Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quelle que soit la difficulté de la vie, il y a toujours quelque chose que vous pouvez faire et réussir.» Stephen Hawking Artiste, Astronome, Astrophysicien

Humeur : Le supplice des calligraphes des diplômes officiels

Accueil > Actualités > Société • • lundi 19 juillet 2021 à 23h12min
Humeur : Le supplice des calligraphes des diplômes officiels

De passage ce matin dans une circonscription d’école primaire pour récupérer le diplôme de mon fils, j’ai pu assister à la souffrance des agents chargés de remplir ces parchemins.

La raison ? Les prénoms les plus improbables rivalisent avec les plus kilométriques. Quelques exemples pris au hasard :
Sawadogo Abraham Franklin Dalil Erwan Nerwaya,
Tapsoba Koudaogo Fawaze Ben Azize Marwan,
Ouédraogo Kiswenssida Bryan Owen Ebenezer Mathis,
Zongo Sié Léonce Ange Etan Scholastique,
Kaboré Dagnagnewendé Yasser Arafat Jamil Rafik.
Etc. Et je vous en passe des encore plus kilométriques et plus fantaisistes parfois.

Le supplice de ces fonctionnaires ? Comment reporter tous ces prénoms sur le document (qui n’a qu’un emplacement de quelques centimètres pour cela) en intégralité et sans se tromper d’une seule lettre. Car la moindre coquille peut avoir un jour des conséquences administratives fâcheuses pour son titulaire.

Et que dire de ces cas où ils s’arrachent les cheveux quand il faut préciser le sexe sur le diplôme car certains parents, frustrés de ne pas avoir la fille qu’ils attendaient, ont maintenu le prénom féminin qu’ils avaient prévu ! On se retrouve ainsi avec des garçons portant Prisca ou Sidonie.

Pense-t-on au poids, pour leurs porteurs, de ces prénoms à rallonge, quand ce n’est pas leur vacuité ? Car certains de ces prénoms, précisément ceux importés, n’ont aucune signification ; sauf que les parents les ont entendus quelque part à la télévision !

Nous parents, avons-nous conscience de cela quand nous donnons des prénoms à nos enfants ?

C. Paré
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 juillet à 15:43, par A qui la faute ? En réponse à : Humeur : Le supplice des calligraphes des diplômes officiels

    ça veut dire que l’enfant est entouré de parents très très très important. Vous connaissez le pays. C’est le prénom choisi par quel parent mogo puissant que vous allez laisser ? Le jour de l’examen l’enfant se retrouve à composer son identité pendant que les autres composent le devoir

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 20:31, par Meimei En réponse à : Humeur : Le supplice des calligraphes des diplômes officiels

    Consequences de l’alienation. C’est vraiment dans les pays comme comme le Burkina, les gens pensent qu un nom dans la langue local ne peut pas etre religieux

    Répondre à ce message

  • Le 19 juillet à 22:18, par Abcd En réponse à : Humeur : Le supplice des calligraphes des diplômes officiels

    On peut peut-être donner son point de vue sur la longueur et l’exotisme de certains prénoms mais de la à vouloir critiquer et parler également de la souffrance des calligraphes n’a aucun sens.
    Si on se met à imprimer les diplômes à l’ordinateur, ce qui est plus rapide et moins coûteux, c’est vous encore qui allez vous plaindre de la suppression d’une catégorie de job .
    Arrêtons de nous plaindre en longueur de journée. Chacun est libre de nommer son enfant comme il veux tant que la loi l’autorise. Ce que vous avez écrit c’est seulement votre point de vue.
    Pour information, j’ai moi même un seul prénom. Mais c’est pas pour autant que je dirai que chacun doit avoir un seul prénom.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 01:35, par Sorbonne En réponse à : Humeur : Le supplice des calligraphes des diplômes officiels

    l’Africain ou du moins certains africains veulent s’identifier à tout ce qu’ils rencontrent ou voient à la télé, sinon comment comprendre ces genres d’alchimie de noms . Tout ça pour venir crier partout qu’il faut qu’on revienne à nos sources pour se développer.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 07:17, par David En réponse à : Humeur : Le supplice des calligraphes des diplômes officiels

    Le problème quand y’a un nouveau né, souvent tout le monde veut donner un nom. Le papa donne, la maman donne, les grands parents donnent, le témoin de mariage veut donner, le parrain ou la marraine aussi. L’enfant se retrouve avec un nom kilomètres et des appels différents à divers endroits. Lui même il ne comprend rien à ce qui lui arrive. Faites simple comme ce "chameau" KI Luc.😂😂😂😂Simple nom ?

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 10:55, par Massagnouman En réponse à : Humeur : Le supplice des calligraphes des diplômes officiels

    En tout cas cette histoire de noms kilométriques n’est pas simple hein.J’en porte un(quand bien même le mien est beaucoup plus court que ceux cités dans l’exemple du journaliste) et j’en connais les conséquences.A chaque fois que tu as un document administratif à faire,tu es toujours confrontré malheureusement à des problèmes de saisi.Pas simple quand même hein !

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 18:54, par Sheikhy En réponse à : Humeur : Le supplice des calligraphes des diplômes officiels

    Je pense qu’il faut juste limiter à trois prénoms. Sinon, deux ce serait même bien.

    Répondre à ce message

  • Le 20 juillet à 21:28, par Konte Romba En réponse à : Humeur : Le supplice des calligraphes des diplômes officiels

    A mon avis, il ne s’agit de dire comment les enfants se retrouvent parfois avec de multiples prénoms, mais d’inviter les parents à prendre conscience de l’intérêt qu’il y a pour l’enfant de choisir des prénoms simples. C’est de l’extravagance que de voir certains parents allonger les prénoms de leurs enfants pour rien. Je m’adresse surtout aux jeunes couples où les prénoms se bousculent pour l’enfant qui vient de naître. Ne pensez pas qu’il arrive pour realiser votre philosophie de vie ou vos espérances inavouées. Comme dit Spinoza, "ce qu’un mot gagne en extension, il le perd en compréhension".

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Burkina : Le ministère en charge de la Réconciliation nationale rappelle qu’« il n’est pas en mesure d’accorder un quelconque soutien financier »
Guinée : L’ancien porte-parole du gouvernement arrêté par des hommes cagoulés
Coupe CAF : L’ASFA se qualifie aux 16e de finale en battant le FC San Pedro
GANZOURGOU : La journée marathon du ministre Bougouma
« Surveillance rapide de la mortalité au Burkina Faso » : près de 25 000 décès enregistrés en 2020 et 2021
Semaine nationale de l’information et de l’orientation post-baccalauréat : « Une belle opportunité d’échanges avec les nouveaux bacheliers sur la formation et le financement des études », selon Dr Lydia Rouamba
Communes à statut particulier : Des réflexions pour améliorer la législation
Kaya : SOS village d’enfants clôture son projet d’aide d’urgence
Burkina : L’ONU-HABITAT et ses partenaires renforcent les capacités des acteurs du Centre-nord sur la gouvernance foncière locale
Camp Ouezzin Coulibaly : Sortie de la 47e promotion des Sous-officiers de la gendarmerie
Maintien de la paix dans le monde : 147 policiers et gendarmes burkinabè prêts à servir
Journée mondiale de la sécurité des patients au Burkina : Les soins maternels et néonatals sans risque au cœur de la célébration
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés