Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’œil qui a connu le malheur et qui n’a pas crevé, connaitra certainement le bonheur.» Proverbe Africain

Micro-trottoir : Pour ou contre les méthodes contraceptives utilisées par de jeunes filles ?

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • jeudi 27 janvier 2022 à 17h08min
Micro-trottoir : Pour ou contre les méthodes contraceptives utilisées par de jeunes filles ?

Préservatif, pilule, anneau contraceptif, implant, patch... sont autant de méthodes contraceptives que les filles utilisent pour se protéger des maladies sexuellement transmissibles ou éviter une grossesse. Une équipe des Editions Lefaso.net, s’est rendue dans le quartier Bissighin, à Ouagadougou, pour recueillir les avis des uns et des autres sur la question.

Yacia Bounkoungou, Coiffeur : « Pour moi les méthodes telles que les injections et tout ce qui s’introduit dans le corps de la femme sont néfastes pour la santé. Elles peuvent être confrontées à des maladies et aussi avoir des problèmes d’enfantement. C’est pour toutes ces raisons que je préfère le préservatif ».

Yacia Bonkoungou, Coiffeur

Mme Toé, ménagère : « En ce qui concerne ces méthodes, je suis contre. Nos filles dans le meilleur des cas doivent juste s’abstenir, car le fait de tomber en grossesse ce n’est pas un souci. Le vrai souci ce sont les maladies qu’elles peuvent contracter à vie. Et ce conseil est valable pour les garçons aussi. Mon petit-frère à moi a été victime d’une maladie sexuellement transmissible et on en a tous fait les frais à la maison. Nous avons dû dépenser de fortes sommes à l’hôpital pour ses soins ».

Alain Ouédraogo, Étudiant

Alain Ouédraogo, Etudiant : « Selon moi, les filles utilisent ces méthodes pour éviter certaines maladies sexuellement transmissibles et aussi des grossesses non désirées. Et du coup je pense que c’est une très bonne chose ces méthodes que certaines jeunes filles utilisent cela leur permet de ne pas être confrontées à des grossesses non-désirées ».

M.X, citoyen

M.X, citoyen : « Je déconseille aux filles ces méthodes car ça y va de leur santé. Très souvent on entend que telle fille, après le mariage, cherche à enfanter en vain, c’est à cause justement des méthodes qu’elle utilisait dans sa jeunesse ».

Marguerite Zongo, Étudiante

Marguerite Zongo, étudiante : « En ce qui me concerne, les méthodes utilisées par les jeunes filles pour ne pas tomber enceinte ne sont pas bien. Par exemple cela augmente le nombre de prostituées. Elles avaient peur de tomber enceintes auparavant mais de nos jours grâce à ces méthodes, les filles changent de copains à tout bout de champ sans risque aucun de grossesse. Et pire, elles ne prennent pas le temps de s’informer avant d’utiliser ces méthodes. Si ce sont les dames mariées qui utilisent ces méthodes, je suis d’accord. Mais pour nos jeunes sœurs, franchement qu’elles arrêtent. »

Aboubacar Ouédraogo, agent technique d’élevage

Aboubacar Ouédraogo, Agent technique de l’élevage : « C’est important selon moi, que les jeunes filles utilisent ces méthodes de nos jours pour éviter les grossesses non-désirées. Les filles, une fois enceintes sont bannies de la maison par leurs parents. Du coup, pour éviter d’avoir des soucis avec les parents, je pense que c’est mieux qu’elles utilisent les contraceptifs ».

M. Traoré, Responsable GEFROSER

M. Traoré, responsable de GEFROSER : « Pour moi, il est bien que les filles utilisent ces méthodes pour éviter certains problèmes. Cependant, pour éviter des soucis de santé dans le futur, je propose qu’elles se fassent suivre par des médecins qui pourront leur proposer les méthodes qui leurs conviennent parfaitement ».

Mariam Zoungrana, ménagère

Mariam Zoungrana, ménagère : « Je déconseille fortement à nos filles ces méthodes car ce ne sont pas de bonnes pratiques. Elles sont pressées même pour aller où ? Il y a un temps pour toute chose. Quand elles seront mariées, elles pourront s’adonner librement à une vie sexuelle sans souci. Ces méthodes peuvent entraîner des soucis d’enfantement plus tard ».

Wilfrid Bonkoungou, Étudiant, travailleur

Wilfrid Bounkoungou, étudiant-travailleur : « Pour moi, les méthodes contraceptives sont un couteau à double tranchant. Elles sont bonnes dans la mesure où c’est pour éviter des grossesses non-désirées aux filles, et mauvaises dans le cas où elles se voient confrontées à des problèmes d’enfantement une fois mariées ».

Patricia Coulibaly
Hanifa Koussoubé
(stagiaires)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Gestion des risques sociaux : 48h de dialogue entre les partenaires sectoriels et les acteurs de terrain
Lutte contre la cécité au Burkina : Du matériel roulant et des équipements médico-techniques pour renforcer les structures ophtalmologiques
Société burkinabè des fibres textiles : Fidèle Ilboudo désormais installé dans ses fonctions de président du Conseil d’administration
Caisse nationale de sécurité sociale : Le directeur général rend visite aux retraités
Dédougou : Des personnes déplacées internes crient famine
Promotion de l’emploi des jeunes au Burkina : Le plan stratégique de développement 2023-2027 de l’ANPE en cours de validation
Syndicats : L’Unité d’action syndicale dénonce les velléités de remise en cause des acquis des travailleurs
Bobo-Dioulasso : Le projet Archipelago forme 105 apprenants sur les métiers de la mangue
Burkina/Don de sang dans la région du Centre-est : Une assise nationale pour promouvoir l’adhésion de la population
Identification unique de base au Burkina : Vers l’adoption d’un avant-projet de loi
Vie de la rédaction : Zéliya Tamboura, responsable du Centre d’information des Nations Unies, au siège de Lefaso.net
Ligne électrique Ouaga-Sapouy : Des chauves-souris à l’origine de coupures de courant, selon la Sonabel
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés