu gaspille, 300 F. Tes enfants peuvent aussi avec leur motos ou voitures pour de pétits trajets réalisables à velo ou à pieds, brûler 300 F par litre. Est-ce normal, sérieux ou juste pour un pays qui veux avancer ? imaginons un peu le volume que ca fait . Ne vaudrait-il pas mieux investir l’équivalent de ces subventions dans les transports en communs urbains et les infrastructures routières du pays ? Donc moi je suis pour 0 Franc de subvention de l’etat aux hydrocarbures, quitte à reduire d’autres taxes part exemple lqa TVA sur certains produits de première nécéssité pour amortir la dynamique d’augmentation qu’entraine une augmentation du prix à l POMPE.
    Mais faudra-t-on en deduire que chaque augmentation consécutive à l’augmentation du prix à la pompe serait justifiée ? A mon avis non. Il faudra que les évolutions soient raisonables et ne servent pas à élargrir la marge de bénéfice de certains.A-ton jamais entendu une baisse de prix consécutiveà une baisse du prix à la pompe ? Arrêtons de nous mentir inutilement.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 17:05, par Alpha2025 En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Il n’est pas utile de gesticuler maintenant. Il fallait engager des concertations avant que l’augmentation du prix du carburant ne soit effective. Si les sociétés de transport ont des difficultés, personne ne viendra à leur secours. La société MOUABLAOU S. A. qui a paru plus de 200.000 poules pondeuses suite à la grippe aviaire en 2021 attend toujours une aide de l’état pour tenter de se relancer. Il faut discuter avec les compagnies pour que les augmentations compensent juste le prix du carburant. Dans tout les cas, elles sont obligées d’augmenter. Aux usagers de savoir planifier leurs déplacements.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 17:10, par Boomerang En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Où est passé la ligue des consommateurs qui dit boycotter le pain si toute fois les boulangeries venaient à augmenter le prix de la miche. J’ai honte.

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 17:24, par Andre ky En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    C’est normal que des choses comme.cela arrive quand un pays n’a plus de gouvernement , il fallait réflechiŕ avant aux conséquences pdt le cout d’etat tout le monde était content.aujourdhui tout le monde pleure... c tjs comme ça au faso du bruit du brui et a la fin rien...c le pays du cinéma vraiment

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 17:42, par Daouda Ouedraogo En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    C’est vraiment dommage de sortir se plaindre après avoir été là cause d’une telle décision. N’avez vous pas des économistes parmi vous ? Ne savez vous pas les entreprises de transport chercherons des moyens pour s’en sortir ? Alors je vous informe que vous êtes nulle. Et si je ne m’abuse,un de vos collègues à dit ceci :"le Burkina Faso n’est pas le ..." Je vous laisse terminer car vous savez de qui je parle. Ainsi,si le Burkina Faso n’est pas comme les autres pays, alors pourquoi regarder les autres pays et augmenter sauvagement le prix des hydrocarbures et se plaindre que les autres augmente sauvagement le prix des transports. De toutes les façons, c’est nous la population qui subissons. Mais j’y pense, n’est il pas intéressant de réduire vos salaires colossaux et nous éviter une pareille situation ? Ne pensez vous pas qu’une augmentation des prix du des hydrocarbures n’est pas la bien venue dans ce pays qui ne cesse d’être endeuillé seulement. Les déplacés internes constitue un grand coup pour l’ensemble des Burkinabès et svp ne venez pas accroître nos charges. Vous êtes venu dans le seul but de restituer l’intégralité de notre territoire et vous n’êtes pas venu pour augmenter les prix sauvagement. On n’est pas contre l’augmentation mais 100f c’est trop. Vous augmentez comme ça mais vous n’aimez pas réduire quant il le faut. Donc de grâce si vous vous battez pour la propriété du Faso, réfléchissez au consequences de vos décisions ou déclaration.
    Merci !

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 19:32, par Raina En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Effet domino ... vous vous attendiez à quoi.... et ce n’est que le début .... le producteur qui paiera plus cher pour transporter ces marchandises, augmentera les prix .......pauvres de nous !

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai à 14:47, par jeunedame seret En réponse à : Prix des transports au Burkina : Le gouvernement dénonce une augmentation sauvage et annonce une concertation

    Le gouverne-ment n’a jamais fixé de prix de transport. Il n’en sait pas grand’chose. L’essentiel n’est pas de dénoncer avec des qualificatifs sauvages, mais de prévenir avec des mesures attentives.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Situation nationale : Le Rassemblement des mains blanches propose la libération des soldats de l’ex-RSP
Dori (Sahel) : L’ONG Plan international dresse le bilan de son projet de lutte contre les violences basées sur le genre
Crise humanitaire au Burkina : Le Comité international de la Croix-Rouge ouvre une sous-délégation à Dori
An 3 de l’Appel de Manéga : Des activités socio-sportives à Pô pour renforcer la cohésion sociale
Burkina : La Générale des assurances s’installe à Saaba
Boucle du Mouhoun : La Direction régionale du travail célèbre ses 30 ans d’existence
Projet de Gestion des ressources en eau : Les résultats jugés satisfaisants par les acteurs bénéficiaires
Journée internationale des veuves : La Fondation Lucie-Kaboré-Traoré s’intéresse à leur santé
Burkina Faso : Des biens et services soumis à contrôle
Efficacité du contrôle de la commande publique : Dr Mathias Dolly propose une juridictionnalisation de l’Organe de règlement des différends (ORD)
Burkina : L’opération coup de compassion pour Seytenga lancée
Présidence du CSC : Danielle Bougaïré perd son procès contre Abdoulazize Bamogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés