Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui n’a pas envie de donner, donne de la main gauche» Proverbe burkinabè

CHR de Dédougou : Les chauffeurs ambulanciers suspendent les évacuations sanitaires pendant 72 heures

Accueil > Actualités > Société • Lefaso.net • mardi 26 octobre 2021 à 22h20min
CHR de Dédougou : Les chauffeurs ambulanciers suspendent les évacuations sanitaires pendant 72 heures

Les chauffeurs ambulanciers du Centre hospitalier régional (CHR) de Dédougou ont suspendu leurs activités d’évacuations sanitaires ce mardi 26 octobre 2021. Prévu pour durer trois jours, ce mouvement d’humeur est motivé par le manque de reclassement et la réclamation des indemnités de risques et de contagions des chauffeurs.

Les ambulances du Centre hospitalier régional (CHR) de Dédougou sont aux arrêts ce mardi 26 octobre 2021. Pour cause, les chauffeurs ambulanciers ont suspendu leurs activités pendant 72 heures. Ils revendiquent leur reclassement et leurs indemnités de risques et de contagions.

Selon Sékou Drabo, chauffeur ambulancier au CHR de Dédougou, la suspension des évacuations des malades ce matin est due au refus catégorique de payement des indemnités de risques aux chauffeurs et à l’absence de reclassement. Il explique que c’est l’avènement de la fonction publique hospitalière qui a tout suspendu. Dans les textes, il y a un montant pour le personnel médical et paramédical et un montant pour le personnel administratif, dit-il.

Sékou Drabo, au milieu en chemise blanche chauffeur ambulancier au CHR de Dédougou : « s’il n’y a pas gain de cause nous allons aller à deux semaines de suspension et s’il n’y a toujours pas de solution nous allons faire un arrêt définitif »

À l’en croire, les chauffeurs sont considérés comme étant du personnel administratif alors qu’ils devraient faire partie du personnel paramédical comme dans les autres structures. « Au CHR ici, on dit qu’on ne va pas tordre le cou aux textes pour nous satisfaire. Donc nous aussi on a jugé bon de ne pas tordre le cou aux textes pour faire rouler les ambulances. Comme on fait partie de l’administration donc on va aller faire nos travaux à l’administration », a-t-il laissé entendre.

Selon les manifestants, plusieurs négociations ont été faites sans suite. « S’il n y a pas gain de cause, nous allons aller à deux semaines de suspension et s’il n’y a toujours pas de solution nous allons faire un arrêt illimité », a déclaré Sékou Drabo.
Les chauffeurs soutiennent qu’ils interviennent dans l’évacuation à savoir transporter les malades sur des brancards dans l’ambulance et souvent ils s’occupent des respirateurs, ce qui n’est pas de leur ressort. Pour eux, si l’administration accepte de recruter du personnel pour faire ce travail, ils vont reprendre sans problème.

Les chauffeurs ambulanciers qui sont en mouvement d’humeur

Un mouvement d’humeur illégal

Quant au directeur général du CHR de Dédougou, Gustave Y. Dabiré, il affirme que les chauffeurs ont annoncé leur intention de suspendre une partie de leurs activités. « Nous avons eu des séances d’échanges en présence du président du conseil d’administration (PCA) pour leur faire comprendre que la cause pour laquelle ils veulent observer le mouvement aujourd’hui n’est pas justifiée », a-t-il dit.

Pour lui, ce matin, tous les chauffeurs ambulanciers du CHR sont présents sur le site. On ne peut donc pas dire qu’ils observent un mouvement de suspension à proprement parler, estime-t-il. « Pour l’instant les services cliniques n’ont pas encore exprimé un besoin d’évacuation. J’attends de voir leur comportement face à une éventuelle situation qui nécessite que l’on puisse évacuer un malade », a ajouté le directeur général.

Le directeur général du CHR de Dédougou, Gustave Y. Dabiré : « S’il y a un besoin d’évacuation et que les chauffeurs refusent d’assurer cette évacuation, ce sera considéré comme une non-assistance à personne en danger et traitée comme telle »

Gustave Y. Dabiré explique que les revendications des conducteurs d’ambulance tournent autour de deux points. Le premier point, c’est un reclassement qu’ils demandent. C’est l’évolution des textes qui a fait qu’aujourd’hui, on se retrouve avec deux catégories de chauffeurs qui font exactement le même travail. Il s’agit des chauffeurs de catégorie E, recrutés sans diplôme et ceux de la catégorie D, recrutés sur la base d’un diplôme. Selon lui, ce problème n’est pas propre au CHR de Dédougou mais à tous les hôpitaux et ministères du Burkina Faso. Donc au regard des textes, il est difficile de les reclasser. [ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Yipénè NEBIE
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 octobre à 06:38, par HUG En réponse à : CHR de Dédougou : Les chauffeurs ambulanciers suspendent les évacuations sanitaires pendant 72 heures

    Courage à vous mais mesurez les conséquences de vos acte. Il ne faudrait ppas que votre conscience vous gronde à vie. Ne soyez pas comme les agents de santé qui lors des greves pour une histoire de retombées economiques de la fonction publique hospitaliere ont tout fermé a l epoque.Ils ont meme fermé les maternités .Oui ils ont meme fermé les maternités pour une histoire d argent avec la benediction de leur syndicat le syntha. A l epoque pour tromper une partie de gens ils ont fait croire que la fonction publique hospitaliere allait soulager les malades avec une histoire d aamelioration du plateau technique.malheureusement rien n a changé ssauf qu ils ont des gros sous.Curieusement ils ne partent plus en greve pour l amelioration du plateau technique au profit des malades Donc ne soyez pas comme ces gens là chers chauffers car on evacue les malades quand il y a urgence

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre à 09:15, par arsène bamogo En réponse à : CHR de Dédougou : Les chauffeurs ambulanciers suspendent les évacuations sanitaires pendant 72 heures

    Cette rigidité administrative-là, il faut la réviser si l’on tient à la bonne marche des services publics. Pourquoi ne pas proposer un cadre de concertation pour une prise en compte des préoccupations de tous les chauffeurs ambulanciers qui ont plus d’astreintes que les autres chauffeurs, eux qui transportent généralement des cas assez graves puisque nécessitant des évacuations ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 octobre à 12:59, par HUG En réponse à : CHR de Dédougou : Les chauffeurs ambulanciers suspendent les évacuations sanitaires pendant 72 heures

    Courage à vous mais mesurez les conséquences de vos acte. Il ne faudrait ppas que votre conscience vous gronde à vie. Ne soyez pas comme les agents de santé qui lors des greves pour une histoire de retombées economiques de la fonction publique hospitaliere ont tout fermé a l epoque.Ils ont meme fermé les maternités .Oui ils ont meme fermé les maternités pour une histoire d argent avec la benediction de leur syndicat le syntha. A l epoque pour tromper une partie de gens ils ont fait croire que la fonction publique hospitaliere allait soulager les malades avec une histoire d aamelioration du plateau technique.malheureusement rien n a changé ssauf qu ils ont des gros sous.Curieusement ils ne partent plus en greve pour l amelioration du plateau technique au profit des malades Donc ne soyez pas comme ces gens là chers chauffers car on evacue les malades quand il y a urgence

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Marche à Ouagadougou : Plusieurs artères au centre-ville sous des flammes
Marche contre l’insécurité : Des manifestants dispersés à coups de gaz lacrymogènes à Bobo-Dioulasso
Dori : Le mouvement "Sauvons le Burkina" proteste contre la "mauvaise gestion" de la sécurité et demande la démission du président du Faso
Saccage à la Mairie de Ouagadougou : "Ce sont les Koglwéogo qui ont tout gaté" (se révolte un manifestant)
Marche du 27 novembre : Le gouvernement va saisir le procureur (Sécurité)
Manifestation du 27 novembre : Échauffourées entre manifestants et forces de l’ordre
Ministère de l’agriculture du Burkina : Un atelier pour l’adoption d’une stratégie nationale de lutte contre l’utilisation abusive des pesticides
Marche à Ouagadougou : Des commerces fermés sur l’avenue de l’indépendance, la Place de la nation inaccessible
Commune de Manga : L’Association pour le développement et l’intégration de la jeunesse rurale lance une nouvelle plateforme
Bobo-Dioulasso : A genoux, des « mamans des FDS » demandent aux Burkinabè de surseoir à la marche du 27 novembre
Autorisation de la marche du 27 novembre 2021 : La Mairie de Ouagadougou apporte des éclaircissements (communiqué)
Journées agro alimentaires 2021 : Vers un développement de systèmes alimentaires durables et résilients
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés