Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Pour progresser, il ne faut pas répéter l’histoire, mais en produire une nouvelle. Il faut ajouter à l’héritage que nous ont laissé nos ancêtres.» Mahatma Gandhi

Questions foncières au Burkina : Le réseau des journalistes pour l’habitat et l’urbanisme plaide pour l’adoption de réformes consensuelles

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET • mardi 27 juillet 2021 à 13h30min
Questions foncières au Burkina : Le réseau des journalistes pour l’habitat et l’urbanisme plaide pour l’adoption de réformes consensuelles

Le vendredi 23 juillet 2021, le réseau des journalistes pour l’habitat et l’urbanisme a interpellé le gouvernement sur les questions de l’urbanisme et de l’habitat au Burkina Faso au cours d’une conférence de presse à Ouagadougou.

C’était la première sortie officielle de ce réseau de journalistes créé pour promouvoir la politique d’un habitat décent pour tous et une meilleure urbanisation de nos villes. Le réseau a fait une genèse des tensions entre l’Etat, les propriétaires terriens et les promoteurs immobiliers.

Il a d’abord rappelé que le 4 février 2021, le Premier ministre burkinabè a annoncé de grandes réformes en matière foncière devant la représentation nationale. Et dès le 9 février 2021, une circulaire du ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Ville suspendait temporairement le traitement des dossiers de promotion immobilière.

Du 31 mai au 5 juin 2021, les acteurs du domaine foncier étaient réunis en atelier pour l’élaboration d’un avant-projet de loi (la loi 057-2008) qui confie désormais la gestion de la terre à l’État. Au regard des motifs qui sous-tendent la reforme et après avoir pris connaissance du contenu de l’avant-projet de loi, des promoteurs immobiliers et des propriétaires terriens ont multiplié les sorties pour dénoncer et rejeter les réformes envisagées par le ministère de l’Habitat.

Les hommes et femmes de médias attentifs

À l’issue de l’atelier d’élaboration de l’avant-projet de loi, le ministère de l’Habitat a organisé le 15 juillet 2021 un autre atelier de validation du projet de loi portant promotion immobilière. Cette rencontre a été aussi boycottée par les organisations de promoteurs immobiliers. Pour eux, l’administration devrait prendre le temps pour procéder à la relecture des textes et ne pas le faire dans la précipitation, pour éviter les incohérences.

De leur côté également, les propriétaires terriens de Pabré, de Saaba et de Komsilga ont effectué des sorties médiatiques. Selon eux, le gouvernement veut leur retirer la propriété des terres. « Ces derniers veulent clairement que les choses restent en l’état, puisque la loi 034 de 2012 est claire sur le droit des propriétaires terriens à disposer librement de leurs terres. Tandis que la loi 057-2008 en relecture ou en cours d’adoption confie la gestion de la terre à l’État », précise le réseau.

Pour Mathieu Dalou, président du réseau des journalistes pour l’habitat et l’urbanisme, « il est de la responsabilité du gouvernement d’organiser de larges concertations avec les différents acteurs pour permettre l’adoption de réformes consensuelles ». D’après lui, l’exécutif devrait entreprendre des démarches pour « rencontrer l’association des promoteurs immobiliers pour aplanir les divergences ».

Selon Dalou Mathieu Da, le ministère de l’Habitat doit « aller vite et bien, dans l’intérêt supérieur des populations »

Lors de cette première sortie officielle, le réseau a aussi déploré une longue perte de temps. Il a ainsi invité le ministère de l’Habitat à « aller vite et bien pour l’intérêt supérieur des populations ».

Quant aux promoteurs immobiliers et propriétaires terriens, le réseau les exhorte à la sincérité et au dialogue. « Ils doivent surtout privilégier le dialogue pour éviter que l’on se retrouve face à un blocus », recommande-t-il.

Au Burkina Faso, le problème du foncier est qualifié de bombe à retardement, constate le réseau des journalistes pour l’habitat et l’urbanisme. « Évitons que cette bombe explose », conseille le secrétaire général de l’association, Michel Tougouri.

Yidalawala Isaac Ki-Zerbo (Stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Prix de l’Union africaine des enseignants : La Burkinabè Pingdwindé Ouédraogo sacrée lauréate
Burkina/Sécurité : Du sang neuf à la Gendarmerie nationale
Burkina : Appel à dons au profit des déplacés internes de Sakoula
Année scolaire 2021-2022 : Le calendrier est réaménagé dans la région du Plateau central
Ouverture des frontières : La vaccination contre le Covid-19 ou le test PCR comme conditions d’accès
Petits exploitants agricoles au Burkina : Lancement officiel d’un projet de promotion d’une assurance climatique
Protection des végétaux : Des chercheurs à la rescousse des producteurs
Augmentation du prix du pain au Burkina : Les patrons des boulangeries précisent leur intention
Burkina : Le ministère en charge de la femme inaugure des infrastructures pour des enfants en situation difficile
Burkina/Boulangerie : La Fédération des patrons menace d’augmenter le prix du pain
Journée portes ouvertes de la SAP Olympic : Les mécaniciens et vulcanisateurs du nord à la découverte de la société
École nationale des travaux publics : 1 186 agents désormais aptes à servir le Burkina
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés