Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «C’est dans l’effort que l’on trouve la satisfaction et non dans la réussite. Un plein effort est une pleine victoire.» Gandhi

Après Solhan : Le chef de l’État brise le silence, mais n’affiche pas ses décisions

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Roch Marc Christian Kaboré, président • • mercredi 30 juin 2021 à 11h48min
Après Solhan : Le chef de l’État brise le silence, mais n’affiche pas ses décisions

L’onde de choc du drame de Solhan secoue encore le pays. Dans les régions en proie au terrorisme, la colère contre l’absence de réaction face au fléau de l’insécurité a déclenché des manifestations dans les principales villes : Dori, Djibo, Sebba, Kaya, Titao…

Trois semaines après le drame qui a coûté la vie à plus de 160 personnes (estimation non officielle), et quelques jours après une attaque meurtrière où onze policiers ont perdu la vie, le chef de l’État s’est adressé solennellement au peuple burkinabè. Ce discours annoncé a suscité beaucoup d’attentes et a eu une certaine audience, tant la population est préoccupée par la situation chaotique du pays, suite aux attaques terroristes.

De leur côté, les partis regroupés autour du Chef de file de l’opposition, ont annoncé leur retrait du dialogue politique avec le pouvoir, pour réclamer les démissions des responsables -selon eux- de la situation : le Premier ministre et le ministre d’État, ministre de la défense. L’opposition a prévu l’organisation de manifestations silencieuses pour les 3 et 4 juillet prochain pour exiger la défense des populations contre les groupes terroristes. Est-ce pour répondre à l’opposition que le président du Faso a parlé ? Est-ce pour montrer que le bateau Burkina Faso tangue, mais qu’il est à la barre et qu’il tient fermement le gouvernail ? Rock Marc Christian Kaboré, le président qui parle peu, a-t-il bien parlé ?

S’il voulait montrer qu’il était à l’écoute du peuple par cette prise de parole, le président marque un point. Car comme le disent les danois et les allemands, « Si l’autorité n’a pas d’oreilles pour écouter, elle n’a pas de tête pour gouverner. » Le président du Faso a entendu les clameurs, les pleurs, les cris et les révoltes qui montent des manifestations. La population a montré sa douleur et sa détresse, l’autorité doit montrer maintenant qu’elle a la tête pour gouverner. C’est une des attentes principales de tous ceux qui ont écouté ce discours dominical du président dans la nuit du 27 juin. Beaucoup de fans de football de Christiano Ronaldo et de Roméo Lukaku ont sacrifié les émotions d’un match en direct pour écouter le chef d’un pays en guerre, le président de leur patrie en danger. Mais ils sont restés sur leur faim et leur soif. L’appel à l’union des Burkinabè, principal message du discours, a sonné comme un tambour percé. L’impression générale est que le président s’adresse à ses amis de l’opposition pour qu’ils se retrouvent ensemble pour le dialogue politique.

L’intelligence stratégique non dévoilée par ce discours

Le discours est resté dans le général et le vague concernant la lutte contre le terrorisme. Le président a seulement annoncé des mesures idoines qu’il aurait prises pour rétablir la confiance avec notre peuple en matière de sécurité. Car le lien de légitimité et de confiance a été brisé par l’absence de réaction des forces de défense et de sécurité dont le camp de Sebba était à une dizaine de kilomètres de Solhan, mais ne sont pas intervenues.

C’est un traumatisme national, cette absence de soutien à une population en danger par nos forces de défense et de sécurité. Elles ne pourront jamais se laver les mains de cette faute. On comprend que les responsabilités de ce drame si elles sont situées, que cela ne puisse se faire dans les médias. Mais le chef de l’État n’en a pas parlé. Sauf à supposer que l’analyse du drame de Solhan et les décisions prises pour que cela ne se reproduise plus sont dans les mesures idoines qu’il a prises. Même si le procès n’est pas public, il aurait au moins fallu assurer la population que les éventuels fautifs dans ce drame seront sanctionnés. Cela aurait calmé certaines personnes.

C’est sûr que le management des hommes et de la hiérarchie militaire n’est pas une chose simple. On comprend aisément qu’il ne faut pas changer de responsables tous les ans. Les chefs ont besoin de temps pour gagner en efficacité. Le perpétuel recommencement ne crée pas non plus la confiance ni chez ceux qui sont en responsabilité, ni chez ceux qui doivent obéir à ces responsables qui ne durent pas. Mais en temps de guerre, les résultats comptent beaucoup et les chefs doivent collaborer et partager les informations pour qu’ensemble ils puissent gagner sur l’ennemi commun. C’est le sens de l’autre objectif des mesures du chef de l’État : assurer l’unité et la cohésion du commandement.

Nous attendons de voir cela dans les faits car le message d’appel à l’unité s’adresse aussi aux différents corps des forces de défense et de sécurité. Ne pas refuser aux policiers, certaines armes alors qu’elles sont dans la même situation face à l’ennemi que les militaires et les gendarmes. Partager les informations, partager les équipements militaires, en un mot travailler en réseau.

On sait que Roch Marc Christian Kaboré a une certaine faiblesse pour ses proches et ses amis. Il a du mal à les lâcher en politique. Il faut qu’il se dise que comme ils ont dû abandonner le CDP et leur ancien patron Blaise Compaoré qui conduisaient le pays au gouffre, que les responsables de l’armée qui refusent de collaborer et de travailler ensemble doivent se démettre, ou être remerciés pour que la lutte contre le terrorisme avance et que nous ne soyons pas là, tous les jours, à pleurer et enterrer des morts. C’est cela gouverner, c’est prendre des décisions qui ne plaisent pas parfois à ses amis mais qui arrangent son pays.

Un président n’est pas un papa gâteau qui distribue des goûters à ses amis et collaborateurs. C’est celui qui a pour priorité la défense du pays et qui assure la sécurité de toute la population en choisissant de bons collaborateurs et en sanctionnant ceux qui font mal leur travail. Les attentes pour ce discours étaient que le président montre qu’il a pour souci principal la défense de l’intérêt général en prenant de justes décisions. Mais malheureusement il nous a servi pour l’instant que des mots qui ne peuvent pas servir de pansement aux plaies du terrorisme.

Sana Guy
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 29 juin à 18:14, par HUG En réponse à : Après Solhan : Le chef de l’État brise le silence, mais n’affiche pas ses décisions

    Qui a ecouté le porte parole du gouvernement mpp ce mztin sur RFI. Moi je l ai ecoute.Christophe Bouabouvier, le fin journaliste lui a posé une question ; Pourquoi on n est pas venu en aide a lla population.? Comme reponse a cette question let Porte parole a repondu en parlant de la barbarie de l attaque.Voici le vrai cote sombre de ce pouvoir ; il ne s,assume jamais.
     ?

    Répondre à ce message

  • Le 30 juin à 06:06, par AMADOU En réponse à : Après Solhan : Le chef de l’État brise le silence, mais n’affiche pas ses décisions

    Oui Hug ce pouvoir ne s’assume jamais. Sessoumaa avait dit pendant la campagne présidentielle que si le peuple ne sait pas le président Rock sait qui nous attaque.plus de 6 ans on nous parle de personnes armées non identifiées.. Celles qui sont venus réclamer les véhicules n’étaient pas masquées. Aussi des gens ont dit ouvertement qu’ils ne vont pas le laisser travailler tranquillement. Se faire entouré par ses copains qui sont là pour profiter au lieu de travailler. Que Rock dise ouvertement au peuple qui nous attaque. Il est connu que dans le camp de l’autre la rancune est intarissable

    Répondre à ce message

  • Le 30 juin à 07:58, par Effort de guerre En réponse à : Après Solhan : Le chef de l’État brise le silence, mais n’affiche pas ses décisions

    Pourrions-nous avoir une plate-forme fiable et authentique à partir de laquelle nous pouvons faire des versements pour soutenir nos FDS et surtout les VDP qui ont la volonté mais manquent de materiel approprié ? Mon salaire n’est pas beaucoup mais je compte verser 100000CFA en deux versements de 50000CFA. La Patrie ou la Mort, Nous Vaincrons !

    Répondre à ce message

  • Le 30 juin à 08:13, par Le Patriote "Le vrai" En réponse à : Après Solhan : Le chef de l’État brise le silence, mais n’affiche pas ses décisions

    Dans tout ça le président RMCK ne doit pas se tromper de combat en écoutant des thuriféraires qui veulent se venger de certaines personnes. Le problème du Burkina avec la lutte contre les terroristes c’est quoi ? Voici la bonne question à se poser et le président RMCK le connait parfaitement. Il n’a rien à voir avec l’éjection de premier ministre et ministres. Notre problème s’appelle pauvreté et manque de moyens financiers pour s’équiper convenablement. Voila le problème. A moins de me convaincre que le premier ministre et ses ministres ont gardé le pognon pour acheter les armes dans leurs poches au détriment de l’achat de l’équipement au profit de nos armées pour mener la lutte anti-djihadiste. Non le président RMCK ne se laissera pas tromper par des revanchards tapis dans l’ombre à l’opposition et même à sa majorité. Non !!! Il faut mettre tout le pays en musique pour mener le combat. Trouver les moyens pour s’offrir des armes puissances et efficaces pour aller au front. Des blindés anti-mines (la Côte d’Ivoire en a trouvé du côté de l’Espagne), des avions de chasses russes capables de voler en tout lieu et tout temps de nuit comme de jour, des kalachnikovs redoutables partagées à tout homme burkinabé de 15 à 60 ans habitant le long de nos frontières maliennes, nigériennes et ivoiriennes notamment. Voilà la solution attendue de notre président. Sinon pousser quelqu’un à la porte du gouvernement n’est pas la solution. Cela s’appellera la solution conjoncturelle et le problème restera en l’état et quelque temps après un an, deux ans on accusera encore un ministre d’incompétence. Et le pays ne fera que du surplace.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juin à 08:52, par Cequejensense En réponse à : Après Solhan : Le chef de l’État brise le silence, mais n’affiche pas ses décisions

    A coup sur le president se sentirait ridiculilise apres avoir lu et ecoute les reactions des burkinabe suite a son discours.

    Si remaniement il y a, il doit non seulement virer les ministres cconcernes par la situation (Defense et Securite) mais aussi celui de la Communication, certains conseilles de la presidence. Je disais apres les election de 2020 que le poste de Helene Marschal Ilboudo devrait etre scinde en deux. La situation humaninaire actuelle du pays ne permet pas de lier l’action social au folklore du ministere de la femme.

    Autre ministre qui doit partir, c’est Ouaro de l’education nationale meme si il semble etre l’un des hommes fort du parti. Il faut que la rentree scolaire a venir se passe dans la serenite et dans une confiance retrouvee.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juin à 12:53, par ce que je crois En réponse à : Après Solhan : Le chef de l’État brise le silence, mais n’affiche pas ses décisions

    Je lis par ci par là des appels à l’organisation d’une collecte de fonds pour soutenir l’effort de guerre et notamment aux FDS et VDP.

    Je suis pour l’idée d’une souscription populaire pour l’effort de guerre , mais cela ne peut être organisé par un organe de presse dont ce n’est pas le rôle.

    Le pays est gouverné et ce sont les autorités qui peuvent lever l’impôt pour soutenir l’effort de guerre ou organiser une souscription populaire pour l’effort de guerre.

    Répondre à ce message

  • Le 30 juin à 14:40, par SOME En réponse à : Après Solhan : Le chef de l’État brise le silence, mais n’affiche pas ses décisions

    Tout ce que le peuple demande, c’est la mobilisation génerale des autorités et du peuple sous la conduite des responsables de la securite pour la defense de la nation. Or que voyons nous ? Rien ! Le peuple a soutenu son armée et est en vraie symbiose avec elle Que souhaite toute armee sinon cela ? Mais qu’en a t on fait ? rien ! bien ao contraire ; On n’a fait que decourager le peuple de son armee.

    Au debut les populations ont collaboré et informé les forces de securite et l’administration : qu’a t-on fait ? On les a laissés se faire assassiner par les terroristes sans rien faire, tant pour leur protection ou leur anonymat que dans la recherche des assassins. Le peuple se levera comme un seul homme et ce probleme sera vite resolu lorsque seulement les dirigeants,(a commencer par le premier responsable, le president Roch), auront montré un minimum de volonté politique de faire quelque chose

    Mais voyons les choses : que font les dirigeants depuis qu’on tue des simples paysans qui dorment tranquillement chez eux la nuit, ou vaquent a leurs occupations quotidiennes, au marché, aux mariages etc ?

    pourquoi faire appel a des Volontaires alors que l’armee professionnelle elle meme n’a rien prouvé de ses capacites, encore moins de sa volonté a agir et de faire ce pour quoi ils sont recrutés ? N’est ce pas mettre la honte a ces militaires ? ou est leur valeur ? leur role ? Ou est le principe fondamental qui fait qu’ils sont militaires, policiers, etc et fiers de l’etre ?

    comment le peuple peut-il croire le president Roch lors de son discours qui ne nous dit rien de nouveau, ni sur la situation du pays encore moins sur des solutions et les perspectives qui puissent donner confiance et foi en nos dirigeants tant civils que militaires ?
    Cette sortie du president est nulle et ne rime a rien, et il le sait lui meme, alors pourquoi le fait-il et persiste ? C’est parce que des le depart de son mandat, il a deliberemment choisi la mauvaise voie : sa fameuse voie diplomatique. Roch s’est donné pieds et points liés a ses pires ennemis, Et ce en toute connaissance de cause.

    quoi qu’il en soit (que ce soit par peur, par naivete, par choix ideologique, par complicité, par incompetence, etc) Roch doit savoir qu’il doit absolument changer radicalement sa posture politique et arreter de suivre ses mauvais conseillers qui sont ses propres assassins.
    SOME

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 LeFaso TV
 Articles de la même rubrique
Roch Marc Christian Kaboré : Sera-t-il digne de la place des grands hommes du Burkina Faso ?
Terrorisme au Burkina : « Les différentes attaques ont interpellé la conscience du chef de l’Etat », déclare le Premier ministre
Burkina Faso : Chériff Sy et Ousséni Compaoré quittent le gouvernement ; Roch Kaboré s’octroie le portefeuille de la Défense
Après Solhan : Le chef de l’État brise le silence, mais n’affiche pas ses décisions
Les 100 premiers jours du gouvernement Dabiré 2 : Un train de sénateur pour gérer, rien que le quotidien
2021 : Une année chargée d’espoir pour les Burkinabè, prédit le président Roch Kaboré
Burkina : Le Conseil constitutionnel acte le deuxième mandat de Roch Kaboré !
Roch Kaboré investi nouveau président du Faso : « Nous devons poursuivre et renforcer la lutte contre la corruption, les passe-droits et l’incivisme »
Investiture de Roch Kaboré : « J’attends un peu plus de fermeté dans la lutte contre l’incivisme » (Emile Paré du MPP, parti au pouvoir)
Investiture de Roch Kaboré : Le discours du président du Conseil constitutionnel
Investiture du président du Faso : "Prêter serment, c’est mettre son âme en péril"
Burkina Faso : En attendant l’investiture de Roch Kaboré
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés