Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Si quelqu’un fait un saut dans le feu, il lui reste encore un autre saut à faire. » Proverbe burkinabè

Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

Accueil > Actualités > Politique • Lefaso.net • jeudi 20 janvier 2022 à 22h20min
Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

Outre l’insécurité, l’actualité burkinabè est alimentée depuis quelques jours par les sanctions de la CEDEAO et de l’UEMOA contre le Mali et la marche du 22 janvier 2022 à l’appel d’organisations de la société civile. Sur l’ensemble de ces sujets, nous avons tendu le dictaphone au premier responsable de la Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable, El Hadj Harouna Gouem. Sans mots masqués, il livre son analyse.

Lefaso.net : Insécurité au Burkina, sanctions de la CEDEAO-UEMOA contre le Mali, menace de commerçants d’augmenter le prix des produits… Comment analysez-vous la situation au sein de la Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable ?

El Hadj Harouna Gouem : Par rapport à l’insécurité, je dirai que c’est la première préoccupation du pays, et c’est de là que découle la vie chère ; parce que les commerçants n’ont pas accès aux zones pour aller vendre leurs produits. Il y en a qui forcent pour s’y rendre mais il va de soi que cela joue sur les coûts des produits, parce que les transporteurs augmentent le prix du transport, ce qui va se répercuter sur le consommateur.

Sinon, avec la concurrence qui est aujourd’hui rude, en temps normal, le commerçant ne peut plus se lever et sur un coup de tête augmenter le prix d’un produit ; le monopole même n’existe plus. Il y a toujours des produits concurrentiels. C’est pourquoi, nous prions jour et nuit pour que la situation revienne à la normale, que les populations puissent regagner leurs localités. Aujourd’hui, vous verrez que même le carburant ne peut pas être transporté dans toutes les localités, ce qui joue vraiment sur l’économie.

La restriction de l’utilisation de Facebook, comment la vivez-vous ?

Il y a des gens qui ne vivent qu’à travers l’utilisation de Facebook dans leurs affaires. Les promoteurs immobiliers par exemple passent par ce canal pour faire connaître leurs offres. Moi-même, j’y paie des produits. Donc, la restriction a un effet sur nous. La raison n’étant pas encore connue (l’interview a eu lieu avant la sortie du porte-parole du gouvernement sur la question), on souhaiterait vraiment que la mesure soit levée pour permettre aux gens de pouvoir faire leurs affaires. Mais si c’est dû à l’insécurité, nous devons tolérer et faire avec.

Certains des vôtres, le regroupement des petits commerçants de Ouagadougou, menacent d’augmenter les prix des produits du fait d’un problème lié au transport des marchandises. Quel est votre commentaire ?

Ce problème ne date pas d’aujourd’hui. Lorsque le système de pesage était sur le point d’être mis en place des gens avaient déjà soulevé des inquiétudes. Mais en réalité il y a un problème de fond que les gens n’expliquent pas. Ce sont les surcharges des véhicules de transport des marchandises que l’Etat veut éviter. Ces surcharges ont un impact sur nos voies, ils détruisent le bitume. Or, les prix des produits sont à un tel niveau que ce sont les surcharges qui font que les commerçants arrivent à s’en sortir. Du fait du coût du transport plus le commerçant arrive à charger de de marchandises, plus il y a la rentabilité, les camions de transport étant en location.

C’est tout cela qui fait qu’il y a un couac. L’ONASER (Office national de sécurité routière) avait déjà un problème avec les acteurs par rapport à cette situation. A Lomé, quand nous chargeons, ce sont les mêmes problèmes, si fait que parfois, il faut diminuer le volume de la marchandise et ramener le reste après. C’est la même chose au Ghana. Donc, ce n’est pas un problème qui est propre au Burkina Faso. Le bitume respecte une réglementation en matière de poids, et je crois que c’est cela le fond du problème.

Mais, je pense qu’il faut toujours échanger entre acteurs pour trouver une solution ; parce qu’il est difficile de ne pas respecter les poids. Dans les pays côtiers, on est obligé de transporter une partie des marchandises pour rejoindre le camion à la frontière pour ajouter et rentrer au Burkina. Ce qui n’est pas normal. Il faut qu’on tienne vraiment compte du fait que le bitume a coûté des milliards aux Burkinabè et que pour des intérêts personnels, on ne doit pas le détruire en un temps record. Il faut qu’on discute pour trouver un minimum acceptable.

Comment vous accueillez les sanctions contre le Mali ?

Tout ce qu’il y a comme sanctions économiques touchent forcement des innocents, et tout ce qui touche des innocents, nous ne pouvons que le déplorer. Au Mali même, c’est sûr qu’il y a des gens qui sont contre la démarche de la junte (le temps qu’elle veut se donner, ndlr). Donc, de telles sanctions touchent toutes ces personnes-là qui ne partagent pas la position de la junte. Je trouve que la junte malienne et la CEDEAO jouent sur le même registre, parce que la première a avancé le temps pour amener la CEDEAO à négocier.

La CEDEAO aussi a saisi cela pour amener la junte aux échanges. Voilà qu’aujourd’hui, ça joue sur l’économie et le citoyen lambda. Sinon, tout le monde savait que les sanctions étaient prévues ; quand une junte prend le pouvoir et 18 mois après, rien ne se profile à l’horizon, rien ne montre qu’il y aura élection, c’est difficile. La CEDEAO est donc dans son droit. Les gens disent aujourd’hui que c’est la France qui est derrière, pourtant la CEDEAO a toujours sanctionné.

Mais on dit que c’est la France qui est derrière, pourtant la CEDEAO est dans son rôle. Aujourd’hui, je ne pense pas que c’est le souhait des populations de la CEDEAO de voir le pouvoir occupé par les militaires. Ces sanctions, je pense qu’elles ont pour objectif de ramener la junte à instaurer une transition dans un délai raisonnable. Ces sanctions doivent amener les uns et les autres à négocier pour trouver un terrain d’entente et éviter que les populations souffrent.

Les gens estiment que les sanctions sont exagérées et appellent le président Roch Kaboré à se désolidariser. Comprenez-vous une telle réaction ?

Je trouve que c’est exagéré. Nous lançons des insanités, des ultimatums aujourd’hui au président du Faso. Au Mali, si quelqu’un le fait à Assimi Goïta, je crois qu’il va séjourner en prison. Là-bas, il n’y a pas une si grande liberté comme on peut le croire. On a vu le cas de Oumar Mariko qui est en prison. C’est donc une dictature qui est en téléchargement. La meilleure solution pour tous est d’organiser des élections, surtout l’élection présidentielle qui est au suffrage universel. On n’a pas besoin que toutes les localités votent. En plus, toutes les organisations maliennes ne sont pas pour la junte.

Ces mesures contre le Mali vont avoir des répercussions sur les commerçants burkinabè, on imagine !

Bien-sûr ! On ne peut pas ne pas les ressentir. Il y a des commerçants maliens qui viennent acheter des produits sur le marché burkinabè. Il y a aussi le fait que le Burkina est un couloir par lequel les Maliens partent faire des chargements dans les ports des pays côtiers (Nigeria, Togo, etc.).

Comprenez-vous ceux qui font les tirs groupés sur le président Roch Kaboré ?

Je crois que ces sanctions sont des mesures communautaires, régionales et qu’il ne faut pas tout rejeter sur le président burkinabè seul. Ce serait quand même irresponsable pour Roch Kaboré de sortir seul de ce lot pour dire qu’il est contre. Non, ce n’est pas raisonnable. Si toute la communauté UEMOA ou CEDEAO décidait et qu’une seule personne se désolidarisait, ce n’est pas bien.

Vous vous rappelez, au début du putsch (au Mali), les sanctions étaient prévues depuis cette époque, mais selon des rumeurs, il y a eu des débats et ce sont les présidents Roch Kaboré et Umaro Sissoco Embaló (Guinée-Bissau) qui ont dit que la situation était intenable et qu’il fallait tenir compte de cela et ne pas chercher à ramener de force IBK (Ibrahim Boubacar Keïta).

Tout cela ajouté à des demandes de démission, c’est de trop pour le président Roch Kaboré, dira-t-on !

On est tellement libre au Burkina Faso, qu’on exagère en réalité. Depuis 2014, on vit toujours dans l’esprit insurrectionnel. Dieu nous a aidés pour que nous chassions Blaise Compaoré et nous nous croyons tout permis maintenant. Je pense qu’il faut qu’on arrête avec tout cela pour animer et cultiver l’esprit démocratique. Le pays ne peut pas avancer avec cet état d’esprit. La démocratie, même si elle n’est pas parfaite, reste la voie idéale par laquelle chacun peut s’exprimer.

Mais, si nous pensons qu’à la moindre difficulté, on va faire partir le président en place, ça va être un éternel recommencement puisque celui qui va le remplacer ne sera pas non plus aimé de tous. Il faut qu’on accepte le jeu, il a remporté des élections, il gère le pouvoir et quitte à la fin de son mandat. Si les perdants doivent toujours demander à celui qui est au pouvoir de partir, je crois que ça va être difficile pour notre pays.

Ce n’est pas parce que ça n’a pas marché aux élections passées qu’on va demander au président de partir. Pas non plus parce qu’on est au MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir) et qu’on n’a pas eu sa part de gâteau qu’il faut demander la démission du président. Il faut se préparer à l’attaquer sur le terrain des élections, sinon le pays ne va pas s’en sortir, il y aura un moment, personne ne voudra même être candidat, les gens seront dégoûtés.

Est-ce que les gens ne le font pas parce qu’ils estiment que la situation est intenable et qu’ils ont l’impression que le président ne fait pas assez ?

Effectivement, côté sécurité, il y a eu tellement de pression que des têtes sont tombées (remaniements, ndlr). Malgré ça, il n’y a pas eu d’amélioration de la situation. Donc, le problème n’est pas là-bas. Vous avez, vous-mêmes, vu que le ministre de la défense a dit que l’armée burkinabè est plus équipée que les terroristes.

Le problème est donc ailleurs et il faut travailler pour que les populations déplacées internes regagnent leurs localités. Donc, la solution n’est pas dans la démission, il faut changer certainement de méthodes, amener à une meilleure collaboration des populations. Il faut vraiment travailler aussi au sein de l’armée pour que tout le monde soit sur la même longueur d’onde dans la lutte.

Pensez-vous que le président du Faso doit lancer des messages pour rassurer les Burkinabè, leur demander notamment de surseoir aux marches ?

Je crois que le président doit laisser les gens marcher. Si les gens disent qu’ils vont marcher contre lui, il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ. S’ils arrivent à le faire partir, qu’il s’en aille. Si tu donnes l’impression que tu protèges ton fauteuil, les gens vont toujours exagérer. Donc, la solution, c’est de continuer à faire son travail, ce pour quoi il est venu au pouvoir.

Mais je demande aux sympathisants de notre coalition de se désolidariser de cette marche du 22 janvier. Nous sommes dans le secteur économique, nous souffrons déjà et suffisamment. Ce n’est pas en chassant le président que ça va nous arranger. Nous avons chassé Blaise Compaoré en 2014, nous savons ce que nous avons subi comme pertes économiques. Instaurer le chaos n’arrange pas l’économie. Il y a des gens qui sont tombés en faillite à cause de l’insurrection de 2014.

Des gens ont perdu des milliards et ne se sont plus remis. En 2015-2016, il y a eu des incendies un peu partout dans les marchés, ça avait un lien. Même les gens qui sont sortis la dernière fois (le 27 novembre 2021, ndlr), ils ont failli attaquer des boutiques, ce sont les commerçants qui se sont organisés pour résister.

Donc, je lance un appel aux commerçants, même s’ils n’ouvrent pas leurs boutiques, ils peuvent veiller sur leurs commerces parce que quand c’est perdu, c’est perdu. La marche du 22 janvier ne nous arrange pas, nous les commerçants, parce que quand des gens sortent généralement pour marcher, il y en a qui sont-là pour piller. Pourtant, les commerçants qu’ils pillent peuvent être d’accord pour la marche, mais s’ils ne sortent pas pour vendre, ils ne vont pas manger, ils vivent au jour le jour.

Propos recueillis par O.H.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 20 janvier à 18:38, par TANGA En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

    Monsieur GOUEM, vous parlez bien. Mais sachez que quand vous voulez nous dire que des militaires au pouvoir ce n’est pas bien,nous on vous dit que la situation du Mali a girl commande ça. Vous n’êtes pas Malien, ceux qui l’on chanté en France ( Macron etc.) Aà la CEDEAO et à l’UEMOA aussi ne sont pas Maliens. Le peuple souverain du Mali aime son président à plus de 90%. Quand vous dites que c’est une dictature en téléchargement, laissez moi vous dire que vous n’êtes pas guinamory pour savoir que la junte ne veut que le pouvoir. Les preuves sont là, le Mali se libère plus des djihadistes que nous. Alors, que voulez vous nous faire avaler ? Dotés, de ’os jours, on regrette Thomas SANKARA à grande majorité et même partout en Afrique, l’aviez vous élu ? Était ce un civil ?

    Répondre à ce message

    • Le 21 janvier à 04:26, par ZEUS En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

      L’une des rares interviews sensées que j’ai lu depuis plusieurs semaines.
      Chacun va à la Tele, bardée du titre d’expert, et raconte n’importe quoi.
      Chassez la France, Chassez la France ! Goita c’est un amateur ! Le fait de résister et de faire venir les russes était déjà une très bonne chose (en matière de diversification, et stopper la mainmise de la France ; mais en matière de responsabilité de militaires, c’est une honte bien sûr de faire un coup d’état en tant que militaire, et courir payer des gens pour combattre à votre place-mais ça n’est pas un problème pour moi). Cependant vouloir une transition de 5ans, c’est la folie ; j’ose seulement espérer que c’est une stratégie pour aboutir à deux ans ! A priori, même commencer avec 18 mois et forcer la prolongation, après avoir bien installe les russes aurait été plus stratégique/ VOUS PENSEZ QUE SI SANKARA AVAIT AGIT AU HASARD COMME CA, IL AURAIT FAIT UNE SEMAINE AU POUVOIR POUR POUVOIR DEROULER SON PROGRAMME ? Quand quelqu’un est plus fort que vous, il faut le reconnaitre ... et ruser !
      Quel opposant va accepter une transition de 5ans ? Qu’il organise même des élections truquées s’il veut !
      La jeune génération va foutre le pays en l’air pour une raison bien simple : vous n’aimez pas la vérité !
      Ramenez Balaise et Diendere et ils ne pourraient même pas nous ramener à la situation d’antan.
      Un groupe de gens a maintenant atteint un stade où ils pensent à la sécession, ce qu’ils appellent le grand Macina et vous vous encore loin de comprendre ce qui se passe réellement ?

      Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 18:46, par KOUDA En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

    Cher GOUEM, la junte a raison de rester znco e au pouvoir. Tous les partis au Mali sont pourris et ou a jetés par la France tout comme l’opposition dans votre pays au Burkina.
    Alors organiser des élections présentement c’est comme dire la France gagne où elle gagne. Cléa n’est pas possible.
    Ce que la junte au Mali fait est comme quand un militaire arrivé au pouvoir et il met tous les haut gradés à la retraite, réorganise l’armée. Ç évite les coups d’états en attendant de s’asseoir. Les Maliens veulent que toutes les racailles pro françaises s’en aillent avant

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 20:27, par Vérité Indiscutable En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

    Esprit faux.
    Tu es sûr que tu parles au nom de tous les commerçants ?
    Même ceux qui ont eu des camions bloqués en Mauritanie, au Sénégal, Algérie, en Guinée, etc. ou bien encore ceux qui sont au Burkina et qui devaient envoyer des marchandises au Mali ?
    Es-tu vraiment sûr de ce que tu avances ?
    Dans ce pays là, il faut bien se méfier de certaines personnes.
    Blague à part...

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 21:23, par Jonassan En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

    L’alibi de la France ne tient pas debout. Si ce n’est par myopie ou malhonnêteté, comment ignorer que le monde anglophone de la CEDEAO n’accepte plus les coups d’État. Qu’on se souvienne de la naissance de l’ECOMOG dirigé par le Nigeria au Liberia, qu’on se souvienne de la crise ivoirienne lors de laquelle le Nigeria a atterri avec ces militaires à l’aéroport d’Abidjan. Qu’on se pose la question du pourquoi le Ghana est toujours en première ligne quand on parle de coup d’État. On oublie tout ça parce que chacun veut abattre son chien. Qu’on se rappelle que Sankara était franc quand il déclarait le combat : un chat est un chat. L’affaire du choix arbitraire du brave soldat issu du coup d’État n’est pas moins utopique : Y’a eu Sankara en 4 ans mais y’a eu aussi Blaise en 27 ans, mais comme il en est ainsi qu’il en soit ainsi ; point final

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 22:07, par Emos En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

    SVP, Arrêtez de vouloir dire que la transition Malienne est forcement une dictature, même si on connait la réalité des Maliens voir des pays du G5. Le gouvernement français insiste à vouloir un civil au pouvoir parce qu’il ne maîtrise surtout pas les militaires aux pouvoir. Les militaires Maliens refusent d’être les marionnettes de la France tandis que les civils présidents sont en réalité à la disposition de la France. Les dirigeants de la transitions Malienne ne sont pas prêt à se soumettre à toutes les volontés en organisant maintenant des élections tout en sachant que les Français vont imposer un mannequin président qui va chasser les Russes et laisser les terroristes continuer à faire du Mali ce qu’ils veulent. Un responsable Français avait déjà proposé au président Malien que s’il veut la paix, d’accepter de diviser le Mali en plusieurs parties et partager avec les terroristes. Le gouvernement garde une partie et les terroristes gardent les autres parties. La transition actuelle est là pour empêcher ces genres de choses de se réaliser, et elle a demander de l’aide aux Russes pour éradiquer le terrorisme avant de céder le pouvoir à un mannequin que les Français vont forcer mettre en place et chasser les soldats Russes qui doivent aider en armement, en formation et participer à l’éradication du terrorisme au Mali. Les Français veulent coûte que coûte que les soldats Russes quittent le Mali Pourquoi ? Tout le monde sait que tous les présidents civils qui montent au pouvoir courent derrière la France pour être l’enfant chéri de la France. Arrêter de dire aux Maliens de mettre un civil maintenant qui sera à la solde de la France. Si vous, vous n’avez pas pitié de vos propres pays et de vous mêmes et de ce que la France nous fait, les Maliens eux ont décidé de se libérer des terroristes grâce aux soldats Russes, parce que la France ne va jamais libérer les pays du G5 du terrorisme. Les Français Font tout pour chasser les soldats Russes en les appelant des mercenaires. Nous tous nous savons que les mercenaires sont très méchants qui tuent et tuent sans aucune pitié, dans le but de pousser tout le monde à haïr les soldats Russes et pousser les organisations internationales à se lever contre, les Français préfèrent les appeler pour que personne ne les sollicite pour lutter contre les terroristes. SVP, laisser la transition malienne libérer le Mali. Les Maliens savent qu’ils doivent compter sur les soldats Russes pour avoir la Paix. S’ils se soumettent aux caprices de la France d’organiser les élections maintenant, c’est parce que la France va mettre un Mannequin qui va se soumettre à elle en utilisant l’union européenne, la cedeao, l’uemoa et consort pour imposer son mannequin et les mêmes malheurs reprendront de plus belle. Sachez que les terroristes sont eux aussi aider par de grandes puissances qui les aident en armement en formation etc.. Arrêtons d’inventer du n’importe quoi pour empêcher les pays de se libérer et permettre à la France de continuer à soumettre les Africains à la misère. Si vous ne pouvez pas aider les Maliens et les pays du G5 à sortir des malheurs qui nous arrivent, laisser les Maliens trouver une solution adéquate. Parce que aux grands maux il faut les grands moyens. Les parlent de présidents démocratiquement élus, depuis quand nos pays ont vécu une vraie démocratie sachant que tous les présidents sont totalement soumis à faire la volonté de la France ? nos pays sont parmi les plus misérables de la planète. C’est par ce que nous ne sommes pas vraiment libres. Ceux qui veulent se soumettre à la volonté de la France d’user de toutes les ruses pour soumettre les africains à la misère, n’ont qu’à se soumettre eux seuls. Il n y a pas pire aveugle que celui qui refuse de voir la réalité. Il n’y a pas pires assassins que ceux qui complotent et aident la France à continuer à nous rendre la vie impossible, à nous détruire cette barrière coloniale ou laisser ceux qui sont courageux de le faire. Arrêtons d’aider la France à nous détruire. ce que la France nous impose en Afrique, quel pays Africain ose faire ça à la France ? Faites vous respecter pour que la France évite de continuer à nous humilier. Nos gouvernements ont fait appel à la France pour nous aider à combattre le terrorisme en croyant que la France allait vraiment nous aider, mais nous nous sommes vraiment tromper, donc nous devons trouver les solutions là où nous pouvons avec d’autres partenaires. Que personnes n’empêche la transition Malienne maintenant de libérer son territoire en l’obligeant à abandonner les bonnes actions déjà entreprises. Les élections viendront après. Que DIEU bénissent ceux qui osent lutter en comptant sur les bonnes volontés pour les aider. AMEN AINSI SOIT IL.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 22:26, par Emos En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

    SVP, Arrêtez de vouloir dire que la transition Malienne est forcement une dictature, même si on connait la réalité des Maliens voir des pays du G5. Le gouvernement français insiste à vouloir un civil au pouvoir parce qu’il ne maîtrise surtout pas les militaires aux pouvoir.
    Les militaires Maliens refusent d’être les marionnettes de la France tandis que les civils présidents sont en réalité à la disposition de la France. Les dirigeants de la transitions Malienne ne sont pas prêt à se soumettre à toutes les volontés en organisant maintenant des élections tout en sachant que les Français vont imposer un mannequin président qui va chasser les Russes et laisser les terroristes continuer à faire du Mali ce qu’ils veulent.
    Un responsable Français avait déjà proposé au président Malien que s’il veut la paix, d’accepter de diviser le Mali en plusieurs parties et partager avec les terroristes. Le gouvernement garde une partie et les terroristes gardent les autres parties.
    La transition actuelle est là pour empêcher ces genres de choses de se réaliser, et elle a demander de l’aide aux Russes pour éradiquer le terrorisme avant de céder le pouvoir à un mannequin que les Français vont forcer mettre en place et chasser les soldats Russes qui doivent aider en armement, en formation et participer à l’éradication du terrorisme au Mali. Les Français veulent coûte que coûte que les soldats Russes quittent le Mali Pourquoi ? Tout le monde sait que tous les présidents civils qui montent au pouvoir courent derrière la France pour être l’enfant chéri de la France.
    Arrêter de dire aux Maliens de mettre un civil maintenant qui sera à la solde de la France. Si vous, vous n’avez pas pitié de vos propres pays et de vous mêmes et de ce que la France nous fait, les Maliens eux ont décidé de se libérer des terroristes grâce aux soldats Russes, parce que la France ne va jamais libérer les pays du G5 du terrorisme. Les Français Font tout pour chasser les soldats Russes en les appelant des mercenaires. Nous tous nous savons que les mercenaires sont très méchants qui tuent et tuent sans aucune pitié, dans le but de pousser tout le monde à haïr les soldats Russes et pousser les organisations internationales à se lever contre, les Français préfèrent les appeler pour que personne ne les sollicite pour lutter contre les terroristes. SVP, laisser la transition malienne libérer le Mali.
    Les Maliens savent qu’ils doivent compter sur les soldats Russes pour avoir la Paix. S’ils se soumettent aux caprices de la France d’organiser les élections maintenant, c’est parce que la France va mettre un Mannequin qui va se soumettre à elle en utilisant l’union européenne, la cedeao, l’uemoa et consort pour imposer son mannequin et les mêmes malheurs reprendront de plus belle. Sachez que les terroristes sont eux aussi aider par de grandes puissances qui les aident en armement en formation etc..
    Arrêtons d’inventer du n’importe quoi pour empêcher les pays de se libérer et permettre à la France de continuer à soumettre les Africains à la misère. Si vous ne pouvez pas aider les Maliens et les pays du G5 à sortir des malheurs qui nous arrivent, laisser les Maliens trouver une solution adéquate. Parce que aux grands maux il faut les grands moyens.
    Les gens parlent de présidents démocratiquement élus, depuis quand nos pays ont vécu une vraie démocratie sachant que tous les présidents sont totalement soumis à faire la volonté de la France ? Pour la France, un président démocratiquement élu est celui qui est soumis elle. Nos pays sont parmi les plus misérables de la planète. C’est par ce que nous ne sommes pas vraiment libres.
    Ceux qui veulent se soumettre à la volonté de la France d’user de toutes les ruses pour soumettre les africains à la misère, n’ont qu’à se soumettre eux seuls. Il n y a pas pire aveugle que celui qui refuse de voir la réalité. Il n’y a pas pires assassins que ceux qui complotent et aident la France à continuer à nous rendre la vie impossible, à nous détruire cette barrière coloniale ou laisser ceux qui sont courageux de le faire. Arrêtons d’aider la France à nous détruire.
    Ce que la France nous impose en Afrique, quel pays Africain ose faire ça à la France ? Faites vous respecter pour que la France évite de continuer à nous humilier. Nos gouvernements ont fait appel à la France pour nous aider à combattre le terrorisme en croyant que la France allait vraiment nous aider, mais nous nous sommes vraiment tromper, donc nous devons trouver les solutions là où nous pouvons avec d’autres partenaires.
    Que personnes n’empêche la transition Malienne maintenant de libérer son territoire en l’obligeant à abandonner les bonnes actions déjà entreprises. Les élections viendront après. Que DIEU bénissent ceux qui osent lutter en comptant sur les bonnes volontés pour les aider. AMEN AINSI SOIT IL.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 23:08, par Bess En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

    Laisse nous liberer le Mali mon frere. Tu ne sais pas ce qui se passe ici. Apres on parlera d’election OK ?

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 08:40, par Sacksida En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

    D’abord, le probleme de la Gouvernance en Afrique n’est pas une question de Militaires ou de Civils ; mais surtout une question de Patriotisme et evidemment de progressisme pour satisfaire aux aspirations Democratique, de Liberte et de Progres veritable dans la Dignite Burkinabe ou Africaine et contre la domination economique, social et Politique du Neocolonialisme et de l’imperialisme. Que le President du Faso soit Civils ou Militaires, l’essentiel dans sa Gouvernance, est qu’il atteigne des objectifs d’independance veritable, de dignite Burkinabe et de Progres veritable pour le Peuple Burkinabe et le Burkina Faso. Donc les Pouvoir politique Reactionnaires Insouciants et contre des interets fondamentaux du Peuple Burkinabe doivent etre combattus avec Energie.
    A bas l’Imperialisme internationale
    A bas le Neocolonialisme et ses accolytes et Valets locaux
    Gloire aux Peuple Burkinabe integre en lutte contre le Terrorisme,
    Gloire aux Peuple Burkinabe qui lutte pour sa dignite
    Victoire aux Peuple Burkinabe sur ses dirigeants corrompus,
    La Patrie ou la Mort, Notre Peuple Burkinabe integre Vaincra.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 09:47, par le problème En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

    Le problème est que c’est sous la houlette du Mali que la CEDEAO a été créée en 1975
    Le problème c’est que la CEDEAO après l OUA a déclaré la guerre aux coups d’Etats et le Mali a signé et ratifié ces textes
    Le problème c’est que la CEDEAO a envoyé son armée avec surtout le Nigeria et le mali comme tête de file , chassé les putschistes en serra Leone pour rétablir l’ordre constitutionnel
    Le problème c’est que quand la rébellion a commencé au Mali en 2012 , la CEDEAO voulait envoyer son armée soutenir le Mali et les autorités maliennes ont refusé
    Le problème c’est que le peuple Malien après le coup d’Etat contre feu IBK a donné mandat à la junte de faire une transition juste de 18 mois
    Le problème c’est que Goita a donné juré le 25/09/2020 lors de sa prestation de serment d’organiser les élections en février 2022
    Le problème c’est que la CEDEAO a été très patiente vis à vis de la junte de Bamako qui usait de subterfuge
    Le problème c’est que la junte promet remettre le pouvoir aux civils mais dans 5 ans , preuve qu’un civil peut diriger le pays
    Le problème c’est que la CEDEAO compte 400 millions de population qui ont intérêt à l’intégration africaine par une CEDEAO forte à l’instar de l’UE
    - Le problème c’est qu’il faut que nous africains , nous analysions froidement notre situation et accepter nous remettre en cause au lieu chaque fois d’accuser les autres

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 09:48, par PIONG YANG En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

    Le régime malien est pire que tout les régimes passés. La preuve, en plus de Barkhane, ils font venir les russes pour faire la guerre à leur place. Au moins, jusque là, Roch maintien notre autonomie militaire et c’est une fierté. Même si nos militaires ne sont pas digne de confiances souvent, les choix du président sont judicieux. Et c’est cela qui lui vaut toute cette haine canine de ses détracteurs à la critique facile. Vive le respect des règles du jeu, et que Roch secoue vite le cocotier et enferme tout les agitateurs. En avant Roch

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 10:44, par Sonni ALIBER En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

    Ces personnes qui ont contribué à la chute du pays,disent qu’ils faudraient laisser manifester et ne pas s’inquiéter du sort du peuple burkinabé :quelle honte :la dislocation du Burkina est en marche

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 11:31, par Sako En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

    Laissons tranquille la paille dans l’œil des maliens et occupons de la poutre dans notre œil..

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 21:51, par Alexio En réponse à : Appel à la démission de Roch Kaboré : « Il doit les laisser marcher et ne même pas s’inquiéter de son départ » (Harouna Gouem, Coalition des acteurs économiques pour un commerce équitable)

    Montrez moi un pays sous la tutelle de laFrance qui s est developper. Nous sommes 15 pays sous la tutelle d un petit pays qui s appelle la France qui veut pas que les pays africains surtout noirs prennent leur dstin en main.

    Elle s est meler a nos institutions par la ruse, par la corruption de nos dirigeant dont elle a les secrets de leur arriveee au pouvoir.

    Voila pourquoi la plupart sont sous chantages par leurs injonctions quand leurs interets sont menaces.

    La France est le seul pays au monde qui detient 140pays sous l esclavage monetaire, economique, sossiale, culturelle, et sportive.

    Les terroristes aux Sahel font parti de leur grand plan de la recolonisation de l Afrique dans le meme logiciel de 1884-85 de la CONFERENCE DE BERLIN.

    Le rassemblement de Montpellier par Macro n est rien d autres que la cooruption de nos jeunes cadres qui serons la courroie de transmission de son hegemonie sur vie dans tous les domaines.

    C est en fait un renouvelement de ses valets locaux pour poursuivre son pillage qu on lui a laisser faire depuis nos grands parents a nos jours. Nous sommes diriges par les fils-pappa qui ne peuvent pas mourrir pour leur patrie. Ils preferent les relations du maitre a l eleve avec la France.

    La France avec ses satellites m arrivent pas avoir les terroristes au Sahel, Mais elle arrive a capter de le dechargement d armes des avions cargos russes au Mali.

    Son double jeux demasque a Kidal au Mali, pour avoir former les separatistes de l AZAWAD.

    Avec les russes l armee malienne a le controlle de son space aerien. donc son terrain d operation qui t est lier.

    Elle a recouvrer sa force et sa puissance de frappe. Wt le progres est palpant sur le terrain.

    Le Mali va se liberer de la tutelle Francaise. En quittant la CEDEAO et l UEMOA. la liberation serait totale des desiratas de la France neo-coloniale qui nous a imposer la pauvrete et le sous developpement. C est l Afrique qui fait vivre la France.

    Malgre tout.

    Elle n est pas au Mali par les beaux yeux du malien. Mais les ressources minieres.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : « Nous n’allons pas surfer sur la détresse des Burkinabè pour nous refaire une image », scande le président du MPP, Bala Alassane Sakandé
Burkina : « Depuis le 24 janvier 2022, nous avons reculé d’une décennie par rapport aux problèmes du pays », Newton Ahmed Barry
100 jours du président Damiba : « La transition n’aura pas droit à l’erreur », prévient le capitaine Alissi Ouédraogo
Roch Kaboré en résidence surveillée : « Le MPP s’élève contre ce déni de justice que rien ne saura justifier », porte Bala Alassane Sakandé
Succès Masra, leader politique tchadien : « Plus jamais, les impossibilités ne feront partie de notre vocabulaire »
Insécurité au Burkina : « Juger le MPSR en l’espace de 100 jours, c’est de l’arbitraire » Achille Tapsoba, premier vice-président du CDP
Transition au Burkina : Le chef de l’Etat demande l’accompagnement des populations des Hauts-Bassins
Politique : Démissionnaire de l’UPC, Rabi Yaméogo dépose ses valises au PPS
Mouvement SENS : Les jeunes s’engagent à lutter contre la corruption
Politique de partenariat sécuritaire au Burkina : « Le pays est libre de nouer des partenariats avec ceux qui peuvent l’aider à se développer », clame le président Damiba
CDP : Le récépissé « qui bloque » la visite de Zéphirin Diabré ?
Mise en œuvre de la Transition : Paul-Henri Sandaogo DAMIBA échange avec les forces vives des Hauts-Bassins
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés