Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Qui n’a pas envie de donner, donne de la main gauche» Proverbe burkinabè

Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Procès Thomas Sankara • LEFASO.NET • lundi 11 octobre 2021 à 10h35min
Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

Il était 9h12, ce lundi 11 octobre 2021, lorsque le tribunal a fait son entrée dans la salle des Banquets de Ouaga 2000, requise pour ce procès Thomas Sankara et ses douze compagnons. Mais l’audience va être suspendue après 30 minutes, pour gérer la question des assesseurs.

Le président du tribunal donne le ton par les actes successifs recommandés pour une telle instance. Lecture de l’ordonnance portant délocalisation de l’audience, appel des accusés (douze des quatorze répondent présents, les absents sont Blaise Compaoré et Hyacinthe Kafando). Puis, c’est l’étape de la désignation des assesseurs (trois titulaires et deux suppléants). Une liste d’officiers, susceptibles d’être tirés, est d’abord adressée.

Le premier tiré est le général Brice Bayala. Celui-ci avance au prétoire pour donner son avis. Il soumet deux inquiétudes au tribunal : impossibilité pour lui de tenir pendant deux heures de temps sans aller pour des besoins (se soulager) et secundo, il dit être en attente d’un examen de santé (il ne sait donc pas à quel moment pourrait-il être appelé pour cela). La préoccupation est soumise par le président du tribunal aux parties (la partie civile, la défense et le Procureur). Finalement, le tribunal l’excuse pour cette question de santé. Il se retire.

Le deuxième à être tiré est général Nazigouba Ouédraogo. Il avance au prétoire, remercie le tribunal pour cet "honneur". Mais soumet-il, lui également, une inquiétude : ses relations personnelles avec certains accusés, "amitiés de longue date". En clair, il ne pense pas pouvoir être objectif. Le tribunal finit par prendre acte de son auto-récusation.

Dans cette tendance, le président du tribunal suspend l’audience à 9h42, pour, informe-t-il, prendre une décision à cet effet. Au moment où nous rédigions ces lignes, 10h10, le tribunal était toujours en aparté sur cette question.

Notons que les assesseurs assistent le juge qui préside l’audience.

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 11 octobre à 10:52, par Kouda En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

    Quand il s’agit de recevoir des honneurs, on est en pleine santé. Par contre, quand il s’agit d’aider à la manifestation de la vérité, de s’assumer et de travailler, on est malade. Prompt rétablissement à vous mon général.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 11:06, par Le réaliste En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

    Quand le patriotisme et l’intégrité n’animent plus certains Burkinabè malgré leur rang ! C’est vraiment dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 11:30, par Lom-Lom En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

    C’est de vrais officiers, ces deux généraux qui se sont excusés l’un pour des questions de santé (ce qui est objectif) et le second pour des questions humaines (amitié de longue date avec certains accusés) qui pourraient compromettre sa participation en toute neutralité aux débats. C’est cela être un officier digne et l’armée Burkinabè en compte encore malgré les 27 ans de passage à vide dans cette institution (Grande Muette). C’est de cette dignité que Mr Compaoré devrait faire preuve, venir pour le procès, dire ce qu’il en sait et ce qu’il n’en sait pas, écouter ce que les autres ont à dire, tirer ses propres leçons même en dehors de toute considération partisane, sorti grandi qu’il soit condamné ou pas. Mais voilà, dommage, il a refusé cette offre de rentrer la tête haute dans l’Histoire de son pays, en acceptant d’écouter une fois encore le jugement et d’affronter le regard de son peuple. Dommage, vraiment dommage pour lui.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 11:48, par Sagesse En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

    Est-ce qu’on juge les accusés à causevdu coup d’état ou a cause de la suite qui s’en est découlée, la mort des 12 personnes ?

    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 12:14, par Passakziri En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

    Finalement c est un peu curieux que le général Naziningouba Ouedraogo ait pu être retenu sur cette liste. N est-ce pas lui qui aurait établi le certificat de décès du président Sankara ? A moins que je ne me trompe. Mais il a su rester honnête pour reconnaître qu il ne pourra pas garantir d être neutre. Tant mieux.

    Passakziri

    Répondre à ce message

    • Le 11 octobre à 13:01, par Lom-Lom En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

      Je ne crois pas ce soit lui qui ait signer le certificat de décès du Capitaine Sankara. Je pense que c’est un certain GUEBRE qui ait signé ledit certificat avec la mention "Mort naturelle", ce qui a indigné une partie de l’opinion publique. Cet Officier est d’ailleurs invité au procès pour la signature de ce document ! Certainement qu’il pourra dire sur quelle base, il a fait le constat du décès et établir le document avec mention "Mort naturelle" !

      Répondre à ce message

    • Le 11 octobre à 13:03, par Teeltaaba En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

      C’est le Colonel Alidou DIEBRE qui a signé le Certificat de mort de Thomas SANKARA

      Répondre à ce message

    • Le 11 octobre à 13:41, par HORUDIAOM En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

      Passakziri, ce n’est pas lui qui a signé le certificat de décès de Thomas Sankara. C’est plutôt le Colonel Major Alidou Diébré. Le général Nazinigouba a signé le certificat de décès de David Ouédraogo. Je suis aussi surpris que ce dernier puisse être choisi comme assesseur dans ce procès, au regard de sa proximité avec Blaise Compaoré et Gibert Diendéré. Il fut le médecin de Blaise Compaoré. C’est mieux qu’il s’auto récuse. Que justice soit rendue au président Thomas Sankara. Il le mérite !

      Répondre à ce message

      • Le 11 octobre à 15:47, par Passakziri En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

        Ok . Merci pour les précisions.
        On espère que la vérité jaillira malgré la fuite en avant de quelques acteurs clés de ce crime.

        Passakziri

        Répondre à ce message

      • Le 11 octobre à 16:01, par Nabiiga En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

        @ Horoudiam

        Tiens, je me rappelle. Effectivement, c’est bien lui qui a signé le certificat de décès de David Ouédraogo sans se soucier de ce qui est arrivé à la victime dont il signait son certificat de décès et ce, en dehors de la déontologie de sa profession de médecin. Mais, tenez, peut-on le blâmer pour avoir signé ce certificat de décès-là ? Pas vraiment, car à l’époque, toute personne susceptible de signer un certificat de décès, tant à Ouaga que dans les Provinces, avait un dossier de demande de certificat de décès considérable à gérer quotidiennement. Bref, ils étaient tous débordés des demandes qui atterrissaient sur leurs bureaux sans discontinuité de partout sur le territoire national et pour cause, il y avait deux sanguinaires à l’œuvre sur la scène nationale : Blaise et son petit frère François, chacun assassinait de son côté et à sa guise. Imaginez le dégât si François la sanguinaire succédait à son grand frère la sanguinaire ? Le Burkina aurait été aux prises avec un clan de sanguinaires au sommet de l’état car toute porte à croire que si la succession, (objet de toutes les manipulations pour la modification de l’article 37) avait réussi, une autre sanguinaire de la famille succèderait à François pour assurer la continuité de sanguinaires au sommet de notre cher Burkina.

        Répondre à ce message

    • Le 11 octobre à 17:46, par Sidpawalemde Sebgo En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

      Passakziri, il est sur la liste parce que leur procédure demande de prendre comme accesseurs, de préférence, des officiers de rang supérieur au plus gradé des accusés.

      Ici, c’est le général Diendéré le plus gradé des accusés, donc ils ont listé d’abord les généraux plus gradés que lui.

      Remarquez que s’il ne s’était pas récusé, c’est probablement la partie civile qui l’aurait fait récuser, pour les mêmes raisons : trop proche de certains accusés.

      Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 12:40, par JOO En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

    Excellence Monsieur Blaise Compaoré. Vous qui êtes militaire, officier, Président de ce pays pendant longtemps. Où est-ce que vous mettez l’honneur ? Ça veut dire que durant ces 34 ans on était dirigé par...…

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 13:05, par Kiendrebeogo issaka En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

    Les avocats sont ce qu’ils sont ; ils sont prêts même à defendre le diable avec des termes juridiquement « techniques » pour la compréhension d’un citoyen lambda. Sinon pourquoi parler de proces politique alors que l’assassinat là même est un assassinat politique et de surcroit par des hommes de tenue qui ne peuvent êtres jugés que par le tribunal militaire avec un code militaire et ses règles . Que la vérité triomphe même sans la presence des accusés en fuite.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 13:57, par Nabiiga En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

    Enfin, où est-il passé CACA pour nous livrer ce qu’il pense de cette première journée d’audience, surtout en ce qui concerne ces deux anciens généraux que je trouve très honnêtes : qui pour des raisons de santé pour s’excuser, qui pour une grande question d’incapacité de neutralité. Quoi de plus honnête de leur part. Le Burkina a tendu la main à l’idole de CACA de rentrer tête haute au bercail pour dire sa part, enfin, de la vérité, surtout et avant tout, ce qui s’est passé. Le Capitaine est humaine est donc victime des faiblesses de tout être : infaillibilité. Oui, se lèvera-t-il pour déclarer tête basse :’ Thomas et moi nous entendions plus, j’ai demandé à XYZ de le mettre aux arrêts. Ils sont partis et les choses ont mal tourné. Je regrette profondément ce qui s’est passé et présente mes condoléances les plus attristées d’abord, à la famille de Thomas et à la nation. Je me soumets à la volonté du peuple’ Le Capitaine sera acclamé haut et fort de partout. Mails hélas, avec CACA et d’autres basses figures sans vergogne ni honneur à ses côtés, comment peut-on compter sur l’humilité de l’accusé, l’humilité qui est pourtant le signe de courage de tout homme. Le Capitaine, ayant refusé la main tendue de la nation, doit désormais trouver ses propres moyens pour se rendre au pays. N’gaw.

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 15:53, par swarts En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

    Pour notre part, l’absence de Blaise n’est pas un ’problème. Il y a de grands collabos de Blaise, de grands sachants de tout ce qui s’est passé. Une de ces grandes bibliothèques est bien LINGANI Issaka, grand dèbateur à BF1 qui affirmait être au courant de plusieures (5) tentatives d’assassinat fomentées contre Blaise. Et donc le Tribunal dispose de tout pour reconstituer le puzzle, dire le droit et rendre Justice

    Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 18:01, par Un Burkinabê En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

    En ne venant pas au procès je pense que Blaise Compaoré doit être exclu des avantages tels que la grâce présidentielle, l’amnistie ou le pardon. Quand à Hyacinthe Kafando, il a honni et grenier la bravoure de ceux de Boulsa. Je pense que nous devons faire un l’actionnariat populaire pour engager un commande pour aller les kidnapper et les amener au procès. Il ont le droit de ne pas parler au juge mais ne peuvent pas refuser de venir au procès

    Répondre à ce message

    • Le 15 octobre à 13:40, par SOME En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

      Oui il existe des procedures pour dechoir le president de ses prorogatives d’ancien president. Ton idee est tres interessante, mais il faut une volonte politique et ce n’est ce gouvernement actuel qui le fera... il nous appartient anous citoyens de lancer meme l’initiative. Les apatrides ne doivent pas profiter des biens de l’etat et meme les utiliser pour nous tuer encore. Lancons cette initiative pour obliger le gouvernement a suivre la volonte du peuple
      SOME

      Répondre à ce message

    • Le 15 octobre à 14:08, par SOME En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

      Oui il existe des procedures pour dechoir le president de ses prorogatives d’ancien president. Ton idee est tres interessante, mais il faut une volonte politique et ce n’est ce gouvernement actuel qui le fera... il nous appartient anous citoyens de lancer meme l’initiative. Les apatrides ne doivent pas profiter des biens de l’etat et meme les utiliser pour nous tuer encore. Lancons cette initiative pour obliger le gouvernement a suivre la volonte du peuple
      SOME

      Répondre à ce message

  • Le 11 octobre à 18:55, par Papa En réponse à : Procès Sankara et compagnons : Deux généraux désignés comme assesseurs se recusent

    Blaise Compaoré a refusé la main tendue du peuple Burkinabe pour rentrer la tete haute au pays il a plutôt choisit de rentrer en cercueil au bercail puisqu’il sera condamné par contumace , dans la vie chacun est libre de son choix .Cette famille est composée de lâches , le petit frere se debat en France pour ne pas rentrer au pays tandis que le grand frere lui aussi est caché en cote d’Ivoire et refuse de se presenter au tribunal de son pays c’est pour dire que seul DIEU EST FORT le reste cest vanité des vanités.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès Thomas Sankara et douze autres : "Je ne savais pas que j’avais le bec dans l’eau", regrette Mousbila Sankara
Burkina : Philippe Ouédraogo ne croit pas à la supposée intention de Blaise Compaoré de prendre le pouvoir en août 1983
Révolution démocratique et populaire du Burkina : "Thomas Sankara avait une tendance à décider tout seul, sans tenir compte de ses collaborateurs", dit Philippe Ouédraogo
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Le témoin Ernest Nongma Ouédraogo était "étranger" à tout
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Bernard Sanou, l’officier qui a dissuadé « Le lion » de descendre sur Ouaga
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Selon Issa Dominique Konaté, les chefs d’Etats voisins suivaient de près la situation au Burkina
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Issa Dominique Konaté explique le mode de fonctionnement du CNR
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Le président de la Chambre met en garde Germaine Pitroipa
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Le colonel-major Bernard Sanou à la barre
Procès « Thomas Sankara » : « Gilbert Diendéré n’est pas méchant », témoigne Ousséni Compaoré, ancien commandant de la gendarmerie
Procès Thomas Sankara : Blaise Compaoré a bénéficié du soutien de plusieurs chefs d’État, selon Ousseni Compaoré
Procès « Thomas Sankara et douze autres » : Blaise Compaoré détenait l’essentiel du pouvoir sécuritaire, selon Ousseni Compaoré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés