Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ce n’est pas parce qu’un crâne est chauve qu’il n’a pas de poux.» Proverbe Africain

Dossiers Inata, LTC Emmanuel Zoungrana et Thomas Sankara : Le procureur militaire fait le point

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 12 mai 2022 à 10h44min
Dossiers Inata, LTC Emmanuel Zoungrana et Thomas Sankara : Le procureur militaire fait le point

Par une note signée le mercredi 11 mai 2022, le Procureur militaire près le tribunal militaire de Ouagadougou fait le point des dossiers pour lesquels il a été saisi.

Il s’agit principalement de trois dossiers, à savoir celui dit Thomas Sankara et plusieurs autres (qui a été vidé en première instance, le mardi, 10 mai 2022) ; le dossier d’Inata d’où il ressort que l’instruction est en cours et le dossier dit Zoungrana Emmanuel, cet officier militaire arrêté pour "tentative de coup d’Etat" et d’autres charges.


Vos commentaires

  • Le 12 mai à 11:28, par MOON-YONDA En réponse à : Dossiers Inata, LTC Emmanuel Zoungrana et Thomas Sankara : Le procureur militaire fait le point

    Monsieur le procureur, un coup d’état est un coup d’état.
    Alors, si le coup d’état de DAMIBA a été accepté par les populations, sachez que si le LCL ZOUNGRANA faisait un coup d’état, cela allait être accepté aussi puisque les velléités de l’époque étaient tel qu’un changement était nécessaire. Par conséquence, le LCL ZOUNGRANA doit être libéré et mieux même applaudit par DAMIBA et compagnie.
    Si tel n’est pas le cas, alors, le peuple a raison de se demander si X n’a pas créé en bonne et du forme cette rumeur de coup d’état pour faire écarter ZOUNGRANA que si il était en fonction, pouvait intervenir et faire avorter le coup d’état de l’actuelle junte. oui, le COBRA était tout puissant !
    Au LCL DAMIBA, si vous avez trouvé qu’un coup d’état pouvait amoindrir les souffrances du peuple, alors libérez ZOUNGRANA si c’est vrai qu’il préparait un coup d’état par ce que pour vous, c’est clair, le monde entier a vu ; mais pour lui, on doute tout comme Rock lui même en doutait selon les ont dit.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 12:56, par Nabiiga En réponse à : Dossiers Inata, LTC Emmanuel Zoungrana et Thomas Sankara : Le procureur militaire fait le point

    QUELLE ABERRATION
    QUELLE ABSURDITÉ

    Ce militaire qui rase les mures de la MACA, ne saurait jamais, au plus grand jamais jugé pour tentative de coup d’état. Juger pour tentative de coup d’état par qui et par quelle autorité ? Ce Damiba avec béret vissé sur la tête, comment est-il arrêté au pouvoir ? Si tentative de coup d’état est judiciable, commençons par celui de Damiba que je trouve est fanfarron, moi, Nabiiga

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 13:31, par Sonni ALIBER En réponse à : Dossiers Inata, LTC Emmanuel Zoungrana et Thomas Sankara : Le procureur militaire fait le point

    Nous demandons JUSTE LA LIBÉRATION ET RÉINTÉGRATION DU LCL ZOUNGRANA injustement accusé de tentative de coup d’état qui n’a jamais existé /c’est une honte pour le pays le Burkina Faso 🇧🇫 de mettre de vaillant fils militaire en prison /sous des fausses accusations (AUGUSTES DENISE BARRY ET maintenant LCL ZOUNGRANE /quelle justice sélective ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 15:11, par Jonassan En réponse à : Dossiers Inata, LTC Emmanuel Zoungrana et Thomas Sankara : Le procureur militaire fait le point

    Affaire de Coup d’État il faut qu’on en parle. Aucune chance que la justice demeure indépendante, aucune chance que les institutions de l’État restent fortes tant que les militaires sont au pouvoir ou à l’affût. Le peuple - c’est vrai que c’est une minorité qui prétend le représenter - est toujours dans l’hypocrisie d’un peuple qui accepte un coup d’État. Tant qu’il n y a aucune preuve, aucune mesure rationnelle et écrite qui permette de déterminer que le peuple accepte ou non un coup d’Etat, et qu’il faut se baser sur l’appréciation de ceux à qui profitent le crime (les ramassis aigris qui n’étaient pas aux affaires et qui savent que dans la normalité ils n’y seront jamais), tant que le peuple va laisser faire ce déni de ce qu’il adopte et ne pas l’utiliser pour acheter un poisson dans l’eau, le Burkina sera toujours à l’imaginaire de la refondation d’un État. Si les gens qui sont là veulent la réalisation de que qu’ils proclament il faut immédiatement démissionner, remettre le pouvoir à qui de droit et se mettre à la disposition de la justice ; y a pas d’autre solution. Il faut savoir ce que l’on veut pour quelqu’un et ne pas continuer de le berner à tout vent au gré de ses intérêts égoïstes et de clan.
    La Patrie ou la Mort.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 15:12, par Jonassan En réponse à : Dossiers Inata, LTC Emmanuel Zoungrana et Thomas Sankara : Le procureur militaire fait le point

    Affaire de Coup d’État il faut qu’on en parle. Aucune chance que la justice demeure indépendante, aucune chance que les institutions de l’État restent fortes tant que les militaires sont au pouvoir ou à l’affût. Le peuple - c’est vrai que c’est une minorité qui prétend le représenter - est toujours dans l’hypocrisie d’un peuple qui accepte un coup d’État. Tant qu’il n y a aucune preuve, aucune mesure rationnelle et écrite qui permette de déterminer que le peuple accepte ou non un coup d’Etat, et qu’il faut se baser sur l’appréciation de ceux à qui profitent le crime (les ramassis aigris qui n’étaient pas aux affaires et qui savent que dans la normalité ils n’y seront jamais), tant que le peuple va laisser faire ce déni de ce qu’il adopte et ne pas l’utiliser pour acheter un poisson dans l’eau, le Burkina sera toujours à l’imaginaire de la refondation d’un État. Si les gens qui sont là veulent la réalisation de que qu’ils proclament il faut immédiatement démissionner, remettre le pouvoir à qui de droit et se mettre à la disposition de la justice ; y a pas d’autre solution. Il faut savoir ce que l’on veut pour quelqu’un et ne pas continuer de le berner à tout vent au gré de ses intérêts égoïstes et de clan.
    La Patrie ou la Mort.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 15:47, par kroh En réponse à : Dossiers Inata, LTC Emmanuel Zoungrana et Thomas Sankara : Le procureur militaire fait le point

    Madame la procureur militaire vous avez intérêt à patienter avec ce dossier INATA. Ce dossier concerne l’ institution militaire qui est en guerre actuellement, qui est en train de lutter pur la survie de l’ Etat Burkinabè. Pendant qu’on fait la guerre si vous lancez des poursuites de gauche à droite contre l’ armée, ce sera du pain béni pour terroristes qui vont gagner du terrain. Réfléchissez bien au timing avant de lancer d ’ouvrir ce dossier Inata. Ne suivez pas les politiciens.

    Répondre à ce message

  • Le 12 mai à 16:40, par Justice En réponse à : Dossiers Inata, LTC Emmanuel Zoungrana et Thomas Sankara : Le procureur militaire fait le point

    Monsieur le procureur,
    Soyez véridique et soyez surtout juste ! Vous savez, une fois qu’on perd confiance en vous, c’est difficile de retrouver cette confiance.
    Quand le peuple n’a plus confiance à sa justice, il se fait justice et ça c’est très dangereux. Alors faites attention à ce que vous faites

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai à 21:42, par MyMy En réponse à : Dossiers Inata, LTC Emmanuel Zoungrana et Thomas Sankara : Le procureur militaire fait le point

    - Je ne suis ni pour l’un, ni pour l’autre. Tout de même..., le terrorisme nous menace tous. (Même les aveugles "voient". Même les sourds "entendent".)
    Pourquoi faut-il alors que de bons soldats soient mis aux arrêts, alors que visiblement aucune preuve à charge n’existe contre eux ?

    - Et même si c’était le cas... : Entre un dit coup d’Etat, et la disparition de notre pays en tant qu’Etat, c’est quoi qui est plus délicat et urgent à traiter ?
    Dieu Tout-Puissant, qu’avons-nous fait de mal, pour que nos dits dirigeants chassent tous et systématiquement des ombres, au lieu des proies ?

    - Je ne suis pas non plus sexiste, ou adepte de tous ces trucs déséquilibrés. Mais, confier des dossiers aussi sensibles à des nanas complexées, en manque d’autorité..., surtout en temps de guerre, c’est assurer très probablement la victoire de nos ennemis.

    Depuis octobre 1987, progressivement, nous faisons exactement le contraire de ce qui doit être fait pour le bien de notre pays. Pourquoi ? Malédictions ou imbécillités ?

    - Svp. colonel "Vaillant Etranger = Sandaogo, né Damiba", combien de personnes accusaient le régime compaoré d’être derrière le terrorisme qui nous fait tant de mal ?
    Pensez-vous un seul instant qu’elles ont acquis des connaissances et des compétences nécessaires pour sauver notre patrie aujourd’hui, alors que ceux qui faisaient et proposaient des analyses justes véridiques courageuses (au régime mpp) sont aussi méprisés par vous ?
    Tous ceux qui se sont trompés dès le départ au sujet du terrorisme, doivent être mis en arrière. Tous ceux qui ont vu juste et bien dès le départ, doivent être appelés pour approfondir les reflexions, et proposer leurs solutions. Le temps et les faits alors nous parleront à tous. Je crois sincèrement, que notre lutte contre le terrorisme n’est même pas encore amorcée.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai à 04:20, par Volere c’ est Volere En réponse à : Dossiers Inata, LTC Emmanuel Zoungrana et Thomas Sankara : Le procureur militaire fait le point

    On poursuit quelqu’ un encore pour coup d’ etat dans pays, la ? Pourquoi ? Donc faut poursuivre Damiba. Ou bien c’ est pae lui il a reussi pour lui ? Sinon volere c’ est volere hein !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du Centre d’information des Nations Unies, au siège de Lefaso.net
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à l’origine de coupures de courant
Entrepreneuriat au Burkina : 60 jeunes formés par la société minière de Sanbrado
Sécurité routière au Burkina : Les autorités sensibilisent les populations au port du casque
Commune de Ouagadougou : Le Mogho Naaba Baongo invite la délégation spéciale à privilégier l’intérêt collectif
Entrepreneuriat agricole à Gaoua : L’étudiant Adama Palé expérimente une superficie de 4 hectares
Don de sang au Burkina : « Le sang est gratuit pour tous… », rappelle Dr Alice Kiba Koumaré, DG du Centre national de transfusion sanguine
Burkina Faso : Plus de 85% des victimes d’accidents de la circulation routière ont des traumatismes crâniens graves
Banditisme en milieu urbain : Trois malfrats dans les mailles de la police nationale de Ouahigouya
Promotion sportive et éducative au Burkina : Des pensionnaires de l’Académie football club du Sig-Nonghin reçoivent des kits scolaires
Enfance en difficultés : Hugues Fabrice Zango fait ambassadeur de bonne volonté de l’Unicef
Circulation routière au Burkina : Ouagadougou, capitale des paradoxes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés