Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Pour progresser, il ne faut pas répéter l’histoire, mais en produire une nouvelle. Il faut ajouter à l’héritage que nous ont laissé nos ancêtres.» Mahatma Gandhi

FESPACO 2021 : « Nous croisons les doigts pour espérer faire honneur au Burkina Faso », Boubakar Diallo

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET • vendredi 15 octobre 2021 à 08h15min
FESPACO 2021 : « Nous croisons les doigts pour espérer faire honneur au Burkina Faso », Boubakar Diallo

Son long métrage « Les trois lascars » a été sélectionné au FESPACO 2021. Il est l’un des fils prodiges du cinéma made in Burkina. Avec sa maison de production les "Films du dromadaire", Boubakar Diallo compte de nombreux films et séries à succès dans son palmarès. Entretien avec cet amoureux du 7e art.

Lefaso.net : Vous étiez d’abord connu comme le fondateur du Journal du jeudi ; qu’est devenu ce journal ?

Boubakar Diallo : JJ a mis la clé sous le paillasson comme on dit, après 25 ans de de parution hebdomadaire. Raison officielle : manque de rentabilité. Raison officieuse : les Bobos ont wacké le journal (rires).

Quand et comment vous est venu l’amour du cinéma ?

En vérité, j’ai été piqué par ce virus bien avant de penser à faire un journal. Autant, au collège, j’étais un ‘’rat de bibliothèque’’ (Dieu merci Facebook n’existait pas encore), autant j’étais accro aux projections de films au Centre culturel franco-voltaïque devenu aujourd’hui l’Institut français.

Parlez-nous un peu de votre parcours dans le cinéma...

Quand à l’époque, les réalisateurs africains déploraient le peu d’intérêt de notre public pour les films africains, moi j’inversais la question : ‘’est-ce que les cinéastes africains offrent à leur public ce qu’il attend d’eux’’ ? En d’autres termes, pourquoi n’avons-nous pas de films de divertissement comme à Hollywood, à Bollywood (on appelait ce type de cinéma ‘indiana’’ à l’époque des cinés Oubri et Rialé) ou à Hong Kong avec les films de Bruce Lee, Jacky Chan, etc. qui remplissaient les salles ? Le cinéma, c’est aussi le divertissement. Si on veut tenter un parallèle, ce n’est pas avec de la musique classique que vous allez animer les discothèques. Voilà un peu ce qui m’a motivé à mettre le pied à l’étrier pour cette belle aventure, afin de proposer modestement un autre cinéma africain.

A ce jour, combien de films avez-vous produits ?

Disons cinq films cinéma, dix téléfilms et cinq séries télévisuelles.

Vous aviez fait le pari de produire un film par semestre ; qu’en est-il ?

C’était un discours marketing pour réveiller les gens en leur montrant le potentiel de notre cinéma, sachant que le public est demandeur. Produire plus pour faire vivre les salles de cinéma, sachant que c’est de la quantité que vient la qualité. Il faut beaucoup de lait pour obtenir un peu de crème.

Quels sont vos plus grands succès ?

Je vais citer le premier succès en salle : ‘’Sofia’’ en 2004. Plus tard, il y a eu ‘’Mogo-Puissant’’ en 2006, puis ‘’Sam le caïd’’ l’année suivante. Bien après, ‘’Julie et Roméo’’ en 2011, puis ‘’Congé de mariage’’ en 2012 et enfin ‘’La villa rouge’’ en 2013. Parallèlement, il y a aussi quelques succès avec des téléfilms extraits de séries télé : ‘’La belle, la brute et le berger’’ et ‘’Clara’’.

Vous avez innové avec des films à petits budgets, faisant appel aux partenaires locaux et au numérique... Pouvez-vous nous en parler ?

Cela a été une expérience vraiment utile pour s’adapter à nos réalités et exister malgré la crise des financements. Au départ de mon expérience, je disais : ‘’que deviendrait le cinéma africain si d’aventure les guichets du nord venaient à tarir ?’’

Quelles sont les principales leçons que vous tirez du cinéma burkinabè ?

Je reste persuadé qu’il était impérieux de développer un plan B - en profitant de l’émergence du numérique - qui permet aujourd’hui à la jeune génération de produire des films, certes modestes, mais qui font vivre les salles de cinéma.

Votre long métrage "Les trois lascars" est le seul qui a été sélectionné pour le compte du Burkina pour le prochain FESPACO ; qu’est-ce que cela représente pour vous ?

Ce rendez-vous est un véritable challenge pour les Films du dromadaire qui, pour l’occasion, arrivent en attelage avec les films d’Avalon (Paris) et Alma production (Abidjan). Nous croisons les doigts pour espérer faire honneur au Burkina Faso.

Samirah Bationo

Auguste Paré (Vidéo)

Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Cinéma et musique : Ives Edgard, la machine à tourner
Musique : Sly de Sly , une pépite de la musique Ivoirienne
Musique au Burkina : Smarty dompte le stade municipal de Ouagadougou
Foire internationale du livre de Ouagadougou : Les exposants crient à la morosité du marché
Nuits atypiques de Koudougou : La 26e édition a tenu son pari
Donsharp De Batoro, Kundé d’or 2021 : « Ce trophée vient récompenser toute la filière art oratoire »
Burkina Faso : "La Ruche", un festival destiné à l’éveil du jeune public
Théâtre : le spectacle jeune « Beoogneere, l’espoir de la savane », présenté en avant-première
Burkina Faso : L’institut Goethe ouvre le bal de la 7e édition du festival de films scientifiques
Ciné Droit Libre 2021 : Alpha Blondy et Youssoupha, parrains de la 16e édition
Kundé 2021 : La 20e édition se tiendra sur fond de résistance et de résilience du peuple burkinabè
Burkina : Le musée de la musique rend hommage au maître incontesté du tianhoun, Bakary Dembélé
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés