Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Que chacun apprenne à porter son fardeau tête nue, car dans certains lieux, il n’y a pas de chiffons» Proverbe burkinabè

Burkina : Le parti Le Faso autrement appelle à l’apaisement

Accueil > Actualités > Politique • Déclaration • lundi 6 décembre 2021 à 10h15min
Burkina : Le parti Le Faso autrement appelle à l’apaisement

Face à la montée du mercure socio-politique suite au drame de Inata, le parti politique, Le Faso autrement (parti de l’opposition) lance un appel, notamment aux autorités, à l’apaisement. Déclaration !

Ouagadougou, le 05 décembre 2021

Suite à l’appel à manifestation du 27 novembre 2021, lancé et exécuté par des Organisations de la société civile, l’on assiste avec de fortes préoccupations, depuis lors, à des interpellations et à des arrestations des organisateurs de ladite marche.

Sans être exhaustif, Adama Tiendrebéogo dit Colonel, Mamadou Drabo, Hervé Ouattara sont actuellement détenus à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) et Abdoul-Karim Baguian dit Lota dans les locaux du Service régional de la Police judiciaire du Centre à Wemtinga, Ouagadougou ou Pascal Zaida avait été gardé à vue avant d’être libéré 72 heures plus tard par le Procureur du Faso. Madame Anaïs Drabo avait été arrêtée par la Gendarmerie puis relaxée.

Selon les sources judiciaires, ils sont poursuivis pour « atteinte à la sûreté de l’Etat, troubles à l’ordre public, organisation de manifestation illégale et destruction de biens publics ».

Si des actes malheureux et regrettables ont été posés au cours de la journée du 27 novembre 2021, notamment la mise à sac du bâtiment de l’état civil de la Mairie centrale de Ouagadougou et des échauffourées avec les forces de l’ordre, nous déplorons aussi les interpellations et les arrestations qui sont en cours.

Tout en étant républicain et démocrate mais soucieux de la préservation de la paix sociale, nous appelons le gouvernement à tout mettre en œuvre pour faciliter la libération des incriminés. Le Burkina Faso a d’autres soucis notamment sur le triple plan sécuritaire, humanitaire et sanitaire qu’il faille en rajouter avec ces arrestations tous azimuts.

Nous appelons également les responsables religieux et coutumiers, autorités morales reconnues, qui ont, de tout temps, désamorcé les différentes crises au Burkina Faso, à se saisir de ce dossier afin de décrisper la situation nationale dont l’état actuel est préjudiciable à toute lutte efficace contre les forces du mal qui s’attaquent au Burkina Faso et mettent à mal ses fondements.

Travaillons ensemble en vue de l’apaisement des cœurs pour aboutir à la réconciliation et l’unité nationale, conditions incontournables pour faire du Burkina Faso un pays fort à même de bâtir la paix, la stabilité et la prospérité dans un contexte de sécurité et de confiance.

Rappelons que le Burkina Faso est un pays où les droits humains sont garantis par la Constitution et de ce fait, la liberté d’expression, de manifestation et de rassemblement y est consacrée. En outre, notre pays fait face à une crise multidimensionnelle dominée par la crise sécuritaire, priorité des priorités, et dont la solution requiert la contribution de tout le monde et personne n’est de trop pour relever le défi.

Puissent Dieu et les mânes de nos ancêtres sauver, protéger et bénir le Burkina Faso.

« Rien n’arrête une idée arrivée à son heure »

Dr Ablassé OUEDRAOGO
Commandeur de l’Ordre National

Vos commentaires

  • Le 6 décembre 2021 à 08:54, par HORUDIAOM En réponse à : Burkina : Le parti Le Faso autrement appelle à l’apaisement

    Merci Dr Ouédraogo pour votre message, il faut que les autorités privilégient l’apaisement. La conséquence directe de cette manifestation, c’est la mauvaise gestion de la crise sécuritaire. Même si je condamne les violences et saccages de l’état civil de la mairie.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2021 à 11:10, par TANGA En réponse à : Burkina : Le parti Le Faso autrement appelle à l’apaisement

    Bonjour M’kiè Ablassé
    C’est bien de vouloir l’apaisement et c’est ce que tout le monde veut.
    Mais dites moi m’kiè Ablassé, est possible dans un état de droits, de laisser des gens faire une marche qui n’est pas reconnue ?
    Est possible même si la marche était reconnue, de permettre de bruler des pneus sur les maigres routes que nous avons ? Est possible de permettre de mettre le bâtiment de la mairie à sac ?
    Pourquoi brulent ils des pneus sur les routes ?
    Bien pour les détériorer car ils ont reçu de l’argent pour les pneus et pour l’essence. C’est fait sciemment pour créer des dépenses au pays, le mettre en retard ; créer d’autres dépenses se disant saquer le pouvoir mais au fond c’est pour augmenter des dépenses à l’existant.
    Pourquoi ont ils bruler le bâtiment de la mairie ? Bien, pour détruire des documents que eux ne voudraient pas que ça se sache.
    M’kiè Ablassé, marcher n’est pas égal à bruler un pou des bâtiment et bruler le goudron.
    Et puis, remarquez que depuis que ces quelques têtes sont au frais, il y a moins de bruits, moins de wourou wourou, moins de conneries sur les réseaux sociaux. On est en droit de se poser des questions sur leur rôle dans la tranquillité de nos populations.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2021 à 13:09, par le nomade En réponse à : Burkina : Le parti Le Faso autrement appelle à l’apaisement

    Nous sommes dans un Etat de Droit. Les citoyens ont le dropit de marcher et exprimer leur mecontentement. Mais cela doits e faire dans l’ordre et le respect de la Loi. Si vous manifestez de maniere illegale et si vous detruisez des biens publis, vous devrez assumer vos actes et repondre devant la justice c’est aussi cela l’Eta de Droit ! Les biens publics apartiennent a tout le monde et nous en avons tous besoin donc c’est inacceptable que des individus se permettent de tels actes et qu’on vienne dire que au nom de l’appaisement il faut laisser passer !

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2021 à 15:20, par Un Burkinabê En réponse à : Burkina : Le parti Le Faso autrement appelle à l’apaisement

    Docteur Ablassé, pour l’appaisement il faudrait que certains hommes politiques, fussent ils députés soient envoyés en garde à vue. Il faudra faire changer les choses dans notre pays. Manifester doit respecter l’Etat de droit. Si les autorités refusent, il aurait fallu reconduire une autre demande de manifestation et attendre qu’elle soit approuvée avant de la faire. Aussi pourquoi dégrader les peu de kilomètres de goudron de Ouaga ? Pourquoi saccager les bureaux de l’Etat Civil de la Mairie de Ouaga ? Il faudra aussi éduquer les militants dans vos partis politiques, surtout ceux qui ont beaucoup de militants.

    Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2021 à 15:42, par moro En réponse à : Burkina : Le parti Le Faso autrement appelle à l’apaisement

    Le paradoxe Burkinabé. Tout le monde veut un État fort et quand la loi est appliquée dans toute sa rigueur par les autorités administratives ça pose problème. Que tous ces politiciens comprennent que personne ne pourra diriger ce pays avec le désordre que nous connaissons aujourd’hui. Mettons nous ensemble afin de mettre en place des bases solides pour les générations à venir.
    .

    Répondre à ce message

    • Le 6 décembre 2021 à 17:49, par DJANGO En réponse à : Burkina : Le parti Le Faso autrement appelle à l’apaisement

      Mr ABLASSE prône l’apaisement pour en venir à un gouvernement d’union nationale. Lui il avait peint Rock en rouge. Il a fait partie du gouvernement de Blaise Compaoré. Qui pouvait parler des armes au FASO sous le RSP ? Au temps de on te fait. ABLASSE sait de quelle genre d’armée Rock a hérité. Que ABLASSE s’adresse aux EDDIE et autres qui pensent en venir à une insurrection. La prochaine insurrection c’est dans 100 ans. Après nous.

      Répondre à ce message

  • Le 6 décembre 2021 à 16:38, par Le Debf En réponse à : Burkina : Le parti Le Faso autrement appelle à l’apaisement

    Bonsoir,
    Ce sont des salamalecs en salamalecs qui nous ont ont conduit là où nous sommes : il n’y a pas de règle, chacun fait ce qu’il veut et quand ça coince, on demande à a communauté de s’impliquer pour contourner les sanctions éventuelles. Non !
    Cette façon de gérer l’état à la "Blaise Compaoré" qui a corrompu toutes les strates de notre société doit s’arrêter. Que chacun s’assume à la hauteur de son forfait et au regard des lois de ce pays.
    Point barre !

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre 2021 à 06:17, par Lom-Lom En réponse à : Burkina : Le parti Le Faso autrement appelle à l’apaisement

    Ce grand Monsieur s’était éclipsé un bout de temps et on pensait que l’un de ses meilleurs amis à réussi à le convaincre d’éviter des sorties hasardeuses pour préserver sa dignité humaine. Mais voilà, on dit que le chien ne change jamais sa manière de s’asseoir et ça se confirme. Ce Mr est-il conséquent Envers sa propre personne et a la conscience tranquille quand il écrit des choses comme ça ? En quoi est-ce que le citoyen ordinaire qui a urgement besoin d’une pièce d’Etat civil est responsable de la gouvernace actuelle à tel pont que des individus se donnent le droit de venir détruire toutes les données de l’Etat civil qui rend le meme service à toutes les catégories de citoyens riches ou pauvres, politiciens ou pas ? Juste pour qu’on dise que sous la gouvernace de Roch, le citoyen ne peut même pas avoir une pièce quelconque pour complément de dossier ? Quand je pense à ces élèves en années d’examen dans les écoles primaires et secondaires dont les dossiers doivent être prêtes en janvier, j’imagine la souffrance à venir de certains parents ! Eeh, Mr Ablassé OUEDRAOGO, même si vous voulez accéder au pouvoir par une insurrection, défendez ce qui peut l’être mais ne défendez pas ces criminels terroristes tapis dans nos villes qui travaillent à détruire ce pays que vos devanciers dans la politique ont construit depuis plus de 70 ans. Gardez au moins votre dignité d’homme et laissez les gouvernants actuels assumer leur responsabilité ! Ça suffit maintenant !

    Répondre à ce message

  • Le 8 décembre 2021 à 08:01, par Alexio En réponse à : Burkina : Le parti Le Faso autrement appelle à l’apaisement

    Dans un Etat de droits et des principes democratiques la desobeissance civile est permit, et est un droit. La manisfester ne peut pas se justifier avec des represailles emanant de cet Etat de droit.

    Le contraire serait l autocratie et une dictacture qui n est pas souhaiter.

    L arbre ne pourra plus cacher la foret dans contexte.

    une retrospective de l arrivee au pouvoir par RMCK n est rien d autres que l autre aile du CDP qui ne voulait plus le monopole du pouvoir de Blaise Compaore et sa famille qui avait mis a la touche certains puisaants barons de en son sein-

    Apres leur traversee du desert sous l ancien regime d alors.

    La scisssion etait deja consommee avec le stratege, le regrette Salif Diallo, l animal politique qui avait ouvert le boulevard de la presidence a Rock M. C. Kabore.

    Apres que la revolution de 2014 fut detourner par les militaires pour imposer une transition democratique qui en fait n etait qu une poudre a nos yeux. Le general Diendere se preparait dans les coulisses pour reprendre les rennes du pouvoir.

    Heureusement que son coup d Etat echoua. Car le bain de sang et les liquidations politiques allaient continuees.

    C est maintenant que on reconnait le macon au pied du mur. Le Burkina Faso est attaque par des forces endogenes(interieur) et exogenes (exterieur).

    La crise securitaire est une equation a trois inconnus qui se resume ainsi : La geopolitique francaise dans le Sahel pour ainsi securiser l Europe aux matieres premieres a vil prix. Puisque c est elle qui sous-traitait ses matieres premieres par son approbation aux pays tierces. Comme le Canada au Faso et l Areva au Niger. et le Mali.

    C est dans ce chaos que la France tirera son epingle du jeu. En l occurrence assoir ses bases militaires dans les trois frontieres.

    Barrer la route a l entree de la Russie au Sahel par l entremise du groupe imaginaire Wargner diaboliser par la France et ses medias probagandistes. Tels France 24, TV5 Monde et RFI.

    Les chefs terroristes qui avaient le deal avec le regime de Blaise Compaore ont vu leur pitance annuler par le regime RMCK. Il n est pas un secret de pollichinelle que ses bandits du Sahel avait un pied-a terre sous l ancien regime.

    La chute du Leadeur Lybien Mouammar Kadhafi etait un planning pour la recolonisation du Sahel par l Oligarchie occidentale dont la France de Macron est leur garcon de course qui aujourdhui a des frictions avec l un des promoteurs de la Francafrique.

    En occurrence Vincent Bollore qui est entrain de lancer son candidat a la presidence francaise le polemique Eric Zemmour contre Macron qui avait pris des distances avec lui. Quand ce dernier est les lamandaires de la justice francaise.

    Le CDP et ses cadres militaires de l acien regime doivent etre tenu
    responsable des attaques que le pays est entrain de subir aujourdhui.

    Ils voulaient une unssurestion avec des slogans. Liberez Gilbert Diendere.

    Quelle ignomnie !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina / Nayala : Le Premier ministre Lassina Zerbo recueille les bénédictions de ses oncles à Toma
Coupure de Facebook au Burkina : Pour le CDP, « Le gouvernement a une fois de plus abusé de ses prérogatives »
Promotion immobilière au Burkina : 105 projets sur 400 jugés recevables
Burkina : « Si on n’organise pas les municipales, on va reculer de 30 ans », prévient Adam Régis Zougmoré des Compétences électorales africaines
Grippe aviaire au Burkina : 42 foyers confirmés dans sept régions
Vie politique burkinabè : Une majorité présidentielle qui a besoin de se réconcilier avec elle-même !
Session budgétaire exercice 2022 : Le groupe parlementaire UPC à l’heure du bilan
Situation socio-politique au Mali : La COPA-BF invite ses militants à une marche le 22 janvier 2022, contre les sanctions de la CEDEAO
Embargo de la CEDEAO : L’APP/Burkindi appelle tous les peuples à la « solidarité active » avec les Maliens
Burkina : Le Dialogue politique recommande le report des élections municipales
Pour le retour à la paix au Burkina, la majorité présidentielle appelle à une prise de conscience
Burkina : La majorité présidentielle surprise de l’appel d’un allié à la démission du président du Faso
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés