Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui n’a pas envie de donner, donne de la main gauche» Proverbe burkinabè

Dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du Burkina : Que dit le gouvernement, finalement ?

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • jeudi 21 octobre 2021 à 23h05min
Dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du Burkina : Que dit le gouvernement, finalement ?

Depuis quelques semaines, des informations sont récurrentes sur la dégradation de la situation sécuritaire dans la région de l’Est. Entre appels au secours de populations « prises en otage » et résignations, des citoyens et ressortissants de cette partie du pays s’interrogent sur ce qui ne va pas pour que les choses se passent ainsi. De nombreuses sources font état de ce qu’il est quasiment interdit pour les agents de l’Etat et/ou une certaine catégorie de personnes, d’emprunter certains axes menant à des chefs-lieux de province ou de l’intérieur de la région vers le chef-lieu, Fada N’Gourma.

Depuis le début de la semaine, les informations font état de la fermeture d’écoles dans certaines localités de la région, due à la dégradation de la situation sécuritaire. En témoigne, ce message du maire de la commune de Kantchari, publié il y a quelques heures et relayé par gulmu.info, média s’identifiant comme « source sûre d’informations de la région de Est » du Burkina : « Bonsoir chers tous. C’est avec regret que nous assistons à la fermeture des établissements scolaires de Kantchari ce matin. En effet la situation sécuritaire du moment dans notre région sème une psychose généralisée dans la plupart des milieux. Je comprends bien la décision de la fermeture des classes à juste titre. Nous espérons tous que la situation va s’améliorer dans les jours à venir afin de rassurer tout le monde. En attendant donc des lendemains meilleurs et au regard de la situation sécuritaire difficile, j’invite les uns et les autres à rester sur place et ne pas essayer pour le moment d’effectuer des déplacements du côté de Fada, le temps que les choses évoluent positivement. Ce serait risquer sa vie si quelqu’un venait à le faire. A tous, je vous traduis mes sincères remerciements pour tous les efforts consentis jusque-là dans la commune de Kantchari. Comme dit le dicton, à l’impossible, nul n’est tenu. Que Dieu veille sur chacun de nous et sur nos familles respectives. Qu’il nous apporte paix et sécurité. Du courage. Soyez bénis ».

Le même média, dans une analyse de la situation, publiée le 20 octobre 2021, dépeint l’environnement à travers un titre évocateur : « Nos FDS ont-ils laissé l’initiative des offensives aux terroristes ? ». Et le confrère, dans une sorte d’agacement, campe : « Les terroristes prennent du terrain dans la région de l’Est. Comme si nos forces de défense et de sécurité ne voulaient pas aller au combat, les terroristes envahissent nos villes. Aucune commune de la province de la Tapoa, n’est épargnée. Les villes sont encerclées à tour de rôle, les voies sont toutes occupées, les forces de l’ordre et de défense sont toujours dans les casernes et les populations subissent le courroux des nouveaux maîtres ».

Au moment où nous tracions ces lignes, c’est une note d’une compagnie nationale de transport desservant cette région, qui informe : « Suite à la dégradation de la route Ouaga-Diapaga et Ouaga-Kompienga, la société de transport Sana Rasmané ‘’TSR’’ informe son aimable clientèle qu’indépendamment de volonté, la ligne sera suspendue à compter du jeudi 21 octobre 2021 ». Une nouvelle donne qui vient, selon des citoyens de la localité, isoler les provinces de la Tapoa et de la Kompienga du reste du pays.

Mais face à cette atmosphère difficile suffisamment et permanemment relayée, certains Burkinabè y voient l’apologie du terrorisme, voire une exagération de la situation. Dès lors, ne serait-il pas idéal que le gouvernement pipe mot sur cette actualité pour surtout situer les populations, notamment celles de la localité ? En tout cas, ce silence des dirigeants laisse à des interprétations qui n’arrangent pas la dynamique de l’idéal d’un front commun contre le mal.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 octobre à 12:50, par LE COUSIN DU VILAIN En réponse à : Dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du Burkina : Que dit le gouvernement, finalement ?

    C’est vraiment triste et ces enfants vont devenir quoi ? Leur scolarité est-elle bafouée ? Je crois que nos autorités devrons œuvrer pour finir une bonne fois avec ces malades mentaux que sont ces terroristes. Tirer sur toute personne qui porte une arme à feu à l’exception les Forces de Défense et Sécurité. Une fois que les FDS mettent la main sur un terroriste, il faut l’exécuter sur le champ et la vie continue.

    Répondre à ce message

    • Le 22 octobre à 09:44, par kwiliga En réponse à : Dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du Burkina : Que dit le gouvernement, finalement ?

      @LE COUSIN DU VILAIN
      Oui, mais pour "Tirer sur toute personne qui porte une arme à feu", il faut déjà avoir la volonté de sortir de sa caserne, ce qui ne semble pas être vraiment le cas, si l’on en croit gulmu.info.
      Mais comme tenir ce genre de propos, peut rapidement vous faire qualifier de nuisible pour l’unité du pays, voire de faire " l’apologie du terrorisme", mieux vaut jouer aux trois sages,... tant qu’ils n’arrivent pas chez nous.
      Et puis à Ouaga, on a le Fespaco, ça nous permet de penser à autre chose et on se sent bien sécurisés.

      Répondre à ce message

  • Le 21 octobre à 13:16, par HUG En réponse à : Dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du Burkina : Que dit le gouvernement, finalement ?

    Il faut vivre a situation pour comprendre la psychose liée au terrorisme. J ai vecu dans une localité ou il rentrer à 18 heures avec encore le soleil qui brille eencore et ressortir le lendemain à cause du couvre feu.J ai vecu dans une localité ou lorsqu un pneu eclate cest la fuite folle des gens J ai vecu dans un localité ou un jour les terroristes sont venus à quelque metre de ma maison et ont commencé a tirer. Jai vecu dans une localité ou chacun etait toujours prét pour fuire. Pourtant quand on arle les supporters du mpp sur le fasonet s excitent et insultent les gens. Il est inconcevable qu un pouvoir qui dit avoir de l experience n arrive pas à securiser un territoire d a peine 274000km carré.Qu est devenu le jeune enlevé sur l axe fada diapaga ?Allons seulement.Qui a juré de defendre l intégrite territoriale ?Qui a battu campagne en pronant la maniere forte aux terroristes ? En votant pour ccelui qui a decidé de llutter contre les terroristes ces populations de l est doit etre résiliente.Courage aux innocentes popuations de l’est.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre à 13:43, par YARO En réponse à : Dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du Burkina : Que dit le gouvernement, finalement ?

    Silence ! Le gouvernement est très occupé. Qui va organiser le 11 décembre, les élections municipales, la lutte anti Covid, la vente de l’or, du coton etc. N’est-ce pas plus important que la sécurité de certains bouseux qui persistent à rester dans leurs hameaux de culture au lieu d’aller se réfugier à Fada qui est encore sous contrôle ! Aucun membre du gouvernement n’est là pour autre chose que sa petite personne et les avantages qu’il peut piller.
    Tant que ces gens du gouvernement pourront se remplir tranquillement les poches rien d’autre ne les perturbera. Le GOUVERNEMENT ne fera rien parce que ce sont des apatrides qui se soucient peu de ce qui arrive aux populations.

    Répondre à ce message

  • Le 21 octobre à 15:48, par L’écoeuré pile ! En réponse à : Dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du Burkina : Que dit le gouvernement, finalement ?

    Le pouvoir du MPP a travaillé à créer les conditions de son départ du pouvoir en crachant couché et en croyant qu’ils vont pouvoir utiliser cette insécurité pour expliquer leur insouciance et leur incompétence notoires. Mais ils seront réveillés douloureusement de leur sommeil. Ce n’est pas loin. Demain n’est pas loin. Le MPP est en train de donner à ses contempteurs du CDP un très bon fouet pour le faire partir du pouvoir en trombe.Wait and see.

    Répondre à ce message

    • Le 21 octobre à 18:22, par Le Vigilent En réponse à : Dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du Burkina : Que dit le gouvernement, finalement ?

      Monsieur l’ »écœuré Pile ». C’est vraiment bon de rêver, surtout debout ! Je constate que le sort des populations des zones occupées par les terroristes est le dernier de vos soucis. Ce qui vous préoccupe, c’est comment le CDP, votre parti moribond, pourrait profiter de la situation pour « un retour triomphal aux affaires ». Même si le Burkina devrait se limiter à Kassyam, pourvu que « votre champion » puisse y accéder. Il y a trop de déments rêveurs dans ce pays !!!

      Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 06:42, par Tanga En réponse à : Dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du Burkina : Que dit le gouvernement, finalement ?

    Vous demandez que fait le gouvernement, MAIS ILS SONT EN TEAIN SE SE FAIRE GALLONNÉS PAR DES ÉTRANGERS. Oui, des étrangers à notre pays et à notre cause.
    Comment peut on comprendre que ’’les plus puissants du monde’’ soient dans nos murs avec les moyens les plus puissants et tout ça peut nous arriver ?
    Oui ’’ces puissants là nous prennent porur des pokémons’’
    ’’Ces puissants’’ peuvent à partir de l’espace regarder dans les rues des villes, ils sont en train de chercher l’eau sur Mars et etc. etc. Mais avec les mêmes moyens, ils ne voient pas les déplacements des djihadistes, ils ne peuvent tirer sur un convoi de djihadistes. Ha ha haaa ! Moi je crois fort que ce sont des menteurs à moins qu’ils ne soient de mè cc je eux tous avec les djihadistes.C’est soit l’un soit l’autre et oui.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 08:35, par Paul En réponse à : Dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du Burkina : Que dit le gouvernement, finalement ?

    Le gouvernement dit de se taire car ses membres mangent. Le gouvernement dit que vous raconterz des bobards. Silence ! Le gouvernement dit que son QG est paisible, c’ est l’ essentiel.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 09:15, par Bounga-Bounga II En réponse à : Dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du Burkina : Que dit le gouvernement, finalement ?

    Vous dites quoi ? Silence. Tapez votre sable souillé en silence.
    Au Nord aussi on marche, on marche, marche et marche. Qu’en dites vous ? Silence.
    Comme d’autres bourgades, Barga aussi se vide de sa population. On marche, on marche, vite, très vite, on court, on s’enfui, on roule vers Ouahigouya. Pourtant ce n’est point le tour du Faso. On roule vite. 20 km/h à pieds, dos d’ânes. Ecoutez. Les premiers à franchir la ligne d’arrivée reçoivent chacun 2 kg de riz, 1 boite de sardine, 1 natte et 1 seau. Qu’en dites-vous ? Silence, on continue à FESPAQUER à ouaga. Donc silence, silence.

    Répondre à ce message

    • Le 22 octobre à 14:50, par Vérité Indiscutable En réponse à : Dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du Burkina : Que dit le gouvernement, finalement ?

      Vous avez raison M. bounga-bounga II.
      Figurez-vous qu’il y en aient qui osent continuer à croire à un complot contre le Régime de celui qui est à son deuxième mandat. Les morts s’entassent, silence. Ils roulent dans leurs voitures de 100millions et se délectent de leurs concubines sur le dos de leurs braves époux et épouses, silence. La population bête et aveuglée continue d’être ’mouton’ comme le disait l’imbattable Laurent BADO et fait silence comme ils font silence. Le jour où tout le pays sera encerclé, on fera aussi SILENCE !

      Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Saccage du bâtiment de l’état civil : « Ces actes de vandalisme ne resteront pas impunis », Armand Béouindé
Lutte contre la vie chère au Burkina : La fédération des patrons de boulangerie menace d’augmenter le prix du pain
Armées burkinabè : Le colonel- major Wendwaoga Kéré nommé pour rémedier aux dysfonctionnements
Promotion de l’entrepreneuriat : Une nouvelle initiative pour la formation de 250 femmes
Documents d‘état civil : Ouagadougou, carrefour d’échange et de partage des bonnes pratiques
1ère édition des Journées nationales d’actions sur le foncier : Les acteurs se penchent sur la gestion et le renforcement des droits fonciers au Burkina Faso
Burkina Faso : Vision Afrique à travers « Mon leadership, ma fierté » forme 440 leaders
Croix-rouge burkinabè : La journée mondiale des toilettes célébrée à Dapélogo
Droits de l’homme : Le Haut-commissariat des nations unies réitère son soutien au Burkina
Bassin du fleuve Niger : Fin de la 40e session ordinaire du conseil des ministres
Sakina Sawadogo visite LeFaso.net : « Nous sommes passés saluer et remercier le personnel et nos bienfaiteurs »
Séminaire syndical des douaniers : Un cadre d’échanges entre acteurs pour redynamiser l’administration douanière
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés