Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Pour progresser, il ne faut pas répéter l’histoire, mais en produire une nouvelle. Il faut ajouter à l’héritage que nous ont laissé nos ancêtres.» Mahatma Gandhi

Burkina : Une politique de promotion des langues nationales en cours d’élaboration

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 21 septembre 2021 à 17h43min
Burkina : Une politique de promotion des langues nationales en cours  d’élaboration

Le ministre en charge de la promotion des langues nationales, le Pr. Stanislas Ouaro, aux côtés du représentant du maire de la commune de Ouagadougou, Joseph Ouédraogo, a ouvert, ce mardi 21 septembre 2021, l’atelier national de la politique linguistique au Burkina Faso.

Pendant deux jours (21 et 22 septembre 2021 à Ouagadougou), les experts du domaine, composés notamment de techniciens des départements ministériels concernés par la promotion des langues nationales, d’acteurs de promotion des langues nationales et de personnes ressources, travailleront sur un ensemble de quatre documents afin d’élaborer une politique de promotion des langues nationales burkinabè.

C’est ce qui a été annoncé par le ministre en charge de la promotion des langues nationales, le Pr. Stanislas Ouaro, au cours de son discours d’ouverture.
Pour ce faire, le premier document, qui sera analysé au cours de ces deux jours de travaux, est en lien avec le rapport diagnostique de la politique linguistique faisant état des lieux de la thématique. Ce document répertorie aussi les défis à relever. Le deuxième document précise les fondements de cette politique, indique ses principes directeurs et ses orientations stratégiques.

Pour le ministre en charge de la promotion des langues nationales, le Pr. Stanislas Ouaro, le document de politique linguistique en cours permettra de protéger et de développer les langues nationales

Le troisième document est basé sur la stratégie nationale de promotion des langues nationales. Il planifie les activités à réaliser sur une période de cinq ans afin de faire des langues nationales un véritable levier de développement. Le quatrième et dernier document qui sera validé est le plan d’action triennal de promotion des langues nationales. Il présente des axes et des objectifs stratégiques identifiés, à même d’apporter à court terme, des réponses aux défis soulevés par l’analyse diagnostique.

Ce document de politique linguistique final permettra par ailleurs, selon le Pr. Stanislas Ouaro, d’avoir une stratégie sur cinq ans. Ce qui permettra de mobiliser les ressources mais également de réunir les acteurs autour d’un même objectif. Ce qui leur évitera, dit-il, d’aller dans tous les sens. Ce devrait être un document fédérateur permettant d’harmoniser les interventions en matière de promotion des langues nationales. « Déjà, ce que je peux dire, c’est que dans les différents documents, des propositions ont été faites parmi lesquelles, il s’agit de faire en sorte que toutes les langues puissent avoir un alphabet bien rédigé et soient protégées », affirme M. Ouaro.

Vue des experts réunis pour valider le document sur la politique linguistique au Burkina

Le ministre a par ailleurs rappelé que la mise en œuvre de cette politique linguistique est une préoccupation de premier rang dans les politiques de développement du pays. Il rappelle que les péripéties de l’histoire du Burkina ont joué pour que les langues locales demeurent longtemps dans une léthargie, avec une quasi-absence dans la science et les techniques du monde moderne.

« Et conscient de cette réalité qui montre les insuffisances du principe du "tout français", une approche alternative a été proposée consistant en la mise en œuvre d’une politique linguistique ou les langues nationales permettent la transmission de nos valeurs endogènes et des normes qu’aucun autre code linguistique ne serait susceptible de transmettre », a-t-il laissé entendre.

Par conséquent, ajoute le premier responsable du département en charge de l’alphabétisation, seule une politique linguistique vigoureuse permettra aux populations de s’impliquer véritablement dans un esprit citoyen, dans la vie de leur nation et de se prendre en charge sur toute question touchant à leur développement.

Le représentant du maire de la commune de Ouagadougou, Joseph Ouédraogo, a salué tous les efforts du ministère dans la promotion des langues nationales

Un enjeu d’envergure nationale et sous régionale

Même son de cloche pour le représentant du maire de la commune de Ouagadougou. Son troisième adjoint, Joseph Ouédraogo, a indiqué que le développement et la protection des langues nationales constituent un enjeu d’une grande ampleur au niveau national voire sous régional, comme l’attestent les nombreuses initiatives lancées pour créer des conditions favorables à la promotion des langues nationales.

Toute chose qui, selon lui, permettra de favoriser un développement socio-culturel et économique endogène tant promis à la population.
Avant de mettre fin à cérémonie d’ouverture, le Pr. Stanislas Ouaro a exhorté les acteurs à une pleine participation afin qu’au sortir de l’atelier, le Burkina Faso ait un document de référence en matière des langues nationales.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 21 septembre à 21:43, par Patinnema En réponse à : Burkina : Une politique de promotion des langues nationales en cours d’élaboration

    En somme, il s’agit d’un atelier de validation préparé par des experts...
    La langue, les langues sont un sujet si important que le fait d’en faire un objet uniquement des spécialistes, fait croire que ça ne sera qu’un document de plus. Il ne faut pas tout laisser aux seuls experts. Quand le thème est important, il faut ouvrir et écouter largement la population car c’est elle qui parle in fine. Il faire un effort d’ouverture pour maximiser sur les expériences et les aspirations du plus grand nombre. Parmi les Burkinabè de la diaspora, ils sont nombreux à pouvoir apporter des contributions substantielles à un sujet comme celui-là car ils vivent et pratiques dans des endroits où ces questions sont finement gérées...

    La même remarque s’applique pour les assises de l’éducations qui sont annoncées. Il faut utiliser les technologies de l’information et de la communication...

    Répondre à ce message

  • Le 22 septembre à 09:23, par Bao-yam En réponse à : Burkina : Une politique de promotion des langues nationales en cours d’élaboration

    Il n’y a eu aucun progrès en matière de « promotion » des langues nationales malgré la dénomination du ministère. Malheureusement nous sommes spécialistes dans des colloques creux sans mise en oeuvre dans ce pays. Par ailleurs quand un peuple parle de « promotion » de ses propres langues au lieu de les utiliser simplement, on n’est pas sorti de l’auberge.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Prix de l’Union africaine des enseignants : La Burkinabè Pingdwindé Ouédraogo sacrée lauréate
Burkina/Sécurité : Du sang neuf à la Gendarmerie nationale
Burkina : Appel à dons au profit des déplacés internes de Sakoula
Année scolaire 2021-2022 : Le calendrier est réaménagé dans la région du Plateau central
Réouverture des frontières : La vaccination contre le Covid-19 ou le test PCR comme conditions d’accès
Petits exploitants agricoles au Burkina : Lancement officiel d’un projet de promotion d’une assurance climatique
Protection des végétaux : Des chercheurs à la rescousse des producteurs
Augmentation du prix du pain au Burkina : Les patrons des boulangeries précisent leur intention
Burkina : Le ministère en charge de la femme inaugure des infrastructures pour des enfants en situation difficile
Burkina/Boulangerie : La Fédération des patrons menace d’augmenter le prix du pain
Journée portes ouvertes de la SAP Olympic : Les mécaniciens et vulcanisateurs du nord à la découverte de la société
École nationale des travaux publics : 1 186 agents désormais aptes à servir le Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés