Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On ne peut penser à être acceptable aux yeux des autres avant de l’être pour nous-mêmes.» MALCOLM X

Inclusion financière au Burkina : Le Fonds de développement agricole, pour hausser le taux de bancarisation des acteurs du monde rural

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • mardi 30 novembre 2021 à 12h11min
Inclusion financière au Burkina : Le Fonds de développement agricole, pour hausser le taux de bancarisation des acteurs du monde rural

Les acteurs du monde rural au Burkina Faso bénéficient d’un Fonds de développement agricole (FDA). Cet instrument de financement a été mis en place par le gouvernement burkinabè, afin de financer des micro-projets dans le domaine agricole à des conditions accessibles aux acteurs du maillon production, transformation et commercialisation. La cérémonie marquant le début des activités du Fonds a eu lieu, ce lundi 29 novembre 2021 dans la commune de Bama, région des Hauts-Bassins.

Cette cérémonie de lancement officiel du Fonds de développement agricole a été présidée par le ministre de l’agriculture, des aménagements hydro-agricoles et de la mécanisation, Salifou Ouédraogo. Selon lui, ce fonds est la concrétisation de l’engagement pris par le chef de l’Etat, Roch Kaboré, en 2019 à Gaoua, lors de la Journée nationale du paysan. La vision du président Kaboré est de faire en sorte qu’il y ait un financement inclusif de l’ensemble des Burkinabè.

Les officiels présents à la cérémonie de lancement du Fonds de développement agricole

En effet, une des grandes problématiques que le secteur agricole traverse est l’accès au crédit. Le taux de bancarisation en milieu rural reste encore faible au Burkina Faso. A titre illustratif, la part du financement bancaire destiné au secteur agricole ne représente que 3,52%, selon les statistiques de la centrale des risques de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest publiées en 2020. Pour le ministre en charge de l’agriculture, Salifou Ouédraogo, cela traduit les réticences des institutions financières à appuyer le secteur à cause surtout du caractère très risqué et de la saisonnalité des revenus agricoles ; du manque de garanties suffisantes pour couvrir les risques ; etc.

C’est pour combler le gap de financement du secteur agricole que le président du Faso a pris l’engagement de mettre en place ce fonds, qui permettra de soulager les acteurs du monde rural. Et c’est ainsi que le FDA a été mis en place par un décret en date du 16 septembre 2020, et opérationnalisé le 9 février 2021 par la signature d’une convention relative à la gestion des ressources affectées à la Banque agricole du Faso pour le financement des micro-projets et des petites entreprises agricoles.

Le ministre de l’agriculture, Salifou Ouédraogo

« Ce fonds est destiné au financement de micro-projets et de petites entreprises de production, de transformation, de commercialisation et de conservation de produits agricoles. Ce, dans le but d’accroître de manière significative les performances du secteur agricole et d’y apporter de la valeur ajoutée à travers des mécanismes innovants d’accès aux crédits agricoles », a dit le ministre en charge de l’agriculture, Salifou Ouédraogo.

La vision du gouvernement à travers la mise en place du Fonds

En tant qu’instrument de mise en œuvre de la politique agricole du gouvernement, le FDA sera abondé dès cette année par le budget national d’un montant initial d’un milliard de francs CFA, et de 750 et 500 millions respectivement pour la deuxième et troisième année de mise en œuvre. « Cependant, les apports des partenaires techniques et financiers et de divers donateurs renforceront les capacités d’intervention du Fonds et lui permettront d’atteindre les résultats escomptés », a laissé entendre Salifou Ouédraogo.

Il a par ailleurs fait savoir que tous les producteurs burkinabè peuvent avoir accès à ce fonds pour financer leurs micro-projets ou petites entreprises. Le FDA permet de donner des crédits allant d’un million à cent millions de FCFA aux acteurs avec des taux de 5%. Le taux pour les frais de dossiers est de 1%. A l’en croire, ce fonds vise aussi à assurer un succès à l’initiative présidentielle : « Produire un million de tonnes de riz paddy ». Il constitue donc un instrument majeur de développement des chaînes de valeur agricoles de notre pays tout en assurant une inclusion financière aux petits exploitants.

Des acteurs du monde rural sortis nombreux pour assister à la cérémonie de lancement

Un comité de gestion du fonds a été mis en place pour assurer sa mise en œuvre vertueuse. Ce comité est composé des membres, représentant les ministères en charge des finances, de celui de l’agriculture, de la Chambre nationale d’agriculture, la Confédération paysanne du Faso et les partenaires techniques et financiers. Tout en invitant les agriculteurs à approcher le fonds pour voir les conditions d’accessibilité, le ministre Salifou Ouédraogo reste convaincu que c’est en cela que le Burkina Faso pourra atteindre la souveraineté alimentaire.

Moussa Koné, président de la Chambre nationale d’agriculture

Les premiers bénéficiaires ont reçu leurs chèques

Au cours de cette cérémonie, les premiers bénéficiaires du Fonds ont reçu leurs chèques. Les montants reçus leur serviront de moyens de renforcement de leurs capacités de productions. Moussa Koné est le président de la Chambre nationale d’agriculture. Prenant la parole au nom des bénéficiaires, il a salué l’initiative de la création du FDA au regard des objectifs qui lui sont assignés. « La mise en œuvre de ce fonds va renforcer nos capacités de production, de transformation et de commercialisation des produits agricoles, afin d’accroître notre résilience et améliorer de manière générale nos revenus. De même, le FDA participera au renforcement de notre inclusion financière », s’est-il réjoui. Avant de plaider pour un allègement des conditions d’octroi du FDA en vue d’améliorer son accessibilité à de nombreux producteurs.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Effets de la grippe aviaire au Burkina : Au bord de l’effondrement, Moablaou SA attend toujours la main tendue de l’Etat
Société Générale Burkina Faso et African Guarantee Fund facilitent l’accès au financement des PME burkinabè
Burkina : Le gouvernement attend du secteur privé une solidarité active dans la limitation de la hausse des prix
Contrôle des prix des produits de grande consommation : 111 tonnes de céréales et 22950 pagnes Faso Dan Fani saisis entre janvier et avril 2022
Lutte contre la concurrence déloyale au Burkina : Les journalistes à l’école de la facture normalisée
Embouteillage de boissons gazeuses : Coca Cola et Castel rompent leur partenariat
BCEAO : Le Burkinabè Norbert Toé nommé gouverneur par intérim
Direction générale des impôts : Daouda Kirakoya veut poursuivre l’œuvre de la digitalisation des services
Financement de la filière miel au Burkina : La Maison de l’entreprise met face à face banquiers et apiculteurs
Achat de véhicules neufs : Un bon investissement à long terme, selon Camille Ndessoko, directeur général de CFAO
Burkina : Le RENCOF délivre son rapport d’enquête relatif aux opérations de contrôle des commerces par le gouvernement à Ouagadougou
Ministère de l’Economie : Les nouveaux responsables du cabinet et du secrétariat général installés
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés