Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Jean-Luc Mélenchon : « Vos aînés se sont battus pour l’indépendance, certains en sont morts, leur mort n’est pas une parodie, leur lutte était réelle »

Accueil > Actualités > Diplomatie - Coopération • LEFASO.NET • jeudi 22 juillet 2021 à 11h37min
Jean-Luc Mélenchon : « Vos aînés se sont battus pour l’indépendance, certains en sont morts, leur mort n’est pas une parodie, leur lutte était réelle »

C’est en véritable défenseur de la rupture de la France-Afrique que le député et candidat déclaré à la présidentielle de 2022, Jean-Luc Mélenchon, a échangé pendant 2h15, ce mercredi 21 juillet 2021 à l’Université Joseph Ki-Zerbo, avec la jeunesse burkinabè, en majorité des étudiants. Cette conférence publique, qui couronne une visite entamée le 18 juillet, s’est déroulée sous le thème : « Y-a-t-il un avenir en commun dans la francophonie ? ».

Pour défendre cette idée qui veut que chaque peuple soit libre pour assurer pleinement son destin, quoi de plus pertinent pour le leader politique français que de s’adosser, devant cette jeunesse, sur son ‘’idole’’, Thomas Sankara ! Et son auditoire a bien partagé avec lui, des slogans chers au leader de la Révolution burkinabè, tels ‘’l’impérialisme, à bas ! Le néo-colonialisme, à bas ! La corruption, à bas !’’.

Thomas Sankara est une source d’inspiration pour la France insoumise, à en croire Jean-Luc Mélenchon. Dans cet esprit de cette France qui se veut défenseur des aspirations des peuples africains, M. Mélenchon a porté la voix de ces Français qui n’ont jamais accepté l’impérialisme, le colonialisme, le paternalisme. C’est cette France qui partage l’auto-organisation populaire à laquelle Thomas Sankara a invité les Burkinabè. « Le néo-colonialisme est quelque chose qui déshumanise », qualifie-t-il.

Selon Jean-Luc Mélenchon, les relations de la France avec ses ex-colonies ont évolué ; elles ne sont pas les mêmes au 20e qu’au 21e siècle.

C’est pourquoi également refuse-t-il que l’on parle de « parodie d’indépendance », lorsque certains font une analyse mitigée de l’indépendance des pays africains. « Vos aînés se sont battus pour l’indépendance, certains en sont morts, leur mort n’est pas une parodie, leur lutte était réelle », recadre-t-il. De l’avis du président du groupe parlementaire la France insoumise, la décolonisation est entrée dans les mœurs de tous et il faut avoir l’honnêteté de reconnaître que les choses ne sont pas les mêmes et les relations sont une dynamique.

« Je suis là parce que j’ai entendu l’appel de l’Afrique. Je suis là parce qu’il y a une opinion anti-française en Afrique. Je suis là parce que j’ai aussi remarqué une certaine indifférence chez les Français. Je veux plaider pour la Francophonie avec de nouveaux termes. Il y a la France qui pille. Je suis-là pour incarner l’autre France, qui est contre cet impérialisme », a situé l’ancien ministre délégué à l’Enseignement professionnel (2000-2002).

Le leader politique français confie aspirer donc à de nouvelles bases focalisées sur des relations de souveraineté de tous les États. « L’impérialisme, tel qu’appliqué, est la base de tous les soucis des nations francophones. Si je vous disais que l’impérialisme n’est pas un moyen que mon pays utilise pour abuser, ça sera vous mentir. Mais j’aimerais que l’on établisse de nouvelles bases de la francophonie, en se débarrassant de sa gestion politique, en mettant en avant le vecteur qui relie toutes ces personnes, comme le prônait Sankara (Thomas) », a présenté le candidat à la présidentielle française, Jean-Luc Mélenchon.

O.L
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 22 juillet à 11:57, par TANGA En réponse à : Jean-Luc Mélenchon : « Vos aînés se sont battus pour l’indépendance, certains en sont morts, leur mort n’est pas une parodie, leur lutte était réelle »

    Jean-Luc Mélenchon se veut un Africain candidat à la présidentielle française. Mais peut il être pris au sérieux ?
    Thats the question !
    Il est français comme tous les autres donc ne fait que les interets français ! Il prépare donc un autre MAGA-TAPER ou GUILGHIN-WHIN comme vous voulez.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 16:32, par Sabarry En réponse à : Jean-Luc Mélenchon : « Vos aînés se sont battus pour l’indépendance, certains en sont morts, leur mort n’est pas une parodie, leur lutte était réelle »

    Melanchons il fautenlever le mot et la notion de francophonie dans vos discours. La Francophonie est un moyen d’asservissement comme l’imperialisme. Il faut oublier cela car nous avons l’intention de promouvoir l’Africquephonie. Dans la Francophonie ou arrivons deja soumis dans un jeu tout tracé par la France ; donc on en veut pas.
    Pour l’instant votre discours est generaliste. Passons aux choses serieurse comme le retrait des troupes Française avec les bases militaires, la fin du franc CFA, le maintien des dictateurs choisis par la frace pour gerer la destinée de nos Etats Afrcains. C’est votre reponses et votre solutiona ces 3 questions que nous vous jugerons. Encore une fois oubliez la Francophonie elle nous enerve des lors qu’on prononce ce mot.

    Répondre à ce message

  • Le 22 juillet à 17:01, par Ka En réponse à : Jean-Luc Mélenchon : « Vos aînés se sont battus pour l’indépendance, certains en sont morts, leur mort n’est pas une parodie, leur lutte était réelle »

    Merci Oumar pour cette analyse France : ’’’’’’’’’Pour défendre cette idée qui veut que chaque peuple soit libre pour assurer pleinement son destin, quoi de plus pertinent pour le leader politique français que de s’adosser, devant cette jeunesse, sur son ‘’idole’’, Thomas Sankara ! Et son auditoire a bien partagé avec lui, des slogans chers au leader de la Révolution burkinabè, tels ‘’l’impérialisme, à bas ! Le néo-colonialisme, à bas ! La corruption, à bas !’’’’’’’’

    J. L. Mélenchon dit tout haut ce que tout le monde savait et disait tout bas... En 1986 lorsque le jeune SANKARA interpellait, MITTERRAND sur certaines pratiques de la FRANCE-AFRIQUE tout le monde a loué ce discours au Faso, comme dans tout le continent : MACRON demandant à son homologué le président Roch Kaboré de réparer la climatisation de l’amphithéâtre, on parle le langage irrespectueux. Et pourtant c’est une réalité parce que c’est un BLANC qui en parle, surtout de France Afrique.

    Se permettre de quitter la France et venir dénoncer les choses négatives qui ne vont pas au Burkina, et qui dure plus de 60 ans, même avec le mot Independence qui plane au milieu, n’est ni une offense ni une atteinte à la sécurité nationale. Bien au contraire, c’est une aide vers la perfection qui peut balancer la donne pour le continent. Bravo Mr J. l. Mélenchon.

    D’autre part, personne ne doute de votre attachement à l’Internationale Sankariste, et aujourd’hui devant la jeunesse Burkinabé, vous aviez prouvé que malgré qu’on l’a assassiné pour ses idées, le mythe Sankara est plus vivant que jamais : Car, il a défié le temps à tel point que l’enfant de tout le monde paraît aujourd’hui comme le chemin, pour beaucoup de Burkinabè et de jeunes Africains. Mais force est de constater que même si ses idées sont toujours célébrées, l’homme n’a apparemment pas encore eu d’héritier politique à sa taille, capable de chausser ses bottes et se hisser à la hauteur des espoirs qu’il avait suscités. Peut-être vous président de la république Française un jour, vous veillerez soutenir sans arrière-pensée les héritiers de Thomas Sankara.

    Oui beaucoup de nos parents sont morts pour nous donner une indépendance. Mais quel Independence dont les valets de l’impérialisme ont donné un autre nom, ’’’dictature ?’’’ C’est pourquoi le peuple du continent se pose toujours la question : Quel Bilan faire, en 60 ans après ? Et cette question est sans réponse. Mais comment un continent qui possède des richesses potentielles aussi colossales peut-il être le dernier continent du monde ? La colonisation était une malédiction mais l’indépendance... c’est encore pire Mr. J. L. Mélenchon.

    Et si l’Afrique est dans cette situation, très embourbée dans son sous-développement, c’est à cause de ses représentants valets de l’impérialisme, incapable de se mobiliser autour de grand objectifs et de faire passer l’intérêt général avant les intérêts personnels. Il en résulte seulement que des pillages systématiques par ces dirigeants prédateurs et les multinationales gloutonnes, sans parler des "hommes d’affaires", mercenaires et aventuriers véreux. Surtout leur grande difficulté se caractérise par l’absence de culture politique. La plupart de ces valets sont à moitié illettrés, certains ne sont pas ou n’étaient pas des militants politiques engagées. Le bouquet finale est qu’ils ne savent pas que ’’’’’parmi les "valeurs qui fondent tout État démocratique"’’’ la première est des élections ouvertes, transparentes, sincères et honnêtes. Ce qu’ils savent, c’est de se maintenir au pouvoir à vie par des bricolages constitutionnels et des scrutins biaisés (tant pour faire adopter lesdits "bricolages constitutionnels" que pour fausser le résultat des scrutins qui en découlent).

    Conclusion Mr. J. L. Mélenchon : Je vous ai écouté attentivement, mais sachiez que l’Afrique est à feu et à sang à cause de ces motifs. Alors qu’on ne vienne pas se plaindre que la CPI serait raciste ou partiale à l’endroit des pays africains.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Assemblée nationale du Burkina : Alassane Bala Sakandé reçoit en audience une délégation canadienne
Lutte contre le terrorisme au Sahel : Le nouveau commandant de la Force Barkhane chez le président du Faso
Guinée : La CEDEAO donne six mois aux putschistes pour rétablir l’ordre constitutionnel
Système des nations unies au Burkina : La coordonnatrice Barbara Manzi chez Roch Kaboré
Lutte contre le terrorisme : Les parlements du monde pour une mobilisation en faveur du Sahel
Appel en faveur du Sahel : Lancé par l’Union interparlementaire, le Comité interparlementaire du G5 Sahel, le Parlement arabe et l’Assemblée parlementaire de la Méditerranée
Coopération nigéro-burkinabè : « Nous sommes le même peuple, sur le même espace », rappelle le IVe vice-président de l’Assemblée nationale du Niger, Ibrahim Yacoubou
Coopération Europe - Burkina : Une étude pour évaluer la digitalisation au Burkina Faso
Putsch en Guinée : Le pays suspendu des instances de décision de la CEDEAO
Coopération Allemagne-Burkina : Trois organisations culturelles et éducatives burkinabè reçoivent l’aide de "Internationaler Hilsfond"
Défi sécuritaire : Le Mali et le Burkina Faso veulent mutualiser davantage leurs efforts
Sao Tomé-et-Principe : Abdoul Karim Sango conduit la mission d’observation des élections de l’UA
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés