Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Si quelqu’un fait un saut dans le feu, il lui reste encore un autre saut à faire. » Proverbe burkinabè

Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »

Accueil > Actualités > Multimédia • Déclaration • mardi 18 janvier 2022 à 14h24min
Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »

Dans l’après-midi du 10 janvier 2022, les utilisateurs de l’internet mobile ont constaté une interruption du service sur l’ensemble du territoire national. La connexion a été rétablie quelques heures plus tard au niveau des trois compagnies de téléphonie mobile, Telecel, Orange et Moov. Interrogé sur la question le 11 janvier 2022 par la télévision privée BF1, Maxime Koné, ministre en charge de la sécurité a réagi en ces termes : « Nous n’avons pas de commentaire à faire ».

Cependant, suite à cet épisode malheureux, nous assistons à une restriction ciblée des réseaux sociaux, notamment Facebook qui n’est guère plus accessible sur les mobiles que via des réseaux privés virtuels (VPN). Aucune communication officielle n’a été faite sur le sujet ni par les fournisseurs d’accès ni par le gouvernement vers qui tous les soupçons sont dirigés quant à un projet en cours de vouloir à terme priver les Burkinabè d’internet au gré de ses lubies conspirationnistes.

C’est le 20 novembre 2021 que les Burkinabè ont fait pour la première fois l’amère expérience de la censure sur internet orchestrée par leur propre gouvernement sur réquisitions du ministre de la sécurité et de la ministre de l’Economie Numérique, des Postes et de la Transformation Digitale. Après une rupture de l’accès à internet qui durait depuis 48 heures, dans un communiqué signé du ministre de la communication et des relations avec le parlement le 22 novembre, l’État burkinabè reconnaissait sa pleine et entière responsabilité dans cette interruption, principalement pour des « raisons de sécurité ».

Cette première coupure arbitraire de l’internet mobile a duré huit jours et a eu des effets nuisibles sur les activités de multiples entreprises. Selon une nouvelle étude internationale sur le coût économique des blocages délibérés de l’internet, réalisée par le groupe de recherche sur la sécurité et la confidentialité numérique Top10VPN basé au Royaume-Uni, relayée par la BBC, les coupures de l’internet au Burkina Faso ont entraîné une perte économique de plus de 20 milliards de FCFA. Le Burkina Faso est maintenant classé en 5e position parmi les pays les plus touchés par les coupures d’internet en Afrique subsaharienne.

Face à cette restriction brutale et injustifiée de Facebook sur mobile, qui est le réseau social le plus utilisé au Burkina Faso, plusieurs internautes tentent de contourner le blocage en utilisant des VPN gratuits pour le moment mais qui, passé la période d’essai, coûteront chers à l’utilisateur et à l’économie nationale. Cette situation cause des dommages aux usagers du réseau social, singulièrement aux médias en ligne et à leurs publics.

L’histoire a déjà retenu que c’est le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, qui aura décidé de priver ses concitoyens de la liberté d’expression en les privant du droit fondamental d’accessibilité à l’internet et en accroissant la précarité par la privation d’un outil de travail.

Le même président qui appelait ses concitoyens à l’union sacrée lors de son adresse de nouvel an à la Nation est celui qui est en train de réunir les conditions pour les frustrer davantage, et ce sans aucune explication. Ce mode de gouvernance par le mépris, la répression aveugle et l’arrogance ne peut pas prospérer ni créer les conditions d’une situation sociale apaisée.

C’est pourquoi, le mouvement le Balai Citoyen :

• Dénonce ces restrictions de la liberté qui se manifestent sous un régime arrivé au pouvoir par le biais d’une insurrection populaire guidée par l’aspiration au plein exercice des principes démocratiques ;

• Condamne la complicité active de l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) et des fournisseurs d’accès à internet ;

• Condamne cette dictature sur internet par un régime en panne d’inspirations et de solutions face aux problèmes réels du pays ;

• Exige la levée sans délai de toutes les nouvelles limitations liées à l’internet.

En tout état de cause le mouvement se réserve le droit d’appeler à la mobilisation ses militants ainsi que l’ensemble des citoyens Burkinabè attachés au respect de l’Etat de droit démocratique et des libertés fondamentales pour des actions de protestation dans les différentes artères des principales villes du Burkina Faso.

Notre nombre est notre force !
Ensemble, on n’est jamais seul !

Pour le Balai Citoyen, la Coordination Nationale

Vos commentaires

  • Le 18 janvier à 14:39, par TANGA En réponse à : Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »

    Chers tous, quand on nous dit ceci ou cela a couté X, dites nous c’est sur quelle base ces calcul ont été faits. Il ne suffit pas de dire des choses ou du moins se référer à de présumées grosses boîtes pour faire des déclarations bidons.
    voilà, internet n’a pas été coupé pour ceux qui ont un service sérieux et qui qui travaillent vraiment car le filaire, ip+ etc. donnaient internet.
    travailler sérieusement, ce n’est pas se balader avec son GSM pour répéter les appels à la violence ne sachant surtout pas comment ça va finir. Si quelqu’un de travailleur voyait que son GSM n’allait plus sur le net, il repartait à son service ou à son domicile et point barre.
    Revenant au calculs des pertes. C’est quelle perte ? Vous ne vous êtes pas mis sur le net, donc vous ne payez pas. C’est une économie faite par les utilisateurs. des trois réseaux mobiles. Moi en tout cas, j’utilisait mon GSM avec mon wifi au bureau.
    On vous fait économiser et vous venez parler de perte. Perte de qui ou de quoi ?

    Répondre à ce message

    • Le 19 janvier à 05:08, par Timbila En réponse à : Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »

      Soit vous n’êtes pas au pays soit vous de mauvaise foi ou l’un des inconditionnels du pouvoir et sachez que c’est vous qui allez conduire Roch à sa chute. Évitez d’augmenter les frustrations des populations déjà éprouvées par le laxisme, l’amateurisme et le tâtonnements de votre dieu. Il nous reste beaucoup de temps avant la fin de son mandat et à cette allure, avec votre aveuglement vous l’envoyez tout droit au mûr.

      Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 14:41, par Biiga En réponse à : Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »

    Pour l’intérêt supérieur de la nation, tout est possible.
    Et si c’était un couvre feu alors ?
    On vous a fait économiser et ce n’est donc pas une perte.
    Ce sont des gens en collaboration avec l’extérieur qui mentent qu’il y a eu perte.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 14:52, par Sacksida En réponse à : Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »

    S’il est prouve que c’est le President du Faso actuel Rock Marc Christian Kabore et son Gouvernement dit sociaux democrates qui est entrain d’oppresser le Peuple Burkinabe integre, cela est inadmissible. De meme si c’est seulement une question de peur pour la perte eventuelle de son pouvoir devenu illegitime a cause des graves manquements et des incompetences observees depuis 6 ans, il doit se ressaisir car cette d’oppression peut avoir des consequences desastreuses sur son pouvoir. N’infantilisez jamais le Peuple Burkinabe car c’est Dieu Sublime qui donne le pouvoir politique pour servir des interets fondamentaux des citoyens Burkinabe. En tout etat de cause, la colere du Peuple Burkinabe peut deboucher sur la Colere de Dieu Sublime et il peut perdre son pouvoir dans ce cas ; alors faites ATTENTION, ATTENTION. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 15:39, par PORTO En réponse à : Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »

    75 POUR CENT DE CEUX QUI VONT SUR FACEBOOK Y VONT POUR REGARDER DES GROSSE FESSE INSULTER ET ECOUTER LES IMBICILTER DE CERTAINS SOIT DISANT INFLUANCEURS.SI CETTE COUPURE PEUT PERMETTRE A L’ARMEE DE FAIRE UN TRAVAIL PLUS EFFICACE SUR LE THEATRE DES OPERATION ET EVITER DE RELAYER DE FAUSSE INFORMATION JE SUIS ENTIEREMENT D’ACCORT AVEC CETTE COUPURE.ON VIT MEME MIEUX SANS.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 15:50, par POTASSE AMER En réponse à : Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »

    n’importe quoi, des vendus à la solde du parti au pouvoir. vous pensez
    que vous êtes écoutés encore dans ce pays là ? Qui ne vous pas ? Continuer dans votre sale besogne, mais sachez que votre chute n’est plus loin. Vous avez essayez votre Hervé kam sous une autre forme aux élections passés, les résultats ont donnés quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier à 16:49, par HUG En réponse à : Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »

    Ce que les gens oublient. Cest qu on peut les poursuivre apres le regne du mpp. On est fort aujourd hui mais on ne sait pas ce que demain sera Demandez conseil à l homme fort de ziniaré.Chers balai citoyen vous avez contribué a cela car on se connait dans ce pays. Couper l internet n est pas la solution mais le veritable probleme est sur le terrain.Namsiguia.....,Allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 01:12, par Yerewolo En réponse à : Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »

    Nous avons deja notre Assimi Goita qui est en prisons en attendant d’etre libéré par ses potes comme en Guinée.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 06:13, par Dedegueba Sanon En réponse à : Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »

    Et comme toujours les "cybersnipers" du MPP, se ruent sur le Balay citoyen parce qu’il dénonce une atteinte fondamentale aux libertés... Les conséquences de cette "internetectomie" ne sont pas qu’economiques, convenons-en. Ne nous distrayez pas en initiant un "débat réducteur" sur une dénonciation légitime. C’est comme si on reproche à un meurtrier d’avoir tué un homme, et celui ci fonde sa défense sur la forme, en ocultant le fond. Genre dans l’exposé des faits on lui reproche un moyen "à armes blanches" au lieu "d’armes à feu" .... Quelque soit l’arme utilisée, le problème reste tout de même le meurtre...
    C’est ce qui arrive à tous les peuples lorsqu’ils se font diriger par des "intellectuels malhonnêtes". Ils "intellectualisent" le vol, le mensonge et tous les vices sociaux. Là où le citoyen verrait une injustice, eux verront ou s’efforceront d’y voir une justice, jusqu’au jour où la violence s’invite dans la contradiction.
    Allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier à 12:15, par Gwandba En réponse à : Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »

    C’est vraiment dommage pour ce président très moribond car, rares sont ceux qui sont arrivés au pouvoir avec un capital de sympathie et d’un accompagnement populaire comme Rock.

    Mais hélas. N’étant pas venu au pouvoir pour le burkinabé lambda, il n’a rien vu venir. Ce, a force de s’entourer que de personne qui flattent son orgueil de fils à papa, sa compréhension des attentes du peuple et son programme pour répondre à ces attentes se sont limités à satisfaire ses copains voleurs, corrompus et décalés de la réalité du pays.

    Pour même qu’il se rende compte des assassinats de nos populations par des sois distants terroristes, il a fallu que que la population lui mette du feu aux fesses en le menaçant de le chasser du pouvoir. Ce qu’il redoute le plus car, il va perdre les avantages que procure ce même pouvoir.

    Comment peut-il se rallier à la vomissure que sont les chefs d’états qui composent la CEDEAO et tirer à boulé rouge sur le Mali qui, de par sa gestion et positionnement actuel discrédite tous les potentats de dirigeants à la solde de France et nous parlé d’union pour vaincre le terrorisme ?

    On le savait fade et sans force de caractère. Mais delà à prendre partie ouvertement contre le salut de la population d’un pays frère qui, comme le sien est ébranlé par des assassinats qui ne bénéficies que ceux qui ne veulent pas que les maliens trouvent la meilleurs solution à sa situation autre que celle de la France aussi fade et inadaptée que la personnalité de Rock lui-même frise la déception d’un époux dont la femme est victime de viole.

    Comment va-t-il nous faire croire qu’il travaille pour le peuple et non pour des intérêts de ceux qui ne se soucient que leurs intérêts et marchent sur les nôtres ???
    Lui qui veut tant passer pour un chef d’état pour son peuple.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina/CSC : Marie Danielle Bougaïré, Ali Compaoré et Félix Kambiré prêtent serment le vendredi 27 mai 2022
Nécrologie : Le journaliste Amadou Zapré a définitivement rangé le micro
Burkina/Education aux médias : AmiNet sensibilise les élèves du Lycée Manegba de Kombissiri à une bonne utilisation des réseaux sociaux
Burkina Faso : Inoussa Traoré nommé directeur général de l’Agence nationale de promotion des TIC
Conseil supérieur de la communication : La magistrate Valérie Saouadogo remplace le conseiller démissionnaire Alexis Konkobo
Votre journal Courrier confidentiel N° 271 vient de paraître !
Expulsion de Fanny Kabré : Le gouvernement burkinabè regrette l’acte et réaffirme son engagement à préserver la liberté de la presse
Journaliste expulsée du meeting de Kémi Séba : Les organisations professionnelles des médias dénoncent « un manque de respect et de courtoisie à l’endroit du peuple et des autorités burkinabè »
Centre-est : Les journalistes des éditions Sidwaya renforcent leurs capacités
Digitalisation au Burkina : Du matériel informatique remis à quatre universités
Lutte contre la Cybercriminalité : Un réseau de présumés auteurs d’actes d’avortement et de proxénétisme mis aux arrêts
Service d’information du gouvernement : Jérémi Sié Koulibaly, nouveau coordonnateur, installé dans ses fonctions
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés