Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui veut faire quelque chose trouve un moyen ; Qui ne veut rien faire trouve une excuse.» Proverbe Arabe

Incivisme : Chaque Nation fabrique ses citoyens, bons, comme mauvais

Accueil > Actualités > Opinions • Tribune • jeudi 28 avril 2022 à 13h59min
Incivisme : Chaque Nation fabrique ses citoyens, bons, comme mauvais

Bali Nébié, enseignant à la retraite et écrivain, estime à travers les lignes qui suivent, que l’éducation est un remède efficace contre l’incivisme qui a pris beaucoup d’ampleur au Burkina.

Depuis quelques années, tout le monde au Burkina Faso se plaint des comportements et pratiques de certains citoyens : non-respect des règles de la circulation routière ; refus d’obtempérer aux injonctions des forces de l’ordre ; agressions d’agents de police, refus du port du casque, utilisation du téléphone pendant la conduite, conduite en état d’ivresse, refus de limitation de vitesse dans les agglomérations, corruption galopante, malversations financières, etc. Les conséquences de ces comportements et pratiques irresponsables sont connues.

Comme réponse à ces formes d’incivisme, l’Etat a procédé à la sensibilisation, ensuite, il est passé à la phase de répression qui se poursuit jusqu’à ce jour. Visiblement, la démarche ne semble pas produire les effets attendus. Nos gouvernants, impuissants face à la situation, cherchent à se dédouaner par tous les moyens : « Dans certains pays voisins, la situation est pire ! », clament-ils, en espérant secrètement, que les populations ignorent les cas de pays où par exemple les citoyens, quel que soit leur âge, respectent rigoureusement les règles de la circulation routière en l’absence de tout agent de police. Nos Gouvernants sont donc toujours à la recherche de la recette miracle.

Pourtant ! Il existe bel et bien une solution à ces drames qui minent nos sociétés. Et, elle est à notre portée : C’est l’EDUCATION. Tout émane du système éducatif. Il est affligeant que les premiers décideurs de nos pays l’ignorent. La preuve ? Ils proclament sans gêne que tout est prioritaire dans nos jeunes nations. Non ! Messieurs, Dames ! La priorité de nos Nations est l’EDUCATION. Face à un problème national surtout lié à des comportements déviants de la jeunesse, fer de lance de toute Nation, les gouvernants doivent revoir immédiatement le système éducatif en vigueur. C’est la seule et unique voie qui conduit indubitablement à une solution durable. Les Gouvernants doivent toujours envisager les grandes actions dans le long terme en pensant aux générations futures.

Les sciences ont beaucoup évolué ces dernières décennies. On sait aujourd’hui que le cerveau de l’Homme fonctionne comme un ordinateur sur plusieurs plans. Pour que l’ordinateur soit fonctionnel, il faut qu’on installe sur le disque dur (DD) des logiciels, c’est-à-dire un ensemble de programmes conçus pour exécuter des tâches précises.

Les études ont montré que chez l’enfant, pendant les six à sept premières années de sa vie, l’esprit conscient n’est pas en activité c’est-à-dire qu’il n’est pas capable de discernement : on dit souvent que l’enfant est inconscient. Par contre, son subconscient fonctionne à plein temps : il enregistre et stocke tout ce que l’enfant perçoit autour de lui. Ces informations reçues du monde extérieur sont assimilables à des programmes que télécharge automatiquement son subconscient.

Ce téléchargement de programmes se fait par autohypnose (ou hypnose) et se traduit par la création de circuits nerveux au niveau du cerveau ; et le cerveau étant vierge, les programmes s’impriment alors comme des marques profondes laissées par un stylet pointu sur de la cire molle. Ainsi, le premier programmeur du bébé dès sa naissance est sa mère qui est permanemment en contact avec lui. Il enregistrera intégralement tous ses faits et gestes, sa voix, ses émotions, etc.

Le deuxième programmeur est le père ; ensuite viennent les proches parents, les amis de la famille et les émissions de la télévision. Et au fur et à mesure que l’enfant croît, le cercle des programmeurs s’agrandit : il s’agit des encadreurs pédagogiques, des camarades d’école, des livres, des amis rencontrés dans la rue, etc. Ce dernier type de programmeurs est très puissant et donc redouté par les parents. C’est pourquoi quand un enfant est en difficulté, les parents accusent souvent la « mauvaise » compagnie.

Avant ses six à sept ans, l’enfant se contente de télécharger des programmes et imite mécaniquement ce qu’il observe. Ce n’est qu’à partir de six à sept ans que ces programmes s’expriment inévitablement chez lui. Ainsi, ses croyances, ses comportements, ses attitudes, ses émotions, etc. seront l’expression de ces programmes gravés dans son subconscient. Il n’est pas étonnant de voir une fille, même devenue adulte, adopter certains comportements de sa mère (exclamations, façon de rire, petites « manies », etc.) ou un garçon, marcher comme son père, utiliser les mêmes expressions que lui, adopter un air autoritaire, etc.

Certains programmes seront bons et d’autres, mauvais, mais tous s’exprimeront. Exemple : un enfant qui est né dans un foyer où règne la violence, téléchargera dans son subconscient le programme correspondant qui s’exprimera quand il deviendra père de famille. Tant que ce programme ne sera pas remplacé par un bon, il s’exprimera inévitablement. A l’inverse, l’enfant qui est né dans un foyer où règnent l’entente et la paix, aura un foyer à l’image du programme enregistré si ce dernier n’a pas été remplacé bien entendu.

A partir de Six à sept ans, la programmation du subconscient se poursuit mais cette fois ci par accoutumance. Pour ce faire, il faut répéter et encore répéter le programme jusqu’à ce qu’il devienne une habitude. Et comme le dit si bien l’adage populaire, « l’habitude est une seconde nature » ou encore : « On a beau chasser le naturel [l’habitude], il revient au galop ! ». En fait l’habitude est un programme installé dans le subconscient par la répétition. Les agences publicitaires utilisent cette méthode pour piéger les consommateurs : elles créent dans le subconscient des consommateurs, des programmes (habitudes) par accoutumance qui orientent (poussent) ces derniers à acheter un produit précis sans qu’ils n’en aient réellement besoin.

Dans la journée, près de 95% du temps de l’individu est occupé par l’esprit conscient : il est préoccupé à résoudre des problèmes divers, se plonge dans ses pensées profondes, se met à rêver de ses projets, etc. Pendant ce temps, les programmes prennent le contrôle de sa vie et s’expriment sans qu’il ne s’en rende compte. Ainsi, environ 95% de la vie de l’individu sont dictés par son subconscient à travers les programmes téléchargés.

Ces connaissances ont permis de consolider de façon notable et rationnelle les méthodes pédagogiques. Ainsi, après que l’instance politique a défini clairement le profil du citoyen recherché, les Encadreurs pédagogiques définissent les objectifs généraux et spécifiques appropriés et déterminent les moyens à mettre en œuvre pour « programmer » les enfants dès la maternelle.

On peut les programmer par exemple à :

- respecter de façon rigoureuse les règles de circulation routière,
- porter le casque dès qu’il enfourche un vélo ou une motocyclette ;
- respecter la chose publique ;
- aimer leur pays ;
- gérer les cotisations de la classe ou de l’école mises à leur disposition ;
- etc.

Pour les enfants de moins de six ans, la programmation doit se faire par autohypnose : les encadreurs doivent avoir alors des comportements et attitudes rigoureusement conformes aux objectifs visés. Les enfants seront ainsi programmés et imiteront aveuglement les encadreurs. Tant que les programmes ne seront pas changés, ils s’exprimeront durant toute la vie des apprenants.

Pour ceux qui ont plus de six ans, la programmation se fera par accoutumance : il faut répéter sans relâche les comportements recherchés en utilisant de préférence les images et en faisant recours aux émotions des apprenants.

Il s’agit, par cette démarche, de graver dans le subconscient de l’enfant, des normes et valeurs sociales qui créent un baromètre spirituel qui est le sens moral qu’il possèdera. C’est ce baromètre inscrit dans son subconscient qui l’avertira désormais en tirant sur la sonnette d’alarme, chaque fois que ses actes ou ceux qu’il envisage, sont contraires aux lois et aux principes reçus.

Il est important de noter qu’un programme ne change pas par une simple prise de conscience de ses manifestations néfastes. Dès qu’on se rend compte qu’un programme est mauvais, il faut le remplacer en suivant des exercices appropriés (autohypnose, accoutumance, etc.) : c’est une reprogrammation.

Parmi les programmeurs de l’enfant, seuls les encadreurs pédagogiques agissent dans un cadre organisé et structuré qui est l’Ecole. Les autres programmeurs, y compris les parents géniteurs, sont bien souvent inconscients de l’impact de leurs actes sur le développement de l’enfant.

Dans le processus de « fabrication » des citoyens, l’Ecole occupe donc une place de choix. Si on assimile l’Ecole à une usine de fabrication de citoyens, sa particularité sera qu’on ne puisse remplacer les Ouvriers par des robots aussi sophistiqués soient-ils. Une Nation qui clochardise les Ouvriers de ses usines ou qui confie la gestion de ses usines à des commerçants véreux sans aucune mesure de contrôle, ne peut s’attendre à des miracles quant à la nature des produits qui sortiront des ateliers : ce seront essentiellement des citoyens délinquants. Elle n’aura récolté que ce qu’elle a semé. Par contre, une Nation qui sait choyer les Ouvriers de ses usines en les valorisant aux yeux de la société, en leur donnant une formation de qualité, en leur créant des cadres de travail agréables et attrayants ; en leur offrant des conditions salariales avantageuses qui les mettent à l’abri des petits soucis financiers quotidiens, etc., récoltera à coup sûr, des citoyens honnêtes, travailleurs, patriotes et respectueux des lois.

Si les citoyens étaient vraiment conscients du rôle fondamental que jouent les encadreurs pédagogiques surtout de la Maternelle et du Primaire (de véritables Artistes de la Nation) dans le devenir de leurs progénitures, ils prendraient le devant des Syndicats des Enseignants pour exiger les meilleures conditions de vie et de travail qui soient pour eux. Personne n’acceptera de confier l’avenir de son enfant, ce qu’il a de plus précieux au monde, à quelqu’un qui se « cherche ». Certaines Nations que l’on qualifiait d’arriérées il y a quelques dizaines d’années, l’ont compris. Elles sont classées aujourd’hui parmi les nations les plus puissantes. Elles n’ont atteint ce niveau de développement qu’en plaçant l’EDUCATION comme priorité nationale.

Bali NEBIE
Enseignant à la retraite/ Ecrivain
Tel : +(226)66158655
Mail : bedoa@gmx.fr
Chevalier de l’Ordre National

.

Vos commentaires

  • Le 28 avril à 15:37, par Fasovision En réponse à : Incivisme : Chaque Nation fabrique ses citoyens, bons, comme mauvais

    Bel écrit et pertinent. Merci pour cette réflexion.

    Je suis aussi d’avis que le volet de l’éducation par la famille est vraiment délaissé, les parents se cachant, pour la plupart, derrière les filles de ménage au bon cœur et, plus que tout, derrière les encadreurs et enseignants. Or, comme vous le dites si bien, si l’enseignant lui-même n’a pas le background éthique ou morale que vous décrivez et qu’en plus, son environnement de travail, pour ne pas dire sa condition de travail, l’expose, il va sans dire que ce qui est attendu de lui en termes de formation et de transformation de l’élève n’arrive pas toujours.

    Oui, les maux actuels de la société, qui nous dressent autant les cheveux, proviennent majoritairement d’une crise dans l’éducation. Pourrait-on un jour parvenir à inverser la tendance ? Je le crois comme vous le signifiez d’ailleurs pour les pays qui l’ont réussi, ce presque-miracle. Il y a lieu de s’y investir, en donnant surtout l’exemple sur tous les plans. Par exemple, j’arrive au feu, il est rouge, mais la circulation est moins dense ; tout le monde se dit alors qu’il est autorisé à le brûler... Au lieu de faire de même, je fais bien de m’arrêter pour attendre mon tour au signal vert. Combien sommes-nous, adultes, qui donnons cet exemple qu’on pourrait qualifier d’élémentaire ?

    La faible conscience de l’autorité de la loi ! Le déficit du sens de la république ! La mentalité du "qu’ai-je à gagner à respecter la loi si les autres ne le font pas" et pire si le non-respect est imputable parfois même à des représentants de l’État ? Bref, il y a bien à en redire.
    Mais savoir qu’un Etat se construit de façon durable sur des fondations solides (dont des valeurs éthiques ou morales) sans quoi il ne pourra supporter les chocs de la vie dans le concert des nations, nous amènera certainement à remettre cette question fondamentale au nombre des priorités sinon à en faire, justement, la priorité des priorités.
    Merci encore pour votre réflexion.
    Bonne journée.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 15:45, par M.S. En réponse à : Incivisme : Chaque Nation fabrique ses citoyens, bons, comme mauvais

    Merci monsieur l’Educateur ! Education, Education et encore Education !
    IL N’Y A D’EDUCATION QUI PORTE FRUIT, DANS L DUREE, QUE CELLE PAR L’EXEMPLE

    En 2017, réagissant à un article sur le civisme et la promotion des valeurs démocratiques, après avoir fait relevé que que "le jeunesse semble avoir perdu les valeurs qui jadis faisaient la fierté du peuple burkinabè", je disais ceci :

    "Avons-nous (les adultes que nous sommes) véritablement transmis à cette jeunesse ces valeurs cardinales dans leurs intégrité ? Avons-nous été les modèles / ou du moins sommes-nous les modèles que nous voulons que cette jeunesse soit ? En paroles, en attitudes et en actes ? Ne serait-il pas intéressant de passer en revue les différents rapports des structures de contrôle de la gouvernance et de la gestion de la chose publique (Inspections des services, rapports d’enquête parlementaires, rapports de l’ASCE-LC, rapports du REN-LAC), et de faire la part des personnes incriminées en termes de jeunes et d’adultes ? La jeunesse aujourd’hui n’est-elle pas le produit de quelque chose qui ne devrait pas être étranger aux adultes ? Il n’y a d’éducation, de sensibilisation et de conscientisation [et de gouvernance] qui portent, que par l’exemple. C’est en acceptant courageusement d’assumer notre part de responsabilité en tant qu’adultes, en sanctionnant positivement les bonnes pratiques et négativement les mauvaises, que notre jeunesse, notre avenir et notre devenir, tirera les bonnes leçons et se conformera petit à petit. Tout ce qui ressemblera à une prime à l’impunité, aux yeux de la jeunesse, ne sera pas pour arranger les choses. Le tout passe par l’éducation certes, mais c’est d’abord à nous d’être ce que nous attendons des futurs citoyens, et de faire ce que nous leur enseignons.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 16:03, par Alexio En réponse à : Incivisme : Chaque Nation fabrique ses citoyens, bons, comme mauvais

    POUR PALLIER ET APPORTER DES REMEDES A CE PHENOMEN INCIVISME. NOTRE PAYS DOIT APPLAUDIR L EXCELLENCE ET LE METTRE EN EXERGUE VERSUS LA MEDIOCRITE NOBTANTE.

    Notre a deja une referance de cette excellence le Capitaine Thomas Isidore Sankara qui fait deja un impact sur cette jeunesse qu il lui pas connu. Sa notoriete depasse les frontieres du Faso.

    INTRODUISONS LE SERVICE MILITAIRE OBLIGATOIRE. UN NOMBRE TRES RETRECIT DES PARTIS POLITIQUES DEVENUS PLETHORIQUES. QUEL MODEL DE SOCIETE VOULIONS NOUS INSTAURER AU FASO ?

    La democratie a ø occidentale ne nous concernent pas. Elle n est pas universelle comme elle nous ete presentee. Puiqu elle a creer tous les maux de notre sosciete. Elle est en contradictions avec les aspriations africaines, et plus particulierement burkinabe.

    L ANAPHABETISME EST INCOMPATIBLE AVEC LES RECETTES DE LA DEMOCRATIE OCCIDENTALES QUI N EST RIEN D AUTRES QUE LA DICTATURE DE MAJORITE.

    Partager des billets de banque, ou des sac de mil pour acheter des voix electorales est un crime qui passe sous nos cieux sans reaction administration des autoritesm eux-meme beneficiant de cette inculture des elections.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 17:00, par Ka En réponse à : Incivisme : Chaque Nation fabrique ses citoyens, bons, comme mauvais

    Bali Nébié vous dites : ’’’’’’’’’’’’’’’’Pourtant ! Il existe bel et bien une solution à ces drames qui minent nos sociétés. Et, elle est à notre portée : C’est l’EDUCATION. Tout émane du système éducatif. Il est affligeant que les premiers décideurs de nos pays l’ignorent. La preuve ? Ils proclament sans gêne que tout est prioritaire dans nos jeunes nations. Non ! Messieurs, Dames ! La priorité de nos Nations est l’EDUCATION.’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’

    Je confirme : Car, l’éducation est la seule clé de bien vivre ensemble. En tant qu’une personne plus de 70 ans, je juge que mon rôle comme ceux de mon âge est de transmettre aux jeunes même dans la rue, les règles du vivre ensemble. Chez nous les mossis dans notre tradition, il y a un âge où vous n’avez même pas le droit de parler quand les sages sont là. Il y a un âge où on vous laisse vous approcher pour écouter, il y a un autre âge où on peut vous demander votre petit point de vue. Et passé de 50-60 ans, vous entrez dans le cercle des sages. Et quand vous avez plus de 70 ans comme moi, ce n’est plus un droit de parler, c’est un devoir de transmettre. Voilà pourquoi dans ce forum depuis sa création je parle de mon vécu de mon passé de mon présent pour que la jeunesse se nourrisse de ça pour le vivre ensemble.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril à 18:18, par La Grande Kady En réponse à : Incivisme : Chaque Nation fabrique ses citoyens, bons, comme mauvais

    Un texte assez confus qui va dans toutes les directions :
    De l’incivisme, aux sciences informatiques, aux finances au syndicalisme et j’en passe... Le professeur de biologie à la retraite aura avantage à se focaliser sur un aspect particulier de son domaine d’expertise, aller en profondeur, plutôt que de se disperser !

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai à 23:46, par jeunedame seret En réponse à : Incivisme : Chaque Nation fabrique ses citoyens, bons, comme mauvais

    L’école, une simple université de diplômes. Le mot travail, un simple résultat de concours. Notre délaissement du mot ÉDUCATION se justifie en partie par notre absence de fierté d’être Burkinabè. Et des outils et matériels pédagogiques appropriés sont négligés. Et des parents ignorent le mot responsabilité parce que les gouvernants ne le prononcent pas. Tout le monde se réclame presque du dehors. Il nous faut vraiment récupérer notre estime de soi ; sauver nos valeurs morales. Mais avec quelle stratégie ? Nous avons toujours de grandes bibliothèques comme papa Nébié. Il faut en faire bon usage à temps. Merci papa NÉBIÉ, pour cette conscientisation entamée. Longue vie à vous !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Lutte contre le terrorisme : « C’est un devoir pour chaque Burkinabè d’être un VDP »
Burkina : Peu importe l’ennemi il faut le détruire
Burkina : La Patrie ET la Mort, nous Vaincrons ?
Vie sociale : « Le chef de famille n’est pas un tortionnaire, un tyran » (tribune)
Burkina Faso : Il faut supprimer l’armée pour sauver le pays
Coût des imprimés au service des impôts de N’Dorola : Lettre ouverte au directeur général des impôts
Solhan, Madjoari, et Seytenga : Comprendre les massacres des civils par les djihadistes
Transition au Burkina Faso : Réflexion sur la désignation d’un médiateur de la CEDEAO
Burkina Faso : Les fondements sociologiques de la crise sécuritaire
Tribune : « Pendant que la France condamne de façon ferme les coups d’Etat militaires au Mali, en Guinée et au Burkina Faso, elle avalise les troisièmes mandats », s’insurge Oumar Ba
Tribune : Yéli Monique Kam dénonce un excès d’ingérence de la France dans la gouvernance au Burkina Faso
Lutte contre l’inflation au Burkina : La guerre du pain n’aura pas lieu !
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés