Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La grandeur de l’homme est dans sa décision d’être plus fort que sa condition.» Florian Monkam

Marche du 27 novembre 2021 : L’Association des journalistes du Burkina condamne l’agression des journalistes

Accueil > Actualités > Multimédia • Lefaso.net • mardi 30 novembre 2021 à 18h00min
Marche du 27 novembre 2021 : L’Association des journalistes du Burkina condamne l’agression des journalistes

Lors de la marche organisée le 27 novembre 2021 par des Organisations de la société civile pour demander plus de sécurité et exiger la démission du président du Faso, Roch Kaboré, des journalistes ont été physiquement ou verbalement agressés par des éléments des Forces de l’ordre et des manifestants. Dans la déclaration ci-dessous, l’Association des journalistes du Burkina condamne ces agressions et appelle les Forces de l’ordre et les manifestants à sécuriser davantage les journalistes commis au reportage des manifestations.

Le samedi 27 novembre 2021, à l’appel d’une coalition d’organisations de la société civile, des manifestations ont eu lieu dans la ville de Ouagadougou. Ces manifestations ont été fortement réprimées par les forces de l’ordre, notamment la police nationale mise en cause par plusieurs victimes et des témoins oculaires. Dans cet élan répressif, les travailleurs des médias n’ont pas été épargnés.

Certains ont reçu des projectiles, d’autres ont subi une violence verbale faite de menaces et de propos assez vexants de la part de forces de l’ordre. L’objectif de ces intimidations était de faire quitter les reporters du lieu des évènements et de les empêcher ainsi de faire leur travail de reportage. Certains manifestants ont aussi exprimé verbalement leur hostilité à certains médias publics.

S’agissant des agressions physiques, un des journalistes a été atteint par un tir de gaz lacrymogène et un autre témoigne avoir reçu un caillou sur la tête. En clair, les journalistes ont été pris à partie par les protagonistes à savoir les forces de l’ordre et les manifestants alors qu’ils ne cherchaient qu’à faire le travail en toute indépendance.

L’Association des journalistes du Burkina (AJB) juge inacceptable ces violences physiques et verbales subies par des travailleurs des médias dans l’exercice de leur métier. Les témoignages révèlent qu’à certains moments ils ont été délibérément confondus aux manifestants par les forces de l’ordre qui ne les ont nullement ménagés comme le requiert leur statut de journaliste.
L’AJB, après avoir rendu une visite aux journalistes blessés identifiés, apporte sa solidarité et son soutien à l’ensemble des confrères touchés par les violences ainsi qu’à leurs organes.

Nous rappelons à toutes fins utiles, que manifestants et forces de l’ordre sont tenus à des degrés divers pour responsables de la sécurité des journalistes, les manifestants étant les organisateurs et les forces de l’ordre étant responsables de la sécurité de toutes et de tous.

C’est fort de ces constats que l’AJB :
-  condamne les agressions dont ont été victimes des journalistes reporters lors des manifestations du 27 novembre 2021,
-  souhaite prompt rétablissement aux blessés,
-  exhorte les manifestants, les organisateurs notamment et les forces de l’ordre à se préoccuper de la sécurité des journalistes lors des manifestations et ce même en cas de débordement, en vertu de la neutralité des journalistes dont la présence est justifiée par les nécessités de service,

-  invite les organisateurs de manifestations ainsi que les promoteurs de médias à doter les journalistes d’identifiants (gilets presse et/ou badges presse) pour éviter qu’ils ne soient pris à partie dans la mêlée.
Fait à Ouagadougou le 29 novembre 2021.

Pour le Bureau national,
Le président

Guézouma Sanogo

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : La coupure de l’internet mobile a impacté le fonctionnement des médias en ligne
Restriction de l’accès à Facebook : Des organisations de la société civile dénoncent une récurrence des violations des droits numériques au Burkina
Bobo-Dioulasso : Les journalistes invités à s’impliquer dans la campagne nationale d’intensification de la vaccination contre le covid 19
Burkina Faso : Le Balai citoyen dit « non à la dictature sur internet »
Votre journal "Courrier confidentiel" N ° 258 vient de paraître
Promotion des droits des femmes : L’Association des femmes journalistes et communicatrices pour la citoyenneté (AFJ2C) est née
Burkina : Le Conseil supérieur de la communication exhorte les médias à informer sainement les populations
Offre d’emploi : Une rédaction recrute des web-journalistes
Médias : Burkina 24 souffle ses dix bougies
Georges Damien, informaticien : « Il faut qu’on insère l’informatique dans les écoles, même depuis le primaire »
Soutenance/université Aube Nouvelle : Pascal Lonkou Yé se penche sur l’« Influence du community management dans le fonctionnement de Lefaso.net »
Burkina : Un guide du journaliste pour aider au traitement de l’information sur l’éducation, la santé et les infrastructures
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés