Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La grandeur de l’homme est dans sa décision d’être plus fort que sa condition.» Florian Monkam

Sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest : Les producteurs burkinabè veulent apporter leur contribution

Accueil > Actualités > Société • • vendredi 3 décembre 2021 à 17h20min
Sécurité alimentaire en Afrique de l’Ouest : Les producteurs burkinabè veulent apporter leur contribution

Des acteurs du secteur agricole, réunis sous la houlette de la Confédération paysanne du Faso, ont tenu, ce vendredi 3 décembre 2021, à Ouagadougou, le deuxième atelier d’enrichissement de la note de contribution du Burkina Faso à l’élaboration de la politique alimentaire africaine.

L’Afrique vit, ces dernières décennies, des pénuries alimentaires chroniques. Pour y remédier, l’Union africaine avait décrété l’année 2014, celle de l’Agriculture et avait lancé le Programme détaillé de développement de l’agriculture africaine (PDDAA). Ce dernier exigeait des pays signataires de consacrer 10% de leurs budgets au secteur de l’agriculture et de réaliser une progression annuelle de 6% dans leurs productions agricoles.

En plus de ces initiatives, d’autres efforts sont entrepris pour promouvoir une sécurité alimentaire et nutritionnelle souveraine. Pour sa part, le Burkina Faso veut contribuer efficacement à l’élaboration de la politique alimentaire en Afrique. Pour y arriver, ses organisations paysannes et les autres acteurs du secteur s’activent pour apporter leur contribution.

Vue partielle des participants à l’atelier

« Nous avons, dans le cadre de la mise en œuvre d’un programme de renforcement de capacités des populations sur la résilience alimentaire qui est conduit par la Confédération paysanne du Faso avec le ROPPA, eu le privilège d’être accompagné par l’ONG allemande, WHH, pour une étude qui a été commanditée dans le cadre effectivement de nous donner la possibilité de disposer d’évidences pour faire un plaidoyer dans le cadre de l’élaboration de la politique régionale sur le système alimentaire durable », a expliqué Marc Gansonré, administrateur à la Confédération paysanne du Faso (CPF).

Après le 6 octobre 2021, ils étaient en conclave, le 2 décembre, à Ouagadougou pour finaliser le document. « On va partager aujourd’hui le contenu de cette étude qui, comporte des pistes de propositions qui pourront nous amener à avoir une participation qualitative pour influencer l’écriture de cette politique », a précisé Marc Gansonré.

Influencer la politique agricole qui sera adoptée

Les producteurs burkinabè et leurs partenaires veulent influencer positivement l’élaboration de la politique alimentaire. A cet effet, le document soumis à leur étude comporte des axes visant à leur permettre d’atteindre leur objectif. Il s’agit notamment de définir les outils d’accompagnement pour l’atteinte d’une sécurité alimentaire et nutritionnelle et un système alimentaire durable. Le document recommande aussi une participation effective des producteurs dans les travaux d’élaboration et de mise en œuvre de la politique alimentaire.

Marc Gansonré, administrateur à la CPF

« Nous allons avoir des propositions dans le pilotage de ces politiques depuis l’élaboration jusqu’à leur mise en œuvre. Souvent nous avons de beaux documents mais la mise en œuvre pose problème. Si nous ne sommes pas présents dans la mise en œuvre, nous ne pourrons pas influencer les choses. Nous allons devoir faire des recadrages à la fin du projet ou du programme et cela ne va pas nous donner satisfaction », a prévenu l’administrateur à la CPF.

Après une journée de conclave, les producteurs agricoles ont amendé et adopté le document soumis à leur étude. La suite sera de le faire accepter au niveau communal, national et sous-régional. « Nous allons devoir mouiller le maillot depuis les communes, au plan national, sous régional et international. Les choses sont souvent décidées au niveau international et nous ne faisons que subir. Nous disons qu’il faut changer les paradigmes, nous donner les moyens d’être souverains dans ce que nous voulons faire », préconise, en guise de conclusion, Marc Gansonré.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Manifestations à Ouagadougou : Indignation autour de l’incendie de commerces
Ouahigouya : Les forces de l’ordre dispersent une marche
Burkina/Doctorat : La consommation de la noix de cajou réduit des risques de maladies cardiovasculaires, révèle Nomwendé Judith Semporé
Marche du 22 janvier 2022 : Un journaliste blessé à Ouagadougou dans des rassemblements dispersés par les Forces de l’ordre
Ouagadougou : Chaude matinée aux alentours du grand marché, des manifestants résistent
Marche du 22 janvier 2022 : L’union nationale des opérateurs économiques émergeant du Burkina proteste
Burkina Faso : Les associations des promoteurs immobiliers exigent la validation de tous les projets immobiliers et fonciers soumis à l’appréciation du ministère en charge de l’urbanisme
Santé au Burkina : 10 formations sanitaires privées fermées dans la région du Centre-ouest
Marche du 22 janvier 2022 : Le maire de la commune de Ouagadougou donne des directives
Covid-19 au Burkina : Le ministre de la santé convainc l’opposition et vaccine son chef de file
LONAB : Six gagnants se partagent plus de 225 millions de FCFA
Université Pr. Joseph Ki-Zerbo : Le ministre Alkassoum Maïga inaugure deux amphithéâtres
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés