Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La grandeur d’un métier est avant tout d’unir les hommes ; il n’est qu’un luxe véritable et c’est celui des relations humaines.» Antoine De Saint-Exupéry

Agroécologie : Vers la validation d’une charte de fonctionnement et de plan d’actions des acteurs

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET • mardi 21 décembre 2021 à 19h08min
Agroécologie : Vers la validation d’une charte de fonctionnement et de plan d’actions des acteurs

Le ministère de l’Agriculture, des aménagements hydro-agricoles et de la mécanisation a organisé un atelier dont l’objectif est de valider la charte et le plan d’actions des cadres de concertation des acteurs de l’agroécologie au Burkina Faso. L’atelier s’est déroulé ce mardi 21 décembre 2021, à Ouagadougou.

L’agroécologie est une forme d’agriculture qui permet aux différents acteurs de produire des aliments sains tout en protégeant l’environnement. Elle est née d’une volonté de réduire drastiquement l’utilisation des intrants chimiques. Le Burkina Faso veut aller à long terme vers cette transition agricole. Cependant, l’absence d’un cadre institutionnel fédérateur formel et d’un plan d’action continue, représente une contrainte majeure pour mener un plaidoyer pour l’intégration de l’agroécologie dans les politiques publiques. C’est pour y remédier que le ministère de l’Agriculture, des aménagements hydro-agricoles et de la mécanisation a organisé un atelier de validation de la charte de fonctionnement et du plan d’actions des cadres de concertation des acteurs de l’agroécologie au Burkina. Il s’est agi d’examiner et d’adopter le projet de la charte ainsi que celui du plan d’actions.

L’élaboration des documents de la charte est née du PATAE

L’élaboration de la charte entre dans le cadre du Projet d’appui à la transition agroécologique en Afrique de l’Ouest (PATAE) de la CEDEAO. « Ce sont deux documents qui ont été élaborés dans le cadre d’une étude qui a été confiée à un consultant. L’objectif pour nous, c’est de pouvoir mieux coordonner les acteurs de l’agroécologie, mettre en place un cadre dans lequel ils peuvent parler d’une même voix. Cela va aussi permettre de mieux fédérer les efforts faits dans le cadre de l’agroécologie au Burkina Faso. Il y a une multitude d’acteurs qui sont dispersés au niveau des régions, ce cadre de concertation va les réunir afin de mieux coordonner et orienter les actions, cela apporte plus d’efficacité et d’efficience », a justifié Irène Traoré, chargée d’études au ministère de l’Agriculture, des aménagements hydro-agricoles et de la mécanisation. Les participants à l’atelier sont des acteurs étatiques et non étatiques de l’agroécologie au Burkina Faso, des membres du comité technique de suivi de l’étude.

Pour Irène Traoré, l’atelier doit permettre aux acteurs de l’agroécologie de converger ensemble

Une terre et un corps sains

Le directeur en charge du développement des productions agricoles au ministère de l’Agriculture est Prosper Zemba . De son point vue, la validation de cette charte va contribuer à favoriser le développement agroécologique au Burkina Faso. Il a insisté sur le fait que les populations seront les premières bénéficiaires. « À travers cette forme d’agriculture, nous voulons à long terme réduire drastiquement l’usage des intrants chimiques ou aller à leur abandon. Ce sont des problèmes de nuisance pour l’environnement et pour la santé. Nous irons vers une transition agricole plus vertueuse et plus saine. Nous avons des acteurs qui sont organisés, ils vont fédérer leurs actions. Et certainement les activités qui sont contenues dans le plan d’action lorsqu’ elles seront déroulées vont avoir un impact dans le vécu des populations. Nous allons avoir une agroécologie développée, avec des produits sains disponibles sur le marché et cela va se ressentir sur la santé des populations et aussi, le maintien de l’environnement dans un bon état », a-t-il expliqué.

Selon Prosper Zemba, l’agroécologie est la clé pour parvenir à une alimentation et un environnement sains

Au Burkina, il existe des entreprises qui se sont spécialisées dans la production d’intrants agroécologiques. Selon des études scientifiques, les sols cultivés au Burkina Faso ressentent des signes de régression et de dégradation. L’agroécologie a été reconnue officiellement et encouragée par les textes et lois en la matière. Il s’agit de la loi Numéro 070 -2015/ CNT portant loi d’orientation agro-sylvo-pastorale, halieutique et faunique au Burkina Faso.

La photo de famille

Samirah Bationo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Protection de l’environnement au Burkina Faso : Bolloré transport Logistics Burkina Faso veut jouer sa partition
Accès aux financements climatiques : L’ONG Women environmental programme Burkina Faso outille des organisations de la société civile
Célébration de la journée mondiale de l’environnement : Nestlé offre du matériel au ministère de l’Environnement
Burkina/Environnement : Le Forum forestier africain organise un atelier de formation pour la gestion durable des forêts
Journée mondiale de la métrologie : L’ABNORM sensibilise ses partenaires des Hauts-Bassins sur la métrologie
Burkina/Agriculture : WASCAL lance un projet de lutte contre les ravageurs et les maladies des cultures
Menaces des aires protégées : Vers des réponses sous régionales pour la conservation durable des espaces
Burkina : Life-AR lance l’initiative sur les changements climatiques au Burkina
Stockholm+50 : Une opportunité pour faire le bilan des 50 ans d’évolution environnementale
Préservation des ressources en eau : Les acteurs en concertation autour de la problématique
Lutte contre la dégradation de la biodiversité au Burkina : Le projet Biodev2030 fait le point des résultats engrangés
COP15 à Abidjan : Pari gagné pour Mariame Diaby, CEO d’Ayuf Holding
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés