Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • lundi 18 octobre 2021 à 23h20min
Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

Le président de la République du Niger, Mohamed Bazoum, a, les 17 et 18 octobre 2021, effectué une visite d’amitié et de travail au Burkina, au cours de laquelle, il a, avec son homologue et hôte burkinabé, Roch Kaboré, revisité les axes de coopération entre leurs deux pays.

Après un tête-à-tête entre les deux chefs d’État, les délégations se sont réunies autour de dossiers de coopération. Comme il fallait s’y attendre, Nigériens et Burkinabè ont planché sur l’insécurité, notamment le phénomène terroriste qui secoue la quiétude des deux pays. Et sur ce point, les deux chefs d’État ont affirmé leur volonté de mutualiser les forces à travers plusieurs domaines militaires et civils. C’est dans cet esprit qu’ils ont salué les résultats encourageants enregistrés par l’opération « Taanli », conduite en juin 2021 par des unités du Niger et du Burkina, en vue de réduire considérablement les capacités des groupes armés terroristes aux frontières communes.

Ils ont convenu d’intensifier la coopération pour contrer le phénomène terroriste qui impacte négativement le développement socio-économique des deux pays. M. Kaboré et M. Bazoum ont réitéré leur volonté de poursuivre le plaidoyer auprès du Conseil de sécurité des nations-unies et des partenaires afin de mettre en place un mécanisme garantissant un financement pérenne de la force conjointe.

Les deux délégations ont aussi abordé des questions relatives au développement socio-économique. Elles ont, à cet effet, relevé la nécessité pour les deux pays de ‘’réactiver’’ la commission mixe Burkina-Niger, dont la dernière rencontre d’échanges date de 2013.
Roch Kaboré et Mohamed Bazoum ont exprimé leur volonté de travailler au renforcement de la coopération entre leurs deux pays, en vue de rapprocher davantage leurs peuples.

Outre la coopération bilatérale, les deux présidents se sont également préoccupés de la situation socio-politique au Mali et en Guinée-Conakry. « S’agissant en particulier du Mali, les deux chefs d’Etat considèrent qu’aucun argument ne saurait servir de prétexte à la non-tenue des élections à la date prévue », a indiqué dans le communiqué final, le ministre burkinabé des affaires étrangères, de la coopération, de l’intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur, Alpha Barry.

Cette visite a été une occasion pour le président du Faso, Roch Kaboré, de féliciter de vive voix, l’élection de Mohamed Bazoum à la tête de la République du Niger. Il s’est réjoui de cette transition démocratique dans ce « pays ami et frère », qualifiant Mohamed Bazoum, d’« homme aux valeurs intrinsèques d’intégrité, de loyauté, de fermeté et de clairvoyance…, gage d’un développement radieux et continu de son pays, malgré les défis sécuritaires ».

A son tour, le président nigérien a salué la « brillante réélection » de son hôte et son initiative du deuxième Plan national de développement économique et social (PNDES) 2021-2025 ; référentiel pour lequel, il a marqué sa disponibilité à l’accompagner dans sa mise en œuvre.

C’est sur une note d’invitation à Roch Kaboré pour une visite d’amitié et de travail au Niger, que le président Mohamed Bazoum a achevé son séjour en terre burkinabé.

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 18 octobre à 17:09, par Naso En réponse à : Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

    J’espère que le PF fera la part des choses dans cette coopération avec les sous préfets de la France que sont Bazoum, Ouattara et Sall

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 19:53, par Gwandba En réponse à : Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

    Aya Rock foo la sin pa takd baag ta ka san raguin là. piind wisg mègue moasan.
    L’apprenti valet de la France est donc porteur d’un message que lui a confié la petite prétentieuse car, la pression monte du côté du Mali et les bons résultats ne vont pas tarder à arriver. Il faut donc amener une autre corde pour attacher le Burkina et l’empêcher de se ranger du bon côté de l’histoire.
    Mais ils peuvent manigancer tous ce qu’ils veulent. on est fatigués des assassinants quotidiennes de nos population. Il y a un en Côte d’ivoire. Certains n’iront pas jusqu’à Lomé avant que les insurgés de nouveau sortent et cette fois n’gaow...

    Répondre à ce message

  • Le 18 octobre à 23:28, par caca En réponse à : Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

    Un an après avoir été élu, on continue à féliciter pour sa réélection : A son tour, le président nigérien a salué la « brillante réélection » de son hôte et son initiative du deuxième Plan national de développement économique et social (PNDES) 2021-2025 ; référentiel pour lequel, il a marqué sa disponibilité à l’accompagner dans sa mise en œuvre.
    C’est à dire qu’il y a rien d’autre à féliciter en dehors de la brillante réélection. Même le FESPACO ou d’autres événements. Pauvre président !

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre à 07:32, par Abdoulaye En réponse à : Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

    Le pf devrait faire attention avec ce préfet de Paris pour qui il n l afflaiblisse pas dans son combat et le rend son pays ingouvernable et impopulaire.

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre à 10:21, par TANGA En réponse à : Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

    Rien à dire, C’EST UN TRÈS MAUVAIS DEAL !!!
    Qu’est ce que le Burkina s’en va chercher avec des gens comme bazoum un valet local de la france en Afrique ?
    Rock doit faire attention car les populations sont plutôt pour une coopération avec le Mali.
    Regardez les français se sont amassés au Niger et les terroristes tuent toujours. Si le Burkina coopérait plus avec le Mali, on allait prendre les terroristes en sandwich. Voilà que on nous amène à l’abattoir en allant vers bazoum. C’est lui et la france qui décident des mouvements des djihadistes dans nos pays.
    On est mort.

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre à 11:11, par Alexio En réponse à : Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

    Bazoum le nouveau Idriss Deby du Sahel dont xses pertes de vitesses ont demontrees ses allegeanges a une France, elle meme en perte de vitesse chez cette jeunesse panafricaine qui ne demande rien d autres a la France de deblayer ses outils de son neo-colonialistes sur notre continent.

    - Le Franc-CFA.
    - Ses bases militaires.
    - La fin des ingerances dans sa politique et la fin de sa francafrique gaulienne qui supporte les dictateurs averes et criminels de cette entite mafieuse qui atrop durer et asservit les peuples d Afrique.

    - La Francophonie une organisation mortifere des langues africaines au profit du francais.

    Fin total du paternalisme ehonte de la France vis-avis de nos pays.

    La France ne doit plus prendre cette guerre comme c etait la sienne, si elle est veut reellement nos pays, une collaboration franche et transparente.

    Mr Bazoum doit porter son manteau de panafricain, sinon il va mordre la poussiere avec une France sans credit aux yeux du monde.

    Sans l Uranium Nigerien, la France allait baver dans l obscurite comme le Niger, pays qui leur ait permit de se lancer dans la technique de l energie nucleaire et commerciale.

    Combien le Niger gagne dans toute cette mascarade de predation de ses matieres premieres ?

    Aucune reaction par Bazoum quand le Macron l arrogant president le mal vote de lhistoire de son pays, accusait la femme nigerienne de faire beaucoup d enfants, em relativant la fecondite de ses femmes qui empechent le developpement de ce pays.

    Nous a demontrer que Macron est un Eugeniste.

    Répondre à ce message

    • Le 20 octobre à 07:18, par Tig-Ré En réponse à : Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

      Mon cher Alexio,
      Je ne comprends pas ce qui est difficile dans vos demande.
      Le Burkina peut quitter le franc CFA parce que je ne crois pas que les Ivoiriens ou les Sénégalais soient prets à nous suivre.
      Le Burkina peut quitter la francophonie
      Il n’y a pas de base française au Burkina.
      Qu’est-ce qu’on attend ? On attend juste peut-etre que vous les panafricains vous créez votre parti et on verra si le peuple vous suit ou pas.

      Répondre à ce message

      • Le 20 octobre à 20:55, par Gwandba En réponse à : Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

        Mon très cher tig-ré ou Tigre. ce qui revient à la même de toute manière comme le dit le marshal Zongo, même soze...
        Il n’est pas question là, que du Burkina seul qui est, si on a un regard global, aiguisé et juste des choses, une représentation spatiale de la chaîne mentale avec laquelle l’africain, celui qui prend l’histoire en cours de route, c’est à dire, comme ce que, ceux qui ont tracés ces frontières imaginaires veulent nous laissés croire.
        Beaucoup se souviennent encore de blaise compaoré car, il est le présumé assassin de SANKARA. Si non, il y a belle lurette que toute l’humanité avait déjà oublié qui il était et est de nos jours car, il est la représentation de ceux qui vendent leurs âmes pour 10 minutes dans la lumière de la vanité.

        Il revient à se tirer une balle dans le pied si seul le Burkina quitte le fcfa car, il ne vit pas en vase clos. Donc. Conscience panafricaniste oblige, tous, le ferrons ensemble.
        Pour la francophonie, ceux qui comprennent bien la langue française car, il y en a pas beaucoup, savent qu’elle n’est pas la langue du futur car, tout ce qui permet l’avancée de l’humanité de nos jours est en anglais, swaili, espagnol, chinois et surtout haoussa, zoulu et bientôt en mooré bambara, wolof etc...
        en informatique, certaines sciences, la musique, la géomancie, les mathématiques et autres sont d’abord en ces langues citée et par la suite, si possible en français car, la duperie n’a que trop durée. toutes personne polyglottes vous diraient penser en langue maternelle et les autres ne sont que traductions.
        Le voile mentale qui conditionne la pensée de certains d’entre nous est l’effet attendu. Il ne sont pas nombreux ceux qui se donnent le droit d’imaginé un monde parallèle. IL y a en plus les bases militaires qui, même s’ils ne sont pas situer un territoire, laisse penser qu’elles peuvent à tout moment tapées sur ceux qui osent désirer une dignité pour leurs existences.
        Votre poste laisse voir que vous faites parti de ces hommes qui savent ce qui empêche l’Afrique de se réaliser mais vous vous êtes trompé de bord. ;-)
        La moisson est bonne mais, il y a peu d’ouvriers. rejoignez les panafricains ;-) Vous vivrez utile !!!
        Bien cordialement

        Répondre à ce message

        • Le 21 octobre à 06:57, par Tig-Ré En réponse à : Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

          Mon cher Gwandba,
          L’union n’est pas pour demain. En regardant bien, vous vous rendrez compte que ceux qui demandent l’union sont les moins developpés. Pour s’unir il faut se rendre désirable d’abord donc occupons nous de nous rendre désirable avant de chercher des partenaires.
          Sankara n’a pas attendu l’union des africains avant de mettre en place ses idées.
          Le Ghana est seul avec sa monaie et s’en sort. Donc je conseille à tous les panafricains convaincus, anti-colonialistes du Burkina, d’arreter de parler et de passer à l’action.
          Créez votre parti et présentez vous aux élections et le peuple fera son choix.

          Répondre à ce message

          • Le 23 octobre à 15:52, par Gwandba En réponse à : Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

            Tig-Ré
            L’envie de se rendre désirable est le fond de l’ensemble de nos problème aujourd’hui car, cet objectif conditionne nos actes quotidiens orientés à plaire à ceux que nous voulons séduire et oubliant nos réalités. Le développement n’a pas la même ADN selon si nous sommes du sud ou du nord.
            Vous dites, "En regardant bien, vous vous rendrez compte que ceux qui demandent l’union sont les moins développés." Mettez de côté la batterie de votre téléphone, et passez un coup de file avec le reste...
            cette image pour répondre à la nécessité de l’union, pour ce qui concerne l’Afrique. Créer encore des partis politiques revient à continuer nous-même la division que nous ont imposés ceux qui intérêts à ce que nous restons divisés. Fragilisés comme nous sommes, car disséqués et vidés de l’essence de nous même, dispersés nous sommes que îlots face à la grande tâche qui le développement. Ce que SANKARA a commencé avant d’être arrêter par ceux qui nous ont imposés les créations de partis politiques par le bilai du fameux discours de la Baule comme si nous devons faire exactement comme ailleurs pour atteindre un supposé développement.
            L’exemple du Ghana est la réponse car, il possède sa monnaie et s’en sort parce qu’il est l’un des premiers africains à prôner l’union. Voyant que certains pays, Sénégal de Sengor, la Côte d’ivoire d’Houphouët sous l’emprise folle de plaire à la France, balaient cette union du revers de la mains, le Ghana donne à ce moment l’exemple pour faire revenir à la raisons ceux qui veulent être désirables en omettant aussi que le plaisir de ceux qui nous désirent est la jouissance qu’ils ont après les caresses de nos matières premières pour ne parle que de ça.

            Répondre à ce message

  • Le 19 octobre à 12:14, par Lool En réponse à : Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

    Les points de vue sur le Mali et la Guinée sont foncièrement réactionnaires et ne reflètent en rien les avis des différents peuples burkinabé et nigériens. Ce n’est pas vous qui avez pris le pouvoir pour Goïta et Doumbouya pour leur imposer un calendrier. Ils n’ont pas demandé votre avis avant de prendre le pouvoir au Mali et en Guinée. Vous n’avez aucune leçon à leur donner. Goïta et Doumbouya se réfèrent aux désidératas de leurs peuples. Ils suivent le calendrier que leur proposent leurs peuples respectifs. De part et d’autre, ils vont asseoir un système qui empêchent les prédateurs réactionnaires valets locaux de la France impérialiste de revenir au pouvoir. Cela va prendre le temps nécessaire qu’il faut.

    Répondre à ce message

  • Le 19 octobre à 12:34, par Le Vigilent En réponse à : Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

    Concernant le Mali, les deux chefs d’etat ont soutenu « qu’aucun argument ne saurait servir de prétexte à la non tenue des élections à la date prévue ». Messieurs les chefs d’etat du Burkina Faso et du Niger, est-ce à dire que c’est vous qui, plus que les autorités et les forces vives du Mali, répondez du sort du peuple malien ? Messieurs les présidents du Burkina et du Niger, sachez que les peuples burkinabé et nigerien estiment, pour leur part, qu’aucun argument ne devrait pouvoir servir de prétexte pour justifier votre incapacité à mettre fin aux attaques presque quotidiennes contre les citoyens de vos pays respectifs. Il ne vous appartient pas d’imposer au peuple malien de placer l’élection au premier rang de ses priorités. Pensez-vous que c’est l’élection qui va résoudre les problèmes existentielle de ce pays frère ? Il y a eu des élections à bonnes dates au Burkina et au Niger, mais le problème crucial de l’insécurité n’a pas été résolu dans ces pays. Il est même allé de mal en pis. SVP, laissez le peuple malien faire ce q’il estime et souhaite faire pour son bonheur.

    Répondre à ce message

  • Le 22 octobre à 06:59, par Sambiga En réponse à : Coopération Burkina-Niger : Les présidents Roch Kaboré et Mohamed Bazoum mutualisent leurs forces contre le terrorisme

    Les autorités maliennes font un rapprochement des djihadistes par le dialogue celles du Niger et du Burkina parle de coopération et poussent celles du Mali à respecter la date des élections comme quoi toutes les conditions sont réunies . Et c’est la volonté de la France qui est entrain d’être respectée. On vous voit venir . Aucune volonté du peuple n’est prise en compte. Attention !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Coopération militaire : L’ancien ministre, Nestorine Sangaré, évoque les secrets de l’accord militaire entre la France et le Burkina
Coopération : Une délégation du Millenium challenge corporation discute du second compact avec le président du Faso
Coopération sino-burkinabè : Les rideaux sont tombés sur la 2e édition du festival dédié aux deux pays
Burkina : Le convoi militaire français est « régulier et habituel », assure Alpha Barry, ministre des Affaires étrangères
Burkina Faso : L’Union européenne exprime son engagement pour la stabilisation du pays au profit du peuple burkinabè
Burkina : L’Union européenne disposée à approfondir sa coopération dans le domaine sécuritaire
Espace CEDEAO : Un atelier de plaidoyer en faveur des droits des personnes vulnérables
Burkina Faso : Un atelier de validation de gestion des archives diplomatiques en cours
Afrique de l’Ouest : Vers une dynamique de réseautage des organisations de la société civile pour le suivi du travail parlementaire
7e revue annuelle UEMOA-Burkina : 116 textes communautaires passés à la loupe par les experts
Coopération : Le Luxembourg offre cinquante réfrigérateurs solaires au ministère de la Santé du Burkina Faso
Mali : L’affaire « représentant spécial de la CEDEAO » emporte le 4e vice-président du CNT, Issa Kaou Djim
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés