Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’espoir c’est comme les dominos, dès qu’il y en a un qui est tombé, les autres le suivent…» Tokyo dans la Série télévisée La Casa de papel

Commercialisation du riz burkinabè : Producteurs et commerçants échangent à bâtons rompus sur la filière

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET • mercredi 28 juillet 2021 à 17h00min
Commercialisation du riz burkinabè : Producteurs et commerçants échangent à bâtons rompus sur la filière

Un atelier de mise en relation et de plaidoyer pour la commercialisation du riz burkinabè s’est tenu ce mercredi 28 juillet 2021, à Ouagadougou. Cette rencontre est le fruit de la collaboration entre le projet Selling quality rice for a better income (en français, "commercialiser du riz de qualité pour un meilleur revenu") et la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina (CCI-BF).

Au Burkina, la production du riz ne couvre pas les besoins de la population qui sont estimés à plus de 650 000 tonnes de riz décortiqué par an. Le pays n’en produit que 190 000 tonnes. Malgré ce déficit, le marché du riz produit au Burkina est mal contrôlé par les acteurs et constitue l’un des goulots d’étranglement dans le fonctionnement de la chaîne de valeur. Comment faire pour que le riz du Burkina trouve la place qu’il lui faut dans l’assiette du consommateur ? C’est pour répondre à cette préoccupation majeure que le présent atelier a été initié.

L’évènement réuni à Ouagadougou les acteurs de la production et ceux de la commercialisation. En clair, il s’agira au cours des travaux, « de trouver des solutions concertées entre les acteurs et les commerçants. Parce qu’une chose est de produire, une autre est de mettre cette production sur le marché », selon Idrissa Kaboré, directeur en charge des études et de la stratégie au niveau de la Chambre de commerce et d’industrie du Burkina Faso (CCI-BF).

Le directeur en charge des études et de la stratégie, Idrissa Kaboré a décliné l’objectif de la rencontre

Les conclusions et recommandations qui en sortiront vont jeter les bases pour la création d’un environnement plus favorable au riz du Burkina. Pour sa part, la CCI-BF qui s’est engagée aux côtés du projet Selling quality rice for a better income (Qualiriz), s’évertuera à continuer le travail de plaidoyer, à la suite des recommandations, informe M. Kaboré. L’objectif étant de voir s’il y a des problèmes évidents qui peuvent faire l’objet de plaidoyer afin de trouver des solutions concertées. « Nous sommes dans le monde des affaires. Pour que les commerçants puissent commercialiser, il faut qu’ils trouvent leur intérêt à le faire », a fait remarquer le directeur en charge des études et de la stratégie de la CCI-BF.

Pour l’associé chargé de programme à l’Alliance pour la révolution verte en Afrique (AGRA), Ibrahim Koara, cet atelier est un excellent moyen pour faire valoir le potentiel de cette chaîne de valeur, de montrer les difficultés auxquelles la filière fait face mais aussi et surtout de faire un plaidoyer pour permettre aux décideurs de se pencher davantage sur les questions de législation, de réglementation. Ce qui permettra « un meilleur développement de la chaîne de valeur ».

Pour Ibrahim Koara, cet atelier est un excellent cadre de dialogue

50 000 petits exploitants ciblés

La présente activité, faut-il le souligner, s’inscrit dans le cadre du projet Qualiriz. Ce projet est mis en œuvre par un consortium composé de Rikolto, Trias, le bureau Sicarex et l’Inera en collaboration avec d’autres acteurs comme la CCI-BF. Il ambitionne de renforcer et soutenir une chaîne de valeur compétitive et inclusive du riz afin d’accroître les revenus de 50 000 petits producteurs dans la région du Centre-Est du Burkina, a déclaré le directeur du Bureau régional de Rikolto en Afrique de l’Ouest, Amado Tapsoba.

Le Burkina est obligé d’importer le riz pourtant le potentiel de production est élevé, selon M. Tapsoba

Grâce à ce projet, les lignes sont en train de bouger positivement pour le secteur du riz dans la région du Centre-Est. Concernant le travail qui est fait pour améliorer la productivité du producteur, des champs de rizières, des transformateurs et des étuveuses, M. Tapsoba estime qu’il ne pourra être profitable que s’il y a un marché pour le riz qui est produit. Même si beaucoup restent à faire pour que le consommateur lambda considère de plus en plus le riz local, l’État et les marchés institutionnels s’activent dans la promotion de cette filière.

Au niveau des cantines scolaires, par exemple, ce sont les produits locaux, dont le riz, qui sont utilisés.
Cette rencontre a été une occasion pour le directeur du bureau régional de Rikolto de remercier AGRA pour sa disponibilité et l’appui dont il bénéficie pour une mise en œuvre adéquate du projet. Interpellé sur le coût élevé du riz local, il a simplement reconnu qu’il y a de l’amélioration à faire à ce niveau.

Les participants

C’est d’ailleurs ce que le projet Qualiriz tente de faire en facilitant la mise à niveau des unités de transformation et en amenant les producteurs à produire un riz de qualité. « Maintenant, c’est le consommateur de faire le bon choix en se disant que le riz importé, en majorité, n’est pas de cette année. C’est un riz de 10 ans qui n’a rien à se comparer au riz du Burkina qui a été produit il y a, peut-être, moins de trois mois », a-t-il conclu.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 1er août à 19:33, par Dimatheme En réponse à : Commercialisation du riz burkinabè : Producteurs et commerçants échangent à bâtons rompus sur la filière

    Bonne initiative.
    Cependant je ne suis pas d’accord avec le chiffre de 190 000 tonnes comme production locale. Vous cibles 50 000 producteurs. Aujourd’hui avec le TS 2 on a entre 5 a 7T/ha si on prend le minimum en disant que chaque produit a juste 1 ha avec un rendement de 5 tonnes on aura 250 000 tonnes de riz.
    Maintenant parlons de la commercialisation. Aussi longtemps que notre pays recevra du riz donné par les pays asiatiques (Japon, Chine...) comme aide au développement qui est revendu à prix social, le riz local sera considéré comme un luxe.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Expo-Yeelba : Pour une promotion du Faso Dan Fani au Burkina à l’international
2e CASEM 2021 du MINEFID : La gestion domaniale, foncière et cadastrale du Burkina sur la table de discussion
Financement du PNDES-II : Rendez-vous pris à Bruxelles les 2 et 3 décembre 2021
Bobo-Dioulasso : Le logo du label du Koko Dunda officiellement présenté
Vente de céréales au Burkina : Voici les prix maximum fixés pour le maïs, le mil et le Sorgho
Arrondissement N°2 de Bobo-Dioulasso : Le budget de 2022 s’élève à 120 millions de francs CFA
Fédération des chambres de commerce et d’industrie de l’Afrique de l’Ouest : La CCI-BF abrite la deuxième réunion de l’année 2021
Mobilité urbaine de la ville de Ouagadougou : Un financement de près de 64 milliards de francs CFA acté
Burkina : La CNAEI-BF, une nouvelle confédération qui entend stimuler le développement des acteurs de l’économie informelle
Lutte contre la corruption au Burkina : La plateforme numérique de l’ASCE prête à recevoir les déclarations d’intérêt et de patrimoine
Produits de grande consommation : La hausse des prix, un coup dur porté au panier de la ménagère
Maison de l’entreprise du Burkina Faso : Karim Ouattara prend les commandes
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés