Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Pour progresser, il ne faut pas répéter l’histoire, mais en produire une nouvelle. Il faut ajouter à l’héritage que nous ont laissé nos ancêtres.» Mahatma Gandhi

Crise sécuritaire au Burkina : « Nous en appelons à des réformes urgentes à tous les niveaux », Issiaka Ouédraogo, président du CISAG

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Attaques terroristes • LEFASO.NET • lundi 11 octobre 2021 à 22h29min
Crise sécuritaire au Burkina : « Nous en appelons à des réformes urgentes à tous  les niveaux », Issiaka Ouédraogo, président du CISAG

Le Conseil d’information et de suivi des actions du gouvernement (CISAG) a organisé une conférence de presse, ce lundi 11 octobre 2021 à Ouagadougou. Au menu, le sommet Afrique-France, la gestion de la crise sécuritaire au Sahel et la gouvernance.

La question du nouveau sommet Afrique-France qui s’est tenu le 8 octobre 2021 à Montpellier, en France, a été le premier point abordé au cours de cette conférence de presse. Pour le président du Conseil d’information et de suivi du gouvernement (CISAG), Issiaka Ouédraogo, le choix des organisations de la société civile (OSC) et des différents chefs d’entreprises pour représenter la jeunesse africaine était en fonction des intérêts de l’interlocuteur en l’occurrence de la France. « La France a invité ses amis de la société civile pour discuter », a-t-il fustigé, rappelant que c’est l’ambassade de France à Ouagadougou qui a sélectionné la délégation du Burkina Faso.

À en croire le président du CISAG, le choix n’a pas été transparent. Toutefois, il a félicité ces jeunes Africains pour la pertinence de leurs discours tenus devant le président français. Au-delà du changement du format à travers la participation de la jeunesse africaine en lieu et place des dirigeants, le CISAG s’est interrogé sur l’opportunité du lieu de la rencontre. Pourquoi ne pas tenir maintenant ces sommets en Afrique aussi, s’est-il interrogé, ajoutant que cela profite plus à la France qu’à l’Afrique.

Le président du CISAG, Issiaka Ouédraogo, interpelle les gouvernants sur la gestion de la crise sécuritaire

Outre le sommet, le CISAG, s’est penché sur la situation sécuritaire dans le Sahel qu’il juge très difficile. Après avoir salué le "léger " réaménagement qui a été opéré à la tête de l’armée burkinabè, Issiaka Ouédraogo, appelle les Burkinabè, particulièrement les dirigeants, à un sursaut patriotique afin de vaincre l’hydre terroriste. Ce dernier réajustement au niveau de l’armée, poursuit-il, n’est pas suffisant pour arriver à bout de l’insécurité. « Nous en appelons à des réformes urgentes aux niveaux sécuritaire, économique et social afin de minimiser l’impact de la crise actuelle que vit le Burkina Faso », a-t-il soutenu. Le temps presse et il faut agir dès à présent, a-t-il conclu.

Clientélisme dans la gouvernance

Le président du CISAG a dénoncé des accointances au sommet de l’Etat qui, de son point de vue, ne sont pas de nature à améliorer la gouvernance. Sur ce point, il a appelé le président du Faso, à se départir des "affinités et à nommer les personnes compétentes au service de l’Etat burkinabè".

Le CISAG invite la presse à jouer sa partition à travers la dénonciation afin de vaincre l’insécurité

La structure de veille a exprimé sa désapprobation par rapport à la vaccination contre le covid-19 au Burkina. « Nous nous insurgeons contre le chantage ignoble qui consiste à imposer à nos Etats, le principe, vaccination contre réouverture des frontières », a laissé entendre le président du CISAG. La vaccination selon le CISAG doit être libre et sans conditions a-t-il défendu.

Serge Ika Ki (stagiaire)
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Province du Mouhoun : Des assaillants emportent deux motos à Débé et Soukouy
Insécurité au Burkina : « Désormais, il y aura une grande communication avec nos troupes », promet le ministre de la défense
Insécurité au Burkina : Des bases terroristes détruites par les soldats de l’Opération Koudanlgou IV
Attaque d’Inata : Le rapport de l’enquête remis au Président du Faso
Actes terroristes au Burkina : L’ ANAPEV invite les populations à cesser toutes publications incitatives
Insécurité au Burkina : Le gouvernement s’explique devant l’Assemblée nationale
Burkina : Trois soldats tombés et une dizaine de terroristes neutralisés à Thiou dans le Nord
Situation sécuritaire au Burkina : L’Union des Forces Progressistes (UFP) appelle à doter conséquemment les forces de défense et de sécurité
Inhumation des gendarmes tués à Inata : Entre désolation et colère
Situation sécuritaire au Burkina : Le MBDHP se démarque des appels incessants au coup d’état militaire
Crise sécuritaire au Burkina : L’APP/Burkindi exhorte le président du Faso à la prise de « décisions radicales et courageuses »
Situation sécuritaire au Burkina : Le Balai citoyen dénonce l’irresponsabilité des autorités
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés