Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dès l’instant que vous apprenez à reconnaître la beauté dans ce monde, vous cessez d’être un esclave.» Mohamed Itqbal (poète, barrister et philosophe de l’époque de l’Inde britannique)

Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « L’infraction de recel de cadavres dont est accusé le Gal Diendéré est constituée », selon Me Somé

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • jeudi 3 février 2022 à 12h23min
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : « L’infraction de recel de cadavres dont est accusé le Gal Diendéré est constituée », selon Me Somé

Le procès Thomas Sankara et ses compagnons se poursuit ce jeudi 3 février 2022, avec les plaidoiries des avocats de la partie civile.

Me Séraphin Somé a plaidé sur le recel de cadavres dont est accusé le Gal Gilbert Diendéré (Ndlr, lieutenant au moment des faits, il était le commandant en second du Centre national d’entrainement commandos (CNEC) et chef de la sécurité du conseil de l’Entente où a eu lieu le drame).

De l’exposé de Me Somé, il ressort qu’après la passage du Commando "mortifère", dans l’après-midi du 15 octobre 1987, treize personnes sont tombées assassinées. De sa perception, on s’attendait à ce que la raison, la décence reviennent dans la maison. C’est tout le contraire. Aucun examen médico-légal n’a été fait pour identifier les circonstances de la mort de ces derniers.

Un autre constat, les corps n’ont pas été remis aux familles. Ils ont été enlevés et inhumés nuitamment et de façon clandestine et les familles tenues à l’écart, fait constater Me Somé.

Pour l’avocat de la partie civile, les corps n’ont pas été enterrés. Ils ont tout simplement été recouverts de terre. "Si l’on s’en tient au rapport des expertises, les corps ont été mis dans des trous d’une profondeur de 15 cm au-dessus et pour les plus chanceux, le double", regrette l’avocat.

Il poursuit sa plaidoirie, en ajoutant qu’aucune identification n’a été opérée pour permettre aux familles de savoir où se trouve le corps de leur frère. En sus, aucune enquête judiciaire ni administrative n’a également été ouverte.

L’objectif visé

Selon Me Séraphin Somé, cela obéit à une logique. C’est d’empêcher toute action judiciaire tendant à faire la lumière sur cette affaire. "C’est dans ces conditions que Gilbert Diendéré est poursuivi pour recel de cadavres. Les faits sont évidemment prévus et punis par la loi. Comme pour les autres accusations, Gilbert Diendéré a gardé la même ligne de défense. Qu’il n’était au courant de rien", rappelle Me Somé.

La faute au régisseur de la MACO

Pour se tirer d’affaire, le Gal Gilbert Diendéré rejette la faute au régisseur de la MACO (Ndlr, Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou) de l’époque, Karim Tapsoba et au Commandant en chef de l’armée d’alors, Boukari Jean Baptiste Lingani. "Vous l’aurez remarqué, ces derniers sont décédés. Il en est de même pour tous ceux que Gilbert Diendéré a cités dans ce procès. En plus, ce qu’il a dit, aucune pièce du dossier ne corrobore sa thèse. C’est un moyen construit artificiellement pour se dérober", table-t-il.

Les faits sont constitués

En conclusion, l’avocat de la partie civile demande au président de la Chambre, de retenir une chose : c’est cette manière de faire les choses qui est à l’origine de tous nos problèmes dans ce pays, c’est à dire, la banalisation de la vie humaine. Il indiquera clairement que l’infraction de recel de cadavres dont est accusé le Gal Gilbert Diendéré est suffisamment constituée. "M. le président, vous n’aurez pas la peine de l’en déclarer coupable", termine-t-il.

Qu’en est-il de la subornation de témoin

"Dans le cadre de la subordination de témoin, on a une ribambelle de faits, de preuves. L’article 293 du code pénal a été suffisamment clair sur le cas", lance Me Désiré Sebgo.

Pour lui, les déclarations du Gal Gilbert Diendéré sont impuissantes. "Par conséquent, M. le président de la Chambre, à la lumière de tout ce qui a été exposé, les faisceaux d’indices sont clairs, les faisceaux de preuves sont abondants. Nous vous demandons tout simplement de dire le droit et de condamner Gilbert Diendéré conformément aux dispositions de l’article 293 du code pénal", plaide Me Sebgo.

Obissa Juste MIEN
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dossier Thomas Sankara et autres : Le volet international en cours, l’inhumation des restes en perspective
Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution
Procès Sankara et compagnons : Quand les réclamations « fantaisistes » fâchent les avocats de la défense !
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : La famille de feu Thomas Sankara réclame une "somme symbolique"
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel
Procès Sankara et douze de ses compagnons : L’audience sur les intérêts civils est renvoyée au 25 avril 2022
Procès Thomas Sankara : « Au Burkina, quand on parle de réconciliation, on revient presque toujours à la question de la grâce ou de l’amnistie » (Me Boukary Willy)
Verdict du procès « Thomas Sankara » : Pour le CDP, le verdict éloigne le peuple de la réconciliation nationale
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ablassé Ouédraogo trouve le verdict humiliant pour certains condamnés
Procès Thomas Sankara et douze autres : Une victoire dans la lutte contre l’impunité, selon les avocats de la famille de l’ancien président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés