Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La valeur du pardon se mesure à la gravité de la faute pardonnée» Charles Blé Goudé

Procès Thomas Sankara et 12 autres : « C’est une victoire d’étape », selon Luc Damiba du Comité international mémorial Thomas Sankara

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • lundi 11 octobre 2021 à 11h44min
Procès Thomas Sankara et 12 autres : « C’est une victoire d’étape », selon Luc Damiba du Comité international mémorial Thomas Sankara

« Pour nous, enfin, le temps de la justice a sonné ce matin 11 octobre à quatre jours de la date fatidique du 15 octobre 1987. C’est un grand ouf de soulagement et c’est une victoire d’étape. Il y a d’autres victoires qui seront annoncées. Une partie de la vérité sera dite », a déclaré Luc Damiba, secrétaire général du Comité international mémorial Thomas Sankara, à l’ouverture du procès.

Pour lui « même en l’absence des deux principaux accusés (Blaise Compaoré et Hyacinthe Kafando), une bonne partie de la vérité sera dite à ce procès. « Il y a douze accusés qui sont là et 60 témoins. Toutes ces personnes ne peuvent pas continuer à mentir. Il y a la justice de leur conscience qui les gronde. Il vont dire la vérité. Nous l’espérons », a poursuivi Luc Damiba.

« Ce procès va nous apporter beaucoup. Il va permettre aux familles des victimes de connaître la vérité. Elles vont se sentir solidaires de la justice et surtout retrouver une forme d’humanité débarrassée de la rancoeur, de l’aigreur, de la peur », a déclaré Jean Hubert Bazié, ex-compagnon de Thomas Sankara.

A l’en croire, ce procès va permettre aux Burkinabè de se retrouver, se réconcilier sur la base de la vérité. « La réconciliation ne peut pas brûler l’étape de la vérité. Si elle brûle l’étape de la vérité, ce sera une pure comédie. Quand vous en voulez à quelqu’un, il y a quelque chose d’interne qui vous ronge », a laissé entendre l’ex-compagnon de Thomas Sankara et ancien journaliste.

Au moment où se tient le procès, il a eu une pensée à l’endroit des enfants des victimes qui avaient trois mois ou quinze ans au moment du drame du 15 octobre 1987.

« Je suis à la cité An 3. J’ai vu comment ce drame a détruit la sociabilité des gens. Il y en a qui ont été obligés de quitter la cité parce qu’ils ne pouvaient pas supporter le regard des victimes. Il y en a qui se sont dispersés. Je sais de quoi je parle. Il y a des familles dont les enfants ont sombré dans la folie. Il y a des familles qui ont été obligées de quitter la cité An 3 pour aller en zone non lotie parce que la maman n’était pas fonctionnaire et n’avait pas une rémunération mensuelle constante. Je ne dis pas que d’autres n’ont pas vécu des drames similaires ou terribles. Je dis seulement qu’aujourd’hui c’est le jugement du drame du 15 octobre 1987. Nous devons fonder un grand espoir en la réconciliation à travers cette manifestation de la vérité parce qu’il y a eu trop de mensonges. »

LeFaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : L’accusé Bossobè Traoré est-il dans de beaux draps ?
Procès Thomas Sankara et douze autre : Zidwemba Claude François relate sa version des faits
Procès Sankara : L’accusé Bossobè Traoré affirme qu’il était membre du groupe qui assurait la sécurité de Thomas Sankara
Procès Thomas Sankara et douze autres : « Nous n’avons jamais envisagé que l’un tue l’autre », dixit le témoin Laurent Ilboudo
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Confronté au témoin Ismaël Diallo, Jean Pierre Palm nie avoir été chez lui le 16 octobre 1987
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Ismaël Diallo demande que les journalistes quittent la salle
Assassinat de Thomas Sankara : La participation d’autres chefs d’État revient avec insistance
Procès Thomas Sankara et douze autres : "Le ver était déjà dans le fruit", declare Ismaël Abdoulaye Diallo
Procès Thomas Sankara et douze autres : Mme Naoura Kationga Thérèse enfonce Bossobé Traoré
Coup d’État du 15 octobre 1987 : Quand la venue du Pape Jean-Paul II au Burkina sauve la vie du détenu Tibo Ouédraogo
Procès Sankara et compagnons : Quand le tribunal cherche à savoir si en 1987, il existait le téléphone-portable
Coup d’État du 15 octobre 1987 : « J’ai exécuté l’ordre, mais je n’ai pas fait ce qu’on m’a demandé », clarifie l’accusé Tibo Ouédraogo
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés