Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Si quelqu’un fait un saut dans le feu, il lui reste encore un autre saut à faire. » Proverbe burkinabè

Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • dimanche 23 janvier 2022 à 00h12min
Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

Comme on pouvait s’y attendre, les manifestants n’ont pas eu le temps de se regrouper ce samedi 22 janvier 2022 pour la marche. En effet, les voies d’accès à la place de Révolution étaient quadrillées par des éléments de la gendarmerie nationale.

Il est 8h06 quand, de loin, on constate la gendarmerie nationale prendre position sur l’avenue Monseigneur Thevenoud, devant la direction de l’état civil et de la population, à Ouagadougou.

Les passants sont systématiquement arrêtés et fouillés partiellement. Les non manifestants, sur leurs motos, sont redirigés vers d’autres destinations.

Des blocus érigés par les manifestants

Des blocus sont par la suite érigés sur la voie entre les sièges des compagnies de téléphonie Telecel et Moov.

« C’est déplorable, au lieu de réprimer les voleurs de la République, c’est nous qu’ils viennent réprimer », lance un manifestant retranché au terrain en face de la Cathédrale.
A 10h05, la Compagnie républicaine de sécurité (CRS) lâche les premières grenades lacrymogènes. Les manifestants dispersés se regroupent à certains endroits. Un renfort de deux pickup remplis de policiers débarque sur le front, en face de la Maison du peuple. Juste devant l’intersection de Telecel et Moov, des barricades qui avaient été érigées de façon spontanée, sont dégagées par la CRS après avoir bien-sûr pris le temps de disperser les manifestants à coup de gaz lacrymogène.

Hibrahim Compaoré, journaliste de la télévision LCA, dans les courses poursuites, a reçu une bombe lacrymogène au niveau du bras. Blessé, il a été secouru par un manifestant. Une ambulance l’a ensuite conduit à l’hôpital Yalgago Ouédraogo avec l’aide des agents de la Croix-Rouge.

Il faut noter qu’il y a plusieurs fronts. Celui en face de la Maison du peuple, celui en face du gouvernorat et de la Bourse du travail, un autre en face de la mairie.

En rappel, les organisations de la société civile (OSC) sont dans les rues ce samedi 22 janvier 2022 pour, disent-elles, protester contre les sanctions prises par la CEDEAO contre le Mali, l’insécurité grandissante au Burkina Faso. Certains manifestants réclament la démission du président du Faso.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 janvier à 12:01, par HUG En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

    Les apprentis sont.devenus pire que le maitre blaise compaoré . Si blaise compaore s etait comporté comme le mpp en utilisant cette force brutale contre les manifestants il etait toujours au pouvoir et certains hommes forts du moment etaient presentement à l"etranger.Attention car blaise compaoré aavait aussi le soutien des chefs coutumiers et autres mais il a fui le burkina a 11heures Allons seulement

    Répondre à ce message

    • Le 22 janvier à 12:26, par le vétéran En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

      sauf que Compaore n’était pas démocratiquement élu.

      Répondre à ce message

    • Le 22 janvier à 13:26, par lepaysvamal En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

      C’est déplorable que certains Burkinabè se laissent encore influencés par des assoiffés de pouvoir de nos jours. À dire que nous sommes perdus. Je comprends la douleur de la population mais sachons raisons gardées et dirigeons nos forces contre le seul ennemi des Burkinabè : le terrorisme. Tout le monde aspire au bonheur et au bien être. Ce n’est pas Roch KABORE qui est président qui ignore que son bonheur dépend de la stabilité du pays, à moins d’être un écervelé. Je me dis qu’à ce sens il fait de son mieux et c’est nous qui devons contribuer à trouver une stratégie efficace. Pour ma part c’est l’Union sacrée autour de nos FDS et la prise de conscience de la population qui pourra faire reculer ces mécréants. Ça, Roch KABORE en est conscient et n’a cesse de nous appeler pour ça. Je pense que la part de la société civile et des partis politiques qui ne peuvent pas monter au front est de sensibiliser cette population instrumentalisée qui a renié leur patrie et qui a accepté prendre les armes contre leurs propres frères à revenir à la raison. Également je suis d’accord qu’on pousse le président à l’image des Maliens à faire appel à des partenaires francs et capables à nous aider dans cette lutte. Il n’y a pas longtemps on nous parlait de la coopération avec la Turquie mais on ne voit rien d’abord. Ont-ils pris attache avec les Russes et ils ont refusé ou quoi ? Pour l’efficacité de la lutte nous devons avoir les mêmes stratégies que les Maliens. Visiblement les Français doivent plier bagages car leur aide n’est pas franche.

      Répondre à ce message

      • Le 22 janvier à 14:45, par Matt En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

        Et comme votre pseudo l’indique et le souligne fort à propos, Le pays va vraiment mal ! Dans un État qui se dit démocratique, sous prétexte que le Président a été élu "démocratiquement", on n’interdit pas intempestivement et abusivement des marches et meetings de citoyens du pays. Le faire équivaut à poser un acte (tout aussi) terroriste, à l’égard des principes de démocratie. Alors, que certains se garde de nous donner des leçons !

        Répondre à ce message

      • Le 22 janvier à 16:34, par Savadogo Daouda En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

        On ne vous comprend pas décidément.
        D’un côté le président au moment des élections disait qu’il était la solution.
        Le peuple l’a même donné un deuxième mandat et pour vous c’est ce peuple qui doit se débrouiller pour ne pas mourir , et lui élu ayant juré sur la constitution de défendre la nation , proteger le peuple , ayant tous les leviers du pouvoir à sa disposition et pour vous c’est encore ce peuple demuni , frappé par la pauvreté et l’insécurité qui est encore coupable tandis que l’élue et son entourage se contentent de jouir des déices et avantages du pouvoir.
        Ainsi , dit nous. face à des tueurs qui arrivent à detruire des bases militaires , dis nous comment des femmes , enfants , et cultivateurs n’ayant jamais vu une arme de guerre ne faisant même pas un bon repas tous les deux jours peuvent être indexés pour tenir tête à ces tueurs, tandis que le président elu lui a les moyens , lea armes , les hommes et TOUT le pouvoir à sa disposition. et vous dites que c’est nous qui devons contribuer à trouver une stratégie, efficace et que lui par contre fait de son mieux. Tiens , tiens , lors de la campagne politique il ne nous avait JAMAIS dit qu’il ferai de son mieux . Il a été clare depuis son premier mandant qu’il etait la solution , et vous vous venez nous dire aujourd’hui de trouver la stratégie pour ne pas nous faire exterminer.
        On ne sait même pas s’il faut en rire ou en pleurer. Vous dite qu’il faut diversifier les partenaire ; russie , turquie , à qui le dites vous ? ou là encore c’est le peuple meurtri qui doit allez les chercher. Je sens vraiment que nous avons encore du chemin pour nous en sortir si on ne sait même pas qui doit definir les stratégies de défense depuis bientôt six ans.

        Répondre à ce message

      • Le 22 janvier à 23:35, par Boris En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

        @lepaysval : rock n’a pas le courage de faire comme les maliens. Je l’ai compris depuis les sanctions de la cedeo. Partenaroat avec la Turquie dont tu parle pourquoi, c’est maintenant que ces démarches sont entreprise ? Ça fait quand meme 7 ans qu’il est au pouvoir. Dans tous les cas, les français feront tout pour qu’il n’en sorte rien de bon en terme d’armement. Figure toi que dans nos etats major, il ya des officiers français qui occupent des bureaux. Figure toi que nos pays ne peuvent acquérir de l’armement aupres d’un etat de l’UE sans l’autorisation de cette FRANCE a cause de certains accord. Tout tout ça c’est bien normal la France protège ses intérêts. C’est à notre président de protéger aussi les siens en commençant par dénoncer ces accords qui nous empêche de lutter efficacement contre les terroristes.

        Répondre à ce message

    • Le 22 janvier à 14:08, par Papa En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

      La grande différence est que Blaise Compaoré tuait des Burkinabè en lieu et place des lacrymogènes.

      Répondre à ce message

    • Le 22 janvier à 16:40, par Ahmed En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

      HUG une insurrection n’est possible que dans 100 ans. Après vous et moi. Tant que vous n’allez pas vous rassurer que l’insurrection qui a chassé Blaise du pouvoir est un plan de Dieu un suicide vous guette. C’est le même Dieu qui a coiffé ROCK du chapeau de chef. Difficile que toutes les régions du BURKINA sortent en même temps comme en 2014. Rassurez vous et restez convaincu. ROCK ne quittera le pouvoir qu’aux élections de 2025. Blaise a commencé a prier mais c’est tard. Il a longtemps cru qu’après Dieu c’est lui. Lui et François sont des milliardaires qui financent le terrorisme mais comme Dieu est partout mais dort au BURKINA le peuple va vous vaincre. Allons seulement

      Répondre à ce message

    • Le 23 janvier à 01:55, par Nabiiga En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

      @ Hug

      Je me demande fort bien de quel Burkina Faso dont on parle. Le Burkina dont je suis citoyen adulte, fut adulte, professionnel et gagnais bien ma vie à l’avènement de la Révolution, ensuite la Rectification pour enfin devenir le CDP, jusque la fin de ce dernier régime ; le tout sous un certain triste individu au nom de Blaise Compaoré, je ne saurais dénombrer les différentes répressions violentes visitées sur des manifestants pendant plus de 27 ans du régime de ce sadique individu. Enfin, je suis bien content d’apprendre qu’aucun décès n’a été déploré lors de l’insurrection ; l’insurrection dois-je le dire, fut après tout, une manifestation. On peut bien ne pas aimer le gouvernement MPP mais, de grâce remettons à César ce qui est à César et arrêtez de raconter des affabulations. N’gaw !!!

      Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 12:23, par Ka En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

    HUG, toutes celles ou ceux que tu vois dans les rues après le refus du maire a cette manifestation, sont des manipulés avec des miettes de ceux qui veulent mettre a genoux le pays et en profiter beaucoup plus pire. Je suis pour la lutte qui va au peuple et l’émergence du pays, mais désobéir aux ordres devienne le désordre et l´anarchie qui ouvrent la porte à tous les abus en poussant chaque individu à obéir à son propre sens de la justice et non pas à obéir à une justice commune. Dans une situation de désordre, c’est la « loi de la jungle » qui s’installe. Le désordre permet ainsi la réalisation d´une plus grande injustice.

    Répondre à ce message

    • Le 22 janvier à 13:16, par Gwandba En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

      @ Ka
      "Je suis pour la lutte qui va au peuple et l’émergence du pays"
      Ceux que vous considérez comme des manipulés sont peut-être dans la rue pour une vraie lutte et une véritable émergence du pays. Où je vous rejoint, c’est que sur ce même forum, des gens sont "payés des miettes" pour tenter de tromper les autres avec des postes nuls de sens parce qu’ils sont à la solde de ce pouvoir moribond dont les seuls actions consistent à utiliser la force contre la population asphyxiée depuis 2015 par ce gouvernement dont parle de sa médiocrité est un euphémisme.
      Vous êtes de quel côté ????

      Répondre à ce message

      • Le 22 janvier à 17:16, par Ka En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

        Gwandba : Je ne sais si ta question s’adresse a moi, ’’’’’’’Vous êtes de quel côté ????’’’’’’ Avec ta critique partisane mélange de haine on ne peut rien comprendre. Ayant plus de 70 ans avec une expérience de la lutte des classes, tu te trompes sur moi. Tu n’étais pas sur place ce matin et voir les sois disant manifestants dont 99% ne sont que des enfants de moins de 20 ans.

        Alors tu la ferme en disant ’’que peut-être ces enfants sont dans la rue pour une vraie lutte et une véritable émergence du pays.’’ Je vois que tu ne connais rien de ce que veut dire la lutte de classes dans notre pays.

        Dans notre pays et sa société, cette lutte de classes a toujours existé depuis la société esclavagiste qu’a connue notre société. Et comme ce matin il y a eu une lutte de classe entre exploiteurs comme ceux qui donnent des miettes aux enfants pour bruler les pneus et piller les commerce qui sont des exploités.

        Je t’apprends qu’une lutte de classe est vive avec des règles : Tout le monde de ma génération a été témoins de cette lutte entre les gouvernants réactionnaires et les travailleurs : 3 Janvier 1966, grèves de 1968, de 1973 de 1980, lutte des travailleurs de la Bravolta contre leur patron en 1983.

        Et il arrive parfois que la lutte de classes dans une société ne soit pas très vive comme ce qui se passe en ce moment, cela se vérifie quand une bonne partie des exploités comme ces enfants ce matin ignorent complètement qu’ils sont l’objet d’une exploitation éhontée. Moi je suis pour un pouvoir qui essaie de limiter les dégâts, surtout en ce moment où le pays est empoisonné par des terroristes déguisés comme dans tous les pays du Sahel.

        Répondre à ce message

    • Le 22 janvier à 18:56, par SOME En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

      Mais non mon ami Ka tu perds la raison ou oui ? Tu tiens coûte a couté à défendre ce régime lors même que l’on ne peut plus. Ne te laisse pas aveuglé. C’est vrai dès le départ j’ai été critique du MPP tout en me disant qu’ils changeraient. Bien au contraire ils se sont hélas enfoncés .
      Décidément Roch confirme qu il n’est pas l’homme qu il faut au Burkina à ce moment de son histoire.c’est pénible mais il faut le reconnaître et il ne fait rien oué que ça soit le contraire. Il a peur de quoi ? Être tué ? C’est devant la mort qu on voit les grands hommes …ou les hommes minables. C’est un choix philosophique, idéologique. Oui je sais bien que tout le monde n’est pas sankara
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 12:55, par Jonassan En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

    Maître @HUG. Sans défendre le MPP, autant de Blaise une telle brutalité n’a jamais existé mais en contrepartie ceux qui ont initié ce mouvement seraient sous terre : les derniers rescapés du régime de Blaise l’ont été parce que ce dernier n’a pas eu le temps. La leçon à retenir c’est que ce n’est pas facile de reproduire une insurrection ; il faudrait que les Maîga et Aminata Rachow sachent que s’asseoir à des milliers de kilomètres de la scène de lutte et ordonner le copier-coller n’est pas une stratégie. Eux qui reprochent aux généraux de se la couler douce dans les salons climatisés de Ouaga pendant que la troupe se démene au front auraient dû se l’appliquer cette réflexion.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 13:07, par Manuel En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste grièvement blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

    Bonjour
    Au moins pour le moment Rock est au Burkina et Blaise Compaoré chez ses beaux parents !
    En plus Thomas Sankara, Norbert Zongo, Henri Zongo, Oumarou Clément sont morts sous Blaise Compaoré !
    Ceux qui veulent défendre le pays sont au front, ils ne sont pas à waga en train de défier les lois de la République
    Honte aux renégats et autres revanchards !

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier à 15:30, par Sacksida En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

    Sommes dans un Regime Democratique ou bien dans un Regime Dictatorial et Fachiste ? Si une manifestation est impossible, il ne reste que le Procimiemto pour instruire ce Pouvoir politique Incompetent et corrompus. Rock Marc Christian Kabore et ses accolytes criminels sont certainement des demagogue et si ils ne reviennent pas des sentiments Democratiques et Sociaux, leur fin sera deplorable. Meme le regime du CMRPN etait mieux que ces faux democrates. Dieu Sublime aide notre Peuple Burkinabe qui est integre. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 23 janvier à 10:47, par Ka En réponse à : Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre

    ’’’’’’’’’’’’Mais non mon ami Ka tu perds la raison ou oui ? Tu tiens coûte a couté à défendre ce régime lors même que l’on ne peut plus. Ne te laisse pas aveuglé. C’est vrai dès le départ j’ai été critique du MPP tout en me disant qu’ils changeraient. Bien au contraire ils se sont hélas enfoncés.’’’’’’’’’’’

    Mon ami SOME, je ne soutiens personne, je soutiens la démocratie qui est mon idéale. Qu’il soit un régime de l’UPC ou CDP dont le représentant est élu démocratiquement par le peuple Burkinabé comme le cas de Roch Kaboré, j’agirai de la même chose. C’est sur ce point de ne pas trahir son idéal qui est l’épine de notre différence.
    Si nous admirons les pays qui se développent en Europe ou a ailleurs, c’est que ces pays respectent et applique la démocratie en éliminant les coups d’états qui retardent tout.

    Et la question dont je vais te poser est : Que pourra faire un autre président quand il arrive au pouvoir plus que ce régime si nos frères déguisés en terroristes et qui vivent dans nos foyers persistent ?
    C’est la question qu’il faut se poser avant de détruire notre jeune démocratie en gestation. Je ne défends pas la personne qui est Roch Kaboré, mais son programme présidentiel soutenu par plus de 50% du peuple Burkinabé, dans ce programme ’’’jugé les dossiers des crimes impunis qui empoisonnent la vraie réconciliation voulu par le peuple.’’’ Et si les manipulateurs revanchards de l’ancien régime ne sortaient les miettes pour manipuler nos enfants et frères a se déguiser en terroristes pour tout chambouler, le programme présidentiel de ce régime fera avancer notre pays.

    Pour conclure mon ami SOME, sache que soutenir un régime pour moi depuis plus de 50 ans, ce n’est pas soutenir une personne comme Roch Kaboré, mais les actions et les bonnes de ce régime feront avancer le pays, Et je continuerai à soutenir les bonnes actions du programme présidentiel de ce régime jusqu’à sa fin. Oui avec ce qui secoue le pays en ce moment, toutes ou tous, celles ou ceux qui veulent détruire la racine de notre jeune démocratie pour le retour en arrière pensent que c’est la fin ! Mais est ce que le peuple Burkinabé et leurs alliés de l’extérieur accepteront ? J’ai écouté des jeunes devant les micros hier parlé au nom du peuple, quel peuple ? Simplement ils parlent de leurs ignorance sans voir loin que le bout de leur nez.

    Non mon ami SOME, tu te trompes, si vraiment tu veux que le Burkina avance, acceptons notre démocratie en aidant ce régime a realiser son programme et terminer son mandat pour que les urnes nous donnent en 2025 une personne capable. Sans rancune.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Saisie de cocaïne à Bobo : Ce qui a mis la puce à l’oreille des douaniers
Education inclusive : L’ODDS concerte les acteurs pour la quatrième conférence régionale
Afrique : Les dirigeants et les partenaires de développement appelés à combiner l’intensification d’une réponse humanitaire
Manifestations d’orpailleurs à Houndé : Une ville sous haute tension, le gouverneur des Hauts-Bassins en sapeur-pompier
Education : Les syndicats de l’éducation demandent aux autorités de prendre des dispositions afin de protéger leurs collègues dans les zones à forts défis sécuritaires
Renforcement des capacités des acteurs du Cadre MRV national sur l’utilisation du Logiciel et lignes directrices du Groupe d’Experts Inter-gouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)
Fonds commun genre : Seize projets retenus pour 2022-2023
Manifestation des orpailleurs à Houndé : Le gouverneur de la région des Hauts-Bassins prône le dialogue
Burkina Faso : Le comité de revue du PN/GIRE se penche sur les activités menées en 2021 et celles à mettre en œuvre en 2022
Burkina : L’Organisation des personnes handicapées plaide pour la cause des élèves vivant avec un handicap
Burkina Faso : Les étudiants de "Aube nouvelle" à l’école de la protection des données à caractère personnel
Sécurité routière au Burkina : Billa TV offre le permis de conduire à 66 999 FCFA
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés