Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.» Gandhi

Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • lundi 2 août 2021 à 20h55min
Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

La population du village de Zandkoom (Sabcé) dans le département de Sabcé a interrompu, dans la matinée du 2 août 2021, les activités d’exploitation de la société minière Bissa Gold, rapporte l’agence d’information du Burkina (AIB).

Les manifestants exigent le respect des engagements de la mine vis-à-vis de la population locale.

« Nous exigeons que Bissa Gold construise l’Eglise du village, le collège d’enseignement général et les logements des enseignants avant la reprise de l’exploitation. Avant la relocalisation, la mine nous avait rassuré que toutes les infrastructures sociales de base seront réalisées avant le déplacement de la population. Mais à notre grande surprise, les gens ont été contraints de rejoindre le nouveau site de relocalisation de Zandkoom sans que les promesses ne soient tenues. Nos élèves ont fréquenté dans des salles d’emprunts de l’école franco- arabe l’année dernière. Nous sommes à deux mois de la rentrée scolaire et rien n’est fait dans ce sens. Aussi, le site de relocalisation est mal aménagé. Les routes sont impraticables et nous souffrons en cette période hivernale. Nous voulons que la mine utilise la terre pour arranger les routes », a confié leur porte parole Lassané Sawadogo.

Du côté de l’administration de la mine, l’on déplore cette manifestation, mais comprend que les populations sont impatientes quant à certaines préoccupations. Elle a aussi rassuré que la mine travaille à résoudre ces préoccupations dans la mesure du possible et dans les plus brefs délais, de concert avec les autorités locales.

La mine de Bouly et le site de Gougré ont également été contraints à l’arrêt par des manifestants.

Lefaso.net

source : AIB

Vos commentaires

  • Le 2 août à 16:04, par A qui la faute ? En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

    Les mentalités sont très tordues dans ce pays.
    Je ne veux pas que les sociétés minières se considèrent comme nos papa/maman ou comme des sauveurs. Les sociétés doivent payer leurs taxes et c’est l’Etat qui gère le pays. Ce n’est pas le même métier.
    Ainsi donc nous avons accepté la corruption qui fait que chacun vole ce qu’il peut à conditions de reverser des miettes localement, qui ne pourront même pas palier les catastrophes écologiques. Et on parle de développement ?
    Pendant que vous vous attaquez à la société minière, l’Etat champagne est tranquillos alors c’est lui qui devait répondre. Et cela renforce l’idée de la légalisation du vol, puisque l’Etat ne rend plus compte à la population mais, c’est un jeune "bienfaiteur" canadien ou turque ou sud-africain qui doit exaucer les quêtes des misérables populations

    Répondre à ce message

    • Le 2 août à 19:55, par Nabiiga En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

      @ À Qui La Faute

      Merci, comme si cela ne suffisait pas, il faut regarder les choses que la population réclame : il y a une église parmi les réclamations. Oui, une église !!!! Qu’est-ce qu’une église va ajouter à leur société sinon que la misère et la paresse en trop croyant que Dieu fera tout pour eux sans rien faire d’eux-mêmes. La société minière n’est pas une agence sociale pour régler les problèmes de la société mais bien une entreprise lucrative qui apporte du travail à la population qui, à son tour, améliore l’économie du village car les gens auront suffisamment de quoi pour acheter tout ce dont ils auront besoin, et cela fera voir le jour des petits commence en tous genres. Il ne faut pas qu’on s’en prenne à la société mais bien à l’état qui doit percer en bonne et due forme les taxes et par la suite fournir les services réclamer par les villageois. Qu’est-ce que les prières vont leur donner si bien qu’il leur en faut une pour le village. Du n’importe quoi vraiment.

      Répondre à ce message

      • Le 3 août à 06:39, par lili En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

        Un peu de moelle. Il s agit d une relocalisation. En français courant on dit un transfer, une translation des infrastructures qui existaient vers un nouveau site. L eglise fait partie de ces infrastructures qui on été detruites et qui devrait etrevreconstruites sur le nouveau site. Maintenant si ça te fait mal parce que c est une église, là on comprend ton probleme

        Répondre à ce message

      • Le 3 août à 08:05, par pépère En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

        Nabiiga : Autant je vous ai approuvé quand vous avez sermonné certains olibrius, dont je préfère taire le pseudo, autant je m’éloigne de vous relativement à votre position sur l’opportunité d’implanter une église dans ce petit village. Partons du postulat que tout est une question de foi.Veut-on ou non un monde sans Dieu ? Personnellement, je pense intimement que si le message évangélique était appliqué à la lettre sur la Terre, notre monde ne serait pas aussi malade et l’Afrique aussi "mal partie". Vous semblez exprimer une position exclusive : une église ne sert à rien et les prières annihilent toute volonté d’agir. A contrario, ne peut-on pas envisager l’une ET l’autre plutôt que l’une OU l’autre ? Ne peut-on pas être dans l’action grâce à la prière ? On sait ce qu’ont produit les régimes marxistes, donc athées, plaqués sur des sociétés africaines très imprégnées de religiosité:la Guinée-Bissau (!), le DahomeY de M. Kérékou, l’Angola de Dos Santos (le mal nommé), le Mozambique du Frelimo, l’Ethiopie de Mengistu, le Congo de Nguouabi, etc... Vous me direz que les régimes pro-occidentaux et capitalistes tels que ceux du Gabon, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, de la R"D"C ne brillent guère par leurs performances démocratiques et sociales. J’en conviens aisément parce que je place les régimes des deux tendances idéologiques précitées sur le même plan : l’un sans Dieu, l’autre adorant le dieu argent... D’ailleurs, est-ce un hasard si les deux s’en prennent de concert à l’Eglise ? Non, bien sûr.
        Prenons donc le temps de la réflexion, du silence intérieur, de l’introspection spirituelle, de la prise en compte de l’altérité puis agissons en conscience et en conséquence. Une petite église de village ne peut-elle pas permettre l’union entre l’humain et le divin et, partant, à l’humain d’agir POUR l’humain dans le but de faire de ce dernier un HOMME DEBOUT ?

        Répondre à ce message

        • Le 3 août à 15:15, par Nabiiga En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

          @ Pépère

          Merci. Ça se résume en ceci : Notre force se trouve dans notre diversité donc je respecte ta position tout comme tu respectes ma position sur ce que tu crois être le contentieux. Je suis formelle, les religions importées nous a rien donné sinon que la paresse, la misère, l’esclavage, le mépris et enfin le racisme. Rien qu’à demander une connaissance à l’étranger pour t’édifier. On n’a plus besoin d’églises encore moins de mosquées car de ces mosquées sont nées toutes les attaques terroristes qui nous endeuillent. On a besoin concrètement des écoles de haut standing, des cliniques de haut standing, des routes praticables et non pas accidentées qu’on appelle abusivement des autoroutes au Burkina. Les villageois devaient tout demander sauf une église car signe de rétrogression. J’ai un regarde globale et non subjective de la croyance étrangère sur (je dis bien la croyance étrangère et nous sont étrangère) notre continent. Dans le même volet, je ne nie pas l’existence de Dieu, je refuse l’existence de ce Dieu étranger qui nous a amené l’esclavage mais crois fermement en nos Dieux africains, les Dieux de nos ancêtres.
          Encore une fois, notre force collective se trouve dans notre diversité. Je respecte absolument ta position sur Dieu, la croyance des religions étrangères et j’en passe. Je demande que ma position sur ce même sujet fasse objet de la même objectivité. Merci mon frère et ou soeur.

          Répondre à ce message

  • Le 2 août à 18:38, par pépère En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

    Pourrait-on connaître la nationalité de cette entreprise ? Merci.

    Répondre à ce message

  • Le 2 août à 18:39, par KingBaabu En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

    Pour une fois je suis d’accord avec cette manière des populations d’exprimer leur ras-le-bol. Y en a marre de ces multinationales qui viennent appauvrir nos parents en faisant usage de la corruption pour se créer dès sauf-conduits. Soutien à vous, et vivement la rigueur.

    Répondre à ce message

    • Le 2 août à 20:31, par Nabiiga En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

      @ KingBaabu

      Merci de nous avoir exposé ton ignorance sur le fonctionnement des multinationales. Les multinationales ne viennent pas appauvrir les parents mais le gouvernement de nos parents les appauvrit. Est-il possible qu’une multi nationale descende dans un village et commence à creuser avec des engins super puissants ? La réponse est sans détour : Non et non. Les multinationales ont l’État comme partenaire, avec qui il traite et signe des ententes d’exploitation et non pas avec les villageois. Les villageois, eux, ont l’État comme partenaire d’affaire et c’est l’État qui doit subvenir à tous leurs besoins. Hormis cette relation qui gomme l’État à l’entreprise, s’il y a d’autres besoins de la part des villageois, en appuyant sur le bon voisinage entre l’entreprise et les villageois, une délégation peut demander ces choses-là à la société directement mais la société n’est pas obligé d’obtempérer ; elle le fera à sa guise et à son gré. Toutes les doléances des villageois doivent atterrir devant l’État et non pas chez l’entreprise car elle n’a rien à faire forcément avec eux, mais bien avec l’État. C’est l’État seul qui a habilité de demander des choses à l’Entreprise et ces choses doivent faire part des ententes initiales entre l’État et l’entreprise. S’il y a un paragraphe mal rédigé ci et là, c’est à l’État qu’il faut poser la question et non pas l’entreprise. Bref, les multinationales n’appauvrissent pas nos pays mais nos gouvernements le font. Prends le Nigeria, la Guinée Équatoriale, le RDC pour t’édifier.

      Le Burundi, il y a quelques semaines à annuler tous les contrats d’extraction de terre rare, de diamants, de l’or car, tout comme le RDC, le sous terrain Burundais regorge de toutes sortes de minerais car, justement, les ententes initiales sous feu le Président Nkurizenza appauvrissaient l’État et par extension les populations. Les populations des villages où on exploitait la terre rare et autres ne pouvaient rien faire sans l’intervention du gouvernement, partenaire incontournable de ces entreprises-là. Voilà

      Répondre à ce message

  • Le 2 août à 21:48, par Oasis En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

    Hum… ! Il ne faut pas tomber ainsi à bras raccourci sur la population, mes amis.
    Disons que j’habite un village qu’on nommera « bonheur », et ce depuis 40 ans maintenant. Dans ce village on avait un certain nombre de réalisations pour la communauté : Eglise, marché, mosquée, route…etc. Un jour, une société minière se présente, et demande à ce qu’on lui cède l’espace du village, cette terre de nos ancêtres, pour une exploitation aurifère. En contrepartie, elle promet de re localiser le village, en y reconduisant les infrastructures qui auraient été détruites, histoire de rendre le nouveau départ moins pénible. Une certaine somme est aussi donné à chaque villageois, une petite contrepartie des terres récupérées, ce qui devrait faciliter l’entame de la nouvelle vie. Sur la base de ses promesses, les villageois acceptèrent la cession des terres. Sauf qu’une fois la mine construite, rien de ce qui est promis n’est réalisé. Dans leur ancien village, les habitants s’étaient construits une église, des écoles, pour agrémenter leur existence. Mais voilà que maintenant, ils en sont totalement privés. Honnêtement, de vous à moi : n’ont-ils pas raison d’exiger de la mine que les engagements pris soient tenus ? D’autant plus que dans le même temps, l’or est exploité et vendu ?

    Répondre à ce message

    • Le 3 août à 07:55, par A qui la faute ? En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

      La plainte est légitime mais ne s’adresse pas à la bonne personne. C’est ce qu’on essaie de dire. Sinon ça devient le désordre. Les contrats d’exploitation n’ont pas été signés avec les villageois. Il devraient avoir des clauses dans ces contrats imposées par l’Etat.
      Je ne voulais pas le dire mais comme vous insistez voilà : un représentant de l’Etat a pris l’argent et "manger". Voilà pourquoi on dit toujours que c’est à l’Etat qu’il faut s’adresser. C’est le chemin le plus court et le plus légal.
      Imaginez si dans ces manifestation un Canadien ou un Turque perdait la vie dans ce village. Il y aura une guerre entre le Canada et le Village ? oubien entre le Canada et le Burkina-Faso ?

      Répondre à ce message

  • Le 2 août à 23:57, par Citoyen Ekonomik En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

    @ KingBaabu, votre comprehension citoyenne est insuffisamment developpee. D’ abord, l’ etat ne peut pas tout offrir aux populations. En plus, les populations sont dans leur role de revendiquer que les compagnies qui viennent tirer les metaux rares de leur sous- sol , s’ enrichir , donnent un peu aussi a la communaute. Ce n’ est pas de la charite. On appelle ca, la Responsabilite Sociale de l’ Entreprise/RSE, en anglais, Corporate Social Responsibility( CSR).
    A tous ceux qui disent que les villageois ne devraient pas mentionner l’ eglise, vous avez tort. Qui etes - vous pour dire aux villageois ce qu’ ils devraient demander ou ne pas demander ? Ca fait partie de leurs besoins. C’ est quoi vous ne comprenez pas ? S’ ils veulenet un temple, une mosquee ou meme une synagogue, c’ est ce dont ils ont besoin.
    Pour terminer, c’ est en fait la honte de notre etat qui signe des contrats comme si les signataires n’ avaient jamais fait l’ ecole.Moi, si tu signes un contrat et tu me dis que je peux donner de l’ argent si je le veux, c’ est sur que je vais dire oui mais sur le terrain, je donne pas. Quel commercant aime donner son argent s’ il n’ est pas force ? Meme les commercants qui donnent l’ argent aux douaniers, la, ils maudissent l’ argent avant de donner. Ils auraient aimer ne rien payer et passer avec leurs marchandise. L’ etat n’ est pas serieux et est meme plus dangereux que nos multinationales.Un professeur de droit a dit un jour dans l’ amphi, qu’ il ya une maniere de voler sans se faire prendre. Or il a ete un grand commis de l’ Etat qui a gere l’ or dans ce pays. Il avait meme construit un duplex dans son village dans les annees 1990. C’ est pour illustrer le fait que le cyanure tue nos paysans comme le poisson mort du Mouhon a Boromo, le silicone des galeries mange ll’ ouvrier et l’ administration se nourrit et grossit des textes mal ecrits a dessein.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 00:10, par Meimei En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

    On peut avoir un sous-sol riche en diamant, mais si on a des dirigeants pauvres en esprit, on ne peut s’attendre à ce qu’ ils accepte de contracts mediocres pour le pays.
    Avant de signer des contrats, je me demande si les taux de taxation est comparable à ce qui ce fait ailleurs. Et je ne peux pas comprendre comment un pays peut accepter qu une entreprise etrangère viennent sous-payer les fils du pays. Tous les travailleurs dans une entreprise doivent etre traités sur la base d’une meme grille salariale sans distinction de race. Le gouvernement à l interne pourra faire des ajustements si les travailleurs locaux sont sur-payés par rapport au salaire moyen dans le pays.
    Et ce qui ce fait dans les pays d’où viennent ces multinationales. Le pillage des ressources est à tous les niveaux et c est avec des gouvernements mediocres que cela arrive.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 00:32, par Nabiiga En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

    @Oasis

    Je comprends ton argumentaire mais en même temps, il faut comprendre qu’il n’ y a pas lieu, qu’une entreprise minière entre en négociations avec les villageois. Prenons, I AM Gold par exemple, une société canadienne basée à Vancouver dans ce pays-là. Il n’ y a pas lieu que ces Canadiens débarquent à l’aéroport de Ouaga, toutes formalités d’arrivée satisfaites, prennent des taxi jusqu’au village, y érige des tentes, faute d’hôtel et y passent la nuit. Le lendemain matin, il demande à rencontrer le chef du village et lui présentent les propositions auxquelles tu fais référence. Non et non, cela ne pourra jamais ce passer de la sorte. Bref, tout ce que je veux dire est que s’il y a promesse non tenue, c’est le gouvernement qu’il faut blâmer et non pas la société minière. Le gouvernement aurait conclu avec la société de déplacer ses citoyens ailleurs afin de permettre l’exploitation de la terre qui, en réalité appartient à l’État. La tenue de ces promesses aurait été faite sur certaines conditions encore là, conclues entre le gouvernement et la société. Les villageois a affaire avec le gouvernement et non pas la société. S’il y a blâme, il faut blâmer le gouvernement.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 06:17, par Welore En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

    Il faut situer les responsabilités. Vous voyez quand on dit que la justice est indépendante, ça veut dire aussi que quand on n’est pas content on la saisit à tout moment. Nous ne pouvons pas travailler dans le désordre et la population ne peut en aucun cas arrêter les activités d’une mine. Je suis bien de la province. Mais quand on veut la confiance des investisseurs, il faut impliquer simplement la justice. Si la mine doit payer il faut qu’elle paye sans complaisance et non verser des sommes indues à des politiciens mal assis. Si c’est une autorité locale ou nationale ou locale qui suce le sang de ces gens déjà meurtris, il faut qu’elle rembourse l’intégralité. Si c’est la mine qui corromp ces autorités, il faut la poursuivre. Mais le site doit être libéré et la justice rétablie dans son rôle.

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 10:15, par arsène bamogo En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

    En fait tout le monde a raison. Et je m’explique ! Une société minière remplit un cahier de charges avant même le démarrage de ses travaux voire avant. C’est sur cette base, à laquelle doit être associée la population à travers ses représentants locaux, que tout le processus doit se dérouler, avec des concertations permanentes. Le tout est bien sûr chapeauté par le pays d’accueil à travers un ministère de tutelle. Mais là où ça cloche généralement c’est que les représentants des populations ne jouent pas à fond leur rôle, se remplissant généralement les poches par compromission au détriment de l’intérêt général. Voyez par exemple l’apport annuel des sites dans les budgets communaux et ce qui est réalisé avec et vous serez d’avis avec moi que le problème c’est ceux qui sont à la tête de nos mairies et autres ministères. Bonne journée à tous dans la paix des coeurs !

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 10:44, par Zambo zambo En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

    Bonjour les Frères
    Cette Nieme situation dénote la nature de notre État, de sa gouvernance, et de l’état d’esprit général des acteurs.
    Effectivement Bissa Gold a signé avec le Gouvernement du Burkina Faso une Convention au titre du Code Minier de ce pays.
    Les populations qu’on a déguerpi avait sur leur site un certains nombre de réalisations à caractères économiques, éducatifs, religieux etc.. qu’elles ont demandé d’en disposer dan le nouveau site lors des négociations avant l’installation de la mine.
    Les principaux responsables de cette situation sont :

    1) Les décideurs des populations elles mêmes et notamment les Élus Locaux, les Élus Nationaux et les dignitaires de la Chefferie traditionnelle, les influenceurs religieux d’opinions qui se sont laissé berner ou peut être corrompre par les miniers ;

    2) L’État et en particulier les Ministères des Mines, des Eaux et Forets et de l’Administration du Territoire complices de ce holdup digne du Far West ;

    3) La Mine qui n’est pas venu pour les beaux yeux des populations locales mais pour faire des affaires juteuses de connivence avec certains nationaux qui en reçoivent ls miettes.

    A partir de là on a tout compris et cette situation n’est pas unique au cas du jour.
    C’est un programme bien conçu qui vise à piller les ressources minière de notre Gondoana et laisser un paysage lunaire à nos descendants.

    Les populations commencent à comprendre que " l’esclave qui n’est pas capable de lutter pour briser ces chaines ne mérite pas qu’on s’apitoie sur son sort".

    Courage à elles

    Répondre à ce message

  • Le 3 août à 23:14, par Ouesraogo issouf En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

    Encore du pillage de nos ressources . L’ÉTAT est interpellé.

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 16:56, par cool En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

    huum Africain !!!! c’est parce que vous venez de tous bouffer que vous commencer des revendication pareil.sinon au plein temps du dedomangement vous n y imaginer pas que ça peu finir un jour....On ce connait . c’est entre vous labas les escroc sinon c’est pas la societe en question. En tout franchise je ne condamne pas Bissa Gold .oubien vous pensez que Bissa serra une vache laitaire ? vous vous trompez...

    Répondre à ce message

  • Le 27 août à 17:04, par zkm En réponse à : Exploitations minières : Les activités de Bissa Gold interrompues par la population

    La société minière n’est pas une agence sociale pour régler les problèmes de la société mais bien une entreprise lucrative qui apporte du travail à la population qui, à son tour, améliore l’économie du village car les gens auront suffisamment de quoi pour acheter tout ce dont ils auront besoin, et cela fera voir le jour des petits commence en tous genres....d’ailleur ce que vous avez eu comme dedommangent vous avez fait quoi avec ? tennez vous bien vous allez prendre l’habitude comme vous voisin de YIMIOUGOU, BISSA VILLAGE ,GUIBARE, etc....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Procès « Contrebande de carburant » : Deux prévenus mis en liberté provisoire
Caisse nationale d’assurance maladie universelle : Dr Rakissida Alfred Ouédraogo installé dans ses nouvelles fonctions de directeur général
Assises nationale sur l’éducation au Burkina : Le document de base validé
Procès « Contrebande de carburant » : L’audience renvoyée au 16 novembre 2021
Contrebande de carburant : Le procès s’ouvre ce mardi 26 octobre au TGI de Ouagadougou
Secteur des transports publics : Le crédit de renouvellement de parc de véhicules désormais une réalité
7e édition des 72 heures du lait local : L’Union nationale des mini-laiteries et producteurs de lait local au Burkina annonce les couleurs
Appui à la scolarisation des enfants vulnérables : Des kits scolaires offerts aux élèves du Centre-Nord
Commune de Bingo/village de Sapélo : Une « bombe foncière » à désamorcer, les habitants interpellent les autorités
Éducation en situation d’urgence au Burkina : 2 682 établissements fermés à la rentrée d’octobre 2021
Le ministre de la santé chez le cardinal Philippe Ouédraogo : L’archevêché de Ouagadougou rejette le compte rendu publié par le ministère
Semaine nationale de la citoyenneté 2021 : Victoria Ouédraogo/ Kibora décline les grandes lignes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés