Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Perturbations des services de police nationale : L’UNAPOL donne les raisons

Accueil > Actualités > Société • • jeudi 16 septembre 2021 à 22h30min
Perturbations des services de police nationale : L’UNAPOL donne les raisons

Dans ce communiqué, l’UNAPOL explique les raisons qui ont prévalu aux perturbations des services de la police nationale constatées ce jeudi 16 septembre 2021.

Ce matin 16 septembre 2021, les populations du Burkina Faso ont été surprises par des perturbations des services de la Police nationale suite à des mouvements.
Ces perturbations sont déplorables pour l’ensemble des policiers, tant elles sont préjudiciables aux usagers des services de police.
Cependant, force est de reconnaître la légitimité des raisons qui ont prévalu à de telles attitudes.

En effet, les troupes :
s’offusquent contre le refus pour des raisons d’agenda politique, de réintégrer des camarades licenciés depuis 2019 ; camarades pour qui pourtant, la justice, dernier rempart dans un État de droit, a rendu la décision de réintégration.

C’est suite a, des rumeurs d’une éventuelle ébullition dans les rangs que le Ministre de la sécurité a rencontré illico presto les intéressés pour ensuite produire un communiqué indiquant que les éléments seront incessamment réintégrer, alors que l’acte d’intégration n’est qu’un simple arrêter ministériel relevant de sa compétence, ce qui ne devrait souffrir d’aucune tergiversation. D’où le doute sur la bonne fois du Ministre lorsqu’on sait que le Conseil des Ministre d’hier n’a nullement abordé ce sujet.

déplorent le deux poids deux mesures dans le traitement des entités déployées au front dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.
Depuis début 2019, l’État a décidé d’opérer une extension de l’IUTS sur les indemnités des travailleurs afin de soutenir l’effort de guerre. Dans ce cadre, certaines entités ont été affranchies à juste titre du fait de leur participation physique à l’effort de guerre à travers des troupes.

Par contre, les policiers quand bien même ils sont au front (plus 60 policiers décédés sur les différents théâtres d’opérations de lutte contre le terrorisme), subissent cette fameuse indexation de l’IUTS sur leur indemnités. Quelle injustice ! Au point qu’aujourd’hui, les policiers s’interrogent sur l’opportunité de donner leur vie dans les différentes positions notoirement reconnues de nos jours comme étant hautement risquées.
En outre, l’affectation des éléments victimes de l’attaque terroriste du 21 juin 2021 à Guindebila (Centre-Nord) malgré leur état de choc psychologique est vu d’un très mauvais œil.

Par ailleurs, le management du Ministre laisse à désirer en ce que, dans un ministère aussi stratégique que celui de la sécurité, il est inconcevable de retrouver autant de non initiés à postes sensibles et de haute responsabilités notamment SG, DIRCAB, DMP, DRH, Communication, etc. Ces légèretés expliquent en partie la médiocrité des résultats dans la lutte contre le terrorisme et l’insécurité du quotidien.

Enfin, le détournement d’une cargaison d’armes de la police pour la énième fois. Il n’est un secret pour personne que la police manque criardement d’armes sur le terrain. D’ailleurs, les populations ont toujours soutenu que cette situation soit corrigée. Dans ces conditions, comment accepter qu’après que le président du Faso ait instruit d’acquérir des armes pour la police nationale, un individu fut-il ministre, ait détourné ces armes pour une autre destination ?

Ainsi, L’UNAPOL tiendra pour responsable les auteurs d’une telle forfaiture, de toutes les conséquences dommageables qui adviendraient sur les théâtres d’opérations.
Populations du Burkina Faso voici entre autres, les raisons du mécontentement des policiers.

Alors que l’arrivée du nouveau ministre suscitait une lueur d’espoir de changement qualitatif dans le management, gage d’une meilleure offre de sécurité pour les laborieuses populations. Mais hélas, à peine deux mois, l’espoir est en train de s’amenuiser.

L’UNAPOL au regard de ces raisons somme toute légitimes, soutien la cause portée par les hommes et pour lesquelles elle a suffisamment attiré l’attention de la hiérarchie et même des plus hautes autorités du pays.
L’UNAPOL invite la population à la solidarité afin que ces problèmes soient résolus au plus vite pour le bonheur de tous.
Quant aux policiers, L’UNAPOL les invite à la mobilisation jusqu’à la résolution définitive de leurs préoccupations.
C’est maintenant ou jamais !

Pour le policier, L’UNAPOL ne lâche rien !
LE SECRÉTAIRE À LA COMMUNICATION ET AUX RELATIONS EXTÉRIEURES.

Vos commentaires

  • Le 17 septembre à 08:05, par Bouba Savadogo En réponse à : Perturbations des services de police nationale : L’UNAPOL donne les raisons

    Voilà qui est bien dit. Au moins on comprend pourquoi les éléments se sont retirés de la rue. Depuis hier je voulais comprendre mais je ne savais pas qui toucher. Courage à vous chers amis.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 12:46, par Pagnagdé En réponse à : Perturbations des services de police nationale : L’UNAPOL donne les raisons

    Comme tout autre syndicat, l’UNAPOL doit procéder à l’avenir par des "préavis de grève" avant toute action.
    n’eut été la possession des armes, ces actions inopinées n’auraient pas lieu.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 14:40, par Hugo Chavez En réponse à : Perturbations des services de police nationale : L’UNAPOL donne les raisons

    Nous la population nous pouvons pas vous soutenir car de la façon vous êtes entrain de terroriser cette même population doit disant contrôles dans toutes les artères de la ville, la police qui est censé protéger la population mais on contaste une brimade. Nous ne sommes pas contre les contrôles mais c’est trop chaque jour que Dieu fait même les Dimanches on a l’impression que c’est devenir du commerce que vous êtes entrain de faire et non des contrôles. Après analyse je comprends que votre sortie chaque c’est allé chercher des recettes et quand vous parlez d’armes ce que vous tenez dans les différents artères de la ville pour les contrôles ce sont ces mêmes armes que les militaires, gendarmes, VDP et autres utilisent aux fronts pour les combats aux yeux de la population vous n’êtes plus crédibles si vous voulez faites des sondages vous allez voir. Aujourd’hui notre ennemi commun devait être les terroristes et non chaque jour dans les différents artères de la ville pour des soient disant contrôles.

    Répondre à ce message

  • Le 17 septembre à 17:36, par vision En réponse à : Perturbations des services de police nationale : L’UNAPOL donne les raisons

    Pourquoi, vouloir à tout prix acquérir certains types d’armes si on a pas droit, dans l’armée "les fantassins combattent avec des armes légères" ils ne sauraient réclamer des chars et des avions ou encore des batteries de lance missiles. A méditer !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Le syndicat des transporteurs intercepte cinq cars ivoiriens en transit sur le territoire burkinabè, avec à son bord des passagers nigériens
34e anniversaire de l’assassinat de Thomas Sankara : Le Mouvement « Endogène » mène la réflexion sur l’éducation révolutionnaire
Sondage : Deuil national ou Journée de souvenir et d’hommage populaire aux victimes des attaques terroristes (civils, personnels des Forces de défense et de sécurité, VDP) ?
Journée mondiale de l’alimentation 2021 : Un nouvel élan dans la transformation des systèmes agroalimentaires sur la voie de l’élimination de la faim
« The Business Cocktail » : Une activité de la structure d’Eldaa Koama pour magnifier les entrepreneurs
Institut supérieur de génie électrique du Burkina Faso (ISGE-BF) : 330 lauréats de la 18e promotion font leur sortie
Ecole d’affaires du Burkina : Les étudiants en master spécialisé Supply chain et achat échangent avec des experts de l’économie
Burkina Faso : Djaffar Héma Ouattara sera inhumé le dimanche 24 octobre à Nangolofaso
Burkina : Un syndicat de l’Éducation appelle les enseignants « à sauver l’école de ces prédateurs »
Procès assassinat Thomas Sankara : Un collectif d’avocats se dit déterminé à faire jaillir la vérité
Tolérance au Burkina : Un projet pour promouvoir le vivre-ensemble
Lutte contre le diabète : Un nouveau siège pour l’ACDB
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés