Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.» Gandhi

Burkina Faso : La FAO met en œuvre un programme de formation des vétérinaires professionnels en épidémiologie

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mercredi 4 août 2021 à 17h30min
Burkina Faso : La FAO met en œuvre un programme de formation des vétérinaires professionnels en épidémiologie

Informer les parties prenantes et les partenaires impliqués dans la surveillance des maladies sur le programme “In Service Applied Veterinary Epidemiology Training” (ISAVET) tout en discutant sur les orientations à donner pour la suite de sa mise en œuvre, c’est l’objet de l’atelier de concertation qui se tient ce mercredi 4 août 2021 à Ouagadougou. Financé par l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), le programme ISAVET s’exécute dans le cadre de la mission de l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Les maladies infectieuses endémiques et émergentes chez les animaux, y compris les maladies animales transfrontières très contagieuses menacent la sécurité alimentaire, les moyens de subsistances et le commerce international. Dans le cadre de sa principale mission, la FAO vient en aide aux pays membres en renforçant les capacités des services vétérinaires en épidémiologie, analyse des risques, surveillance des maladies animales, diagnostic, prévention et contrôle des menaces de maladies liées aux animaux, protégeant ainsi le bétail et les moyens de subsistance des populations.

Les participants à l’atelier de concertation des acteurs de la surveillance sur la formation ISAVET

Après les tests effectués en Ouganda, au Sénégal, au Kenya et au Cameroun, le programme sous régional de formation ISAVET se déploie au Burkina Faso en 2019. Cependant, les activités de terrain des participants de la première cohorte ont connu quelques difficultés dues essentiellement à l’insuffisance d’information de certains acteurs jouant un rôle important dans la formation pratique de ISAVET.
C’est donc tout le sens du présent atelier initié ce mercredi 4 août par la FAO à travers le Centre d’urgence pour la lutte contre les maladies transfrontalières (abrégé ECTAD en anglais).

Dr Adama Maïga, directeur général des services vétérinaires

« Nous attendons des participants à cet atelier des contributions qui puissent améliorer la stratégie élaborée pour la formation des vétérinaires afin qu’elle soit mise en œuvre de façon efficiente au Burkina Faso », a affirmé Dr Adama Maïga, directeur général des services vétérinaires. « Il ne suffit pas d’écrire une stratégie et la mettre dans le tiroir. Elle doit pouvoir être déroulée sur le terrain et pour ce faire, il faudrait que les acteurs concernés s’y impliquent en ayant une bonne compréhension des enjeux afin d’être plus efficaces sur le terrain », a-t-il renchéri.

Pour Dr Adèle Traoré, coordonnatrice ECTAD à la FAO – Burkina, ce programme permettra de former des épidémiologistes qui seront en mesure de répondre efficacement aux crises sanitaires. « Ce programme de renforcement mis en place par la FAO pour soutenir le ministère des Ressources animales dans le cadre de la lutte contre les maladies animales, financé par USAID, nous permettra d’avoir des épidémiologistes sur le terrain qui répondront rapidement aux crises sanitaires », a-t-elle avancé.

Dr Adèle Traoré, coordonnatrice ECTAD à la FAO – Burkina

Elle précisera également que ces dernières décennies ont été fortement marquées par des pandémies (épidémies comme maladies animales) parfois zoonotiques, entraînant des pertes très importantes. « Il faut de ce fait au ministère des Ressources animales et halieutiques, des agents de santé formés à cet effet, qui pourront réagir et donner l’alerte en cas de crise », soulignera-t-elle.

Ce sont vingt (20) vétérinaires qui ont été formés pour la toute première phase de ce programme. « La formation s’est déroulée sur quatre mois dont un mois de théorie et trois mois de stage sur le terrain à l’issue duquel nous sommes passés devant un jury pour présenter le rapport de notre travail », a expliqué Sibri Tanou, stagiaire ISAVET par ailleurs chef PCVF Seytenga de la région du Sahel.
Les vétérinaires, stagiaires ISAVET ont été outillés en matière d’alertes précoces des maladies animales et d’audit de qualité des données.

Sibri Tanou, stagiaire ISAVET par ailleurs chef PCVF Seytenga de la région du Sahel

Quelques difficultés sont survenues lors de leurs parcours. Il s’agit notamment de l’accès aux registres des ministères de l’Environnement et de la Santé ainsi qu’une insuffisance d’encadrement du fait de l’indisponibilité des mentors due soit au Covid-19 ou à l’insécurité.
Le programme ISAVET au Burkina Faso ambitionne former 50 stagiaires par an, jusqu’en 2040.

Hamed NANEMA
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Dégradation de la situation sécuritaire à l’Est du Burkina : Que dit le gouvernement, finalement ?
Éducation préscolaire au Burkina : L’épanouissement des enfants au cœur du projet de l’ONG Asmae
Burkina/Humanitaire : Le gouvernement lève la suspension sur les activités du Conseil norvégien pour les réfugiés
Santé : 30 agents renforcent leurs capacités en dépistage précoce du cancer de l’enfant
Boucle du Mouhoun/ Développement local : Fin du Projet PAPCiDDEL
Education nationale : Remise de kits scolaires au profit de 625 élèves à Niankorodougou
Burkina : Le ministère de l’Éducation et les communes se concertent pour la cinquième fois
Secteur des transports : Un nouveau référentiel de formation en brevet d’études professionnelles (BEP) en cours de validation
Cadre sectoriel de dialogue justice et droits humains : L’ambassade du Danemark passe les rênes au PNUD
Prix de l’arrondissement le plus éco-citoyen de Ouagadougou : La 5e édition est lancée
Vivre ensemble au Burkina : « Il nous faut reconstruire l’école burkinabè pour les Burkinabè », recommande Souleymane Yago
Burkina / Région de l’Est : Éleveurs et agriculteurs à l’école de la prévention et de la gestion des conflits agro-pastoraux
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés