Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Si quelqu’un fait un saut dans le feu, il lui reste encore un autre saut à faire. » Proverbe burkinabè

Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moussa Diallo convaincu de l’implication de Gilbert Diendéré dans le coup du 15 octobre 1987

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • mardi 11 janvier 2022 à 16h28min
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Moussa Diallo convaincu de l’implication de Gilbert Diendéré dans le coup du 15 octobre 1987

A l’issue de son récit sur les évènements du 15 octobre 1987, Moussa Diallo s’est preté aux questions des différentes parties. A la question d’un des avocats de la partie civile de savoir si la mort de Thomas Sankara était un suicide programmé, le témoin répond en ces termes. "Thomas Sankara savait qu’il allait mourir dans cette affaire. Il était prêt au sacrifice suprême. Il croyait en ses idéaux. Il a peut-être pensé que le meilleur service à rendre à la révolution était de se laisser tuer au lieu de tuer". Le magistrat militaire à la retraite ajoute qu’il a eu la nausée lorsqu’il a entendu le discours du Front populaire dans lequel Sankara était traité de renégat et de traitre. "C’était Thomas Sankara, l’âme de la révolution" appuie-t-il.

Moussa Diallo ne croit pas un instant à la thèse de l’accident quant aux événements du 15 octobre. Selon lui, c’est une insulte à l’intelligence publique, de dire que ce sont des éléments incontrolés de la garde de Blaise Compaoré qui ont fait le coup et que celui-ci n’a fait qu’assumer la situation. Blaise Compaoré est, selon le témoin, celui qui a le plus bénéficié de ce coup de force. Donc, impossible que cela ait pu se faire sans son aval. "Si c’est vrai, pourquoi ne les avoir pas sanctionnés ou pourquoi les avoir gardés à son service" ?, s’interroge le témoin.

En ce qui concerne la participation de Gilbert Diendéré à l’exécution du coup du 15 octobre, le témoin soutient qu’il est certainement celui qui a supervisé les choses depuis le conseil, sous la direction de Blaise Compaoré. "Gilbert Diendéré était au moins consentant ou bénéficiaire, vu son ascension après les évènements". Confronté au témoin au sujet de l’appel téléphonique qu’il aurait eu avec Moussa Ganda et qui s’est interrompu peu avant les premiers tirs, le général Gilbert Diendéré a affirmé ne pas avoir souvenance de la conversation. Il maintient qu’il n’était pas au conseil quand les premiers coups de feu se sont faits entendre, mais était plutôt en train d’aller à l’ENAM pour le sport.

Et pour ce qui concerne sa supposée supervision de l’opération depuis un balcon, le général soutient que le seul batiment à avoir un balcon au conseil était celui où a eu lieu le drame. Et il était occupé par Lengani qui, au moment des faits, était absent. Donc impossible d’y accéder. Face aux propos de Gilbert Diendéré, Moussa Diallo a demandé une commission rogatoire pour que soit entendu Moussa Ganda avec qui le général a conversé et qui est toujours vivant. Pour lui, écouter la version de la troisième personne devrait permettre d’éclairer l’opinion sur ce qui s’est réellement passé.

Lorsqu’un des avocats de Gilbert Diendéré lui demande s’il a gros sur le cœur parce qu’ayant subi des brimades sous le front populaire, ce qui pourrait sous-tendre son témoignage à la barre, le magistrat à la retraite répond par la négative. A l’en croire, il n’en veut à personne et ne cherche donc à accabler personne par son témoignage. Tout ce qu’il veut, ajoute-t-il, c’est la manifestation de la vérité parce que Thomas Sankara était une personne qui lui était chère. Il ajoute que le désert qu’il a vécu après le coup du 15 octobre 1987, l’a plutôt forgé et aidé à devenir ce qu’il est. " Si je n’avais pas été radié de l’armée, je n’aurais pas pu finir mes études en droit et devenir magistrat militaire. Et je suis très fier d’etre magistrat militaire", confie-t-il.

Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dossier Thomas Sankara et autres : Le volet international en cours, l’inhumation des restes en perspective
Procès Thomas Sankara : Les accusés condamnés à payer 1 franc symbolique aux ayants droit du père de la révolution
Procès Sankara et compagnons : Quand les réclamations « fantaisistes » fâchent les avocats de la défense !
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : L’État réclame plus d’un milliard 145 millions de francs CFA pour les préjudices subis
Intérêts civils dans le procès Thomas Sankara : La famille de feu Thomas Sankara réclame une "somme symbolique"
Procès Thomas Sankara : Sept personnes condamnées font appel
Procès Sankara et douze de ses compagnons : L’audience sur les intérêts civils est renvoyée au 25 avril 2022
Procès Thomas Sankara : « Au Burkina, quand on parle de réconciliation, on revient presque toujours à la question de la grâce ou de l’amnistie » (Me Boukary Willy)
Verdict du procès « Thomas Sankara » : Pour le CDP, le verdict éloigne le peuple de la réconciliation nationale
Procès Thomas Sankara et douze autres : Justice enfin pour les familles !
Procès Thomas Sankara et douze autres : Ablassé Ouédraogo trouve le verdict humiliant pour certains condamnés
Procès Thomas Sankara et douze autres : Une victoire dans la lutte contre l’impunité, selon les avocats de la famille de l’ancien président
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés