Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite", pense Achille Tapsoba

Accueil > Actualités > Politique • LEFASO.NET • mercredi 22 septembre 2021 à 23h10min
Burkina : La réconciliation nationale

Les députés du groupe parlementaire du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) tiennent, les 22 et 23 septembre 2021 à Kombissiri, dans la région du Centre-sud, leurs premières journées de l’année 2021 et de la VIIIème Législature.

"La réconciliation nationale pour un Burkina de paix et de cohésion sociale" est le thème retenu par le groupe parlementaire de l’ex-parti au pouvoir. Pour mieux appréhender le sujet sur tous ses angles, les députés auront droit à deux communications sur "rôle et contribution de l’opposition à la recherche de la réconciliation nationale" et "les conditions d’une vraie réconciliation nationale : perspectives et étapes nécessaires", respectivement développées par l’ancien Président de l’Assemblée nationale, Mélégué Traoré et le journaliste Lookman Sawadogo.

La démarche de réconciliation nationale semble double, à savoir permettre aux victimes de s’exprimer publiquement et inviter les auteurs d’exactions à reconnaître leurs actes.

"Démarche collective forcément douloureuse, la réconciliation nationale a connu un de ses exemples les plus aboutis dans l’Afrique du Sud de la transition démocratique, soutenue par le président Nelson Mandela et le vice-président Frédéric De Klerk. Elle n’est pas impossible chez nous, pourvu que la volonté politique s’y invite", pense le président du groupe parlementaire CDP, Achille Tapsoba.

C’est également dans cette perception de nécessité d’aller à la réconciliation nationale, que les présidents et représentants des autres groupes parlementaires invités à la cérémonie d’ouverture ont livré leur discours.

"Nous devons nous réconcilier, parce que l’effritement du tissu social est une réalité", peut-on citer, au passage, le représentant du groupe parlementaire MPP, parti au pouvoir.

Pour rappel, la VIIIème Législature se compose du groupe parlementaire CDP, le groupe Paix Justice et Réconciliation nationale (PJRN), le groupe parlementaire du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), le groupe parlementaire de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), celui du Nouveau temps pour la démocratie (NTD) et le groupe parlementaire Rassemblement pour la démocratie et la justice (RDJ).

Sur l’ensemble, seuls les deux premiers (CDP et PJRN) constituent l’opposition parlementaire.

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 septembre à 15:29, par Paul En réponse à : Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite", pense Achille Tapsoba

    Il vous a fallu 20 ans pour un début de lucidité Monsieur Achille Tapsoba pour reconnaitre l’exemple de l’Afrique du Sud. En 2001, vous nous aviez pondu votre journée du pardon sans savoir qui demande pardon à qui ? pour quels actes ? qui est responsable des actes ? etc. Donc, osez le chemin difficile et douloureux : vérité, justice, pardon et la réconciliation sera au bout ! Par principe et par reconnaissance aux victimes d’exaction, vous ne devez pas enjamber la case Justice. Bonne suite de réflexion à Kombissiri !

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 16:12, par Le Vigilent En réponse à : Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite", pense Achille Tapsoba

    Si vous voulez aller à la réconciliation avec la vision de l’auteur de « SE RECONCILER OU PÉRIR », Lookman Sawadogo, pour ne pas le citer, alors c’est raté ! Trouvez-vous d’autres communicateurs moins partisans.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 16:26, par PIADOUI En réponse à : Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite", pense Achille Tapsoba

    Réconciliation—réconciliation !!
    Bouche mielleuse de Politicien !! Quand ils ne sont pas aux affaires ; ils se jouent "LES SAINTS" ! Pourtant chacun vient pour se remplir les poches.
    UPC hoo...:MPP hoo..CDP ;hoo..UNIR/PS hoo ;.MPS hoo ; Tout c’est même "P" là.

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 21:35, par Vérité Indiscutable En réponse à : Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite", pense Achille Tapsoba

    Votre Réconciliation n’est pas alignée sur ce qui devrait être fait. Voilà pourquoi elle ne marchera jamais. Au grand jamais. Vous perdez votre temps en pensant que votre réconciliation consiste à donner la bénédiction à des malfrats dont les victimes n’ont pas encore fini de sécher leurs larmes. Ca ne marche pas ainsi.

    Répondre à ce message

    • Le 23 septembre à 03:38, par AMADOU En réponse à : Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite", pense Achille Tapsoba

      La réconciliation passe forcément sur le repentir. Une question de bonne foi et d’intérieur. Avez vous entendu Blaise et son frère le faire ? Pourtant vous avez vu comment Norbert Zongo a été tué et brûlé sous les yeux de sa mère. Vous avez suivi comment Blaise a laissé enterrer SANKARA comme un animal ou même moins. Monsieur Achille pouvez-vous imaginer que l’on déterre Thomas SANKARA ? La main du tout puissant avec son plan qui vous a tous surpris. Sans réconciliation vous verrez comment SANKARA et ses compagnons seront renterrés de nouveau .Monsieur Tapsoba il n’y a pas d’hommes forts. Si vous jurez que vous allez mourir un jour vous n’aurez pas menti. Seul Dieu est éternel. Soyons humble. Blaise le sait déjà. C’est Dieu qui est fort

      Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 07:03, par swartskoff En réponse à : Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite", pense Achille Tapsoba

    Heeeeee Achille ! Vous manquez de stratégie. Laissez l ’autre là, compteur de cadavres parler plus. Quand les mots ne sortiront plus ce sera un boulevard pour vous car en face ce sera maïs.

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 08:47, par sergy En réponse à : Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite", pense Achille Tapsoba

    La réconciliation dont vous aspirez n’est ni plus ni moins que l’impunité pour vos maitres la fratrie Compaoré. Achille Tapsoba vous faites certes preuve de solidarité avec ceux qui ont fait de vous un millionnaire mais cela relève de l’association de malfaiteurs pour nous Burkinabé épris de paix et de justice.
    Intégrez cela pour de bon:il n’yaura pas d’impunité pour tes Dieux.

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 09:05, par Ka En réponse à : Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite", pense Achille Tapsoba

    Comme je l’ai dit dans une de mes critiques sur ce forum concernant les sorties de notre opposition qui sont légitimes pour rectifier les erreurs de la majorité, avec les mots cadavres de nos sœurs et frères tués par nos propres enfants déguisés en terroristes pour des miettes et au nom de leur dieu, et prononcer par le chef de fil de l’opposition, je concluais qu’il était mieux que ce denier laisse la place à ses proches comme Achille Tapsoba ou Sané Topan, des routiers de la politique de notre pays, et qui ont une vraie culture a la matière pour s’adresser avec sagesse a la majorité qui les écoutera : D’ailleurs très souvent dans ce forum depuis plus de dix ans, ’’’’souvent j’accuse certaines personnes de n’avoir aucune culture politique pour avancer, car, dans leur esprit, s’opposer, c’est mener des actions violentes et illégales contre ses adversaires politique : Rien de constructif.’’’’

    Ici, je vais être indulgent a cette sortie sage d’Achille Tapsoba qui parle de réconciliation : Lui qui en connais que sans la justice il y a pas de réconciliation, la preuve a été à la maison du peuple a une époque avec un ancien président Z. Zerbo au milieu des spectateurs pour répondre de ses actes devant l’honorable juge le feu Koumi Sambo Antoine et ses assistants. Et je peux dire que dans un certain sens, Achille Tapsoba a raison sur la question de la réconciliation, mais nous ne pouvons pas comparé notre réconciliation à celle qui s’est passé en Afrique du Sud.

    Le peuple Burkinabé qui a tant souffert par les crimes gratuits pour le pouvoir, la corruption à ciel ouvert, les mensonges, les trahisons de nos décideurs aux petits pieds, et qui prenaient leur peuple pour des moutons et idiots, ces décideurs en premier, leur représentant, doivent payer leurs actes pour que le boulevard de la réconciliation soit ouvert pour une réconciliation durable.

    Pour l’instant tant que le droit n’a pas été dit aux criminels, la réconciliation au Burkina est un pas en avant, trois pas en arrière. Ce qui est certain, le peuple Burkinabé est sur ses gardes, et les discours lénifiants des politiques n’engagent que ceux qui les écoutent ! Commencez à faire juger ceux qui ont divisé le peuple par des crimes gratuits pour le pouvoir.

    Et si je persiste et signe en disant de ne pas comparer la réconciliation en Afrique du Sud et la nôtre, ‘’’’’’’’’’’’’’’’’’’notre réconciliation doit être l’œuvre de tous, elle n’est pas l’apanage ni l’exclusivité du microcosme politique, qu’il soit ou non représentatif. S’il y a une volonté ferme et clairement revendiquée du peuple à se réconcilier, la réconciliation s’imposera d’emblée aux décideurs et il leur suffira d’en prendre acte.’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’’

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 10:09, par YAWOTO En réponse à : Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite", pense Achille Tapsoba

    L’ Afrique du SUD avait un problème de réconciliation nationale et elle avait besoin de mobiliser toute la nation pour cela, le Burkina Faso a un problème de réconciliation entre politiciens, cessons d’exagérer et de faire preuve d’hypocrisie parce que le problème du Burkina n’est pas si compliquer que ça : JUSTICE -REPARATION et le reste vient naturellement. Que la justice fasse son travail et on n’a pas besoin de ce tapage politique, tout être humain raisonnable sait qu’il n’a aucun intérêt à cultiver la haine toute sa vie. Heureusement nous sommes dans un pays de croyants et savons qu’on fini toujours par récolter ce qu’on a semé. On cueille pas des mangues sur un tamarinier.

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 15:09, par Le petit tranquilos En réponse à : Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite", pense Achille Tapsoba

    Moi,je sais une chose:un politicien n’ira pas au paradis. Même si dieu ouvre la porte du paradis et dit à un politicien de rentrer, il va lui-même dire à dieu qu’il s’est trompé de personne. J’ai l’impression que pour réussir en politique, il faudrait être né dans l’entourage de Ponspilate.
    Un dossier qui concerne aux partis politiques, au lieu de voir comment trouver un juste milieu, chacun bavarde comme des scorpions.

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 17:39, par Sanou paul En réponse à : Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite", pense Achille Tapsoba

    Vraiment je ne vous comprends pas
    Ou vous étiez quand l opposition disait de ne pas modifier l article 37 ?vous aviez faits la sourde oreille et voici les conséquences.
    Ce n est pas parceque vous avez échouer et que certains ont achilles que tu parles comme ça.

    Vous aviez été prévenu
    Ce ne sont pas les conseils qui conseils mais les conséquences qui conseillent

    Répondre à ce message

  • Le 23 septembre à 19:27, par Le Vigilent En réponse à : Burkina : La réconciliation nationale "n’est pas impossible ; pourvu que la volonté s’y invite", pense Achille Tapsoba

    Lorsqu’on parle de reconcciliation au Burrkina Faso, les demi-lettres, autres guinamories et autres faux-types nous citent les exemples de l’Afrique du Sud et du Rwanda. Dans chacun de ces deux pays cites en exemple, il y avaient deux groupes bien distincts de populations qui se sont affrontes mortellement durant des decennies. Est-ce que ceux qui citent ces exemples peuvent nous identifier des groupes bien definis de populations qui se seraient comportes en ennemis les uns envers les autres a un moment donne de notre histoire. Par contre, il y a des citoyens burkinabe bien connus qui, a un moment donne, ont commis des crimes de sang et autres violences sur d’autres citoyens burkinabe et la reconciliation ici consiste tout simplement a ce que les auteurs et commanditaires des crimes soient traduits devant la justice et que, par la suite, ls puissent demander et obtenir le pardo de leurs victimedans le sens d’une eventuelle reconciliation, Il faut absolument nous eviter le theatre de mars 2001. La justice justice transitionnelle et autres mecanismes en dehors de la justice prevues par notre constitution ne seront qu’une perte de temps, car susceptibles d’etre remise en cause a un moment ou un autre. L’exemple des TPR dont les resultats ont ete remis en cause doit nous instruire de ne pas vouloir contourner les regles normales de la justice.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès Sankara et compagnons : La jeunesse sankariste unie invite les "patriotes sincères" à s’y rendre en "Faso danfani" ou en blanc
Abdoul Karim Sango, président du PAREN : « Un pays, on le développe avec des idées »
Burkina/Élections municipales 2022 : Les acteurs au processus se concertent
Forces armées nationales burkinabè : Qui sont les nouveaux chefs ?
Burkina/politique : Alassane Bala Sakandé a officiellement pris service à la tête du MPP
Engagement politique des jeunes au Burkina : Les compétences des jeunes renforcées à Kaya
Burkina-Procès Sankara : Le Comité international appelle à la mobilisation populaire, Mariam Sankara attendue
Politique : Le Groupe parlementaire MPP tient ses premières journées parlementaires 2021 à Banfora
Burkina : C’est parti pour le "mois de justice et d’hommage pour Thomas Sankara et ses compagnons"
Bobo-Dioulasso : Etat et secteur privé échangent sur les défis et les opportunités que la ZLECAF offre au Burkina
Burkina-Assemblée nationale : « La défiance grandissante des citoyens envers leurs dirigeants est loin d’un fait isolé », souligne Alassane Bala Sakandé
Burkina/vie politique : Congrès de fusion UNIR/PS-MPS, une commission conjointe pour s’y atteler
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés