Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Si quelqu’un fait un saut dans le feu, il lui reste encore un autre saut à faire. » Proverbe burkinabè

Covid-19 au Burkina : Le ministre de la santé convainc l’opposition et vaccine son chef de file

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • vendredi 21 janvier 2022 à 19h30min
Covid-19 au Burkina : Le ministre de la santé convainc l’opposition et vaccine son chef de file

Pour inciter la population à se faire vacciner sans aucune crainte, le ministre de la santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, s’est rendu dans les locaux du Chef de file de l’opposition (CFOP), ce vendredi 20 janvier 2022 à Ouagadougou.

C’est aux environs de 11h30, que le ministre de la santé, Pr Charlemagne Ouédraogo, est arrivé dans les locaux du CFOP sise à la Zone du bois. Après un entretien privé avec le maître des lieux, le ministre a rejoint des membres de l’opposition qui l’attendait dans la salle de conférence desdits locaux.
Pr Charlemagne Ouédraogo a expliqué que l’objectif de sa visite est d’inviter le chef de file en particulier et l’opposition en général à se faire vacciner et à inviter leurs militants à le faire également. Il a essayé, à coup d’arguments, de convaincre l’assistance.

Le ministre en charge de la santé a garanti à son auditoire que les vaccins sont sans danger. Il a rassuré l’assistance de « l’innocuité de ces vaccins en dépit des fakes news et de l’infodémie », qui animent l’actualité. Il a précisé, non sans humour, qu’il faut être en bonne santé pour faire de l’opposition. Une manière de dire que la santé publique n’a pas de bord politique ou la coloration idéologique d’un groupe politique.
Il a également fait une comparaison du vaccin contre le covid-19 avec les autres vaccins que l’on administre aux enfants pour diverses maladies.

l’assistance

En sa qualité de médecin, il a demandé à tout le monde d’être confiant parce que les vaccins sont testés. « On avait prédit du désastre après l’introduction de ces vaccins, mais aujourd’hui avec le nombre de vaccinés, nous n’avons pas eu plus de manifestation post vaccinal que ce que nous avons avec les vaccins classiques que nous utilisons pour nos enfants », lance-t-il.

Quelques questions ont été posées par l’assistance, concernant notamment ce qui est fait pour éradiquer le paludisme au Burkina. Le Pr Charlemagne Ouédraogo a annoncé que 14 millions de moustiquaires imprégnées seront distribuées à la population d’ici trois mois. Il en a aussi profité pour informer qu’un vaccin contre le paludisme est en cours d’acceptation et est à 80% déjà de validation.

Le ministre en allocution

Le chef de file de l’opposition, Eddie Komboïgo, a alors accepté après l’exposé du ministre, de se faire vacciner. Sur les lieux, Pr Ouédraogo s’est personnellement chargé de lui administrer sa dose. Selon le patron du département de la santé, c’est le vaccin "Pfizer" qui a été administré et rendez-vous a été donné dans deux mois pour la deuxième dose.

Le chef de file de l’opposition a remercié le ministre et sa délégation pour la démarche. Il se dit rassuré en ce qui le concerne et prêt à accompagner de sa voix la sensibilisation dans ce sens. « S’il faut mourir pour le peuple burkinabè, nous sommes prêts à le faire. Nous prenons le risque aujourd’hui », a affirmé Eddie Komboïgo après sa vaccination. Mais, ajoute-t-il, le covid-19 n’est pas le seul mal que vit le Burkina. Il a évoqué notamment la guerre contre le terrorisme qui tue plus que le covid-19. Il a demandé au gouvernement de toujours garder comme priorité la recherche de la paix et de travailler à mettre fin au terrorisme dans le pays.

le CFOP en allocution

D’autres opposants ont emboité le pas du chef de file de l’opposition en se faisant vacciner. C’est le cas de Boubacar Sanou, 1er vice-président du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), parti de l’opposition. « Si le vaccin est administré à travers le monde et aux premiers responsables, je pense qu’il est bon », dit-il, avant d’ajouter que « l’essentiel est de vivre et si le vaccin permet d’éviter la forme sévère de la maladie, alors que tout le peuple aille se faire vacciner ».
A ce jour, « nous sommes à 1,250 million de personnes vaccinées avec les différents vaccins qui existent », a précisé Pr Charlemagne Ouédraogo.

Il faut rappeler que le Burkina dispose aujourd’hui des vaccins Astra Zeneca, Johnson and Johnson, Pfizer, Sinopharm. Moderna suivra bientôt, a dit le ministre de la santé.
L’objectif final des différentes visites du ministre Charlemagne Ouédraogo aux leaders d’opinions est d’atteindre "70℅ de la population vaccinée d’ici décembre 2022" comme l’envisage le discours de politique générale du Premier ministre Lassina Zerbo, a fait savoir le ministre de la santé. « Le Burkina a enregistré plus de 350 décès pour cause de covid-19, dont 20 décès du 1er au 20 janvier 2022 », a conclu le ministre.

Bela Nefertari Ouédraogo
Inocent H. Alloukoutoui
(Stagiaires)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Manifestation des orpailleurs à Houndé : Le gouverneur de la région des Hauts-Bassins prône le dialogue
Education : Les syndicats de l’éducation demandent aux autorités de prendre des dispositions afin de protéger leurs collègues dans les zones à forts défis sécuritaires
Burkina Faso : Le comité de revue du PN/GIRE se penche sur les activités menées en 2021 et celles à mettre en œuvre en 2022
Burkina : L’Organisation des personnes handicapées plaide pour la cause des élèves vivant avec un handicap
Burkina Faso : Les étudiants de "Aube nouvelle" à l’école de la protection des données à caractère personnel
Sécurité routière au Burkina : Billa TV offre le permis de conduire à 66 999 FCFA
Burkina : L’Unité d’Action Syndicale (UAS) s’exprime Sur la situation sécuritaire, la vie chère et la revalorisation des salaires des membres du gouvernement
Internet haut débit au Burkina : CANALBOX offre une connexion à grande vitesse au prix de 15 000 et 30 000 FCFA via la fibre
Burkina : Le Syndicat National des Travailleurs de l’Agriculture ( SYNATRAG) dénonce le pillage des terres agricoles par les promoteurs immobiliers et les politiciens reconvertis en agrobusinessmen
Les dirigeants africains et les partenaires de développement appelés à combiner l’intensification d’une réponse humanitaire avec la prévention, alors que la situation s’aggrave pour des millions d’enfants souffrant de malnutrition aigüe sévère - UNICEF
Houndé : Les manifestants bloquent encore l’axe Bobo-Ouaga
Augmentation du prix du pain : Une mesure diversement appliquée
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés