Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Violence à Pô : Le procureur du Faso ouvre une enquête

Accueil > Actualités > Société • Déclaration • mercredi 13 octobre 2021 à 22h25min
Violence à Pô : Le procureur du Faso ouvre une enquête

Dans un communiqué datant du 12 Octobre 2021, le procureur du Faso affirme qu’une enquête a été ouverte en vue de situer les responsabilités sur les actes de violence des militaires sur des civils dans la ville de Pô. Ladite enquête a été confiée à la Brigade Territoriale de Gendarmerie de Pô qui a déjà enregistré des plaintes.

COMMUNIQUE DU PROCUREUR DU FASO PRÈS LE TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE DE PÔ

Dans la matinée du 12 octobre 2021, mon Parquet a été informé de ce que dans la nuit du 11 au 12 octobre 2021, des éléments de la Garnison de Pô ont fait une descente dans la ville aux abords de la RN n° 05 et exercé des actes de violences sur des personnes se trouvant soit à leur lieu de commerce, soit dans les débits de boisson bordant la voie. Il en est résulté pour certaines personnes des blessures légères et pour d’autres des blessures graves. D’autres personnes encore ont dans la foulée perdu des biens matériels et des numéraires.

Il ressort des comptes rendus préliminaires que dans la soirée du 10 octobre 2021, une dame qui vit en couple a été courtisée par un militaire de la Garnison de Pô. Elle a informé ce dernier qu’elle est mariée. Refusant d’entendre raison, le militaire l’a suivi jusqu’au lieu de commerce de son mari. Ce dernier a demandé alors au militaire de quitter les lieux. Refusant d’obtempérer, il s’en est suivi une altercation. Quelques badauds ayant suivi la scène se sont présentés sur les lieux pour comprendre ce qui se passait. Imprégnés de la situation, ils ont prêté main-forte au mari de la dame, et le militaire se sentant en difficulté a fait usage de son arme à feu pour dissuader et prendre la fuite.

Le lendemain 11 octobre 2021, dans la nuit, ce dernier a mobilisé certains de ses camarades de la garnison pour en découdre avec les populations en guise de représailles.

En réaction à ces actes de violence, la population a érigé dans la matinée du 12 octobre 2021, des barricades sur la RN n°05.

Une enquête a aussitôt été ouverte par mon parquet en vue d’élucider les faits et situer les responsabilités. Ladite enquête est confiée à la Brigade Territoriale de Gendarmerie de Pô qui a déjà enregistré des plaintes. Toute personne victime ou témoin des incidents intervenus peut se rendre spontanément à ladite Brigade aux fins de prendre en compte sa version.

Le procureur du Faso profite également informer l’opinion que, contrairement à certaines allégations sur les réseaux sociaux, ni lui, ni aucun autre magistrat, ni les autres acteurs de la juridiction n’étaient présents sur les lieux au moment du déroulement des incidents sus visés et qu’ils n’ont pu être personnellement touchés. Une telle précision n’enlève cependant pas aux faits leur extrême gravité.

Le procureur du Faso souhaite prompt rétablissement aux blessés et appelle la population au calme. Il rassure également les victimes que les faits sus évoqués et tout autre fait infractionnel que révèlera l’enquête seront traités conformément à la loi.

Fait à Pô le 12 Octobre 2021,

Le Procureur du Faso

KIENTGA Nestor

Vos commentaires

  • Le 13 octobre à 15:37, par Banana Republic En réponse à : Violence à Pô : Le procureur du Faso ouvre une enquête

    Bon sang

    On pensait que notre armée avait dépassé ce stade.
    On mettra beaucoup de temps à se débarrasser de la racaille qui truffe cette armée.
    Prompts a en découdre avec des civils aux mains nues.
    Mais jettent les armes et sont portés disparus et retrouvés sains et saufs, comme le dit l’expression consacrée, devant les terroristes qui ont des armes comme eux....

    .

    Répondre à ce message

  • Le 13 octobre à 20:49, par Aboubakrine En réponse à : Violence à Pô : Le procureur du Faso ouvre une enquête

    Si le peuple burkinabè n’a pas accepté que le fait d’être militaire soit un passe droit pour le pouvoir, comment pourrait il accepter que cela puisse constituer un droit de cuissage. Ces militaires ne méritent pas notre armée. ILs doivent être radiés. Nous ne pouvons tolérer de telles comportements. Un militaire ne peut pas se permettre une telle bassesse. Parce que un militaire n’est pas un animal, c’est d’abord un enfant bien éduqué d’une famille qui sait que le respect de la femme en général et de la femme d’autrui ne se discute pas. Des comportements immoraux de ce genre doivent être condamnés. Le temps où les militaires font des descentes punitives pour de telles bassesses est révolu. Nous ne l’accepterons ni d’un Général ni d’un Caporal ; d’aucun soldat.

    Il faut défendre la patrie, pas défendre un idiot et un comportement d’idiots à la recherche d’un droit de jambage. Même à la guerre il y a un comportement de dignité pour ne pas commettre de crime de guerre à plus forte raison dans une ville apaisée.

    Que ceux qui ont participé à cette stupide entreprise le sachent, nous les suivront et leur évolution dans la société sera suivie. Nous n’accepterons jamais qu’ils soient promus à des postes de responsabilité dans ce pays. À la seule condition qu’ils s’amendent et demandent pardon au peuple.
    .

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 08:51, par HUG En réponse à : Violence à Pô : Le procureur du Faso ouvre une enquête

    On a beau chasser le naturel il revient au galop.Apres une insurrection populaire des soi disant militaire se comportent ainsi. C est normal car le plus rien ne sera comme avant est devenu pire qu avant. Le mpp est cdp bis.Allons seulement.

    Répondre à ce message

  • Le 14 octobre à 10:42, par Popol En réponse à : Violence à Pô : Le procureur du Faso ouvre une enquête

    ces soldats , c’est pas la peine ....

    ils sont Forts contre les faibles (civils non armés) et faibles devant les forts (terrorristes armés)...

    est-ce qu’en ce moment même un soldat peut se preoccupés d’affaires de moeurs comme celle-ci...

    pitoyabe .

    Mais vous savez ce qui va se passer : R I E N

    Au Faso , le peuple est un réseau social : on reagit à l’evenement du moment et au sensationnel....après on vaque à nos occupations
    Personne , aucun journaliste , ne suivra réellement ce sujet pour voir si ’il ya eu des sanctions ou des actions concrêtes....et pour cause ....on sera bientôt distrait par autre chose cette semaine .....FESPACO , Affaire Thomas Sankara....etc

    au finish , les jours se passent et se ressemblent : bcp de bavardages , peu de responsabilités , amusement du peuple

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Centre-nord du Burkina : La construction de la présidence de la future université de Kaya a commencé
Gestion du contentieux de l’Etat : l’Agence judiciaire de l’Etat échange avec les responsables des structures déconcentrées de la Boucle du Mouhoun
SONABHY : Le nouveau directeur général, Dr Alpha Oumar Dissa, s’engage à promouvoir le plein épanouissement professionnel des agents
Sondage : Deuil national ou Journée de souvenir et d’hommage populaire aux victimes des attaques terroristes (civils, personnels des Forces de défense et de sécurité, VDP) ?
Efficacité de l’utilisation des ressources dans le secteur du bâtiment et de la construction au Burkina Faso : Une question de plus dans l’agenda du ministère de l’Urbanisme, de l’habitat et de la ville
PNDES II : C’est au tour du Centre ouest de s’informer et s’outiller sur les enjeux
Banque commerciale du Burkina : Le personnel rend hommage à l’ex-directeur général Mahmud Hammuda
Burkina Faso/Fête du Maouloud : La journée du mardi 19 octobre 2021 déclarée chômée et payée
16e synode diocésain à Ouagadougou : « Le but est de faire germer des rêves, susciter des prophéties et des visions », dixit Phillipe Ouédraogo
Violences basées sur le genre et mécanisme de gestion des plaintes : Les acteurs concernés outillés à Koudougou
Koudougou : Le styliste François 1er renforce les capacités de son entreprise
Bobo-Dioulasso : Le syndicat des transporteurs intercepte cinq cars ivoiriens en transit sur le territoire burkinabè, avec à son bord des passagers nigériens
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés