Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Si quelqu’un fait un saut dans le feu, il lui reste encore un autre saut à faire. » Proverbe burkinabè

Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

Accueil > Actualités > Opinions • • mercredi 19 janvier 2022 à 14h30min
Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

Suite aux sanctions imposées par les institutions sous régionales ouest africaines (CEDEAO et UEMOA), pour contrer ce qu’elles qualifient de mauvaise gestion dans la transition dans ce pays de l’Afrique occidentale, Jonas Hien, un acteur de la société civile burkinabè dénonce la goutte d’eau de trop. Il nous a fait parvenir la tribune ci-après.

Une conférence s’est tenue du 15 novembre 1884 au 26 février 1885 à Berlin, en Allemagne. L’initiative de convocation de la conférence est venue d’un Chancelier allemand du nom de Ottovan Bismarck et d’un français du nom de Jules Ferry qui était Premier ministre au moment des faits. Quatorze pays européens ont participé à la conférence. Il s’agit de 1. L’Allemagne, 2. L’Autriche-Hongrie, 3. La Belgique, 4. Le Danemark, 5. Les Etats-Unis, 6. La France, 7. L’Angleterre, 8. La Hollande, 9. L’Italie, 10. Le Portugal, 11. La Russie, 12. La suède, 13. La Turquie, 14. L’Espagne.

La raison fondamentale qui a emmené ces deux personnalités à avoir l’idée de la conférence était liée à une rivalité entre les puissances européennes en Afrique centrale car chaque pays cherchait à conquérir cette partie de l’Afrique. L’objectif de la conférence était alors de discuter et de s’entendre sur la conquête de l’Afrique sans se faire la guerre. Il s’agissait donc de se partager l’Afrique afin de permettre à chacun de connaître les limites des zones de conquête.

A la fin des travaux, la conférence décide, par consensus, du libre-échange économique et de la libre circulation sur les fleuves Niger et Congo. Il y avait une rivalité entre la France et la Grande Bretagne sur le fleuve Niger. Le fleuve Congo était convoité par tous. L’Europe prétend engager une mission de civilisation sur le continent africain et le commerce international.

La conférence de Berlin établit les règles que chaque pays doit observer pour conduire la colonisation. A partir de ces règles, chaque pays doit continuer le libre-échange sur les côtes et les grands fleuves de l’Afrique centrale. Mais, ils ont pris soin de déterminer les modalités d’occupation en cas de points nouveaux sur le littoral. Ils ont aussi établi des principes du partage de l’Afrique. Chaque pays a signé un compromis sur une série d’engagements économiques (liberté de commerce et de navigation) ; politiques (neutralité des territoires) et moraux (interdiction de l’esclavage, tolérance religieuse, liberté missionnaire, mission civilisatrice).

Les débats ont été houleux sur certains points : la liberté de navigation sur les fleuves Congo et Niger, la liberté de commerce dans le bassin du Congo, la définition de règles pour des occupations futures sur les côtes africaines. C’est le point de départ de la course à la colonisation des territoires africains.

Après la conférence, en lieu et place des explorations de l’Afrique, au départ, l’Europe exerce des expéditions militaires pendant un siècle sur les Africains. Les pays colonisateurs décident de soumettre les populations de force et de s’approprier leurs territoires. Une compétition féroce s’engage entre eux suivie d’affrontements et de graves crises entre la France et la Grande-Bretagne à Fachoda en 1898. C’est à partir de là qu’est venue l’idée de délimiter les frontières coloniales pour cette fois un partage effectif de l’Afrique entre les pays impérialistes.

Dès lors, des négociations sur l’Afrique s’engagent dans les dernières décennies du XIXe siècle. C’est le début de signatures de nombreux traités bilatéraux entre les Européens afin que chacun gère son ‘’pré carré’’ sans gêner l’autre. En Afrique orientale, la Grande-Bretagne et l’Allemagne signent un accord le 1er juillet 1890. L’Allemagne abandonne ses prétentions sur Zanzibar dans l’Est du continent, en échange de l’île d’Helgoland (mer du Nord).

En Afrique de l’Ouest, il y a eu également des ententes entre la Grande-Bretagne et l’Allemagne (en 1890), entre la France et la Grande-Bretagne (en 1890 et 1898) et entre la France et l’Allemagne (en 1897). Chacun a pris sa part de pays africains et envoie ses missionnaires pour borner les frontières. L’Afrique venait ainsi d’être partagée effectivement entre les pays européens sur la base d’entente.

La conquête n’a pas été facile pour les Africains. Dès la fin du XIXe siècle et le début du XXe siècle, une violence aiguë s’abat sur eux, par des armes de guerre. Les armées françaises sont confrontées à celles de Samori Touré dans les années 1880 – 1890, en Afrique de l’Ouest. D’autres écrasements se passaient en Afrique orientale allemande dans les années 1905 - 1907. Les États européens cherchaient à faire taire toute contestation. Mais, dans certaines zones du continent africain, il y a eu de fortes résistances comme Samory Touré dans l’actuel Mali. Le Burkina Faso, anciennement Haute-Volta, a mené sa part de guerre farouche contre la pénétration coloniale. Les différentes parties du continent ont alors été colonisées de différentes manières. Dans les territoires français en Afrique subsaharienne, des protectorats ont été mis en place, mais ils ont été rapidement supprimés pour devenir des colonies.

En français facile, le protectorat veut dire que les pays africains colonisés gardaient une relative autonomie mais restent des pays sous la protection de la France. En supprimant les protectorats pour les remplacer par les colonies, cela signifie, en français facile, que les pays africains colonisés par la France sont directement administrés par la France et font partie intégrante de la métropole. En d’autres termes, ces pays appartiennent à la France. Vous comprenez pourquoi la Russie ne peut pas toucher au Mali car le Mali est une colonie française, c’est-à-dire une propriété de la France.

Ainsi, la France a organisé ses colonies en deux fédérations : l’Afrique occidentale française (1895) et l’Afrique équatoriale française (1910). À l’intérieur même de ces territoires, elle a encore créé des frontières. Chaque colonie est divisée en circonscriptions ou « cercles » dirigées par un « commandant de cercle ». Plus tard, l’Allemagne abandonne ses colonies en Afrique et en Asie. C’est pourquoi l’Allemagne ne fait pas cette bagarre en Afrique comme le fait la France car pour l’Allemagne, la colonisation est finie et il faut permettre à chaque pays de s’autodéterminer.

Mais avant la colonisation, c’était l’esclavage. Les Européens allaient chercher des Noirs dans leurs pays d’Afrique qu’ils transformaient en esclaves et qu’ils vendaient comme des marchandises en Amérique contre des produits tels que le sucre, le café, le cacao et le coton qu’ils ramenaient en Europe pour leur consommation.

Ce commerce d’esclaves des Africains Noirs se passait de la manière suivante : des navires partent des grands ports d’Europe chargées de marchandises variées (vin, pacotilles...) qu’ils vont échanger sur les côtes d’Afrique contre des hommes et des femmes en âge de travailler. Ils poursuivent leur route vers les Antilles, le Brésil ou l’Amérique du Nord où les esclaves sont vendus contre des épices, sucre, rhum, coton, café, cacao destinés aux pays d’Europe. Ainsi, les Européens ont vendu les Africains du XVIème au XIXème siècle, c’est-à-dire qu’ils ont vendu les Africains durant trois cent ans. C’est ce commerce qu’on a appelé le commerce triangulaire, c’est-à-dire un commerce qui se faisait entre trois continents (Afrique, Europe, Amérique). Il est aussi appelé traite atlantique ou traite occidentale. Plus de vingt millions d’Africains ont été vendus pour des raisons économiques.

Dans les années 1960, la plupart des pays africains deviennent indépendants. Les pays africains francophones d’Afrique de l’Ouest prennent leurs indépendances la même année à tour de rôle à l’exception de la République de Guinée qui a arraché son indépendance en 1958. Cependant, depuis 1960, la France qui a bâti son devenir sur les richesses de l’Afrique reste collée à l’Afrique comme une colle forte sur du papier, prête à le déchirer, malgré son rejet par les peuples africains. Ses colonies doivent passer par elle en cas de besoin d’acquisitions des armes et c’est la France qui choisira pour elles. Les colonies ne doivent pas être plus armées que la métropole. Et il faut les surveiller de près mais avec stratégie.

Alors, on vous envoie des coopérants militaires. Ils sont dans les armées et d’autres corps. La mission est simple, tout espionner et tout surveiller et bien préparer d’éventuels déstabilisation contre les dirigeants récalcitrants qui ne facilitent pas le pillage des colonies. Ils ont imaginé un autre ‘’machin’’ pour mieux surveiller et contrôler les caisses des colonies : « Fonds monétaire international » (FMI). Il faut contrôler leurs capacités financières au jour le jour et trouver des stratégies pour qu’ils ne deviennent jamais financièrement et économiquement indépendants.

Une sous-préfecture ne peut pas être plus riche qu’une capitale. Dans d’autres corps de métiers des Etats c’est la même infiltration pour des espionnages à travers des projets alléchants aux Etats accompagnés de prétendus experts, parfois sans expertises, justes pour collecter des informations pour bâtir leurs stratégies de consolidation de la colonisation. On peut aussi vous faire des dotations d’appareils ou d’engins tracés, c’est-à-dire permettant de vous suivre ou de tout savoir. Tout est possible pour maitriser et empêcher le développement des colonies. Les Africains savent tout ça. Ils font avec. Je répète, ils le savent très bien et depuis très longtemps.

J’ai tenu à faire ce rappel historique pour nos enfants qui doivent retenir l’histoire à transmettre aux générations futures. Il vise aussi à faire comprendre la situation qui prévaut actuellement au Mali ainsi que les relations entre la France et ce qui constitue encore ses sous-préfectures. Quelqu’un qui vous a fait autant de mal ne peut jamais construire votre bonheur. Jamais. Le bonheur des pays africains francophones ne se trouve donc pas avec les aides de la France, lesquelles aides proviennent du pillage de l’Afrique. Le Président français Jacques Chirac l’a reconnu.

La France n’a pas renoncé à l’esclavage, aux assassinats, par tous les moyens pour tenir l’Afrique en respect, comme aux temps de la conquête coloniale. Son attitude au Mali le prouve aisément. Il appartient aux Africains de se libérer, par tous les moyens. Depuis les indépendances, les Chefs d’Etat africains ont servi les intérêts de la France et ont perpétué la souffrance de leurs peuples. Les récalcitrants ont été assassinés.

De plus en plus, la jeunesse africaine se réveille, aussi bien dans le milieu civil que militaire. Elle veut prendre la revanche. C’est en cela qu’il faut comprendre la posture des jeunes officiers au Mali qui ont décidé de mettre fin à la pratique esclavagiste et impérialiste que je viens de vous décrire. Mais vous constatez que la France est prête à mourir pour conserver et contrôler le Mali. C’est sa colonie, c’est-à-dire sa sous-préfecture. En même temps, le message fort est que l’Afrique est une puissance qui s’ignore. La France ne peut pas survivre sans l’Afrique francophone d’où elle tire son existence et sa place dans le concert des Nations.

A l’inverse, l’Afrique francophone n’a pas d’avenir avec la France. Malheureusement, il y a encore un problème de leadership africain à même de libérer le continent et l’Afrique francophone. Le Colonel Assimi Goita et ses frères d’armes, soutenus par une grande partie de la population malienne, ont opté pour un suicide pour la libération de l’Afrique comme l’ont déjà fait des leaders africains comme Patrice Lumumba, Kwamé N’Krumah, Sékou Touré, Thomas Sankara, Modibo Keita, etc. Tous ces leaders ont été assassinés avec la compliqué des Africains pour sauver les intérêts impérialistes. Ils en sont conscients mais ils savent qu’il y a un prix à payer pour se défaire totalement de cet esclavagisme séculaire.

L’histoire est en train de s’écrire avec le Mali, dans un contexte de plus d’éveil de conscience de la jeunesse africaine. Mais les habitudes de valets locaux de l’impérialisme sont toujours présentes dans la classe dirigeante. Des dirigeants africains sont déjà prêts et attendent la stratégie pour aider à mettre fin à la folie au Mali. La jeunesse africaine aussi s’organise pour soutenir la folie libératrice qui se construit au Mali. La dernière bavure politique de la CEDEAO contre le Mali, dans ce 21è siècle, est une grande honte pour l’Afrique. Les sanctions prises contre le Mali n’ont pas de bases légales.

En effet, il n’existe nulle part, dans le traité de la CEDEAO, des dispositions de sanctions de fermetures de frontières contre un pays membre. Le communiqué des travaux de l’UEMOA tenus à Accra en amont du sommet des Chefs d’Etat de la CEDEAO et signé par le Président du Faso, Président en exercice de l’UEMOA n’a pas prononcé de sanctions financières contre le Mali. Or, la CEDEAO s’est permise de prononcer des sanctions financières contre le Mali. Elle n’a aucun pouvoir de prendre une telle sanction en lieu de place de l’UEMOA.

Il n’existe nulle part, dans le traité de la CEDEAO, des dispositions qui portent sur un rappel collectif d’ambassadeurs accrédités dans un membre. La CEDEAO n’a rien à voir avec les nominations et les rappels d’Ambassadeurs qui relèvent du bilatéral. Les sanctions prises à l’encontre du Mali ne se sont donc pas basées sur les textes de la CEDEAO. Ces sanctions sont donc bel et bien illégales, illégitimes, inhumaines, méchantes et inacceptables.

Dans cette lutte de libération, le Mali ne sera pas seul. Il sera avec Dieu, les ancêtres et la jeunesse africaine. Un peuple se libère. Un peuple ne doit pas être esclave toute son existence, de génération en génération. Il faut savoir lire la Nature. Il y a une fin en tout. L’homme naît et meurt. L’herbe pousse et meurt. L’arbre vit et meurt. Un pouvoir finit, ne serait-ce que par la mort. Tout finit par finir. La domination française en Afrique va finir. Elle doit finir. Elle finira. Au nom de Dieu et des ancêtres qui ont été déportés, torturés, massacrés. La graine est déjà semée au Mali avec en tête un jeune qui porte le nom de Assimi Goita.
La plaie va guérir et la mouche aura honte.

Jonas Hien

Vos commentaires

  • Le 19 janvier à 15:51, par SOME En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Merci de ce rappel il est clair que c’est une aubaine pour déboulonner la franc Afrique sans quoi jamais rien ne se fera
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 16:01, par Eric En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Ce n’est pas aux enfants vous devez faire ce rappel historique mais plutot au président de la république.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 16:04, par ollo En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Monsieur Hien, vous devez tirez ce texte, en faire des brochures et publier, à la bourse du travail, dans les librairies par terre. C’est votre contribution à la libération de l’Afrique. Vous devez le faire vite parce que l’internet ni les téléphonies ne nous appartiennent pas encore.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 16:23, par AMKOULEL En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Je tremble de joie, à la lecture des lignes et de chaque mot de votre texte oh cher ainé. J’ai écrasé de grosses larmes. Vous avez traduit avec dextérité et maestria mon état d’esprit et je vous remercie du fond du coeur.
    Quelqu’un qui vous a fait autant de mal ne peut jamais construire votre bonheur. Jamais. Il faut être littéralement fou pour se convaincre du contraire.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 16:30, par Bonus En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Rien de plus clair. Merci excellence Jonas Hien pour votre contribution, combien inestimable, qui jette la lumiere sur la nature de la pression internationale via les sous prefets locaux sur le Mali. La jeunesse a compris et je souhaite qu’elle exerce a son tour plus de pression sur les leaders aplaventriste pour les contraindre a servir leur peuple au lieu des occidentaux qui n’ont du mepris sur les noirs.
    C’est au nom des droits humains et la democratie que les occidentaux ont detruit la libye de Gaddafi. C’etait le voile qu’il fallait utiliser sachant que Gaddafi avait jete les fondements de l’unite africaine, avec les projets de la monnaie unique, le fond monetaire africain et le fond d’investissement africain. La monnaie africaine allait etre garantie par l’or Libyen qui etait d’environ 143 tonnes.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 16:37, par BATIONO En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Chapeau bas M. HIEN. Tout est dit . Aucun commentaire. En bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 16:43, par Somda En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Merci pour ce rappel historique. La seule correction que j’apporterais c’est que les bateaux Europeens ne venaient pas charges de marchandises et pacotilles pour etre echange contre des hommes. Il faut eviter de perpetuer le mensonge que les Africains ont vendu leurs freres pour des mirroirs et du vin.
    Ces bateaux venaient charges d’armes et de mercenaires pour faire la chasse a l’homme noir. C’est bien de cela qu’il s’agit. Ils ont capture des hommes libres qu’ils ont reduit en esclavage. Persone ne leur a rien vendu. Il faut arreter cette propagande qui vise a rejeter la responsabilte sur les peuples africains.
    A part ce point, je suis d’accord avec votre analyse.

    Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 05:51, par Eric En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

      Moi je veux bien vous croire mais quand je regarde comment les présidents actuel en veulent à Assimi GOITA, j’ai vraiment du mal à vous croire. Regarder alassane ouattara, macron a l’age de son enfant mais il est le plus décidé à punir Assimi et le Mali juste pour le plaisir et l’orgueil de macron. Donc, des noirs qui pourchaissaient leur frères jusque dans les buissons et de leurs cachettes pour les livrer au blanc, c’est très plausible et c’est même toujours d’actualité aujourd’hui sous nos yeux avec le Mali qui est livré en une sorte esclavage à la France par nos présidents.

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 08:49, par kwiliga En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

      @Somda
      Vous écrivez : " Ils ont capture des hommes libres qu’ils ont reduit en esclavage. Persone ne leur a rien vendu"
      Tiens donc...? Et l’esclavage n’avait jamais existé en Afrique avant la venue du blanc.
      Désolé, mais j’aimerais bien connaitre les sources qui vous permettent de telles affirmations.
      Ce n’est pas en niant systématiquement en bloc toutes nos erreurs passées, que nous construirons ensemble l’avenir.
      Et pour parler simplement du présent, l’esclavage existe encore, n’en doutons pas et c’est encore des africains qui en sont à l’origine.

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 10:26, par Western En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

      Je suis peiné et horrifié de voir l’auteur reprendre les thèses les plus humiliante de l’esclavage pour les victimes.
      Qu’un européen le dise je comprendrai que le criminel cherche à justifier son par tout moyen...mais qu’un africain, de surtout un HIEN, c’est vraiment insultant.
      Dès que j’ai vu ça, j’ai cessé de lire le reste.
      M
      Cher frère frère, attends vos excuses pour cette partie de votre discours.

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 12:49, par koffi kopeto En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

      A mon grand regret également, l’histoire est ce qu’elle est et non pas ce qu’on voudrait qu’elle soit. On en peut pas affronter l’avenir sans assumer son passé. C’est absolument vrai pour la France et les autres nations impérialistes,, ca l’est tout autant pour tous ceux qui en ont profité. La traite triangulaire porte bien son nom, en ce sens que tous les acteurs sont complices de ce crime contre l’humanité, des vendeurs africains, aux négriers arabes, occidentaux et africains (voir Tippo TIp pour ne citer que lui) en passant évidemment par les acheteurs arabes, américains, antillais, sud-américain et européens. Pour rappel l’esclavage n’a été aboli officiellement en Mauritanie qu’en...1981. Que vous soyez d’accord ou pas, n’a aucune importance, l’histoire se fonde (ou en tout cas devrait se fonder) sur des faits et non des opinions. Sinon ca devient de la politique. Dont sans vous en rendre compte, vous êtes un instrument.

      Répondre à ce message

    • Le 20 janvier à 17:55, par Sidy En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

      Merci de ce rappel sur les mercenaires européens. En qualité d’historiens, je confirme que les esclaves n’étaient pas le plus souvent vendus par des rois ingrats, mais capturés dans ces razzias et rapts d’esclaves perpétués par des mercenaires européens pendant 3 siècles.

      Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 17:19, par Nomyidin En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Jonas HIEN , a écrit en français simple pour nous permettre simplement de comprendre la situation imposée au Mali. Je voudrais également soutenir qu’une des lois de la nature c’est que "tout finit par finir". On ne demeure pas éternellement invaincu ça aussi c’est une autre loi de la nature. Les combats de libération sont toujours féroces mais David finit parfois à vaincre Goliath .
    Autrement dit Goliath surestime sa force et David sous estime la sienne. Une chose est sûre "l’impérialisme tremble quand le peuple se met debout". Le jeu de dupe et de cache cache se découvre de plus en plus et cette jeunesse qui se trouve souvent sans espoir du fait de la mal gouvernance ne supporte plus comme quoi cabri n’a plus peur de couteau. Le compte à rebours a commencé par le Mali mais au delà des réactions émotionnelles retenons que le combat sera long, très long , dur et féroce et tous les coups seront permis car personne n’accepte de perdre "son bien", pas en tout cas la France.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 18:05, par Non En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Monsieur Hien

    Soit vous avez lu l’acte de la décision de la CEDEAO du 09/01/2022 et vous n’avez rien compris , soit vous l’avez pas lu et je vous invite à lire avant de faire de telles affirmations graves !
    La décision de la CEDEAO a pour base légale :
    - le Traité de la CEDEAO en son article 58 relatif à la sécurité régionale
    - La déclaration des principes politiques adoptée le 06 juillet 1991
    - La décision HG DEC 142 portant sur la réaction de l’OUA aux changement anticonstitutionnels de gouvernement , adoptée à Alger en 1999 et surtout l’acte additionnel A/SA/13/02/12 du 17 février 2012.
    Tous ces textes organisent le régime des sanctions politiques ou judiciaires à l’égard des Etats membres coupables .
    Notons que le Mali a bel bien signé et ratifié en 2005 le Protocole sur la Démocratie et la Bonne Gouvernance.
    Le rappel d’ambassadeurs fait partie de la grille de sanction de la CEDEAO. Le caractère inhumain des sanctions est une appréciation subjectives. Mais sachez que la CEDEAO dans ses textes prend en compte les aspects humanitaires en excluant les produits essentiels de l’embargo et d’autre part en prévoyant une levée progressive des sanctions en fonction des progrès réalisés par la junte.
    Faites une lecture croisée des textes de la CEDEAO et de l’OUA sur les changements anticonstitutionnels de gouvernement
    Par rapport avec votre appréciation du statut de héros de Assimi Goita cela est relatif et lié à la chapelle politique à laquelle on appartient. Dans la chapelle à laquelle vous appartenez Assimi Goita et ses jeunes officiers sont des justiciers qui ont pris leurs responsabilités pour lutter contre l’impérialisme le ..isme....etc
    Pour la chapelle à laquelle j’appartiens Assimi Goita est un "putschiste" qui a pris son peuple en otage foulant au pied un principe cardinal de la démocratie , violant les textes de la CEDEAO et de l’OUA et coupable de parjure sur sa parole d’officier donné le 25/09/2020 ( lors de sa prestation de serment) sur l’organisation des élection en février 2022. En clair ce Monsieur est un danger pour la sous région et ne doit être comparé aux illustres Kwamé N’krumah.
    Savez vous qu’une grande partie de la classe politique malienne est contre la prolongation de la transition
    La CEDEAO c’est une population de plus de 300 Millions d’habitants qui ont droit à la démocratie , à la bonne gouvernance , au développement.

    Cordialement et bon courage

    Web Master : Laissez passer svp

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 18:48, par boss En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Merci pour le cours d’histoire. Elle est à connaitre par beaucoup afin que ça cesse et surtout que ça ne se répète plus.
    On ne peut et ne doit pas être esclave vraiment de génération en génération. A nous de décider si nous voulons que les enfants des autres continuent à dominer nos enfants. le plus grand mal dans tout ça, ce sont les valets locaux, les traitres. Ils doivent être identifiés et éliminés ; ils ont déjà cassés beaucoup trop de luttes qui étaient bien partis. Le prédateur n’arrêtera jamais de chasser ; c’est à la proie de lui faire comprendre qu’elle n’est plus une proie. Le Mali a décidé de cesser d’être un poussin pour devenir aussi un aigle !

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 19:40, par Abdoulaye En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    La France et sa puissance finiront bientôt avec leur valets locaux s il plait à Dieu..nos dirigeants doivent comprendre que cette façon de gouverné nous rend malade.ni notre armée nos forces de sécurité et notre territoire ne nous appartient pas,nous sommes dans un non lotis..on en marre..

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 21:05, par S. DIALLO En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Nulle part la BCEAO n’a été citée explicitement dans le communiqué de la conférence des chefs d’état de la CDEAO.. Le communiqué parle des banques centrales de la CDEAO donc des huit banques centrales de l’espace CDEAO.
    Par ailleurs nul besoin de voir dans les textes de la CDEAO une sanction de rappel collectif des ambassadeurs. Le rappel des ambassadeurs relève du domaine réservé des chefs d’état et ceux qui se sont réunis étaient des chefs d’état excepté le cas du Nigeria représenté par le vice-président. Chaque chef d’état peut rappeler son ambassadeur et les chefs d’états réunis ont décidé collectivement de rappeler leurs ambassadeurs au Mali et de fermer leurs frontières avec le Mali. Ce droit souverain de chaque état n’a pas besoin d’être transcrit dans le corpus juridique de la CDEAO pour être appliqué par les états membres.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 22:18, par Wend-n ’manegde En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Le mal va semble être profond,mais simple à soulager.
    Qu’on se mette au sérieux,se poser des sérieuses.
    1)Pourquoi ,dans un pays, un autre pays puisse avoir une autorité sur une zone donné ?interdire même le président d’y accéder ?
    2)Pourquoi l’armée française choisis t-elle la zone des frontières du trio Mali Niger Burkina ?
    3)Pourquoi la France veut-elle forcer le Mali pour l’aider ?
    4)Pourquoi la CEDEAO ?
    5)Qui peut aimer autrui plus que lui même ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 22:25, par MyMy En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    - LA CONFERENCE DE BERLIN EN HIVER 1884-1885, EST PLUTÔT L’OEUVRE DE LA COURONNE BRITANNIQUE.

    LE REPRÉSENTANT (clandestin) DES INTÉRÊTS DES ESCLAVAGISTES JUIFS (qui détenaient au moins 67% du trafic des Esclaves) DANS LE MONDE, M. DISRAELI..., A MANŒUVRÉ A L’OMBRE AVEC DONC LA BENEDICTION ET POUR L’INTÉRÊT PRIORITAIRE DE LA REINE. IL A "CONFIE" LA CHOSE AU FOU QUI DIRIGEAIT L’ALLEMAGNE (qui venait de naître de l’union entre le royaume d’Allemagne et l’empire d’Autriche ; sortis tous 3 co-victorieux de la guerre contre Napoléon-III. Ce dingue allemand était lié à la couronne britannique par des liens de mariages arrangés. Et il était le cousin direct du Tsar Nicolas de Russie ; mais qu’il trahira dès 1914.)

    JULES FERRY ETAIT LE CHEF DE LA DIPLOMATIE (équivalent actuel de ministre des Affaires Etrangères) ; ET NON CHEF DE GOUVERNEMENT. IL ETAIT SOUMIS A LA DIPLOMATIE SANGLANTE ALLEMANDE ; TOUT COMME CLEMENCEAU. ILS NE PRENAIENT PAS DE DECISION. ILS SUIVAIENT CE QUE DISAIT L’ALLEMAND.
    C’EST G. CLEMENCEAU (un des pires escrocs et tueurs du 19è siècle ; équivalent de M. Sim... C..p.r... au BF) ET LUI QUI ONT PROCLAME UNILATÉRALEMENT LA 3è RÉPUBLIQUE FRANCAISE (La "Commune de Paris" oblige) APRES LA CHUTE DE SEDAN. UNE HONTE DANS UN PAYS QUI SE DIT DÉMOCRATIQUE.
    LEUR OBJECTIF PRINCIPAL ÉTAIT DE CONTINUER L’ESCLAVAGE DES NOIRS (la "Race Inférieure", selon J. Ferry, devant le Conseil de la République) SOUS UN AUTRE NOM : LA COLONISATION. ET CELA, TOUJOURS AU PROFIT EXCLUSIF DES JUIFS. (Les Arabes en Afrique du Nord eux, seront aussi détruits par un autre juif, Crémieux.) AUJOURD’HUI EN 2022, LE PHÉNOMÈNE CRIMINEL CONTINU. ET NOUS PEUPLES AFRICAINS SURTOUT MÉLANODERMES..., INDEXONS LES FAUX-COUPABLES. ALORS QUE NOS DIRIGEANTS SONT LES LAQUAIS DES VRAIS COUPABLES.

    - M. ROCK KABORE EST TOMBE DANS LEUR PIÈGE EN DEBUT 2014, AVEC L’HISTOIRE RIDICULE DE 14.000 MILLIARDS DE FRANCS POUR LE PNDES DU MPP.
    SI M. KABORE NE DÉMISSIONNE PAS, "ILS" L’ASSASSINERONT LUI ET TRES PROBABLEMENT SA SUITE..., DèS QU’ILS LUI TROUVERONT UN REMPLAÇANT. ET ON N’EST PLUS VRAIMENT LOIN... (NB : POUR SÛR, JE NE LUI SOUHAITE PAS UNE TELLE SORTIE DE SCENE. MAIS ENFIN..., EST-CE QU’IL MÉRITE MIEUX COMPTE TENU DES DÉGÂTS NATIONAUX QU’IL A PROVOQUE ?)

    Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 23:49, par Zoungrana Pascal En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

      Merci à Jonas Hien pour ce rappel historique ,et tous les intervenants dont MyMy..Soyons réalistes . Combien de temps pleurerons nous encore a fortiori nos enfants ? Aujourd’hui on sait ce qu’il y a plusieurs types de democraties dont celle a l’ivoirienne avec la bénédiction de l’enfant du colon.Tant que nous ne serons pas unis pour avoir notre Monaie propre c’est zero

      Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 23:52, par Zoungrana Pascal En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

      Merci à Jonas Hien pour ce rappel historique ,et tous les intervenants dont MyMy..Soyons réalistes . Combien de temps pleurerons nous encore a fortiori nos enfants ? Aujourd’hui on sait ce qu’il y a plusieurs types de democraties dont celle a l’ivoirienne avec la bénédiction de l’enfant du colon.Tant que nous ne serons pas unis pour avoir notre Monaie propre c’est zero

      Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 22:28, par MyMy En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    - DU RESTE, BRAVO ET MERCI POUR VOTRE TEXTE QUI PERMET DE COMPRENDRE CERTAINS ASPECTS CACHES DES AGRESSIONS DONT LE MALI EST ICI VICTIME.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 07:52, par LUI En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Monsieur HIEN,lorsque les maliens adoptaient ces textes,ils pensaient que ces lois seront appliquer à qui ? aux singes ou à des oiseaux maliens ?En 2017 lorsque l’armée malienne bandaient ses muscles à Banjul pour chasser Yaya DJAME en Gambi et faisaient des selfis beret inclinés sur leur tête ils étaient eux aussi fiers.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 08:31, par Viva Assimi En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Monsieur Hien

    Je viens de lire le tweet de M Goita dans lequel il annonce avoir eu un long entretien avec le SG de l’ONU où il s’est engagé à revenir à l’ordre constitutionnel normal . En fait il a compris que c’est suicidaire et il s’engage dans la voie de la raison. Bravo à Assimi de ne pas écouter les sirènes d’une idéologie désuète et défaite en 1990 , et qui veut entrainer la jeunesse africaine dans l’aventure

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 09:29, par leuk En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Vrai casse tête cette situation France Afrique ! Quelle stratégie l’Afrique peut elle user pour se départir de l’emprise coloniale ? Ce n’est pas facile, seul , il est difficile à un pays de le faire. Courage au peuple malien qui essaie ; peut être qu’il réussira comme le Rwanda ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 10:22, par Gorgadji En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    @ Non
    Dans tous les textes de la CEDEAO, n’y a t-il pas de mesures contre les coup d’états constitutionnels ? surtout quand à la CEDEAO, on juge que « Il est inacceptable qu’un régime militaire reste en place un quinquennat. ».Pourquoi quand c’est un régime civil qui viole la constitution pour pouvoir passer en force en un troisième mandat on l’entend pas ? D’ailleurs on a compris que pour la CEDEAO c’est acceptable quand un pouvoir civil modifie la constitution pour des 3emes mandats et voire s’éterniser au pouvoir.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 10:42, par Abdoulaye En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Le problème en Afrique même les élites diplomate africain croient que sans le livre de la démocratie qui n a ni écrit pas un ange ni Dieu.. seulement les ennemis de l Afrique ils ne réussiront pas..

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 12:07, par etoonné En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Les rappels historiques sont importants...

    Mais c’est de l’histoire

    La page de la colonisation est tournée...Mais certains veulent toujours
    que tel ou tel Africain soit contraint par une ancienne puissance coloniale..
    On lit souvent ici et là que tel président est sous tutelle de la France et il est traité d’esclave de celle çi..
    Rappelons que la France n’a pas programmé de venir au Mali ..et il y a fort à parier que les certains dirigeants français regrettent peut-être de ne pas avoir quitté le pays après que les djihadistes aient quitté Tombouctou..
    La France n’est pas arrivée au Mali secrètement, elle est passée par l’approbation de l’ONU qui lui a demandé de faire la formation des soldats maliens et il y a eu des accords écrits..

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 12:27, par Zeus En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Merci mais deux points, un mineur et l’autre essentiel !
    1) Les USA ne font pas encore parti de l’Europe
    2) Le Mali n’appartient pas à la France pour une ou deux raisons bien simples, appartenait peut être :
    1) Les états sont indépendants depuis la conférence de Berlin, et même si cela. ´a pas de sens pour la France, il faut en donner un sens pour le Mali, et pour la Russie et les autres c’est un prétexte ;
    2) Les pays occidentaux ont constamment bougé la ligne maginale tracée avec la Russie, d’où la volée de cette dernière qui estime de son droit de mettre les pieds où elle veut.
    Pour finir, il faut savoir que les pays asiatiques à quelques différence prêt ont subi le même sort donc cesser d’affirmer aux jeunes que le Mali appartient à la France ! C’est seulement dans nos têtes , les anciens, et ça aussi c’est un problème ! Si vous pensez que sans votre chef vous ne pourrez pas vous en sortir, et bien il en restera ains si pour l’avenir !

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 13:44, par Iss En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Je n’ai pu m’empecher d’ecrire pour pouvoir repondre à certains dont je pense qu’ils sont tellement formatés qu’ils refusent de voir la realité. Un pays est menacé jusque dans son existence, il se bat comme il peut et on trouve rien à dire que de respecter des texte de “je ne sait quoi “. L’etat Malian n’a t-il pas d’engagement à securiser les maliens ? Pour respecter ses engagements, il faut d’abord vivre. Triste

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 13:52, par etoonné En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    On peut s’étonner que la demande d’aide qui est passée à l’ONU n’ait pas incité d’autres pays à agir..
    Ce dont j’ai peur en Afrique c’est que nous soyons manipulables..
    En effet cela a commencé avec le CFA ..Après une conférence qui a réuni des jeunes africains en Europe l’idée que le CFA était une monnaie coloniale insupportable ,sans prendre le temps de voir les avantages de ce moyen de paiement qui permettait a plusieurs pays
    de communiquer sans inflation ..et avec une croissance remarquable
    Mais ce n’était pas la France qui devait faire une autre monnaie.
    Attention au dictatures de la rumeur reprise en cœur sans réfléchir

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier à 18:42, par Abdou Kabila Ouédraogo Société Civile En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Je voudrais dire merci à Monsieur Jonas Bien pour cet éclaircissement qui nous rappelle ce qui s’est passé il y’a des siècles.
    Mais je doute fort que la mayonnaise prenne parce que l’Afrique est sombre à cause de notre méchanceté, l’hypocrisie humaine, la traîtrise et toujours la mauvaise intention qui animent nos esprits.
    L’unité de l’Afrique arrive si d’aventure une 3ème guerre mondiale s’éclate et qui donnera naissance à une nouvelle Afrique avec des nouvelles frontières.
    Autrement dit je ne crois en rien de tout ce que vous aviez griffonner en ayant une position figée que vous même vous saviez inopportune. Mais Dieu seul sait demain inchallah.
    Certainement que nos ancêtres se réveilleront pour nous soutenir dans nos luttes à venir. Nous allons encore nous trahir pour nos intérêts personnels, j’en suis convaincu.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 09:18, par BOUBA En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    M. HIEN,
    Merci pour ce rappel historique
    Merci pour avoir su traduire en ces mots le ressentiment de beaucoup d’Africains
    Merci pour avoir su traduire en ces mots, ce coup de fouet à notre conscience que le Mali nous asséné afin de nous rappeler la force que nous sommes.
    Merci de nous rappeler à quel point ce combat ne va pas être simple, car la graine du mal, de la traîtrise a été semé en nous, mais tout doit commencer par la victoire sur ce mal.
    Merci, a bon entendeur salut, et cette fois il faut vraiment entendre et jouer sa part dans l’histoire et non la traverser.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 10:14, par dardour robert En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    MyMY developpe un pseudo argumentaire pour diffuser un ANTISEMITISME virulent qui devrait etre censure par le Moderateur.il s ’agit là d’un delit

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 10:24, par Passakziri En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    "Ses colonies doivent passer par elle en cas de besoin d’acquisitions des armes et c’est la France qui choisira pour elles ".
    Bonnes gens , soyons sérieux . qui peut m’expliquer ce qui obligerait le Burkina à passer par la France pour acheter des armes ? Si le Burkina veut acheter des armes francaises , je peux le comprendre. Si le burkina veut acheter des armes allemandes, c#est aussi possible parce que le Burkina peut avoir diplomatiquement besoin du soutient francais pour le faire , parce que les ventes d’armes lá bas doivent être autorisées par le gouvernement et que les parlementaires peuvent demander des comptes quand des armes sont vendues à des dictatures. Mais pour acheter des armes russes, chinoises, serbes etc, quels moyens la France a-t-elle de bloquer ces acquisitions ? Arrêtons de nous raconter des choses ivraies pour masquer nos propres insuffisances. Notre probléme c#est la corruption à tous les niveaux jusqu’aux portes des bureaux du premier des Burkinabè et ca c’est pas la France qui règlera ca pour nous.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier à 17:18, par cccc En réponse à : Embargo sur le Mali : La domination française va finir en Afrique

    Le monsieur n’est rien dans son pays où il est malmené par les autres candidats(es) à l’élection présidentielle française et c’est cet individu qui en arrive à manipuler des présidents d’Etats "indépendants ???". Pauvre de nous car la fascination du colon n’est pas encore finie, Ce qui est curieux, vous voulez nous aider, on vous dit "non merci" et vous insistez. Que la France aille chez elle s’occuper de ses problèmes et nous laisse en paix. Quand les autorités françaises disent que la Russie est là pour nous piller, et la France ? Vous êtes au Mali pourquoi ? Le Mali n’est-il pas libre de donner ses ressources à qui elle veut ? France, allez chez vous,

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Lutte anti-terroriste en Afrique de l’Ouest : Adama Ouédraogo fait une mise au point par rapport à sa demande au président ivoirien
Lutte antiterroriste en Afrique de l’Ouest : Le journaliste Adama Ouédraogo demande au président Alassane Ouattara de s’impliquer davantage
Médias : Un abus flagrant de confiance
Kémi Séba : Doit-on réellement l’interdire de territoire ?
Burkina/Insécurité : Une citoyenne interpelle sur la situation et l’ampleur des femmes victimes de viol
Humeur : « Pour la première fois de ma vie, j’ai peur pour mon pays »
Côte d’Ivoire : Mort de Amadou Soumahoro, président de l’Assemblée nationale
Crise à Béguédo : De la responsabilité collective à la faute des individus
100 jours du président Damiba : Analyse périscopique
Absence d’alternative politique crédible au Burkina Faso : Et si les « forces du progrès » s’engageaient résolument dans la bataille…
Drame d’Inata : Le rapport révèle qu’il y avait des vivres sur le site
Maison à usage de bureaux pour les enseignants-chercheurs retraités de l’Université Joseph Ki-Zerbo : Comment le débat d’idées vire au dénigrement d’un collègue ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés