Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La grandeur d’un métier est avant tout d’unir les hommes ; il n’est qu’un luxe véritable et c’est celui des relations humaines.» Antoine De Saint-Exupéry

Environnement : La coordination de l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara, à l’heure du bilan

Accueil > Actualités > Environnement • LEFASO.NET • mardi 21 décembre 2021 à 15h00min
Environnement : La coordination de l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara, à l’heure du bilan

La coordination de l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel – Phase 2 (PRC2-IGMVSS) est active depuis cinq ans. Le vendredi 17 décembre 2021 à Ouagadougou, elle a dressé le bilan de ces cinq ans d’existence, passés à enseigner les techniques de restauration du sol et de l’amélioration de l’écosystème.

Fournir des outils aux acteurs pour être efficaces sur le terrain et au niveau institutionnel. C’est l’objectif de la Phase 2 du Programme de renforcement des capacités (PRC2-IGMVSS) de l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel, un projet qui a cinq années d’existence.

Après cinq ans d’activités, l’heure est au bilan. Devant la presse ce vendredi 17 décembre 2021, la coordination a répertorié les actions menées. Cette deuxième phase aura permis de consolider les acquis de la première phase, notamment, au niveau de l’appui aux organes de coordination, de concertation et de pilotage de l’IGMVSS ; du suivi évaluation de l’Initiative de la grande muraille verte et de la mobilisation des ressources pour la mise en œuvre de son plan d’action au Burkina.

La coordination explique ainsi qu’il y a eu des actions concrètes qui ont été menées par des associations pour améliorer la production et la productivité des terres, assurer une production soutenue et travailler à promouvoir les activités génératrices de revenus.

Au début de la mise en œuvre, explique Adama Doulkom, coordonnateur de l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel, il a fallu vaincre un scepticisme ambiant. Mais au final, les résultats ont fini par pousser les plus sceptiques à accompagner cette vision. « Au niveau institutionnel, le positionnement a été affiché, au niveau de la volonté politique, les plus hautes autorités du pays accompagnent cette initiative. Au niveau terrain les communautés avec lesquelles nous avons travaillé, ont montré leur disponibilité et leur confiance vis-à-vis de ce projet », assure M. Doulkoum.

Il y a eu des avancées certes, mais les défis restent à surmonter, selon le coordonnateur de l’Initiative de la grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel. « De grandes conclusions ont été tirées de l’évaluation permettant de se projeter vers d’autres initiatives pour renforcer ce que nous avons fait mais également trouver d’autres mécanismes pour accompagner la communauté », explique-t-il.
A présent, les meneurs du projet réfléchissent sur la meilleure manière de se repositionner pour améliorer la vie des communautés dans un contexte sécuritaire et sanitaire.

Ils peuvent déjà compter sur le soutien de l’Association pour la promotion de l’éducation et de la formation à l’étranger (APEFE) qui appuie la coordination depuis 2014 à la demande du ministère de l’Environnement. L’administrateur du programme, Didier Woirin, dit avoir une appréciation globale très positive de la mise en œuvre de ce projet. « Il y a une phase qui va débuter en 2022 jusqu’en 2026, et même la coopération belge va financer d’autres projets en appui à l’initiative de la grande muraille verte », annonce-t-il.

M. Woirin a révélé qu’au départ, le PRC2 disposait d’un budget initial de 1, 779 milliard de francs CFA, financé par l’APEFE et le gouvernement. Trois mois avant la clôture du PRC2, le niveau de décaissement des ressources du projet était estimé à 108,5%, ajoute-t-il, précisant que le montant supplémentaire décaissé provient du financement complémentaire de WBI et de l’APEFE qui a consenti à une rallonge.
Ces financements complémentaires, l’APEFE a été les chercher auprès d’autres pays, avec la bénédiction de la coopération belge au développement. Ce qui a permis de combler la part non décaissée par l’Etat et d’assurer l’ensemble des besoins en ressources financières du projet.

En rappel, l’idée du projet de la grande muraille verte a été lancée en juin 2005 à Ouagadougou, à l’occasion de la conférence des chefs d’États membres de la Communauté des Etats sahélo-sahariens. Il s’agissait entre autre d’ériger une barrière physique d’arbres, large de 15 km, long de 7000 km et reliant Dakar à Djibouti pour arrêter « l’avancée du désert ».

Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Protection de l’environnement au Burkina Faso : Bolloré transport Logistics Burkina Faso veut jouer sa partition
Accès aux financements climatiques : L’ONG Women environmental programme Burkina Faso outille des organisations de la société civile
Célébration de la journée mondiale de l’environnement : Nestlé offre du matériel au ministère de l’Environnement
Burkina/Environnement : Le Forum forestier africain organise un atelier de formation pour la gestion durable des forêts
Journée mondiale de la métrologie : L’ABNORM sensibilise ses partenaires des Hauts-Bassins sur la métrologie
Burkina/Agriculture : WASCAL lance un projet de lutte contre les ravageurs et les maladies des cultures
Menaces des aires protégées : Vers des réponses sous régionales pour la conservation durable des espaces
Burkina : Life-AR lance l’initiative sur les changements climatiques au Burkina
Stockholm+50 : Une opportunité pour faire le bilan des 50 ans d’évolution environnementale
Préservation des ressources en eau : Les acteurs en concertation autour de la problématique
Lutte contre la dégradation de la biodiversité au Burkina : Le projet Biodev2030 fait le point des résultats engrangés
COP15 à Abidjan : Pari gagné pour Mariame Diaby, CEO d’Ayuf Holding
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés