Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «On ne peut penser à être acceptable aux yeux des autres avant de l’être pour nous-mêmes.» MALCOLM X

Vieille mosquée de Dioulassoba : La partie effondrée ne figurait pas dans le plan de réhabilitation, selon le président du comité de réhabilitation de la mosquée

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 9 août 2021 à 21h30min
Vieille mosquée de Dioulassoba : La partie effondrée ne figurait pas dans le plan de réhabilitation, selon le président du comité de réhabilitation de la mosquée

L’effondrement du grand minaret de la mosquée de Dioulassoba, le dimanche 8 août 2021, a fait couler beaucoup d’encre et de salive au sein des populations et plus particulièrement au sein de la communauté musulmane. Selon le président du comité de réhabilitation de la mosquée, Amadou Sanogo, « cette partie n’était pas concernée par la réhabilitation ».

« Cette partie de la mosquée ne faisait pas partie du plan de réhabilitation, car les techniciens avaient jugé qu’elle se portait bien. Donc nous avons réhabilité toute la mosquée sauf le côté du grand minaret », a expliqué Amadou Sanogo, le président du comité de réhabilitation.

Selon lui, plusieurs raisons expliquent cet incident. Il estime donc que l’effondrement de cette partie de la mosquée est dû aux vibrations des gros porteurs qui passent près de l’édifice, mais aussi à la forte pluviométrie de ces derniers jours à Bobo-Dioulasso. « On avait constaté depuis quelques temps qu’il y avait de grandes fissures au niveau du minaret. Cela a été provoqué par les vibrations des gros camions qui passent à côté de la mosquée. Bobo-Dioulasso n’est plus comme avant ; aujourd’hui nous avons plus de voitures qui circulent. Nous avons aussi la forte pluviométrie depuis quelques temps. Donc, ce sont tous ces facteurs qui ont entraîné ce dégât », a-t-il laissé entendre.

Toutefois, il tient à rassurer l’opinion que « la situation n’est pas grave » et que des mesures seront prises très vite pour la réhabilitation de cette partie de la bâtisse. Ce, dans le respect de la même architecture. Par ailleurs, il se réjouit que la mosquée elle-même n’ait pas été touchée par l’effondrement du grand minaret. Dans l’urgence, il faut, selon lui, sécuriser l’édifice pour éviter que les dégâts ne prennent de l’ampleur. Comme solution, dit-il, la partie endommagée sera entièrement démolie pour éviter que le reste ne tombe et provoque d’autres dégâts. A en croire le président du comité de réhabilitation de la mosquée, des réflexions sont en cours pour lancer très prochainement les travaux de réhabilitation de la partie endommagée.

La mosquée de Dioulassoba a été réhabilitée et remise à la communauté musulmane de Bobo-Dioulasso en septembre 2019. L’édifice a été construit entre 1880 et 1890 sous l’instigation de l’Almamy Sakidi Gaoussou Sanou, chef religieux musulman, avec l’approbation et le soutien des communautés de Sya. Elle est l’un des rares témoignages d’une architecture particulière, celle soudano-sahélienne. Du fait de la nature des matériaux utilisés pour sa construction, de son âge très avancé et de sa forte fréquentation, la vieille mosquée de Dioulassoba était dans un état de dégradation avancée.

C’est ainsi que le ministère en charge de la Culture, conformément à sa mission de sauvegarde du patrimoine culturel et touristique national, en collaboration avec l’ensemble des parties prenantes, s’était fixé pour mission de mobiliser des ressources afin de mettre en œuvre le projet de conservation et d’aménagement de la vieille mosquée de Dioulassoba. Le but final du projet étant de faire inscrire la mosquée au patrimoine mondial de l’UNESCO, pour bénéficier de nombreuses retombées et lui donner une plus grande notoriété. Le coût de la réhabilitation de cette bâtisse est estimé à plus de 500 millions de F CFA.

Ce projet a vu le jour grâce aux efforts conjugués du gouvernement, des autorités coutumières et religieuses et la population de la ville de Sya. La cérémonie d’inauguration, marquant la fin des travaux de réhabilitation de la « vieille dame » de Dioulassoba, est intervenue en septembre 2019 à Bobo-Dioulasso.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Mineurs coincés à Perkoa : La chambre de refuge retrouvée vide
Prévision saisonnière 2022 : Les pluies seront abondantes au Burkina, selon l’Agence nationale de la météorologie
Drame de Perkoa : Le gouvernement suit de près la poursuite des opérations sur le terrain
Avis de recherche de Sidibé Ramata elle a été retrouvée merci à tous !
Message de la ministre du genre et de la famille a l’occasion de la journée nationale de lutte contre la pratique de l’excision
Mineurs coincés à Perkoa : La section Sanguié du MBDHP dénonce une lenteur dans la réaction de la direction de la mine et du gouvernement
Lutte contre les maladies tropicales négligées au Burkina Faso : Des OSC à l’école de la communication stratégique
Publicité des produits de la pharmacopée traditionnelle au Burkina : Le CSC sensibilise les médias et les tradipraticiens sur le respect des textes en vigueur
Journée internationale des musées : "Le pouvoir des musées" comme thème de la célébration
Vie chère à Ouahigouya : Consommateurs et commerçants déplorent la situation
Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel/Burkina : Vers l’opérationnalisation de la phase 2
Dépolitisation et renforcement de la méritocratie au sein de l’administration publique : Un avant-projet de loi en cours de validation
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés