Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La grandeur de l’homme est dans sa décision d’être plus fort que sa condition.» Florian Monkam

Projets routiers de l’Etat : Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) dresse son bilan

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • jeudi 2 décembre 2021 à 22h55min
Projets routiers de l’Etat : Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) dresse son bilan

Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) a initié un atelier de restitution et d’échanges de son rapport bilan 2018-2021 du suivi-citoyen des projets routiers de l’Etat, ce jeudi 2 décembre 2021 à Ouagadougou.

Le suivi des chantiers, réalisé par le REN-LAC avec l’appui du ministère en charge des infrastructures a porté essentiellement sur cinq projets. Ce sont notamment la route de l’hôpital Yalgado Ouédraogo (région du Centre), l’axe Manga-Zabré (régions du Centre-Sud et Centre-Est), l’axe Kantchari-Diapaga-Tansarga (région de l’Est).

Il ressort du présent rapport que la plupart des projets n’ont pas respecté le délai d’exécution des chantiers. Des infrastructures dégradées, érigées par certains projets ont également été présentées. A ce sujet, Dr. Mafing Kondé, responsable du comité de suivi-citoyen des infrastructures routières a indiqué que les entreprises concernées ont reconnu qu’il y a eu à un moment donné des erreurs.

Dr. Mafing Kondé, responsable du comité de suivi-citoyen des infrastructures routières

« Quand nous affirmons quelque part que quelque chose se dégrade et qu’on dit que nous n’avons pas les éléments techniques, on en est finalement à un constat aujourd’hui selon lequel, même si l’on refuse de reconnaître qu’il y a dégradation, des fautes ou soupçons de corruption, le “contrôleur naturel” vient nous les confirmer plus tard », a-t-il souligné.

Et de renchérir « Comme on l’a dit dans le rapport, que ce soit sur les longues durées d’exécution des chantiers ou les infrastructures qui se dégradaient de façon précoce, on avait au départ compris qu’il s’agissait des effets de la corruption à la base. Mais le hic est qu’on arrivait pas à trouver toutes les explications ou les preuves ».
Dr. Kondé confie qu’une étude menée au préalable avec des journalistes avait accouché d’une souris, les conduisant à changer de stratégie en procédant au suivi des chantiers routiers de l’Etat par les citoyens eux-mêmes.
Il déplore le fait qu’il n’y ait pas de sanction à l’encontre des fautifs et que les autorités n’accordent pas de crédit aux citoyens qui travaillent à ce que des infrastructures de qualité soient délivrées.

Etat de dégradation des travaux du 11 décembre 2020 à Niangoloko (août 2021)

« Le fait qu’on ne sanctionne pas les responsables d’érection d’infrastructures publiques hors normes ni ne donne raison à ceux qui font la veille citoyenne au niveau local sous prétexte qu’ils ne sont pas techniquement compétents, c’est tout cela qui provoque des manifestations comme celle du mouvement “U Gulmu Fi” dans la région de l’Est », a expliqué M. Kondé.

Il estime que le tandem regroupant le REN-LAC et le ministère en charge des infrastructures se cassera s’il n’est basé sur aucune confiance. Pour ce faire, il recommande que soient prises en compte les observations faites par les points focaux du REN-LAC, sur les projets de construction d’infrastructures publiques exécutés au Burkina Faso car ces derniers racontent selon lui, ce qu’ils vivent et subissent comme désagréments sur le terrain.
« Il faut que les responsabilités soient situées et que l’Etat assume les siennes car c’est ainsi que se développe une nation. Le cas échéant il ne faudra pas s’attendre à ce que la paix réside », a interpelé M. Kondé.

Les participants à l’atelier de restitution et d’échanges du rapport bilan 2018-2021 du suivi-citoyen du REN-LAC

Le chargé de mission du ministère des Infrastructures, Sidiki Boubacar Ilboudo, a salué l’initiative commune du REN-LAC et de son département qui a beaucoup apporté dans l’amélioration de la qualité en précisant que la réalisation des infrastructures est une chose complexe.
Pour lui, le “contrôle-citoyen” est une très bonne démarche parce qu’il va permettre d’apporter de la discipline dans la réalisation des projets de façon générale. M. Ilboudo préconise alors que « les populations suivent de bout en bout les projets afin de connaître leurs réalités ».

Il pense qu’il serait intéressant de l’étendre à tous les autres projets.
Concernant les sanctions contre les entreprises ne respectant ni les normes ni les délais établis dans l’exécution des chantiers, M. Ilboudo a rassuré que des mesures sont prises dans la procédure de passation des marchés publics pour sanctionner en cas de manquement des clauses. Cela sera donc appliqué à ceux qui vont déroger à la règle.

Sidiki Boubacar Ilboudo, chargé de mission du ministère des Infrastructures

Le rapport présenté par le REN-LAC a évoqué quelques difficultés rencontrées sur le terrain dans la mise en œuvre du “suivi-citoyen”. Il s’agit notamment de méfiance entre les membres de l’équipe du REN-LAC et ceux du ministère des Infrastructures, de la non mise à disposition des documents et informations des projets à temps afin de produire une analyse avant les visites de terrain.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 3 décembre 2021 à 01:10, par Nick En réponse à : Projets routiers de l’Etat : Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) dresse son bilan

    Je ne comprend rien dans ce rapport. Y’a t’il des detournements ou achats de marches oui ou non ? est que la transparence dans l’execution des projets est acceptable ? Est ce que des progres ont ete fait ?

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2021 à 07:45, par kwiliga En réponse à : Projets routiers de l’Etat : Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) dresse son bilan

    "difficultés rencontrées... méfiance entre les membres de l’équipe du REN-LAC et ceux du ministère des Infrastructures"
    Mais bien entendu, avec l’opération "mains propres", toutes ces difficultés vont disparaitre... Enfin, j’espère.
    Toutes mes félicitations, mon soutien, mes encouragements au REN-LAC, dont les efforts ne me semblent pas suffisamment payés de retour, par la justice de notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2021 à 08:28, par Kenichii En réponse à : Projets routiers de l’Etat : Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) dresse son bilan

    Donc vous aussi vous avez des limites ? Quand il s’agit des pauvres infirmiers vous brandissez les muscles mais quand il est question de gros bonnets vous ne faites que déplorer la situation... pathétique !

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2021 à 08:43, par Curieux En réponse à : Projets routiers de l’Etat : Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) dresse son bilan

    Il y a un constat que j’ai toujours fait et je ne trouve pas de réponse à cela.
    Lorsque vous regardez l’état de nos voies bitumées, le marquage au sol (bandes blanches ou autres) n’existe simplement pas sur une bonne parties des routes que j’ai souvent empruntées. Il se trouve que ce marquage n’a jamais existé ou a été effacé dû aux effets du temps. Qu’est ce que cela coûte de renouveler cela régulièrement et d’en faire sur toutes les routes bitumées ?
    Lorsque vous roulez la nuit, cela aide énormément à éviter des accidents. La différence est nette dans certains de nos pays voisins. Pourquoi, pourquoi et pourquoi donc, cela n’est pas fait et le Ministère des transports et des infrastructures ne disent rien à propos ? Dans les grandes villes comme Ouaga, les usagers font plusieurs files sur la voies, si ces voies étaient bien tracées, ils auraient su qu’il ne faut pas en faire autant ou en faire plus (échangeur de Ouaga 2000 jusqu’au rond point).

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2021 à 08:59, par warzat En réponse à : Projets routiers de l’Etat : Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) dresse son bilan

    Hummm !! vous voulez que l’administration vous donne le bâton que vous utiliserez ensuite pour les mâter dans vos constats. Les gars en dehors de leur salaire, mangent dans ça en attendant que la ’’ fameuse opération mains propres’’ vienne les priver de tout.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2021 à 11:06, par YK En réponse à : Projets routiers de l’Etat : Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) dresse son bilan

    Opération mains propres
    Attendons de voir : Ils vont secouer les arbustes et épargner les gros arbres bien enracinés . Ils vont encore sévir les petits voleurs de quartiers et prendre soin d’envoyer les gros voleurs de la république dans des ambassades et autres structures internationales avant cette opération. Haaaa ces politiciens vont toujours nous narguer. Au moins la rue a connaissance de certains dossiers dont les intéressés risquaient de tirer les casseroles pour aller se faire décorés. Attendons de voir la concrétisation de cette opération dans son fond.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2021 à 12:45, par Jb En réponse à : Projets routiers de l’Etat : Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) dresse son bilan

    Oui, je pense que le REN-LAC doit aussi être techniquement outillé avant de contrôler un travail technique, sinon vous serez toujours ridiculisé. Et ce phénomène est très présente dans l’administration publique : En 2019, J’étais complètement éblouï de voir des comptables réceptionner nos travaux de BTP.

    Répondre à ce message

    • Le 4 décembre 2021 à 10:21, par Le Vigilent En réponse à : Projets routiers de l’Etat : Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) dresse son bilan

      Mon cher @JB, vous avez parfaitement raison. Le fait de vouloir contrôler des réalisations sur le terrain, sans avoir les compétences techniques dans le domaine concerné, a pour inconvénient de voir des problèmes là où il n’y en a pas en réalité et de valider de graves erreurs ou fautes non perceptibles par les profanes. De ce fait, il peut arriver que des travaux très mal exécutés soient déclarés parfait par les contrôleurs du REN-LAC et que, peu de temps après, les défauts apparaissent au grand jour. En ce moment, l’entrepreneur, s’appuyant sur le rapport du RENLAC, dira avoir des preuves de bonne réalisation des travaux et qu’il faudra chercher les causes de la dégradation de l’infrastructures ailleurs.

      Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2021 à 13:06, par Yves Levi Sawadogo En réponse à : Projets routiers de l’Etat : Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) dresse son bilan

    Je crois que l’opération "Mains Propres" doit commencer dans ce ministère avec la commission d’octroi des marhés routiers qui est dans les gros pôts aux vins et les dessous de table. Résultats : Travail mal fait
    Je souhaite que les fonds routiers soient reversés dans les régions pour la réalisation et les entretiens des routes ; le ministère et le contrôle seront chargés de suivre les chantiers. Sinon, vous allez publier 1000 rapports, cela n’empêchera pas certains de continuer à manger et à voler

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2021 à 11:50, par boanga En réponse à : Projets routiers de l’Etat : Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) dresse son bilan

    Sanctionner, sanctionner, sanctionner : depuis la mort de Thomas Sankara, ce devoir des Autorités à l’égard des acteurs défaillants de la commande publique a disparu de tous les secteurs de l’administration et de la gouvernance, laissant ainsi s’installer le laxisme et la corruption dans les mentalités et dans les mœurs ! A peu d’exceptions près, toutes les infrastructures routières du pays sont réalisées largement hors délai. Et toujours le discours lénifiant du ministre en charge qui voit le verre à moitié plein et disculpe de fait les entreprises en écartant d’avance toute prise de sanction... Ou bien nos entreprises sont techniquement sous-outillées ou incompétentes, invoquant à qui mieux mieux des prétextes fallacieux du genre "la pluie et les intempéries, la Covid-19, les retards de paiement de l’Etat etc...", ou bien le phénomène de la corruption est dans le fuit des des agréments et exécutions des partenaires indexés, Ministère, Entreprises et fournisseurs de matériaux. Quand donc les responsabilités sont clairement établies par des Institutions fiables comme le REN-LAC, pourquoi n’applique-t-on pas les sanctions prévues par la loi en la matière ? Au contraire, les mêmes Entreprises obtiennent impunément d’autres chantiers, alors qu’elles devraient être parfois définitivement exclues de l’octroi des chantiers publics dans le pays ? Burkina Faso, apprends à exiger de tes fils des travaux propres, exécutés par des mains propres, et à l’occasion, n’hésite pas à sanctionner sévèrement ceux qui te livrent des infrastructures de mauvaise qualité, dégradables à souhait, exécutées vaille que vaille hors délais et qui t’exposent ainsi à la risée de tes voisins et de tes partenaires. Opération mains propres = sanctionner à tous les niveaux les manquements avérés et les opérations frauduleuses....

    Répondre à ce message

  • Le 4 décembre 2021 à 15:12, par HUG En réponse à : Projets routiers de l’Etat : Le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) dresse son bilan

    il y aura pas une operation mains propres avec le mpp.j ny crois pas.C est juste un discours pour ccalmer la colere legitime..Allons seulement

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Grippe aviaire au Burkina : « Si l’on n’arrive pas à contrôler cette maladie, c’est un véritable drame qui s’apprête à frapper les éleveurs », Anatole Zabre
Coup d’Etat au Burkina Faso : La suspension des cours dans les établissements scolaires prolongée jusqu’au 29 janvier 2022
Thèse de doctorat unique en sciences de la population : Pengdewendé Maurice Sawadogo interpelle le public sur le problème de la malnutrition chronique
Conversion de Saint Paul : Le petit séminaire de Tionkuy célèbre son saint patron
Archidiocèse de Ouagadougou : Dédicace du sanctuaire marial notre Dame des pauvres de Saponé
Coton et textile : En mode hybride, la 3e édition du SICOT va réunir plus d’un millier de participants
Protection civile au Burkina : La France offre du matériel aux sapeurs-pompiers
Rentrée des médias diocésains au Burkina : « Rechercher l’unité et la cohésion dans votre communication », Monseigneur Justin Kientega
Burkina Faso : Un couvre feu décrété, les établissements scolaires fermés pour 48 heures
Burkina/Ouagadougou : Le siège de campagne du parti au pouvoir (MPP) vandalisé
Burkina/Ouagadougou : Réunis près de l’échangeur de l’Ouest, des manifestants expriment leur soutien à l’armée
Burkina : Le ministre de la Défense invite l’armée à rester républicaine
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés