Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui n’a pas envie de donner, donne de la main gauche» Proverbe burkinabè

Suspension internet mobile au Burkina : Le gouvernement justifie la prolongation en raison des pertes militaires et des appels à manifester

Accueil > Actualités > Conseil des ministres • Lefaso.net • jeudi 25 novembre 2021 à 22h35min
Suspension internet mobile au Burkina : Le gouvernement justifie la prolongation en raison des pertes militaires et des appels à manifester

En plus du report du 11 Décembre 2021 à Ziniaré, la suspension de l’internet mobile au Burkina depuis samedi 20 novembre 2021 est revenue au menu du point de presse du conseil des ministres de ce jeudi 25 novembre. Le bilan des pertes militaires et les appels à manifestations constituent les principales raisons de cette suspension.

Dans la nuit du mercredi 24 novembre 2021, les utilisateurs d’internet mobile ont attendu le retour de la connexion en vain. Le lendemain matin, c’est un communiqué du gouvernement sur une prolongation de 96h qui leur a été servi. Cette décision est revenue au cours du point de presse du conseil des ministres du jeudi 25 novembre.

« Cela au regard de la situation nationale caractérisée par la perte de nombre de nos forces de défense et de sécurité et les appels à manifester qui sont d’ailleurs interdits ». Ce sont par ce propos que le ministre de la Communication, Ousséni Tamboura, a justifié la décision du gouvernement.

Le gouvernement ‘’conscient’’ sur l’impact de la suspension

A la question de savoir si le gouvernement est ‘’conscient’’ de l’impact de cette décision sur les activités économiques et les domaines directement concernés par l’internet, Ousséni Tamboura répond : « Oui, absolument ! » Et il le justifie par le fait que la décision ne concerne que le mobile et non le système fixe. « Tout le circuit économique marche parce que l’internet fixe est généralement utilisé pour les activités économiques. Maintenant, l’internet mobile cause des désagréments », a tranché le ministre.

C’est l’occasion, selon le porte-parole du gouvernement, de solliciter la compréhension des usagers. « Il s’agit d’une situation, de fait, qui est vraiment difficile, a ajouté le ministre Tamboura. Cette semaine, on a jamais autant perdu de soldats. Si vous faites le bilan, c’est énorme. Vous savez qu’à des manifestations publiques, il y a forcément aussi de dispositifs de maintien d’ordre. Et qui fait ces dispositifs de maintien d’ordre ? C’est encore les forces de défense et de sécurité, déjà éprouvées par des attaques. Je pense qu’il est de la responsabilité du gouvernement de faire en sorte que nous puissions avoir une situation d’apaisement afin de permettre, non seulement de rendre hommage et que l’ordre public ne soit pas perturbé ».

Cette prolongation n’occasionnera-t-elle pas de frustrés qui vont répondre à cet appel à manifester ? A cette seconde question, Ousséni Tamboura dit compter sur la justification du gouvernement, qui ne devrait pas occasionner de frustrations. « La compréhension des uns et des autres est demandée », a-t-il lancé.

*********************************************************************
Lire aussi Internet au Burkina : Le Gouvernement admet officiellement avoir fait suspendre la connexion sur mobile
********************************************************************

« Nous sommes à un tournant interpellateur pour tous les hommes », a confié le porte-parole du gouvernement qui invite chacun à « porter le message de sensibilisation à tous les niveaux ».

Cryspin Laoundiki
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 novembre à 09:32, par Sylvanus En réponse à : Suspension internet mobile au Burkina : Le gouvernement justifie la prolongation en raison des pertes militaires et des appels à manifester

    N’y avait-il pas la possibilité de procéder simplement à l’interdiction d’accès aux réseaux sociaux connus ? Interrompre complètement la connexion internet, même si l’interruption se limite à l’internet mobile, est trop excessif à mon sens, quelque soit la légalité de la mesure. Tout le monde sait que depuis l’essor de l’internet mobile, l’internet fixe a reculé (les cybercafés ont pratiquement disparu) et se limite presque exclusivement aux réseaux de l’administration publique et des sociétés et entreprises privées. La connexion haut débit qui est en train d’être déployée dans les quartiers n’est pas encore, ni dans les habitudes des Burkinabè, ni à la portée de tous.

    D’autres part, lorsqu’on souscrit à un forfait mobile, c’est un service qu’on paye, et on est en droit de pouvoir en jouir. Actuellement la connexion mobile est interrompue, mais les opérateurs de téléphonie mobile n’ont pas suspendu les délais d’expiration des forfaits déjà souscrits. Pire, pendant la suspension, les nouvelles souscriptions de forfaits sont toujours possibles. En somme, c’est comme si on te dit qu’un produit est licite à la vente et à l’achat, mais interdit de consommation ! C’est là où la mesure est excessive.

    L’écrasante majorité de ceux qui sont connectés en permanence ne le sont pas à cause de Facebook, de WhatsApp ou de Tweeter, mais pour des besoins plus utiles, voire indispensables. Personnellement je prends des cours en lignes qui sont programmés à des heures où je ne peux suivre qu’à domicile avec ma connexion mobile partagée sur mon PC.

    Alors, quelque soit la légitimité et la légalité que revêt cette mesure de suspension, je l’estime abusive parce que techniquement, d’autres mesures étaient possibles sans abuser des droits des clients des fournisseurs d’accès mobile à internet, notamment le droit d’accéder aux services internet non problématiques pour la sécurité et la défense de notre pays.

    En tout état de cause, si la suspension devait se prolonger encore, je demande aux autorités de revoir leur copie : suspendre sélectivement les réseaux et sites à problème, ou imposer aux opérateurs mobiles de suspendre les nouvelles souscriptions et les délais de validité de celles en cours.

    Répondre à ce message

    • Le 26 novembre à 11:07, par Yes we can En réponse à : Suspension internet mobile au Burkina : Le gouvernement justifie la prolongation en raison des pertes militaires et des appels à manifester

      Je suis d’avis mais déjà moi j’ai un souci avec le communiqué sur la coupure d’internet.
      J’ai lu et relue les article 44 à 46 de la loi N°061-2008/AN mais j’ai rien vu qui donne pouvoir au gouvernement de suspendre la connexion internet.
      J’ai plutôt vu des dispositions pour éviter qu’il y ai des coupures d’internet et que les opérateurs puissent appuyer le gouvernement ou la défense en établissant/rétablissant des connexions afin de leur permettre d’être plus opérationnel dans la gestion de crise.
      Il ressort également que les opérateurs en retour seront rémunérés suivant des conventions signés avec l’état.
      Cependant je ne suis pas expert et peut être que quelqu’un pourra nous expliquer ces articles (44 à 46) en français facile.

      Répondre à ce message

  • Le 26 novembre à 19:58, par KARIM En réponse à : Suspension internet mobile au Burkina : Le gouvernement justifie la prolongation en raison des pertes militaires et des appels à manifester

    Bien dit mon frère
    Beaucoup ne connaissent pas la réalité du terrain
    Combien de PME qui utilise leurs téléphones mobiles comme modem pour travailler. Dieu seul sait
    Il fallait couper juste les réseaux sociaux comme a dit mon frère.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Le 11 Décembre à Ziniaré reporté pour 2022
Suspension internet mobile au Burkina : Le gouvernement justifie la prolongation en raison des pertes militaires et des appels à manifester
Compte rendu du conseil des ministres du jeudi 25 novembre 2021
Burkina : Le conseil des ministres reporté au jeudi 25 novembre 2021
Burkina Faso : Deux hauts gradés de l’armée relevés de leurs fonctions après l’attaque d’Inata
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 17 novembre 2021
Mort violente d’un gendarme à Ouagadougou : La maréchaussée annonce l’ouverture d’une enquête
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 03 novembre 2021
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 27 octobre 2021
Compte rendu du conseil des ministres du mercredi 13 octobre 2021
Lutte contre le terrorisme : « Nous ne devons pas douter », exhorte le ministre délégué à la Défense
Burkina Faso : Valses à la tête des Forces armées nationales
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés