Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Si quelqu’un fait un saut dans le feu, il lui reste encore un autre saut à faire. » Proverbe burkinabè

Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

Accueil > Actualités > Opinions • • lundi 3 janvier 2022 à 21h15min
Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

Remise à plat des grilles salariales. Ça vient devant le Conseil des ministres. Et ensuite devant les députés à l’assemblée nationale. Et certainement, l’opinion va s’en emparer.
Dans la présente situation, est-ce une priorité ? Est-ce qu’il n’y a pas plus urgent ? Ces questions sont légitimes. Toutefois, dans le cadre de l’économie d’un pays pauvre, tout est urgent.

La sécurité, la santé, l’alimentation, l’éducation, les infrastructures, il faut tout faire en même temps. Aucun de ces secteurs ne peut attendre des jours meilleurs. Les Mossi disent qu’il faut jeter et taper en même temps. "Nmag lobgr ni winbo".

Il faut voir. On n’a qu’un seul bâton. Le gibier ne va pas attendre. On ne peut se permettre de le louper car il n’y a plus rien à manger au village. Il est impératif de se donner toutes les chances. Taper et jeter dans le même mouvement.

C’est par les fonctionnaires que l’Etat agit pour les populations. Jusque dans les villages et hameaux. Le gouvernement doit donc soigner cette main là. Le président Kaboré a raison de mettre ses troupes en ordre de bataille.

L’insécurité finira un jour. À ce moment, il faudra reconstruire ce qui a été détruit. Réparer ce qui a été endommagé. Recenser ce qui est encore valide. Et relancer la machine.

Les salaires, le sujet est explosif. Il y aura des réticences. Il y aura des oppositions. Tout cela n’est pas insurmontable. À condition que les uns et les autres parlent un langage de vérité.

On ne peut pas garder une grille salariale qui fait la part belle à certains, et qui réserve des maigreurs pour le plus grand nombre. Au niveau macro, on ne peut pas consacrer l’essentiel des revenus de la nation, pour payer 200.000 ou 300.000 Burkinabè. Et en même temps, demander aux autorités de réaliser des investissements.

Nous sommes pour la plupart responsables de famille. Dans la gestion du quotidien, il arrive toujours le moment où l’arithmétique n’est d’aucun secours. Vous comprenez donc ce que je veux dire. Même si ça heurte. Même si ça choque.

Le président a raison. On se demande même s’il n’a pas trop tardé à le faire. Necessairement, il y aura des mécontents, des frustrés. Ceux qui vont perdre des avantages doivent penser aux filles et fils de ce pays qui n’ont jamais rien eu. Pas un centime ! Ce n’est pas parce qu’on s’est habitué à une mauvaise manière qu’il ne faut pas la corriger.

Il semble évident que cette remise à plat ne suffira pas à restaurer la confiance. Il y faut de la probité. Et c’est la question la plus brûlante. Donc aller à l’opération "mains propres". Les mains, les pieds, et parfois le reste. Pour plus d’efficacité, on devrait supprimer les perdiems et autre. On est payé pour faire un boulot. On le fait. Et puis c’est tout ! Partout dans le monde, c’est comme cela que ça marche.

Si on veut se donner le droit d’aller dire aux autres d’être propres, il faut au préalable être soi-même propre. Même si c’est un franc, un vol reste un vol.

Bonne journée, bon week-end et bonne année ! Pluies de bénédictions sur vos familles !

Sayouba Traoré
Journaliste, écrivain

Vos commentaires

  • Le 2 janvier à 19:58, par Lom-Lom En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Ceci est votre point de vue que je respecte mais je vous rappelle que sous la Revolution, il n y avait pas de disparités aussi criardes que ça. C’est le régime Compaoré (avec le ministre Bembamba) qui a créé et poussé certains départements ministériels à imiter le MINEFID et voilà la es résultats. Cette risée à plat permettra de créer un minimum de justice sociale dans le domaine du traitement des salariés du public et dire qu’elle n’est pas une priorité n’est pas vrai car dans une maison commune les grandes disparités conduisent à des formes de révoltes sourdes, poussant les autres à trouver des astuces pour se remplir les poches !

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier à 20:50, par bonté En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    L’analyse est pertinente. Mais une opération mains propres avec un entourage qui est loin d’en remplir les critères, ne peut se faire maintenant. Ce serait remettre "tout à plat" et pas seulement les salaires : le gouvernement à plat, l’armée à plat, les institutions à plat, etc. Tout est "impropre" présentement.
    Je crois que le Président et son "laboratoire" ont juste réveillé ce machin pour calmer le front social, "illégitimer" les prochaines luttes syndicales. Et la remise à plat des salaires est censée créer la division au sein des fonctionnaires et surtout nous faire oublier qu’une opération mains propres a été annoncée.
    Tenez, les annonces, c’est cela la marque déposée de nos gouvernants actuels. Leurs plaisanteries font beaucoup de mal au pays. Sont-ils conscients ou feignent-ils de l’être ?

    Répondre à ce message

  • Le 2 janvier à 21:14, par HUG En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Le probleme du regime mpp est l injustice sociale qu il a créer entre les fonctionnaires.Dans aucun pays du monde il n existe cette inegalité salariale que celle du burkina faso. On ne construit pas un pays en traitant les ffonctionnaires tres differemment..Parmi les derniers figurent les travailleurs de l action sociale qui risquent leur vie dans la prise en charge des personnes deplacees internes. Allons seulement

    Répondre à ce message

    • Le 3 janvier à 12:44, par Le Vigilent En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

      @HUG, prenez la bonne habitude de ne parler que de ce que vous savez. Dans beaucoup de pays les pardonnées devant santé qui travaillent dans les services de radiologie touchent près de deux fois plus que leurs collègues officiant dans les autres services médicaux. Certains parlent de diplômes comme référence pour l’équilibre des salaires. Doit-on rémunérer un ingénieur assis confortablement dans un bureau climatisé.comme son collègue officiant dans une unité industrielle, ou un agent de santé assis dans un bureau comme son collègue qui travaille dans des unités de soins intensifs ? Je pense qu’il est mieux de parler d’équité et non pas d’égalité dans le traitement des salariés de la fonction publique. L’égalité dans les salaires pourrait, si on n’y prend garde, créer des injustices et des démotivations pour les fonctions comportant certaines contraintes.

      Répondre à ce message

  • Le 2 janvier à 23:29, par Yop En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Propre  ! Le kôrô a tout et bien dit. Malheureusement nous avons un Président qui n’a pas le courage de ses idées. Nous l’aimons bien, mais il faut reconnaitre qu’on a du mal à définir ses directives. Dieu bénisse le Burkina  !
    Encore merci kôrô Sayouba !

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 00:03, par Fasovision En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Bonjour, M. Sayouba Traoré,
    Comme on dit chez nous, ’’ vous avez encore de bien longs jours devant vous...", pour parler d’une personne qui se présente alors qu’on parlait d’elle, il y a juste peu...
    Rassurez-vous, toutefois, nous ne parlions pas de vous, encore moins en mal.
    A un niveau personnel, c’était hier ou ce jour même, je me rappelais le souvenir de vos interventions lumineuses sur le forum du LeFaso.net, il y a quelques années, notamment aux "heures chaudes" qu’a connues le pays, entre 2014 et 2015.
    Le savoir-faire poétique, entre autres, au service de la cité ! C’était un réel plaisir de vous lire et surtout un tel encouragement de voir que l’intellectualité peut bel et bien être mise au service de sa nation.

    Merci donc pour cette autre contribution, bien à propos. Certes sur un sujet qui pourrait fâcher, vous le relevez si bien, mais sujet de gouvernance qui ne devrait se soustraire, en temps opportun, au débat responsable, particulièrement en ces temps où nos paradigmes sont, justement, questionnés au plus haut degré.
    En le relevant dans son adresse du nouvel An au peuple, le Chef de l’État a certainement pris la mesure de la situation concernant cette question spécifique.

    Aujourd’hui, ce qui se passe au plan sécuritaire peut ou devrait, en même temps, nous donner à tous, autant que nous sommes, fils et filles du Burkinditenga, l’occasion de nous arrêter et de nous poser les vraies questions (existentielles et essentielles) dont celle relative à notre part de responsabilité et surtout de contribution, sans faux-fuyants, dans la construction de ce qui est notre part commune d’héritage : le Burkina Faso.

    Si nous ne sommes pas en mesure d’observer ce moment de pause et de questionnement salvateur autour de la nation, de nous identifier à elle, de l’élever au-dessus de nous-mêmes, de rechercher alors son bien par-dessus tout, nous risquons fort, d’une part, de donner encore du grain à moudre à ceux qui ne jurent que par notre perte.

    D’autre part, si nous faisons de la fixation sur des privilèges divers tout en nous arcboutant sur des sièges de confort, nous risquons alors de manquer l’occasion historique d’assumer, au-delà de l’ordinaire, notre "burkindité" ou "burkinité", je vous les emprunte, ces deux mots.

    En tout état de cause la patrie nous appelle plus que jamais.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 03:00, par Gouvernance Cahotique et K. O. tique pour le Payis En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Tres belle verite. Mais ce que vous avez omis de denoncer, c’ est que la remise a plat des salaires devra aussi commencer surtout par le gouvernement. Si le peuple voit que ceux qui nous gouvernent ne vivent pas dans le beurre, qui est qui pour ne pas serrer sa ceinture.? Malheureusement, Roch a oublie que le Burkina est un pays pauvre. Il distribue 8 millions a des super= ministres et demandent aux autres de negocier leurs salaires, tout en sachant que meme si un ministre touche 200.000F, avec tous les avanatges en nature et les avantages symboliques, il s’ en sortira toujours. Donc, s’ il doit reussir sa mise en plat des salaires, qu’ il dise au Coulibaly Sori et autres Lassina Zerbo d’ accepter le salaire legal que Blaise meme dans sa gabegie avait boulonne. Ou alors, qu’ il abroge ces textes. Sinon c’ est des detournementsde fonds publics car sans aucune base legale.
    Je suis totalement d’ accord avec vous, dogo. Il n’ est pas question qu’ il y ait des super- fonctionnaires qui se la coulent douce et les autres fonctionnaires qui doivent se contenter de bosser, de manger la vache enragee et surtout, de la boucler.
    Au temps de Sankara, les ministres avaient 75.000F comme indemnite de fonction. On ne dit pas de retourner a ces moments d’ absynthe mais le gouvernement devrait respecter la souffrance de l’ ensemble de la population et empecher que les ministres se servent au lieu de servir.
    En plus, tant que Roch va laisser les milliards detournes et que l’ ASCE a epingles, comment pourra- t- il se targuer de la legitimite de toucher aux maigres sous des fonctionnaires ? Qui est venu a Ouaga pour regarder les autres rouler dans les V8 de 96 ,millions apres on va venir nous dire qu’ il faut attacher sa ceinture parce que l’ etat n’ a pas les moyens ? Voila un etat prudent quand il s’ agit d’ economiser des chandelles mais gaspilleur quand il s’ agit de disperser les millions et des milliards. Charbon Fin, 6 milliards de marche inutile au Ministere de la Sante, des edifices publics qui tombent sur les etudiants avant reception, des helicos civils au lieu d’ helicos militaires qu’ on fait acheter par des amis et apres on bricole pour faire une guerre qui n’ est pas du jeu. Des detachements militaires d’ abord affames parce que primes et nourritures detournees par une hierachie sans coeur parce que eux aussi ils ont vu que le tempo du moment, c’est voler tant qu’ on peut et ya rien ; puis recoivent le coup de grace de djihadistes informes que ces hommes ne pourraient meme pas combattre devant des enfants de 11 ans parce que mal nourris, anemies et sans force. Franchement, le premier ennemi de ce regime, c’ est lui- meme. Difficile de le defendre tant qu’ il ne fera pas le nettoyage d’ abord dans son approche du developpement. ce n’ est pas uen question de deboucher l’ poiseau rare. Lassina Zerbo est venu avec de la passion mais qu’ il sache que 0 X 100 sera toujours egale a 0. Le developpement sous ce regime est encore plus cahotique et meme K. O. tique pour le pays qu’ au temps de notre introverti schizophrene tueur dangereux.

    Webmaster, si tout ce que j’ ai dit, j’ ai menti, ne me publiez pas. Mais si vous meme vous voyez que ce n’ est que la pure verite, vous avez le sens de l’ honneur et vous allez me publier pour ne pas etouffer le messager, et le message avec !

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 07:05, par HUG En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Mr Traoré pour le mpp comme les syndicats forts ont eu gain de cause les syndicats faibles ne peuvent plus inquieter leur pouvoir.Pourtant on ne construit pas un pays dans l injustice.Allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 08:13, par kwiliga En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    "L’insécurité finira un jour"Hum, un jour ?
    "Ceux qui vont perdre des avantages..." Certains perdront des avantages,... un jour...
    "Donc aller à l’opération "mains propres" Oui nous irons,... un jour...
    Et "un jour mon prince viendra..."

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 08:22, par S. M. En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    "Priorités des priorités, tout est prioritaire dans un pays pauvre comme le Burkina Faso". Pas du tout simple ! Par quel bout commencer ? La question de l’équité dans le traitement salarial des agents de l’Etat avait été amorcée à un moment donné, et nous avions pensé que l’on irait jusqu’au bout. Mais hélas, peut-être les différentes frondes sociales ont-elles eu raison du processus ? Beaucoup d’entre nous, burkinabè, appellent au changement, mais très peu sont prêts à payer le prix du changement : " faites tout ce que vous voulez pour que ça change, mais ne touchez pas à mes intérêts"

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 10:05, par @@gog En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    M.TRAORE,je vous aime pour le fait que vous défendez la justice salariale.Je l’ai toujours dit dans cette même tribune ;les 2 tiers des agents de la fonction publique ne sont pas contents.A catégories égales,le écarts sont humiliants , indécents ,frustrants pour les mécontents.Que le gouvernement soit juste .

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 10:09, par Avar En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Au lieu de parler de revalorisation à la hausse des salaires on passe le temps à distraire les travailleurs avec des remises à plats. C’est juste pour aiguser la jalousie de certains agents c’est tout. Y a des pays qui ont proceder à des augmentations de salaires nous on est là avec les memes refrains

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 10:25, par lepaysvamal En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Je suis entièrement d’avis avec votre argumentaire. Personnellement je suis de ceux là qui souhaitent la mise à plat pourvu qu’elle va réparer les insuffisances dans le traitement salarial. Il y a trop d’inequité dans les salaires Burkinabè. Dans un même corps il y a des disparités. Qu’il y est des différences à partir des indemnités spécifiques oui, mais que deux agents de même catégorie même échelon aient des salaires de base différents, c’est révoltant. Et cela on le traîne depuis l’ère du binationaliste résident à Abidjan

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 12:40, par Jean MOULIN En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    🤣🤣🤣
    S.E.M le PF a réussi une fois de plus à nous occuper.
    Avant le discours, j’ai imaginé ce que le PF pourrait dire pour les fonctionnaires et j’ai imaginé une augmentation de salaire comme le faisait Blaise COMPAORE. Malheureusement, la situation du pays m’a fait dire que si S.E.M parle d’augmentation de salaire, il ferait face aux non fonctionnaires.
    Ainsi pour occuper les fonctionnaires et non fonctionnaires, S.E.M reveille son vieux projet de remise à plat de la grille salariale. Projet pour lequel, des consultations avaient été faites surtout avec des experts internationaux chèrement payés.

    Bravo S.E.M le PF pour ce coup de poker.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 13:22, par tibo le paysan En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Le mmp avait cru composer avec la meme administration qu,il avait corrompue avec l’ancien regime il ya 27 ans. Le meilleur des ministries, bien qu,Elle soit femme avait plus de couilles dans le government de PKT. Avec son premier acte de justice socials le President a augmenté les salaires des "robes noires" et menacer les autres corps de reduire leurs avantages. Comment cela est possible qu’on ne respecte aucune regle dans la distribution d’un buttin ? Le non respect des regles va engendrer des conflicts fratricides.
    Mieux vaut tard que Jamais.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 14:00, par HUG En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Internaute vigilent HUG anakyse toujours faits. Vous parlez sans preciser un pays. Dans ce pays certains fonctionnaires de la categorie C ont un salaire eleve plus que des fonctionnaires de la categorieB. En plus certains fonctionnaires de la categorie B ont un salaire plus elevé ou egal à des fonctionnaires de lla ccategorie A . Interaute vigilent il sagit de cela. Cela n est pas normal.Dites moi un pays du monde dans la fonction publique ou ceux qui ont éte recrutés avec un diplome inferieur sont plus payé que ceux qui ont éte recruté avec un diplome superieur. Moi j ai cherché je n en ai pas trouvé.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 16:02, par Ema En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Bonjour,
    Bien vu Monsieur le Président. Félicitations. C’est ce qu’on attendait depuis des années. C’est tard mais vaut mieux tard que jamais. Des plaies de coeurs seront guerries par le rétablissement de la justice dans la rémunération des travailleurs. Merci bien

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 18:03, par Le fou fonctionnaire vigilant En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    L’heure est venue de parler. Il y a un adage qui dit que lorsqu’on parle avant le moment de parler, c’est qu’on est fou. Et si lorsque vient le moment de parler, on se tait et ensuite on parle après qu’on a fini de parler, on est bête.Le problème de la remise à plat est en réalité simple à aborder pour peu qu’on veuille être légaliste, réaliste et intègre. La remise à plat ne devrait pas viser les traitements salariaux (salaire de base+indemnités) encadrés par des textes légaux mais les avantages non légiférés qui viennent gonfler accidentellement les traitements salariaux (salaire de base+indemnités). tels que les primes de motivation et les primes de rendement, etc...

    On sait que le salaire de base de tout fonctionnaire se calcule en se basant sur le point indiciaire qui est le même pour tout fonctionnaire du Faso (il est de 2331 à nos jours) et sur son indice qui est fonction de son corps, de sa catégorie, de son échelle et de son ancienneté (échelon). Dans le même corps, on a le même traitement salarial si on a le même indice. Donc à diplôme égal dans le même corps et à indice égal, on a le même salaire.

    Les problèmes commencent lorsqu’on aborde les écarts entre les traitements salariaux (salaire de base+indemnités) de deux corps différents. L’écart qu’il peut y avoir entre ces deux corps (par exemple celui de la santé et celui de l’enseignement) peut exister et c’est là qu’il faut raboter pour qu’à diplôme égal et ancienneté égal (échelons), on ait un indice égal et donc un salaire de base égal (indice x 2331/12 pour trouver le salaire de base mensuel) et des indemnités dont l’écart entre les montants globaux (de deux agents de corps différents) soit raisonnable Ce sont ces écarts entre indemnités et même entre salaires de base qu’il faut arbitrer à l’Assemblée nationale et les arrêter par une loi, en gardant l’équité entre les corps, de façon à ce qu’à corps différents, diplôme égal et ancienneté égal, l’écart entre les salaires de base ne dépasse pas 10 000 FCFA par exemple et l’écart entre les indemnités ne dépasse pas 50 000 FCFA compte tenu des contraintes et astreintes spécifiques et autres spécificités de l’emploi (santé, enseignement primaire, enseignement post primaire et secondaire, enseignement enseignement supérieur, douane, impôts, eaux et forêts, action sociale, etc...).

    Maintenant c’est l’histoire des primes de motivation et des primes de rendement qu peut entrainer des levées de boucliers. Il y en a dans plusieurs structures étatiques où les gens bouffent sans bruits (Finances, santé, commerce, eaux et forêts, etc...). Là, il faut encadrer sérieusement les choses pour diplôme égal et ancienneté égal, l’écart global annuel entre les traitements salariaux (salaire indiciaire +indemnités) ne dépasse pas par exemple 500 000 FCFA entre deux agents dont l’un bénéficie d’une prime de rendement et l’autre n’en bénéficie pas. Et là, il faudra donner cette prime à ceux qui concourent effectivement et directement au recouvrement des recettes mais pas à ceux qui sont assis dans les bureaux administratifs (mais par solidarité de corps, l’assiette à partager peut s’élargir à tout le monde avec des coefficients de pondération).
    Ça, c’est pour les primes de rendement (dans le recouvrement des recettes) et le taux sur les recettes recouvrées doit être arbitré, arrêté et voté annuellement par l’Assemblée nationale

    Pour le cas des primes de motivation qui ne répondent à aucune logique et qui ressemble à un hold up sur les finances publiques qu’on se partage ensuite, il faudra qu’on soit sévère : plus un copec de prime de motivation à verser à qui que ce soit. Point barre. Parce que c’est du vol, du harram.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 18:16, par Amadoum En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Grand frere ce que vous dites est plus que la verité seulement je doute fort que ceux qui reçoivent ces avantages irrealistes vous comprennent.Ils sont nombreux nos compatriotes a ne voir le mal que chez l autre.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 19:32, par Ka En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Merci petit frère Sayouba, je cautionne à 100%. Personne ne peut écrire comme tu le fais de temps à temps : Ici, c’est uniquement la stricte vérité que tu décris par des mots justes. Très souvent le président a toujours été critiqué, mais comme je l’ai toujours dit, ce qui caractérise le véritable homme d’état, c’est sa vision à long terme et le nôtre l’a, mais les réalise a pas d’escargot dont le peuple appelle des actions mouta mota. ! Malheureusement une autre caractéristique des vrais hommes d’état comme le nôtre, est que souvent d’être seuls, voire solitaires, ou entourés d’une foule de courtisans et de pseudo-conseillers qui ne sont en fait que des margouillats. Encore une fois petit frère, merci pour cette analyse pertinente.

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 19:40, par Tout est Plutot Manque de Priorisation au Faso En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Sayouba, evitez cette formule eculee qui veut que tout soit prioritaire. C’ est encourager finalement l’ inertie. Quand vous avez soif et vous avez faim, tout est prioritaire, certes, mais c’ est par quoi votre raison, mieux, votre instinct de survie va vous pousser d’ abord ?
    Votre ecrit est tres credible mais je m’ erige contre ces formules non- examinees qui veulent que tout soit prioritaire. Meme dans les pays dits developpes, tout est prioritaire aussi car les besoins sont immenses mais on fait une hierarchie des priorites. Si donc cette formule qui semble etre magique au Burkina est vraie aussi ailleurs, c’ est que les autres s’ en sortent parce qu’ ils recourent aune planification rigoureuse des besoins et a une gestion orthodoxe de leurs ressources. Rien que sur le plan des ressources humaines, combien de fonctionnent decedes ne continuent - ils pas de percevoir leur solde ? Et si ce n’ etait que ca ! Les priorites sont de facon brute de l’ ordre des desirs. Une fois que nous les avons classees par ordre d’ importance,puisque nous ne pouvons pas tout faire a la fois et avec la meme efficacite, meme en france ou nous vivons, alors arretons cette formule fatiguee qui veut que tout soit prioritaire dans un pays comme le Burkina comme si rien n’ etait prioritaire ailleurs. Je suis un milliardaire. C’ est un exemple. Si je ne bois pas mon whisky, c’ est douloureux comme le paysan de Gampela qui n’ a pas eu son ran moaga. Je veux du caviar, du champagne, des sacs Louis Vutton, des chssures crocos, des rolex pour juste me montrer le meme temps que ce qu’ un cellulaire de 3000F a Roodwoko peut faire, 10 jet prives. Mais Si j’ achete un seul jet prive, je n’ ai plus la meme somme d’ argent pour m’ acheter d’ autres "inutilites". C’ est ca le cout d’ opportunite. Donc le probleme du Burkina, c’ est un probleme de gouvernance, d’ organisation, de priorisation, pas de Priorites.

    Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 10:43, par boss En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

      Parfaitement d’accord avec vous. On tient tous les bouts en même temps et on n’arrive jamais au bout de quelque chose.
      Aucun plan à LT. Ou voulons nous être dans 05 ans, 10 ans, 50 ans...?
      On pourrait choisir 1 ou 02 domaines (agriculture et ... par exemple) et aller jusqu’au bout ; on attaque autre chose ensuite.
      Mais on préfère la gestion quotidienne, payer les factures, la nourriture, détourner individuellement et collectivement et attendre la retraite, et accuser la France après...
      Même s’il y’a des choses à reprocher à la France, si nous décidons de bien faire notre travail honnêtement, la France sera obligée de faire profil bas.

      Répondre à ce message

    • Le 4 janvier à 13:31, par Sayouba TRAORE En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

      Encourager l’inertie ? Peut-être à l’insu de mon plein gré. Cela fait maintenant des années que je cris dans le désert. Relisez toutes mes publications, svp ! Pas une seule ne laissera entendre que j’encourage l’inertie. En tout cas, ce n’est ça que mes détracteurs me reprochent.

      Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 19:52, par Kougri En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Demander au Burkinabe qu’elle est leur priorité. Il dira la sécurité.
    Juste dire que l’équité ou la mise à plat des salaires n’est pas la priorité des Burkinabe.
    A l’heure actuelle les commerçants veulent circuler librement, les paysans veulent cultiver librement et vivre en paix dans leur localité.
    SVP sécuriser le pays car nous voulons dormir tranquillement chez nous

    Répondre à ce message

  • Le 3 janvier à 21:35, par INCONNU En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Bonsoir Mr lom lom ! Est ce qu’il faille bien lire les propos du ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 janvier à 11:28, par figo En réponse à : Vœux du pésident Kaboré : La remise à plat des salaires n’est pas une priorité

    Nous retombons encore dans le même piège. Il faut que ce soit clair pour tout le monde que l’objectif poursuivi est avant tout de DIMINUER LA MASSE SALARIALE. Les uns et les autres parlent d’équité, de justice en pensant que l’objectif du Gouvernement est de corriger une quelconque injustice dans les rémunérations. Si on lit bien les déclarations du Président, ça ne semble pas être son objectif. Donc, il est clair que chacun perdra des "plumes", même les commerçants et les acteurs du secteur privé car les fonctionnaires vont devoir revoir la réaffectation de leurs ressources. D’ailleurs, certains "véreux" trouveront toujours le moyen de récupérer ce qu’ils auront perdu. La meilleure solution pour résoudre cette équation il me semble, c’est de travailler à réduire le train de vie de l’état en diminuant les nombreux séminaires délocalisés, l’utilisation des véhicules de grosses cylindrés par les structures étatiques, le recouvrement des nombreuses créances de l’état, et l’amélioration de la lutte contre la corruption et la fraude. On pourra ainsi améliorer les ratios et la masse salariale prendra ainsi moins de place dans le budget. Au lieu de cela, il me semble qu’on adopte plutôt une solution "politique" qui ne produira aucun effet réelle à long terme. Pour terminer, je suis toujours gêné quand on parle de "prime de motivation", de "prime de rendement" etc. pour encourager des agents qui sont déjà payés pour le travail qu’ils ont choisi (là ça va fâcher plein de gens). Parce-que le militaire (qui risque sa vie), le médecin (qui sauve des vies) et l’enseignant (qui façonne la vie), ne touchent pas à l’argent, ils n’ont pas le droit d’être motivés ? Ne paie-t-on pas certains deux fois pour le même travail ? Je ne suis pas contre qu’un travailleur bénéficie de plus d’argent, mais il faudra trouver un autre mécanisme et d’autres concepts pour définir ces éléments de rémunération.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Lutte antiterroriste en Afrique de l’Ouest : Le journaliste Adama Ouédraogo demande au président Alassane Ouattara de s’impliquer davantage
Médias : Un abus flagrant de confiance
Kémi Séba : Doit-on réellement l’interdire de territoire ?
Burkina/Insécurité : Une citoyenne interpelle sur la situation et l’ampleur des femmes victimes de viol
Humeur : « Pour la première fois de ma vie, j’ai peur pour mon pays »
Côte d’Ivoire : Mort de Amadou Soumahoro, président de l’Assemblée nationale
Crise à Béguédo : De la responsabilité collective à la faute des individus
100 jours du président Damiba : Analyse périscopique
Absence d’alternative politique crédible au Burkina Faso : Et si les « forces du progrès » s’engageaient résolument dans la bataille…
Drame d’Inata : Le rapport révèle qu’il y avait des vivres sur le site
Maison à usage de bureaux pour les enseignants-chercheurs retraités de l’Université Joseph Ki-Zerbo : Comment le débat d’idées vire au dénigrement d’un collègue ?
Point de vue : Qu’est-ce qu’un panafricaniste ?
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés